colloque : Les études sur les Albanais en France

L’Académie des Sciences et des Arts de Kosova (Section de Linguistique et de Littérature) organise la dernière semaine d’octobre 2020 le colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France ».

Date limite pour l’envoi des résumés des communications : 1er juin 2020.

La Section de Linguistique et de Littérature de l’Académie des Sciences et des Arts de Kosova a jusqu’à présent tenu deux colloques internationaux où ont été examinés les développements dans le domaine des études albanistiques, en 2015 « Les études albanistiques en Amérique », dont les actes ont été publiés par l’Académie en 2016, 665 p. ; en 2017 « Les études albanaises dans les pays où on parle allemand », les actes en ont été publiés en 2018 par l’ASAK. Un grand intérêt a été porté aux deux colloques qui ont connu une large participation. En octobre 2019 le troisième colloque de cette série s’est tenu sur le thème « Les études albanistiques en Italie », avec une large participation et ses actes devraient être publiés cette année.

A la suite de cette expérience la Section de Linguistique et de Littérature de l’ASAK a décidé d’organiser un colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France», où nous avons ici aussi une tradition ancienne d’intérêts pour le monde albanais.            Continuer la lecture de colloque : Les études sur les Albanais en France

5ème Journée doctorale du CETOBAC

Journée doctorale du CETOBaC (en collaboration avec le CeRMi) – Frontières, transitions, hybridité : regards croisés des Balkans à l’Asie centrale

Vendredi 6 mars 2020

9h-12h Amphithéâtre François Furet – 105 boulevard Raspail, 75006 Paris ; 13h30 – 18h Salle Lombard – 96 boulevard Raspail, 75006 Paris

Pour la cinquième année consécutive, le CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) – cette fois-ci en collaboration avec le CeRMI (Centre de Recherche sur le Monde Iranien) – organise une journée consacrée aux travaux des doctorant·e·s du laboratoire et d’autres établissements. Portant sur les espaces étudiés par le CETOBaC et le CeRMI – des Balkans à l’Asie centrale, en passant par l’Anatolie, l’Iran et une partie du Proche-Orient – la journée vise à discuter de la notion de frontière à toutes les échelles et des circulations et des transferts à travers les espaces frontaliers, dans une approche à la fois diachronique et transdisciplinaire. Elle est ainsi conçue pour être un moment d’échanges dépassant les frontières et cloisonnement géographiques, sociaux et mentaux qu’académiques et institutionnelles.   

Cette journée bénéficie du soutien financier du CETOBaC, du CeRMI et du Projet Traject-DeXX de l’Institut Convergences MIGRATIONS, CNRS, portant la référence ANR-17-CONV-0001.

Comité organisateur
Simon Berger (CETOBaC, EHESS); Léo Maillet (CETOBaC, EHESS – ESTAS, Université de Genève), Jovana Papović (CETOBaC – LABEX Tepsis, EHESS), Alisa Shablovskaia (CeRMI, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 – Centre d’histoire de Sciences Po)

Continuer la lecture de 5ème Journée doctorale du CETOBAC

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)

Istanbul, mégapole tentaculaire, offre un concentré des enjeux urbains contemporains et des contradictions turques actuelles. Conquêtes, intrigues politiques ou religieuses, tremblements de terre et incendies ont successivement balayé celle qui fut capitale de l’Empire ottoman. La métropole d’aujourd’hui 16 millions d’habitants est remodelée, à une immense échelle, par les soubresauts du capitalisme ainsi que par les gigantesques ambitions d’Erdoğan dans le cadre de son « Objectif 2023 ». La croissance de l’agglomération a été fulgurante au cours des dernières décennies. Elle recouvre le palimpseste des strates passées, notamment byzantines, détruisant au passage une partie de ses magnifiques aménités.

A travers un panorama des franges urbaines de la mégapole du Bosphore, ce livre emmène le lecteur hors des sentiers battus et des clichés. Assez méconnus, ces espaces en transition constituent un révélateur de l’intensité et de l’étendue des recompositions inégalitaires à l’œuvre. Les arpenter à pied permet de prendre la mesure de… leur démesure. L’ensemble de ces traversées urbaines pédestres esquisse une radioscopie de cette fantasmagorie urbaine (à jamais) inachevée.

Continuer la lecture de Yoann MORVAN et Sinan LOGIE, Méga Istanbul, Traversées en lisières urbaines, Paris, le cavalier bleu, 2019, (208 p., 20€)

Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Gilles Veinstein nous transporte au coeur de l’Empire ottoman des XIV-XVIIe siècles, en l’appréhendant par son institution politique la plus emblématique : les esclaves du sultan ou, pour reprendre la formulation ottomane, les « esclaves de la Porte (kapı kulları) ». Si ces esclaves partagent avec l’ensemble de la population servile de l’Empire ottoman les traits inhérents à leur condition, le rang qu’ils occupent dans l’État et dans la société correspond assez peu au cliché du « personnel » du sultan. Ces esclaves de la Porte témoignent d’un phénomène beaucoup plus ancien qui n’est pas propre à l’Islam mais qui, à partir de l’Empire abbasside au IXe siècle de notre ère, a connu dans plusieurs régimes musulmans un développement et une place d’une grande importance : l’esclavage gouvernemental ou étatique. En un sens, dans ce domaine comme dans bien d’autres, l’Empire ottoman ne fait que s’inscrire dans la suite des États musulmans antérieurs. Cependant, ici comme ailleurs, il renouvelle sur plus d’un point l’institution ancienne : on songe d’abord à cette méthode si décriée de recrutement, le devşirme, ou « ramassage » de jeunes garçons sujets du sultan.

La présente édition, issue des cours de Gilles Veinstein au Collège de France en 2009 et 2010, a été élaborée par Elisabetta Borromeo à partir d’un premier jet manuscrit, complété par l’enregistrement audio des cours, puis annotée.

Continuer la lecture de Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Slovo N° 50/2020, Comment penser l’histoire littéraire du XXIè siècle dans l’espace euro-asiatique

Numéro préparé par  Marie Vrinat-Nikolov

Les treize auteurs réunis dans ce volume invitent leurs lecteurs à revisiter l’historiographie littéraire en Afghanistan et en Iran, en Biélorussie, Bulgarie, Géorgie, Roumanie, Russie, Serbie, Slovénie, Turquie (et Empire ottoman). Ce faisant, ils convoquent l’histoire globale, l’histoire croisée, la sociologie de la littérature, les études post-coloniale et de genre, les transferts culturels et la littérature mondiale.

Les enjeux de cette approche sont pluriels car repenser le divers contre l’unique fait bouger toutes les lignes de l’histoire littéraire : c’est ce qui permet de mettre au jour les oubliés de l’histoire littéraire (les femmes écrivaines ou les œuvres rédigées dans des langues et alphabets qui ne se laissent pas enfermer dans un cadre national) et de faire apparaître les flux transnationaux et multilatéraux entre les aires culturelles, le dialogue entre les littératures qui fait naître de nouvelles formes et de nouveaux genres par la traduction ; c’est aussi ce qui amène à démythifier les “grandes figures tutélaires” , les classiques, les icônes que le canon national muséifie, c’est-à-dire momifie ; c’est enfin ce qui montre clairement que, pour penser les “horloges littéraires du monde” , le grand récit linéaire, positiviste et fondé sur l’unicité totalisante n’est définitivement plus le cadre approprié.

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies