Archives par mot-clé : Yougoslavie

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

SOUTENANCE DE THÈSE D’AGUSTIN COSOVSCHI

Titre de thèse: Penser la crise dans la périphérie : les sciences sociales en Serbie et en Croatie durant la dissolution de la Yougoslavie.

Lundi 18 juin 2018 à 10h

Adresse: Instituto de Altos Estudios Sociales de Université Nationale de San Martín (Buenos Aires, Argentine)

Jury:

  • M. Xavier Bougarel (Directeur de thèse), CNRS
  • M. Claudio Ingerflom (Directeur de thèse), Universidad Nacional de San Martin (Argentina)
  • M. Martin Bana, Universidad Nacional de San Martin
  • M. Martin Bergel, Universidad Nacional de Quilmes (Argentine)
  • Mme Nathalie Clayer, EHESS
  • M. François-Xavier Nérard, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Horacio Tarcus, Universidad Nacional de San Martin

Continuer la lecture de SOUTENANCE DE THÈSE D’AGUSTIN COSOVSCHI

HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS

Heike Karge, assistante-professeure en histoire de l’Europe du Sud-Est à l’université de Regensburg et associée à l’Institut für Ost-und Südosteuropaforschung (IOS), invitée à l’EHESS par Morgane Labbé (CRH-ESOPP), travaille sur l’histoire de la guerre en Yougoslavie au 20e siècle. Ses recherches portent sur deux thèmes. En premier lieu, elles traitent des politiques et cultures mémorielles. Dans la perspective longue du siècle elle étudie comment conflits guerriers et changements de régime se connectent et se font écho dans les pratiques mémorielles. Ses recherches récentes portent sur les traumatismes de guerre et les conflits autour de leur reconnaissance par la psychiatrie ainsi que leur prise en charge par des institutions médico-sociales. C’est le thème de son prochain livre, Der Charme der Schizophrenie. Psychiatrische Deutungsmacht und Konstruktion der sozialen Welt in Südosteuropa. 

Continuer la lecture de HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS

Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

Les questions yougoslave, allemande et européenne sont comparables à des poupées russes emboîtées les unes dans les autres. Dans la destruction de la Yougoslavie de 1991-1992 à 1999, le rôle de l’Allemagne tout récemment unifiée en 1989-1990 et, sous son impulsion déjà hégémonique, de la CEE, devenue Union européenne (UE), fut souvent négatif. Le paradoxe de cette destruction, c’est que la Yougoslavie refondée par Tito en 1945 après la défaite hitlérienne, bien plus nettement que la première Yougoslavie unifiée en 1918 sous une dynastie serbe victorieuse et centralisatrice, était – avec son séduisant socialisme autogestionnaire – « européenne » avant la lettre, trop peut-être pour son malheur : multinationale, pluriculturelle, fédérale, voire confédérale, et soucieuse de modernisation économique et d’ouverture sur le monde. Sous prétexte d’une « crise » persistante, l’intégration à l’UE des États ex-yougoslaves est à présent interrompue. D’où une coupure potentiellement néfaste entre les États déjà intégrés – Croatie et Slovénie – et ceux en attente plus ou moins sceptique d’intégration – Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro et Serbie –, comme si perduraient les anciennes lignes de fracture entre Empires romains d’Occident et d’Orient, catholicisme et orthodoxie, Empire austro-hongrois et Empire ottoman ou encore capitalisme et socialisme ou communisme.

 

Continuer la lecture de Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

CATHERINE SAMARY, D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Editions du croquant, 2017 (164p. 12 €)

À la veille de 2018, cet ouvrage s’inscrit dans les anniversaires de trois basculements historiques revisités à la lumière de leur bilan et des crises du monde actuel

: la révolution russe d’octobre 1917 ; l’excommunication des communistes yougoslaves par Staline en 1948 poussant la direction « titiste » à se différencier du modèle soviétique en introduisant l’autogestion ; enfin les années 1968, contestataires de l’ordre mondial : dans l’ombre du Printemps de Prague pour un socialisme « à visage humain » il y eut aussi, méconnu, un Juin 1968 des jeunes de Belgrade revendiquant « l’autogestion de bas en haut » contre la « bourgeoisie rouge » et les inégalités du marché socialiste tout en se mobilisant contre l’intervention étasunienne au Vietnam.

Continuer la lecture de CATHERINE SAMARY, D’un communisme décolonial à la démocratie des communs, Editions du croquant, 2017 (164p. 12 €)

Jože Pirjevec, Tito. Une vie, Paris, CNRS éditions (696 p., 27€)

Voici enfin traduite en français la grande biographie de Tito par Joze Pirjevec, saluée mondialement comme l’ouvrage le plus abouti sur l’ancien maître de la Yougoslavie. Fondée sur une quantité impressionnante d’archives inédites – découvertes à Belgrade mais aussi aux États-Unis, en Russie, en Grande-Bretagne, en Allemagne –, l’étude de Pirjevec explore les zones d’ombre, fait revivre les paradoxes et les ambiguïtés d’un Tito que rien ne semblait destiné à se hisser au rang des chefs d’État les plus influents du XXe siècle.

Comment ce fils d’apprenti, ancien ouvrier d’usine, est-il parvenu à s’emparer du Parti communiste yougoslave ? Quelle fut la nature de son engagement dans les Brigades internationales du temps de la guerre d’Espagne ? Comment comprendre son rôle de partisan, passé maître dans l’art de la guérilla, durant l’occupation de son pays par les nazis ? Quelle fut sa responsabilité dans le massacre des Croates oustachis en 1945 ? Staline a-t-il vraiment cherché à l’empoisonner ? Comment, dans l’après-guerre, Tito s’est-il imposé comme l’une des principales figures des non-alignés ? Continuer la lecture de Jože Pirjevec, Tito. Une vie, Paris, CNRS éditions (696 p., 27€)