Soutenance de HDR de Béatrice von Hirschhausen

Titre: Les frontières fantômes en Europe centrale et orientale -Essai de géographie culturelle

Mercredi 17 janvier 2018 à 14:00

Adresse: Université Paris 1 Pantheon Sorbonne, salle J.B. Duroselle – Galerie J.B. Dumas, 14, rue Cujas, 75005 Paris

Jury:

Nathalie Clayer, Directrice de recherche au CNRS,  CETOBAC – Paris
Lydia Coudroy de Lille, Professeure à l’Université Lumière Lyon 2  (rapporteure)
Bernard Debarbieux, Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)
Denis Eckert, Directeur de recherche au CNRS, Centre Marc Bloch – Berlin
Octavian Groza, Professeur à l’Université Alexandru Ion Cuza – Iaşi
Lena Sanders, Directrice de recherche au CNRS, UMR Géographie-cités – Paris (garante)

Albanie. Ethnologie française. 2017/2 N°166. (24€)

À partir de la fin du XVIIIe siècle, le recul progressif de l’Empire ottoman notamment dans les territoires habités par les Albanais dans les Balkans et la création d’États nationaux (Grèce, Serbie, Roumanie, Bulgarie) ont deux conséquences majeures pour le développement de l’ethnologie albanaise : d’une part, l’idéologie nationale se diffuse dans les milieux intellectuels et incite certains écrivains et érudits à se lancer dans la collecte de « folklore » ; d’autre part les grandes lignes du mythe d’origine de la nation (autochtonie, descendance pélasgique ou illyrienne, résistance à l’envahisseur ottoman, etc.) se mettent en place.

Au lendemain de la prise de pouvoir par les communistes, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la discipline devient un instrument au service du parti : les ethnologues sont sollicités à la fois pour légitimer scientifiquement la vision de l’histoire de la nation portée par le parti et pour modeler la « culture populaire ». Il faut attendre le début des années 2000 pour assister à une renaissance significative grâce au recrutement de jeunes chercheurs. C’est aux travaux de ceux-ci que cette livraison est consacrée.

Continuer la lecture de Albanie. Ethnologie française. 2017/2 N°166. (24€)

Efi Avdela – Enseignante invitée de l’EHESS (janvier – février 2018)

Efi Avdela est professeure d’histoire contemporaine au Département d’Histoire et Archéologie de l’Université de Crète (Rethymno), spécialisée dans les théories du genre, la délinquance juvénile et les associations volontaires (http://www.history-archaeology.uoc.gr/en/staff/dep/Avdela.html). Ses travaux les plus récents portent sur l’histoire sociale et culturelle de l’après-guerre et plus particulièrement sur la violence interpersonnelle, les mécanismes de régulation de la jeunesse et la justice des mineurs en Grèce (https://crete.academia.edu/EfiAvdela). Continuer la lecture de Efi Avdela – Enseignante invitée de l’EHESS (janvier – février 2018)

Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans le Sud-Est européen de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents sur les mouvements sociaux, on se propose de développer une analyse de ces phénomènes dans le Sud-Est européen, en se concentrant notamment sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées au moins à partir du début du XIXe siècle, et qui ont amplement contribué à bâtir l’espace public. On prendra également en compte d’autres organisations, tels que les syndicats, les partis – mais aussi les mouvements apparemment moins structurés. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les mouvements sociaux seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Continuer la lecture de Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Soutenance de thèse de Guillaume Javourez

Titre de thèsePermanence et changement aux frontières de l’Europe, une approche des recompositions frontalières entre Grèce et République de MacédoinePermanency and change at the European border, an approach of cross border recompositions between Greece and the Republic of Macedonia

Lundi 18 décembre 2017 à 14:30 

Adresse: MMSH, 5, rue du Château de l’Horloge 13094 Aix-en -Provence

Directeur de these Pierre SINTES Aix Marseille Université
Rapporteur Emmanuelle BOULINEAU Ecole Normale Supérieure de Lyon
Examinateur Konstantinos TSITSELIKIS Université de Macédoine, Thessalonique
Examinateur Olivier GIVRE Université Lyon 2
Rapporteur Pascal CHEVALIER Université Montpellier 3
Examinateur Bernard LORY INALCO, Université Sorbonne Paris Cité

Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire

This special issue aims at de-centering the notion of the “Post-Ottoman”. We intend to turn the attention toward the impact of collapsing imperial structures on the life trajectories of marginal(ized) individuals, with a particular focus on the spatial dimension and the representation of the self. 

We invite the contributors to reflect on marginalities from an intersectional perspective that includes notions like anomie, subalternity, exclusion, and segregation. The issue particularly welcomes studies centered on subjectivities of women, ethnic or confessional minorities, and actors targeted by social, political, and sexual discrimination. Apart from that, the special issue also addresses actors from economic classes that have, until now, received comparatively little attention in biographical research, like workers, peasants, or the urban and rural poor. We conceive of marginalization utilizing a twofold approach: marginalization during the post-Ottoman transformations as well as marginalization deriving from historiographical neglect. The goal is to enrich the empirical and conceptual research on biographies by extending it outside the domain of “great men’s” memoirs in a more inclusive conceptual framework. In their case studies, contributors should critically discuss life trajectories by focusing on the meaning, boundaries, and negotiations of marginality as central factors for practices and perceptions. In so doing, we suggest adopting an inclusive look that engages with the question of how these individual trajectories are embedded in changing collectivities and institutions ranging from kinship to informal networks, associations, and even up to state and international institutions.

See CfP Post-Ottoman trajectories

Continuer la lecture de Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies