Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Appel à participation (Colloque) / Call for papers (Conference)

Date limite: 22 février 2019 / Deadline: 22 February 2019

Marseille, MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 12 et 13 septembre 2019/ September 12th & 13th 2019

[English below]
 
Ce colloque s’inscrit dans la continuité des Deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » tenues en juin 2016 à Marseille (Mucem et Villa Méditerranée). Il vise à valoriser la reprise depuis cette date des activités de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) et à accroître le rayonnement de la recherche francophone sur cette région en favorisant les synergies entre chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Europe du Sud-Est et basées en France ou dans d’autres pays. Les rencontres de 2019 s’intéresseront aux espaces urbains, un objet se prêtant naturellement à la pluridisciplinarité, comme le reflète l’essor des études urbaines en histoire ou dans les sciences sociales du contemporain.

 

Dans les Balkans comme ailleurs, les transformations sociales, économiques et politiques ont modelé avec force les paysages urbains. Ainsi, ces espaces s’affirment comme des terrains d’observation féconds pour comprendre les processus à l’œuvre dans les sociétés balkaniques. Dans le même temps, ces villes sont le théâtre manifeste d’(en)jeux de pouvoir locaux, nationaux et/ou globaux et permettent en cela d’aborder des questions qui les dépassent. 

 

Si les plus anciennes villes de cette région sont des centres de commerce, souvent littoraux, qui répondent au modèle répandu en Méditerranée de villes-comptoirs, l’avènement des empires ottoman et habsbourgeois y a contribué à l’émergence d’un autre type urbain, notamment caractérisé par la prédominance de l’administration et du contrôle militaire. Avec l’affirmation des État-nations au XIXe siècle, les relations entre société et territoire y ont été profondément modifiées, consacrant les villes, et en particulier les capitales, comme les principaux lieux de l’activité économique et politique, et installant, plus que dans toutes les autres régions d’Europe, la macrocéphalie à cette nouvelle échelle.

 

Dans les villes les plus importantes comme dans les centres mineurs, les paysages urbains y sont le reflet des dynamiques économiques, politiques, culturelles comme des recompositions identitaires complexes, souvent contradictoires, qui traversent la péninsule. Longtemps analysées plutôt comme le résultat de décisions prises d’en haut par les décideurs politiques, ces villes paraissent avoir été sans cesse remodelées par des événements majeurs – guerres, incendies, révolutions – autant que par les pratiques quotidiennes de leurs habitants. Les nombreux mouvements politiques et sociaux – nationalisme, socialisme, féminisme etc. – et leurs promesses d’émancipation ne se sont ainsi pas limités à voir la ville comme un décor, mais ils l’ont sans cesse façonnée et transformée.

Continuer la lecture de Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Extended deadline – Of Great Powers and Failed States. State Assessment from the Late 19th Century to Today

Deadline:  January 15, 2019

Marburg, 3 – 5 July 2019

The way we view states has changed considerably over the past one and a half centuries. Imperial power is no longer seen as a criterion for successful statehood, while political experts of 19th century Europe would not have focused on economic growth and contemporary standards of good governance to determine whether a state will prosper or not.
    
A critical, historical perspective thus challenges the objectivity of today’s methods of state assessment and sharpens our understanding of how markers of statehood have changed as part of broader historical developments. Further developing this historical perspective is the objective of a three-day interdisciplinary conference hosted in Marburg by the Herder Institute for Historical Research on East Central Europe and the University of Birmingham on 3 – 5 July 2019. The conference will bring historians and political scientists together to critically scrutinise modern frameworks of state assessment by bringing them into connection with their historical roots. Thus, the conference will provide an alternative approach to the history of international relations as well as of the modern social sciences.

A main aim of the conference is to discuss when and how a “modern”, discursive framework of state assessment emerged and how it developed over time. For this, we want to investigate how the circulation of knowledge and practices associated with state assessment functioned and changed. We will examine how claims to scientific objectivity contributed to a broader international science of statehood that influenced international politics, economies, and state building over the 20th century. We will put a focus on practitioners of state assessment, such as social scientists, but also “laymen”, such as businessmen, politicians, journalists, and their networks. Another focus will be on the development of institutions of state assessment, such as inquiry commissions and scientific institutions.
    
The chronological focus of the conference is on the late 19th to the early 21st century, with a focus on profound historical ruptures such as the World Wars and the end of the Cold War, but contributions that span a longer period of time are also highly welcome. We invite contributions on all parts of the world.
    
We welcome proposals both from doctoral students and early-career researchers as well as from established scholars. Apart from historians and political scientists, we also invite scholars to apply who work in disciplines that concern themselves with the critical inquiry into state assessment, such as (but not restricted to) economics, geography, and sociology. We also aim to organise a section particularly dedicated to doctoral students and early post-doctoral researchers, a second one for established experts on the topic, and a third designed to bring academics and active practitioners of state assessment into a conversation.

The conference language is English.

The new, extended deadline for proposals is the 15th of January 2019. We aim to give feedback to applicants no later than February 2019.

The conference will take place at the Herder Institute in Marburg. The organisers will cover costs for travel and accommodation.

Themes and questions:

The following list includes topics closely related to the conference theme. It is not complete, and please feel free to submit proposals for topics that concern state assessment but are not listed below. In general, we are interested how norms of “successful” (and “failed”) statehood changed from geographical reach in 19th century political geography to the contemporary focus on institutions and economic growth. How are “successful” and “failed” states conceptualised at particular points in time, and what spurs these concepts to change? How are frameworks of state assessment updated, complemented or supplanted? What role do scientific innovations play in this development? Who are the practitioners, and who has hegemony over the practice of state assessment? What impact does the assessment of a state’s likelihood for survival have on this state itself – i.e. can state assessment become a self-fulfilling prophecy?

List of possible topics:
1.    Normative discourses that focus on successful or failing states, such as discourses on regions considered problematic (the “Third World”, East/South-East Asia, post-communist Eastern Europe, etc.) or discourses that categorise problematic states (“failed states”, “fragile states”, “states-at-risk”, etc.)
2.    The significance of the rise of modern sciences for the assessment of states (e.g. statistics, demography, economics, computerisation, etc.)
3.    Case studies of the assessment of successful and failing states (e.g. the US “Inquiry” during the First World War, Soviet “scientific forecasting”, the European Bank for Reconstruction and Development’s assessment of post-communist East Central Europe, etc.)
4.    Historical contexts and the emergence of categories for state assessment (e.g. national self-determination as a prerequisite for independent statehood, territorial coherence as a marker for successful states, economic indicators such as economic growth, etc.)
5.    Practitioners of state assessment and their networks (e.g. scientific communities, international organisations and NGOs, commercial enterprises, etc.)
6.    State assessment and its impact on international politics (e.g. the assessment of the interwar “seasonal states”, international politics and state collapse in the Middle East and at the Horn of Africa, interaction with non-recognised states such as the “Islamic State”, or the Donetsk People’s Republic, etc.)
 

Contact Info: 

To submit your proposal and CV or for further information on the conference, please get in touch with the organisers:

Dr Klaus Richter (University of Birmingham) – k.richter@bham.ac.uk

Dr Heidi Hein Kircher (Herder Institute, Marburg) – heidi.hein-kircher@herder-institut.de

Contact Email: 

Raphael Gourrada : Soutenance de thèse

AGIR EN SYSTÈME POUR CONSERVER L’ORDRE SOCIAL : LE POSITIONNEMENT POLITIQUE DES ÉLITES RELIGIEUSES AU LIBAN

Jeudi 13 décembre 2018 à 14h00 à l’EHESS (salle AS1_23), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Jury:

Hamit BOZARSLAN, EHESS (directeur de thèse) 

Ahmad BEYDOUN, Université Libanaise 

Bernard HEYBERGER, EHESS

 Eberhard KIENLE, CNRS 

Henry LAURENS, Collège de France 

Elizabeth PICARD, CNRS

Il s’agit tout au long de ce travail d’approcher le politique au Liban, dans sa praxis, en interrogeant les actions d’une catégorie spécifique d’acteurs, les élites religieuses libanaises institutionnalisées. En se penchant sur leurs positionnements politiques, il s’agit d’observer dans quelle mesure la barrière confessionnelle entre ces chefs communautaires est transcendée au profit d’un objectif commun : conserver l’ordre social en vigueur. Pour cela, il convient de se pencher tout d’abord sur les ressources dont disposent ces acteurs pour asseoir et légitimer leur investissement dans le champ politique. Ces ressources sont à la fois d’ordre historique, fruits d’un héritage divergeant certes d’une communauté à l’autre, mais s’inscrivent également dans un cadre structurel et juridique spécifique qui tend à uniformiser les pratiques positionnelles, et qui confère à chacune des instances institutionnalisées les moyens d’un encadrement sociétal. Les ressources d’ordre charismatique et propres à chaque leader ne sont bien évidemment pas à négliger. L’étude des pratiques du positionnement implique de se pencher sur les vecteurs véhiculant la prise de parole, mais également la temporalité et la fréquence dans laquelle cette parole s’insère. Le discours politique se caractérise également par une uniformité flagrante de la rhétorique et du vocabulaire utilisés par ces dominants. La défense d’une cause, à laquelle est liée l’identité du groupe communautaire, le calibrage des stratégies de communication, ainsi que la préservation d’un équilibre nécessaire à entretenir avec le champ politique en terme de distance, sont autant de règles conditionnant la légitimité du discours produit. Ces positionnements n’étant pas sans défis, les acteurs religieux institutionnalisés se doivent également de gérer à la fois la concurrence d’outsiders proposant un discours moins uniforme et donc plus attractif, mais également les potentielles dissensions caractérisant les acteurs du champ religieux, ainsi que leurs relations avec ceux du champ politique. Gérer ces concurrences potentielles implique d’œuvrer en commun, en système, conjointement ou concomitamment, pour produire un discours des élites pour les élites, promouvant la sauvegarde d’un ordre social. En s’affranchissant des grilles de lecture communautaires ou clientélaires, à travers l’observation des positionnements d’acteurs disposant principalement d’un capital symbolique, nous sommes amenés à caractériser la formation d’un nouveau champ des élites de la conservation regroupant les acteurs religieux, mais également une partie du personnel politique œuvrant en vue de cette conservation de l’ordre social.

Ece Zerman: Soutenance de thèse

NOUVELLES PRATIQUES DE REPRÉSENTATION DE SOI DE LA FIN DE L’EMPIRE OTTOMAN À LA RÉPUBLIQUE DE TURQUIE : ÉCRITS DU FOR PRIVÉ, PHOTOGRAPHIES, INTÉRIEURS

Lundi 10 décembre 2018 à l’EHESS à partir de 9h30 en salle 13, 105 boulevard Raspail, Paris

Jury:

Nathalie CLAYER, CNRS-EHESS (directrice de thèse) 

Mercedes VOLAIT, CNRS, INHA 

Edhem ELDEM, Université de Boğaziçi-Collège de France  

Anne MONJARET, IIAC-LAHIC, CNRS-EHESS  

Timour MUHIDINE, INaLCO

Cette thèse vise à étudier des egodocuments dans une période de transformations politiques et sociales qui s’étend des années 1890 aux années 1930. Notre réflexion se base sur des études de cas : un journal intime, des agendas, des lettres, des carnets de famille, des albums de photographies, des photographies d’intérieurs ainsi qu’une corpus de sources publiées. A partir de la fin du XIXe siècle de nouvelles formes de représentation de soi se développaient dans l’Empire ottoman, souvent reliées aux discours politiques émergents. La diffusion de la photographie et des nouvelles techniques de reproduction des textes et des images a certainement contribué au développement de ces nouvelles formes de représentation. Notre objectif est d’analyser dans une démarche englobante des moyens écrits et visuels de représentation de soi qui s’entremêlaient dans la plupart des cas. L’étude de cette documentation permet d’analyser à l’échelle individuelle la façon dont les sujets de cette étude ont fait l’expérience d’un monde en transformation, comment ils/elles ont construit et gardé leurs souvenirs, comment ils/elles se sont projetés au futur dans une époque de bouleversements politiques et sociaux. Cela nous permet aussi de suivre la circulation transnationale des objets et des pratiques, ainsi que les manières avec lesquelles ils sont adaptés et réappropriés par une « nouvelle base sociale ». Nos sources sont l’objet-même de notre étude. L’intérêt est aussi bien porté sur la matérialité et les usages de ces documents que sur ce qu’ils nous apprennent sur l’expérience, les émotions, les sens, la mise-en-scène ou la performance de soi que mettent en œuvre chacun.e.s de nos auteurs.

GDR Connaissance de l’Europe médiane

Le premier séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane de l’année universitaire, aura lieu le vendredi 23 novembre à 14 h 30 à l’Institut d’études slaves.
À l’occasion de la sortie aux Presses universitaires de Rennes du numéro 14 (daté de novembre 2018) de la revue Monde(s) intitulé « L’Europe médiane, carrefours et connexion », tout en revenant sur son contenu et ce qui a présidé à son organisation, nous poserons la question suivante : L’Europe médiane fait-elle sens aujourd’hui ? Vous trouverez ci-dessous le lien de l’introduction à ce numéro (copier le lien dans votre moteur de recherche) :
Cinq intervenants de quatre disciplines différentes interviendront chacun une quinzaine de minutes pour lancer la discussion et le partage d’idées qui constitueront l’essentiel de cette séance à laquelle tous sont conviés pour enrichir le débat par d’autres disciplines (géographie etc.):

  • Mateusz Chmurski (Paris-Sorbonne)
  • David Do Paço (Science Po Paris)
  • Marie-Elizabeth Ducreux (CNRS/EHESS-CRH)
  • Paul Gradvohl (Université de Lorraine)
  • Frédéric Zalewski (Université de Nanterre-Paris-Ouest)

En raison des contraintes de sécurité, il est impératif que vous signaliez votre présence à l’adresse suivante: antoine.mares@wanadoo.fr

Ce séminaire sera aussi l’occasion de vous informer des activités de l’année et de l’avenir du GDR. 

Nadège Ragaru – soutenance d’HDR

Jeudi le 6 décembre 2018 à l’EHESS, à partir de 14h en salle M. & D. Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Le jury d’habilitation est composé de :

Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS (CETOBaC)

Nathalie Clayer, Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) (rapporteure)

Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, IHTP (rapporteur)

Frédérique Matonti, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Patrick Michel, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS (CMH) (garant)

Paul-André Rosental, Professeur des universités, Sciences Po Paris (rapporteur)

Le dossier d’habilitation comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 3), un mémoire inédit (volume 2) intitulé: 

« Et ils furent sauvés… » : productions et circulations internationales des savoirs sur les destinées juives dans l’“ancien” et le “nouveau” Royaumes de Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale (1944-2018)

Résumé 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 48 000 Juifs du « vieux » Royaume de Bulgarie (frontières d’octobre 1940), quoique soumis à un large éventail de mesures anti-juives, ne furent pas déportés et survécurent à la guerre. Dans les territoires yougoslaves et grecs occupés entre 1941 et 1944, en revanche, 11 343 Juifs furent arrêtés, convoyés en Pologne et exterminés. Dans les écrits historiens et amateurs, comme dans les discours publics et les productions culturelles, une lecture dominante des expériences juives s’est imposée en Bulgarie et au-delà, qui repose sur trois piliers : une association de la Shoah en Europe au « sauvetage des Juifs bulgares » en Bulgarie ; une énonciation de cette non-déportation en termes de trajectoire historique exceptionnelle ; enfin, une indexation de ce « sauvetage » sur une  tradition de « tolérance nationale » envers les minorités. Les controverses publiques autour de l’interprétation des faits observées – durant et après la guerre froide – aux échelles nationales, régionales et internationales ont été principalement centrées sur l’établissement d’une hiérarchie des mérites dans le « sauvetage des Juifs bulgares ». Comment comprendre que, d’un passé complexe et contradictoire, une unique facette ait fait l’objet d’une narration et d’une transmission prioritaires? Que les déportations, sans être oblitérées, soient apparues comme faiblement pertinentes dans la reconstitution de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

L’objectif de ce manuscrit inédit est de répondre à ces questions en retraçant la genèse et les circulations internationales des savoirs et représentations de la Shoah. Située à la croisée entre sociologie des savoirs et sociologie du communisme et de la guerre froide, l’enquête embrasse, au-delà des seuls écrits historiens, la production de savoirs judiciaires, les recréations documentaires et fictionnelles des événements et l’étude de controverses spécifiques. Le dépouillement d’une documentation principalement en langues bulgare, macédonienne, serbe et allemande y éclaire les configurations changeantes d’acteurs aux trajectoires et logiques d’intéressement contrastées qui ont produit ces modes de saisissement du passé ; il met aussi en évidence leurs modulations spatiales et temporelles (en Bulgarie, dans les Balkans comme à l’échelle globale). La recherche s’inscrit ainsi dans le sillage d’une historiographie récente sur l’écriture des persécutions anti-juives en Europe de l’Est ayant invité à nuancer la représentation conventionnelle d’une élision constante des souffrances juives sous le communisme. Qu’observons-nous en effet en lieu et place d’un silence continu ? Une présence à éclipses et ellipses, des dynamiques circulatoires irréductibles aux seuls effets de compétition géopolitique et une exposition des faits dont l’accentuation a été tributaire de son arrimage à des enjeux identitaires et politiques discutés sur le terrain de l’élucidation des destinées juives. Les opérations de nationalisation du récit historique, soutenues par les acteurs publics bulgares, y ont été indissociables d’un mouvement de transnationalisation des représentations scripturaires et visuelles de la Shoah auquel les communautés juives (établies aux États-Unis et en Israël notamment) et les diasporas balkaniques non juives ont apporté une contribution majeure. La transnationalisation a constitué une modalité, sinon une condition, de la nationalisation des écritures savantes et profanes traitant des expériences juives de la guerre dans ces territoires. – Nadège Ragaru

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies