TROISIÈMES RENCONTRES D’ÉTUDES BALKANIQUES – VILLES DES BALKANS / THIRD BALKAN STUDIES CONFERENCE – CITIES OF THE BALKANS

Troisièmes Rencontres d’Études Balkaniques / Third Balkan Studies: Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

12 – 14 septembre 2019, Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) – Entrée I2MP, Marseille

Programme/Program

Inscription au Colloque: veuillez envoyer un mail à i2mp@mucem.org

Conference registration: please send a mail to i2mp@mucem.org

SOUTENANCE DE THESE – Dimitri KOSMOPOULOS

La reconfiguration politique en Grèce, 2010-2014.

La soutenance aura lieu le mercredi 19 juin à 13h30 dans la salle des thèses (D520) de l’Université Paris-Dauphine PSL (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris), devant un jury composé de :

M. Eric AGRIKOLIANSKY, Professeur, Université Paris-Dauphine PSL, Examinateur

M. Christophe ROUX, Professeur, Université de Montpellier, Rapporteur

M. Frédéric SAWICKI, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur

Mme Florence HAEGEL, Directrice de Recherches, Science Po Paris, Examinatrice

M. Jérôme HEURTAUX, Maître de Conférences, Université Paris-Dauphine, Examinateur

M. Nikos MARANTZIDIS, Professeur, Université de Macédoine, Examinateur

M. Dominique DAMAMME, Professeur Emérite, Université Paris-Dauphine, Directeur de thèse

Anne Madelain, L’expérience française de Balkans (1989-1999), Presses universitaires François-Rabelais, 2019 (360P., 23€)

À partir de 1991, la Yougoslavie socialiste se désintègre dans une violence inouïe. Peu avant, le monde avait découvert la situation sanitaire désastreuse de la Roumanie post-communiste. Alors que la construction européenne est perçue comme un horizon indépassable, les Balkans réapparaissent sur la carte mentale des Européens comme un problème plutôt qu’une réalité géographique.

Face à ces crises médiatisées que les interventions étrangères semblent aggraver et que les intellectuels sont impuissants à expliquer, l’incompréhension et le désarroi ont été fréquents. En France, des mobilisations citoyennes ont succédé aux débats passionnés avec l’ambition d’imaginer la solidarité de demain. Novateurs dans leurs formes et leur ampleur, ces moments militants ont pourtant été sans lendemain.

Ce sont les données de cette expérience française que ce livre explore : celles propres à la période contemporaine qui commence au sortir de la confrontation des blocs  -traitement humanitaire des crises, désengagement partisan et idéologie européenne-, mais aussi les savoirs façonnés par une histoire longue des relations franco-balkaniques, faite d’universalisme républicain et de filtres militants, de méconnaissance séculaire de ‘l’autre Europe’  mais aussi de fascination pour ses cultures populaires.

Il s’agit d’écrire une histoire connectée de la décennie 1990, marquée autant en France que dans les Balkans par l’effacement du communisme comme réalité politique et référence, la reformulation des discours sur la nation, l’ethnicité et l’engagement politique.

Ariane BONZON, Turquie, l’heure de vérité, Paris, Éditions Empreinte, 2019 (320P., 20€)

Le projet islamo-nationaliste et autocratique du Président Erdoğan est devenu incompatible avec l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Certains, dont le président français, appellent à sortir de l’hypocrisie. L’heure de vérité aurait-elle donc sonné?

Bras de fer avec l’armée, irrédentisme kurde, fantôme arménien, lutte pour le contrôle de l’État, guerre en Syrie, complaisances avec Daech : les histoires singulières qu’Ariane Bonzon nous rapporte depuis deux décennies dessinent les contours du basculement turc.

Il y a bien sûr le rôle crucial joué par le très populiste numéro 1 turc. Mais au fil des pages, apparaissent d’autres personnalités encore peu connues, devenues célèbres : Hrant Dink, journaliste arménien, assassiné ; Selahattin Demirtaş, l’opposant kurde ; le très laïque général Kemal Yavuz ; Fethullah Gülen, l’ex-allié islamique ; Ahmet Altan, l’écrivain-journaliste…

L’auteure souligne également l’impact que la dérive autoritaire de Recep Tayyip Erdoğan pourrait avoir dans notre pays par ses relais au sein de l’islam de France, ainsi que par l’écho que rencontre sa parole dans nos cités, auprès de certains Franco-maghrébins.

Journaliste, Ariane Bonzon travaille sur la Turquie où elle a été correspondante pour Arte et Slate, après avoir été en poste à Johannesbourg puis à Jérusalem.

Odette Varon-Vassard, Des Sépharades aux Juifs grecs. Histoire, mémoire et identité, Éditions Le Manuscrit, 2019 (224P., 20€)

Depuis l’arrivée des premiers sépharades après leur expulsion de l’Espagne à la fin du XVe siècle à Salonique et dans d’autres villes de l’Empire Ottoman, les communautés juives se sont enracinées et épanouies dans des villes ottomanes qui deviendront grecques au XXe siècle. La disparition de la presque totalité des Juifs grecs dans la Shoah a signalé une rupture historique de leur présence pluriséculaire dans cet espace . C’est de leur sort depuis l’expulsion d’Espagne jusqu’à la Shoah dont il est question dans ce volume mais aussi de l’émergence de la mémoire de leur extermination dans la mémoire collective grecque.

REVUE BALKANOLOGIE, CIRCULATIONS ET RECONFIGURATIONS DES POUVOIRS DANS LES BALKANS

Deadline: 31 juillet / July 31st 

Download CfP-Balkanologie_Spec_Issue_Circulations

Balkanologie. Revue d’études interdisciplinairesest éditée par l’Association française d’études sur les Balkans. Elle publie des recherches en sciences humaines et sociales sur les Balkans depuis la période ottomane jusqu’à nos jours. Son orientation est pluridisciplinaire et son objectif est de contribuer à une meilleure compréhension du monde balkanique contemporain. C’est une revue à comité de lecture qui publie des articles en français et en anglais.

Après plusieurs années d’interruption, Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires redémarre et lance un appel pour un numéro sur le thème des circulations. Les contributions aborderont l’analyse des mouvements de personnes, d’idées et de biens qui affectent les sociétés du Sud-est européen (migrations, mobilités, tourisme, réseaux, diasporas) en tant que processus sociaux à la fois globaux et locaux. L’approche par les circulations cherchera à dépasser le « nationalisme (ou le régionalisme) méthodologique » (Dumitru 2014) pour mieux saisir les enjeux mondialisés qui traversent des espaces et des sociétés souvent présentés sous l’angle de leur spécificité au travers d’une vision encore empreinte de balkanisme (Todorova 2011).

Au carrefour du local et du global, l’étude de ces processus peut conduire à interroger les allégeances nationales traditionnelles et le redéploiement des cadres de l’État régulièrement mis en cause par les théories néo-libérales, ainsi que le jeu des instances supranationales comme les revendications locales. Il s’agirait alors d’observer les conditions particulières de la reconfiguration des logiques de pouvoirs dans les pays des Balkans à la lumière de processus globaux qui voient la confrontation entre structures stato-centrées (État-nations) et structures multi-centrées (entités supranationales, migrants, diaspora, réseaux marchands, etc.).

Dans ce mouvement, les contributions pourront soulever différents questionnements : dans quelle mesure certains groupes linguistiques ou religieux s’inscrivent-ils dans des démarches d’affirmation ou de revendications particularistes ? Quelles incidences sur les grands récits et quel impact sur les relations majorité/minorité ? Ces grandes transformations ne polarisent-elles pas les débats autour de la place des appartenances entre reconnaissance de la diversité culturelle et crainte du communautarisme ? Cette dialectique (entre particularisme et intégration) peut aussi être interrogée sous un angle de géopolitique régionale et de transformations des rapports politiques à l’échelle de la Méditerranée. Les investissements turcs et russes dans la région, ou encore la présence militaire américaine, rappellent la place de la péninsule balkanique sur l’échiquier géopolitique mondial.

A cet égard, les migrations et mobilités récentes qui traversent la région ne peuvent-elle pas apparaître à la fois comme un révélateur et un catalyseur de reconfiguration des échelles de pouvoir dans les Balkans ? Dans ce contexte quelle place pour l’Union européenne, qui émerge comme un acteur majeur de l’établissement et de la diffusion de normes régissant les circulations comme c’est le cas avec le contrôle migratoire ? Vecteurs de tensions et de crispations, mais aussi de formes de solidarité et de résistance à une autorité du contrôle, dans quelle mesure les circulations nous aident-elles à comprendre les nouvelles formes de « pouvoirs » dans leurs différentes acceptions ainsi que les forces alternatives, les processus de fragmentation, pluralisation, redistribution ou contestation ?

Ce numéro est coordonné par Guillaume Javourez et Laurence Pillant (Aix-Marseille Université). Les propositions d’articles (titre et résumé de 500 mots) seront envoyées à : g.javourez@gmail.com avant le 31 juillet 2019.


Balkanologie Revue d’études interdisciplinaires is published by the French Association of Balkan Studies. The journal publishes research articles in social sciences on the Balkans from the Ottoman period to the present day. Its orientation is multidisciplinary and its objective is to contribute to a better understanding of the contemporary Balkan world. It is a peer-reviewed journal that publishes articles in both French and English.

After a break of several years, Balkanologie, Revue d’études interdisciplinaires is being restarted and is preparing a thematic issue edited by Guillaume Javourez and Laurence Pillant. Proposals (title and 500 words abstract) will be sent to g.javourez@gmail.com before July 31st 2019.

Focusing on circulations, this thematic issue investigates how movements of persons, ideas, and goods that take place in South-East European societies are strongly intertwined with both local and global social processes – in terms of migrations, mobilities, tourism, networks, and diasporas. With the notion of circulation, we seek to go beyond “methodological nationalism (or regionalism)” (Dumitru 2014) in order to better grasp the globalized issues at stake in the area, which are often analyzed through the lens of exceptionalism and Balkanism (Todorova 2011).

At the crossroads of the local and the global, the study of these processes leads to questioning traditional national allegiances and the redeployment of State’s frames that are regularly challenged by neo-liberal theories, as well as the role and practices of supranational institutions and local claims. It is then necessary to observe the particular conditions that lead to reshape the logics of power in Balkan countries, in the light of global processes that see the confrontation between state-centered structures (nation States) and multi-centered structures (supranational entities, migrants, diaspora, merchant networks, etc.)

In this perspective, contributions could raise several questions: to which extend are some linguistic or religious groups parts of affirmation processes or particularistic claims? What are the consequences on the main narratives and how do they impact the majority/minority relationships? Do these major transformations polarize the debates about place of belongings between recognition of cultural diversity and fear of communitarianism? That dialectic (between particularism and integration) can also be questioned from a perspective of regional geopolitics and transformation of political relations on the Mediterranean scale. Turkish and Russian investments in the area or the military presence of the US remind us that the Balkan peninsula is firmly located on the world geopolitical chessboard.

Can migrations and mobilities across the region reveal and catalyze the way scales of power are reconfigured in the Balkans? In that context, what about the European Union, that emerged as a major actor in the establishment and spread of norms and standards regulating circulations as in the case of migration control? As vectors of tensions but also solidarity and resistance to a control authority, how do circulations help us to understand new forms of “powers” in their different meaning as well as the alternative forces, fragmentation processes, pluralization, redistribution or contestation?

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies