GDR Connaissance de l’Europe médiane

Le premier séminaire du GDR Connaissance de l’Europe médiane de l’année universitaire, aura lieu le vendredi 23 novembre à 14 h 30 à l’Institut d’études slaves.
À l’occasion de la sortie aux Presses universitaires de Rennes du numéro 14 (daté de novembre 2018) de la revue Monde(s) intitulé « L’Europe médiane, carrefours et connexion », tout en revenant sur son contenu et ce qui a présidé à son organisation, nous poserons la question suivante : L’Europe médiane fait-elle sens aujourd’hui ? Vous trouverez ci-dessous le lien de l’introduction à ce numéro (copier le lien dans votre moteur de recherche) :
Cinq intervenants de quatre disciplines différentes interviendront chacun une quinzaine de minutes pour lancer la discussion et le partage d’idées qui constitueront l’essentiel de cette séance à laquelle tous sont conviés pour enrichir le débat par d’autres disciplines (géographie etc.):

  • Mateusz Chmurski (Paris-Sorbonne)
  • David Do Paço (Science Po Paris)
  • Marie-Elizabeth Ducreux (CNRS/EHESS-CRH)
  • Paul Gradvohl (Université de Lorraine)
  • Frédéric Zalewski (Université de Nanterre-Paris-Ouest)

En raison des contraintes de sécurité, il est impératif que vous signaliez votre présence à l’adresse suivante: antoine.mares@wanadoo.fr

Ce séminaire sera aussi l’occasion de vous informer des activités de l’année et de l’avenir du GDR. 

Nadège Ragaru – soutenance d’HDR

Jeudi le 6 décembre 2018 à l’EHESS, à partir de 14h en salle M. & D. Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Le jury d’habilitation est composé de :

Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS (CETOBaC)

Nathalie Clayer, Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) (rapporteure)

Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, IHTP (rapporteur)

Frédérique Matonti, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Patrick Michel, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS (CMH) (garant)

Paul-André Rosental, Professeur des universités, Sciences Po Paris (rapporteur)

Le dossier d’habilitation comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 3), un mémoire inédit (volume 2) intitulé: 

« Et ils furent sauvés… » : productions et circulations internationales des savoirs sur les destinées juives dans l’“ancien” et le “nouveau” Royaumes de Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale (1944-2018)

Résumé 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 48 000 Juifs du « vieux » Royaume de Bulgarie (frontières d’octobre 1940), quoique soumis à un large éventail de mesures anti-juives, ne furent pas déportés et survécurent à la guerre. Dans les territoires yougoslaves et grecs occupés entre 1941 et 1944, en revanche, 11 343 Juifs furent arrêtés, convoyés en Pologne et exterminés. Dans les écrits historiens et amateurs, comme dans les discours publics et les productions culturelles, une lecture dominante des expériences juives s’est imposée en Bulgarie et au-delà, qui repose sur trois piliers : une association de la Shoah en Europe au « sauvetage des Juifs bulgares » en Bulgarie ; une énonciation de cette non-déportation en termes de trajectoire historique exceptionnelle ; enfin, une indexation de ce « sauvetage » sur une  tradition de « tolérance nationale » envers les minorités. Les controverses publiques autour de l’interprétation des faits observées – durant et après la guerre froide – aux échelles nationales, régionales et internationales ont été principalement centrées sur l’établissement d’une hiérarchie des mérites dans le « sauvetage des Juifs bulgares ». Comment comprendre que, d’un passé complexe et contradictoire, une unique facette ait fait l’objet d’une narration et d’une transmission prioritaires? Que les déportations, sans être oblitérées, soient apparues comme faiblement pertinentes dans la reconstitution de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

L’objectif de ce manuscrit inédit est de répondre à ces questions en retraçant la genèse et les circulations internationales des savoirs et représentations de la Shoah. Située à la croisée entre sociologie des savoirs et sociologie du communisme et de la guerre froide, l’enquête embrasse, au-delà des seuls écrits historiens, la production de savoirs judiciaires, les recréations documentaires et fictionnelles des événements et l’étude de controverses spécifiques. Le dépouillement d’une documentation principalement en langues bulgare, macédonienne, serbe et allemande y éclaire les configurations changeantes d’acteurs aux trajectoires et logiques d’intéressement contrastées qui ont produit ces modes de saisissement du passé ; il met aussi en évidence leurs modulations spatiales et temporelles (en Bulgarie, dans les Balkans comme à l’échelle globale). La recherche s’inscrit ainsi dans le sillage d’une historiographie récente sur l’écriture des persécutions anti-juives en Europe de l’Est ayant invité à nuancer la représentation conventionnelle d’une élision constante des souffrances juives sous le communisme. Qu’observons-nous en effet en lieu et place d’un silence continu ? Une présence à éclipses et ellipses, des dynamiques circulatoires irréductibles aux seuls effets de compétition géopolitique et une exposition des faits dont l’accentuation a été tributaire de son arrimage à des enjeux identitaires et politiques discutés sur le terrain de l’élucidation des destinées juives. Les opérations de nationalisation du récit historique, soutenues par les acteurs publics bulgares, y ont été indissociables d’un mouvement de transnationalisation des représentations scripturaires et visuelles de la Shoah auquel les communautés juives (établies aux États-Unis et en Israël notamment) et les diasporas balkaniques non juives ont apporté une contribution majeure. La transnationalisation a constitué une modalité, sinon une condition, de la nationalisation des écritures savantes et profanes traitant des expériences juives de la guerre dans ces territoires. – Nadège Ragaru

Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Appel à communication pour la Section Thématique 48 « Se mobiliser en contexte autoritaire » se tiendra lors du prochain congrès de l’AFSP en juillet 2019 à Bordeaux.

Les propositions de communication devront être envoyées par courriel à chacune des responsables scientifiques de la ST avant le 12 décembre 2018.

Paper proposals must be sent by e-mail to each of the panel’s conveners before December 12th, 2018.

Responsables scientifiques :

Işıl Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)

isilerdinc2@gmail.com

Ayşen Uysal (CRESPPA/CSU, IFEA)

uysalaysen@yahoo.fr

La section thématique entend interroger les modes et les stratégies d’action collective en contexte autoritaire. Juan Linz (2006) définit l’autoritarisme comme un régime au pluralisme limité. La section thématique vise ainsi à discuter l’engagement dans les régimes autoritaires et plus largement dans les régimes formellement démocratiques (les démocraties électorales) mais dont les pratiques des gouvernements ne peuvent permettre de les caractériser comme démocratiques, les régimes hybrides, les zones grises, les autoritarismes compétitifs (Levitsky et Way, 2010). La section thématique est ouverte à toutes les propositions portant sur des mobilisations dans des situations autoritaires tant dans les pays dits de Sud que dans les pays dits du Nord.

Continuer la lecture de Se mobiliser en contexte autoritaire / Mobilizations in authoritarian context

Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

TEPSIS Workshop 

Friday 16 November 2018, 14h-19h

Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales 

105 Boulevard Raspail, room 13 

Coordinators : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC) 

ENG: As classic topics of modern history, collective disobedience/revolt movements have traditionally been studied from an economic or/and sociological perspective. These last years have brought an important methodological renewal, which gives large room to anthropological reflection and to comparatist approaches, by emphasizing some “new” aspects: the imaginary and the staging of the rebellions/uprisings, the plurality of the speeches and memories, the transfers of experience, etc. However, this renewal had little impact on studies devoted to Eastern Europe and the Balkans, which continue to deal with these topics in a socio-economic key or to regard them as a direct antecedent of the movements of national liberation in the nineteenth century. 

Our workshop proposes a critical review of studies dedicated to these issues at European and extra-European level with the aim of building methodological tools that could be applied to the Eastern Europe and the Balkans. One of the contributions of this approach is to include these areas in the overall reflection on collective disobedience in the modern era, which will eventually lead to drawing up a connected history of these phenomena at various scales. 

Our investigation begins in the first decades of the sixteenth century with the consolidation of the northern border of the Ottoman Empire and continues until the end of the Napoleonic period, marked by the formation of the Holy Alliance in 1815 and the establishment of a new balance of power in this part of Europe. We pay particular attention to border areas, where belonging to one political entity or another has repeatedly raised serious problems, both within the States concerned and between competing neighbors. This look from the margins towards the center will allow us to consider under a new angle the mechanisms of governance and the process of modern states building in this region. 

Continuer la lecture de Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

Séminaire de l’Idemec

Programme 2018/2019

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 16h en salle Georges Duby de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)

5, rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

28 septembre. Séance de rentrée.

5 octobre. Méditerranée, 1. Christian Bromberger (Idemec). Comment penser la Méditerranée ?

12 octobre. Francesco Piraino (Idemec). Le soufisme méditerranéen dans la sphère publique : entre diplomatie et realpolitik.

19 octobre. Méditerranée, 2. Paul Sant Cassia (Université de Malte). Some reflections on the anthropology of the Mediterranean: The issue of intermarriage, syncretism and crypto-religion

9 novembre. Méditerranée, 3. Maurice Aymard (EHESS). La Méditerranée, un laboratoire vivant des sciences sociales.

***

16 novembre. Ethnomusicologie, 1. Olivier Tourny (Idemec). Hétérographies du fait musical.

23 novembre. Ethnomusicologie, 2. Georges Paczynski (Musicien, batteur de Jazz, Docteur ès Lettres). De l’art du geste à l’art du son.

30 novembre. Ethnomusicologie, 3. a) Blanche Lacoste (doctorante Idemec). Dieu et les voix/voies de la migration féminine à Rome. b) Matteo Cialone (doctorant Idemec). Faire parler le passé immatériel : la question de l’archive musicale.

7 décembre. Ethnomusicologie, reprise.

***

14 décembre. Géraldine Mossière (Université de Montréal, professeur invité Idemec). Les récits de conversion : hétérographie et politisation du discours.

21 décembre. Stéphane Breton (EHESS, LAS). Voir et être vu.

11 janvier. Sara Kuehn (Idemec). Picturing gender construction and performativity in Sufi contexts.

***

18 janvier. Image et écriture, 1. Gwenola Graff (IRD, Paloc). Dynamiques de création de l’écriture et pratiques iconiques dans l’Égypte pré-pharaonique.

25 janvier. Image et écriture, 2. Zeynep Devrim Gürsel (Université de Bâle). Portraits of Unbelonging.

1er février. Image et écriture, 3. Florence Weber (ENS) et Jean-Robert Dantou (Agence Vu). Pour une alliance entre photographie et sciences sociales : retour sur trois expériences de recherche.

8 février. Image et écriture, reprise.

***

1er mars. Hétérographie filmique, 1. Manoël Pénicaud (Idemec). Entre autres. Mises en abyme d’écriture autour d’un film documentaire.

8 mars. Hétérographie filmique, 2. Boris Petric (CNE). Château Pékin : décrire par le film une coprésence sociale inédite.

15 mars. Hétérographie filmique, 3. Christian Lallier (IIAC). [Titre à venir.]

22 mars. Hétérographie filmique, reprise.

***

5 avril. Genre et parenté 1. Valérie Feschet (Idemec). Jardins secrets et secrets de famille : la mère.

26 avril. Genre et parenté 2. Laurence Hérault (Idemec). La transidentité entre vocation et influences.

3 mai. Genre et parenté 3. Irène Théry (CNE). [Titre à venir.]

10 mai. Genre et parenté, reprise. Animée par le groupe de recherche EnCoRe (Engendre­ment, Corps et Relation).

***

17 mai. Violences politiques identitaires, 1. Hamit Bozarslan (EHESS, CETOBaC). Moyen-Orient 1979-2019 : Une guerre de quarante ans ?

24 mai. Violences politiques identitaires, 2. Lynda Dematteo (CNRS, IIAC). [Titre à venir.]

7 juin. Violences politiques identitaires, 3. Didier Bigo (CERI Sciences Po). Titre à venir.]

14 juin. Violences politiques identitaires, reprise.

***

21 juin. Emmanuel Désveaux (EHESS). Peau d’Âne et le chalet suisse : la transformationalité lévi-straussienne comme facteur de la genèse culturelle européenne.

***

28 juin. Conclusion.

LA DANSE SUR LE VOLCAN : ISTANBUL 1918-1923 UNE CAPITALE SOUS OCCUPATION

14 novembre 2018

Salons de l’INALCO, 2 rue de Lille, Paris
Sous la direction de Frédéric Hitzel (CNRS-EHESS) & Timour Muhidine (INALCO)

10h00: Accueil

10h15: Présentation du projet
Frédéric HITZEL, CNRS-EHESS
Timour MUHIDINE, INALCO-CERMOM

10h30

Claire LE BRAS, Université de Nantes, Istanbul sous administration Alliée : les Hauts-Commissariats français, britannique et italien.

Alexandre TOUMARKINE, INALCO-CERMOM, Chasse à l’homme dans Istanbul occupée: la traque des soldats de l’Entente démobilisés par les armées d’occupation.

Marie BOSSAERT, École Française de Rome, Tous Italiens ! La politique de protection et de nationalisation italienne dans Istanbul occupée.

12h00 Pause-café

12h30
Meropi ANASTASSIADOU, INALCO-CERMOM, Re-Constantinople après Istanbul. Les représentations de la Ville dans Logos, revue littéraire grecque à l’époque de l’Occupation alliée (1919-1923).

Johann STRAUSS, Université de Strasbourg, Les Années de l’Armistice à Istanbul : chant de cygne de la littérature minoritaire.

13h30 Déjeuner

14h30

Bruno ELIE EHESS-CETOBAC, L’exode des Russes Blancs vers les Détroits et Constantinople.

Frank-Olivier CHAUVIN, Normandie UniversitéLa surveillance des réseaux bolchéviques à Constantinople par les interalliés (1919-1923). Acteurs, Structures et Interaction conflictuelle.

Frédéric HITZEL, CNRS-CETOBAC, L’art en coulisses : rencontre artistique inattendue dans Istanbul occupée, à l’origine d’une
émergence créative.

16h00 Pause-café

16h30
Emmanuel SZUREK, EHESS-CETOBAC, Jean Deny occupe Constantinople, Istanbul occupe Jean Deny.
Ibrahim IBRAHIMOV, Normandie Université, Pratiques culturelles et lieux de sociabilité à travers les loisirs pendant l’occupation
interalliée à Constantinople (1918-1923). Entre pratiques anciennes et nouvelles, locales et étrangères. Transmissions, Usages et Intégration.

Timour MUHIDINE, INALCO-CERMOM, Ecrire l’occupation : les auteurs turcs montrent les dents.

18h00-19h00 Discussion générale

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies