Archives par mot-clé : Yougoslavie

Les partisans yougoslaves : figures historiques et héros de cinéma (2e édition)

Séance de trois films présentés par Naïma Berkane (Eur’ORBEM)

Le 3 mai, 14h00-21h30

Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins, Paris 13e) – Auditorium

Entrée libre

En 2023, une première séance de trois films centrés sur des figures de Partisans abordait le rapport qu’entretenait le cinéma yougoslave à l’histoire, entre mystification, déviation et critique. Elle nous a fait traverser des territoires (l’Herzégovine, la Serbie centrale et une île croate métaphorique), des périodes (la Guerre de libération nationale, ses lendemains immédiats, et les temps de paix et d’« épuisement de la morale révolutionnaire » – comme l’a analysé Nebojša Jovanović,), et des styles cinématographiques suscités par la thématique des Partisans (mainstream, naturalisme et formalisme auteuristes). 

La séance du 3 mai 2024 sera consacrée à la superstar Bata Živojinović avec trois films produits entre 1962 et 1972 qui révèlent une partie de la diversité du cinéma de Partisans et ses évolutions stylistiques et idéologiques. Le film choral Kozara est un exemple édifiant du « cinéma classique mûr » mélodramatique consacré à l’une des batailles les plus meurtrières de la Seconde Guerre mondiale sur les territoires yougoslaves. Avec le film d’espionnage culte, Walter défend Sarajevo, Bata est un héros parmi les héros dans la résistance organisée pendant l’occupation de la ville. C’est seul que nous le retrouvons dans le film d’auteur intimiste, Trois, qui nous fait traverser la guerre depuis son intériorité.

Un homme en costume tire au pistolet Deux hommes courent et sont poursuivis par un avion
Walter défend Sarajevo (Valter brani Sarajevo), de Hajrudin Krvavac © Filmski Centar Sarajevo / Trois (Tri), de Aleksandar Petrović © Delta film‎

Plusieurs invités viendront discuter de la carrière de l’acteur, ses rôles de Partisans et la fonction représentative qu’il a endossée dans la Yougoslavie socialiste à travers ses changements politiques et cinématographiques. Il sera également question de l’œuvre du réalisateur Aleksandar Petrović et de la place qu’y a tenu la thématique révolutionnaire tant au niveau politique qu’esthétique :

  • Irena Bilić, assistance réalisatrice d’Aleksandar Petrović, fondatrice et directrice artistique du festival L’Europe autour de l’Europe
  • Mina Radović, doctorant et curateur, programmateur de « Black Wave to White Ray : Yugoslav Film of the 1960s » au MoMA (New York, 7-21 septembre 2023) 
  • Vlastimir Sudar, maître de conférences à Kingston University et auteur de The Life and Work of Aleksandar Petrović, A Portrait of the Artist as a Political Dissident (Intellect Books, 2013)

Programme

  • 14h00 –   Kozara, de Veljko Bulajić, 1962, Bosna film, VO sous-titrée en anglais, 2h04
  • 16h30 – Walter défend Sarajevo (Valter brani Sarajevo), de Hajrudin Krvavac, 1972, Bosna film, VO sous-titrée en anglais, 2h13 – Suivi d’une discussion avec Mina Radović 
  • 19h30 – Trois (Tri), de Aleksandar Petrović, 1965, Avala film, VO sous-titrée en français, 1h20 – Suivi d’une discussion avec Irena Bilić et Vlastimir Sudar

En partenariat avec Eur’ORBEM (Sorbonne Université), Filmski Centar Sarajevo et Delta film

-> Voir sur le site de l’INALCO

Xavier Bougarel, Chez les partisans de Tito, Editions Non Lieu, 2023 ( 254 p., 18 €)

Qui se souvient encore des partisans yougoslaves de Tito, le plus important mouvement de résistance armée dans l’Europe occupée ? Adulé hier par les uns, dénigré aujourd’hui par les autres (ou par les mêmes), il reste largement inconnu du public français. Cet ouvrage permet au lecteur de découvrir ce mouvement au plus près, non pas par le récit de batailles épiques, mais par la reconstitution minutieuse de la vie dans les territoires libérés. Comment les partisans ont-ils restauré la communauté des peuples yougoslaves ? Comment organisaient-ils la participation politique de la paysannerie, de la jeunesse, des femmes ? Quel était le rôle du Parti communiste ? Sur quelles bases reposait l’économie de territoires libérés ? Quelle conception les partisans avaient-ils de la justice, de la vengeance et du pardon ? Telles sont quelques unes des questions auxquelles l’auteur entreprend de répondre.

Xavier Bougarel est chercheur au CNRS au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC). Il a déjà écrit ou co-écrit plusieurs ouvrages dont La division Handschar – Watten-SS de Bosnie, 1943-1945 et Les musulmans de l’Europe du Sud-Est – Des Empires aux Etats balkaniques.

Conference- Mediterranean Cold War: A Connected History Approach

Hybrid conference, Athènes, 05/10/2023

Conference Room – École française d’Athènes, Didotou 6 | Inscription webinar

Scientific Coordination: Agustín Cosovschi, Kostis Karpozilos, Eugénia Palieraki, Vanni Pettinà & Gilles de Rapper

PROGRAMME :

10:00 – 10:15 | Welcome, Introduction
Eugénia Palieraki University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Mondes Américains

10:15 – 11:00 | Opening Lecture
Elidor Mëhilli Hunter College, CUNY
The Many Lives of the Cold War

11:00 – 11:15 | Q & A

11:15 – 13:15 | Panel 1: The Balkans and the Global Cold War. Spaces, Actors and Archives of an Entangled History

11:15 – 11:45 | Constantin Katsakioris American University of Iraq-Baghdad
Algeria and the Eastern bloc: Education and Development, Worldviews and Cooperation from the Algerian Revolution to the End of the Cold War

11:45 – 12:15 | Theodora Dragostinova Ohio State University
Cold War (Im)mobilities: The Life and Afterlife of a Family Archive

12:15 – 12:45 | Stella Krepp Bern University
The Cold War in the “Semi-Periphery”: Latin America, Yugoslavia, and the Search for a Third
Way, 1949-1964

12:45 – 13:15 | Q & A

13:15 – 14:30 | Lunch break

14:30 – 16:00 | Panel 2: Between Autonomy, Periphery and the Center: Balkans in the Cold War

14:30 – 15:00 | Benedetto Zaccaria University of Padova
Western Europe and Yugoslavia in the Cold War. Economic Diplomacy, Non-Alignment, SelfManagement

15:00 – 15:30 | Paschalis Pechlivanis Utrecht University
A Cold War Microcosm: The Balkans from the Greek civil War to the Execution of the Ceaușescus (1945-1989)

15:30 – 16:00 | Q & A

16:00 – 16:30 | Coffee break

16:30 – 18:30 | Final Roundtable
Eugénia Palieraki University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Mondes Américains Kostis Karpozilos ASKI Vanni Pettinà University Ca’ Foscari Agustín Cosovschi EFA & Gilles de Rapper EFA

18:30 | Conclusion of the conference

La Yougoslavie socialiste et le mouvement non-aligné / Socialist Yugoslavia and the Non-Aligned Movement

L’école française d’Athènes (EFA) organise une table ronde de présentation et de discussion de l’ouvrage “Socialist Yugoslavia and the Non-Aligned Movement: Social, cultural, political, and economic Imaginaries

le mardi 4 juillet à 18h (EEST) à l’EFA à Athènes,

en présence de

Paul Stubbs, l’éditeur, Institute of Economics, Zagreb

Agustín Cosovschi, l’auteur, EFA

Kleoniki Alexopoulou, Panteion University / RCH

George Souvlis, University of Ioannina / University of Crete

Plus d’informations sur le site de l’EFA. Pour participer, merci de vous adresser à l’Assistance administrative pour la Direction des Études, secretariat.dir_etudes@efa.gr

La bibliothèque du CETOBaC : Interview avec Agustín Cosovschi

La « Bibliothèque du CETOBaC » est une série d’entretiens vidéos présentant les publications récentes des membres du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (EHESS-CNRS-Collège de France, Paris) ou des chercheuses et chercheurs qui lui sont affiliés. Elle met ainsi en valeur des études et synthèses qui aident, dans une approche de sciences sociales, à la compréhension de l’histoire et du présent des sociétés d’un ensemble d’aires allant des Balkans à l’Asie centrale, en passant par la Turquie et le Proche Orient.

Agustín Cosovschi présente son ouvrage : Les sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave

Agustín Cosovschi est membre associé au CETOBaC. Ses recherches portent sur l’histoire de la Guerre froide dans le Sud-Est européen, notamment sur la politique yougoslave de non-alignement et sur l’histoire des sciences sociales dans les Balkans.

En savoir plus sur l’ouvrage : https://cetobac.ehess.fr/publication/…

Septième séance des débats du CREE : “Les sciences sociales face aux dissolutions de l’URSS et de la Yougoslavie”

Dates : Mardi 24 janvier 2023 – 17:0019:00
Lieu : Inalco, Maison de la Recherche, Auditorium Dumézil (2, rue de Lille, Paris 7ème)
Modalités : Hybride (Présentiel / Distanciel)

  • Entrée libre (dans la limite des places disponibilites)
  • Lien Zoom pour suivre à distance cet événement

Le CREE (Centre de Recherches Europes-Eurasie) en collaboration avec le CeTOBaC (EHESS) a le plaisir de vous convier à la septième séance des Débats du CREE intitulé : “Les sciences sociales face aux dissolutions de l’URSS et de la Yougoslavie”.

Discussion autour des ouvrages suivants :

Avec 

Modéré par Nathalie Clayer (CETOBaC, EHESS)

 

Montage de deux couvertures de livres l'un bleu et l'autre avec le drapeau de l'ex-Yougoslavie
Alors que la mémoire des dissolutions en 1991 des deux fédérations socialistes, la soviétique et la yougoslave, a été avare de commémoration, les effets de ces deux séismes politiques continuent de se faire douloureusement sentir aujourd’hui, dans la guerre en Ukraine autant que dans les tensions au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine.

Discussion autour de deux publications récentes qui traitent de la façon dont les sciences sociales ont abordé et ont été transformées par ces bouleversements :
– Agustin Cosovschi, Les sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-`1995), Paris, Karthala, 2022

– Dossier  « Les Traces de 1991 », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol 2/2021

“Les Débats du CREE” sont un rendez-vous mensuel consacré à l’actualité éditoriale et de la recherche sur l’Europe médiane et l’espace post-soviétique dans différentes disciplines (sciences du langage, sciences humaines et sociales)

 

PRÉSENTATION DES OUVRAGES

En puisant dans un large corpus de publications scientifiques, de documents de presse et d’archives, complété par des entretiens personnels avec des chercheurs et chercheuses en Serbie et en Croatie, cet ouvrage propose un examen critique de l’univers des sciences sociales yougoslaves pendant la période de crise qui va de la mort de Josip Broz Tito en 1980 à la fin de la guerre en Croatie et en Bosnie en 1995.

L’auteur montre que, malgré leur inéluctable position de faiblesse face aux grandes transformations politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, de nombreux chercheurs et chercheuses réussissent à préserver certains espaces d’autonomie pendant cette période de crise. Par ailleurs, il souligne que, malgré la rupture que signifie le début de la dissolution yougoslave en 1991, il existe de nombreuses continuités conceptuelles et théoriques entre les années 1980 et les années 1990.

En se servant du monde des sciences sociales comme d’un prisme pour analyser la dissolution de la Yougoslavie, cet ouvrage offre des pistes de réflexion sur la crise du projet socialiste yougoslave et donne un récit actualisé et rigoureux de la crise et de la désagrégation yougoslaves.

Agustín Cosovschi est historien, spécialiste de la guerre froide dans le Sud-Est européen. Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et de l’Université nationale de General San Martin (Argentine), il est actuellement membre scientifique à l’École française d’Athènes.

L’année 1991 marque une des ruptures majeures du XXe siècle : la fin d’un monde bipolaire, l’éclatement de l’Union soviétique et de la Yougoslavie, ainsi que la (ré)émergence d’États-nations souverains dans cette partie du monde couvrant les Balkans, l’ancienne “Europe de l’Est” et l’Eurasie centrale (ex-empire russe puis soviétique). La dislocation de ces deux pays revendiquant une organisation fédérale relève du même mouvement d’effondrement du socialisme d’État, mais en illustre deux modalités différentes. Ces trajectoires différenciées, engagées bien en amont, dès la rupture entre Tito et Staline en 1948, ont produit deux expériences historiques distinctes et contrastées. Trente ans après la disparition concomitante des États yougoslave et soviétique, ce dossier vise à mettre en regard ces deux événements majeurs de 1991, et les processus qui les ont préparés, en recueillant la parole de chercheuses et de chercheurs qui ont vécu et analysé ce moment historique singulier.
Les entretiens réalisés avec Elena Zdravomyslova, Marat Shterin, Ivan Čolović, Jasna Dragović-Soso, Nikolaj Mitrohin et Simon Godard retracent leurs parcours au cours de ces trois dernières décennies ; ils sont une invitation à relire les travaux en sciences humaines et sociales dans les espaces post-soviétique et post-yougoslave, au moment où les affrontements militaires redoublent les barrières linguistiques, institutionnelles, voire sanitaires, qui font obstacle au dialogue. A l’heure où la guerre engagée par la Russie dévaste l’Ukraine, repenser l’expérience de 1991 est une nécessité pour comprendre les violences du passé et du présent.

Agustín COSOVSCHI, Les Sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995), Paris, Karthala, 2022 (250 p. /25€)

Les sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995)

En puisant dans un large corpus de publications scientifiques, de documents de presse et d’archives, complété par des entretiens personnels avec des chercheurs et chercheuses en Serbie et en Croatie, cet ouvrage propose un examen critique de l’univers des sciences sociales yougoslaves pendant la période de crise qui va de la mort de Josip Broz Tito en 1980 à la fin de la guerre en Croatie et en Bosnie en 1995.

L’auteur montre que, malgré leur inéluctable position de faiblesse face aux grandes transformations politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, de nombreux chercheurs et chercheuses réussissent à préserver certains espaces d’autonomie pendant cette période de crise. Par ailleurs, il souligne que, malgré la rupture que signifie le début de la dissolution yougoslave en 1991, il existe de nombreuses continuités conceptuelles et théoriques entre les années 1980 et les années 1990.

En se servant du monde des sciences sociales comme d’un prisme pour analyser la dissolution de la Yougoslavie, cet ouvrage offre des pistes de réflexion sur la crise du projet socialiste yougoslave et donne un récit actualisé et rigoureux de la crise et de la désagrégation yougoslaves.

Agustín Cosovschi est historien, spécialiste de la guerre froide et du Sud-Est européen. Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et de l’Université nationale de General San Martin (Argentine), il est actuellement chercheur postdoctoral. Ses travaux portent sur la politique yougoslave de non-alignement et sur l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est.

Plus d’informations ici.

Soutenance de thèse de Milica Popovic

« Les mémoires (post)yougoslaves comme stratégies de résistance et portée politique de la Yougonostalgie »

((Post) Yugoslav memories as resistance strategies and the political significance of Yugonostalgia)

Thèse de doctorat en science politique, spécialité sociologie politique comparée, réalisée en cotutelle, sous la direction de Jacques Rupnik (Directeur de recherche émérite, Sciences Po-CERI) et la co-direction de Mitja Velikonja (Université de Ljubljana). 

La soutenance publique se tiendra le jeudi 22 juillet à 16h en visioconférence (en anglais). 

 

Le jury de thèse est composé de :

  • Antonela Capelle-Pogacean, Chargée de recherche, Sciences Po-CERI
  • Sarah Gensburger, Chargée de Recherche HDR, CNRS-ISSP (Rapporteure)
  • Ana Hofman, Senior Research Fellow, Institute of Culture and Memory Studies, Research Centre of the Slovenian Academy of Sciences and Arts
  • Cécile Jouhanneau, Maîtresse de conférences, Université Paul-Valéry Montpellier 3 (Rapporteure)
  • Alenka Krašovec, Professor, University of Ljubljana Mitja Sardoč, Senior Research Associate, Educational Research Institute in Ljubljana
  • Mitja Sardoč, Senior Research Associate, Educational Research Institute in Ljubljana 

Les personnes souhaitant assister à la soutenance devront contacter Milica Popovic (milica.popovic@sciencespo.fr) pour  obtenir le lien.

Continuer la lecture de Soutenance de thèse de Milica Popovic

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search