Archives par mot-clé : ville

Soutenance de thèse Aline CATEUX

Titre de la thèse: « Mostar : ceci n’est pas une ville.” Ethnographie de la disparition d’une ville

Date: le 4 décembre 2023 à 16h.

Lieu: Louvain-la-Neuve, Belgique / Teams.

Composition du jury:

Larisa Kurtović – Professeure d’Anthropologie – Université d’Ottawa (Examinatrice extérieure)

Valérie Rosoux – Professeure de Sciences Politiques – Université de Louvain (Présidente)

Tatiana Sírbu – Anthropologue – Université de Washington – (Examinatrice extérieure)

Heleen Touquet – Chercheuse en Sciences sociales – Université d’Anvers -(Examinatrice extérieure)

Anne-Marie Vuillemenot – Professeure d’Anthropologie – Université de Louvain (Directrice de thèse)

Résumé de la thèse : 

Cette thèse allie une anthropologie des mémoires à une anthropologie sensible des lieux, des modes d’habiter et de l’attachement des Mostariens à leur ville. Monographie au long cours de Mostar (Bosnie-Herzégovine), la thèse propose une lecture originale de l’histoire récente à la lumière de récits d’habitants qui évoquent et se remémorent leur ville en la parcourant à pied avec l’anthropologue. Cette méthode d’enquête permet une analyse originale et inédite de la disparition de Mostar telle qu’évoquée par ses habitants alors que les recherches antérieures rendent majoritairement compte des transformations urbaines.

Quelles altérations conduisent les Mostariens à constater et énoncer que leur ville disparaît ? Comment ce processus a-t-il pu advenir ? La thèse analyse les multiples aspects de l’évanouissement de Mostar ces vingt dernières années : destruction du bâti, reconfiguration démographique par la violence, altération des pratiques mémorielles sous l’influence des politiques de l’Union européenne, échec des tentatives d’établissement de continuités sociales et culturelles, enfin, altération des repères sensoriels ancrés dans la mémoire de la ville.

La thèse rend compte de la complexité des forces en présence et montre combien une ethnographie fine permet de mettre à jour l’enchevêtrement des pratiques d’une ville dont l’histoire meurtrie conduit trop souvent à prendre des raccourcis analytiques qui enferment les habitants dans un paysage urbain qu’eux-mêmes ne reconnaissent pas et dénoncent massivement. 

Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Deadline prolongée 1 mars 2019 / Deadline extended: 1st March 2019

Marseille, MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 12 et 13 septembre 2019/ September 12th & 13th 2019

[English below]
 
Ce colloque s’inscrit dans la continuité des Deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » tenues en juin 2016 à Marseille (Mucem et Villa Méditerranée). Il vise à valoriser la reprise depuis cette date des activités de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) et à accroître le rayonnement de la recherche francophone sur cette région en favorisant les synergies entre chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Europe du Sud-Est et basées en France ou dans d’autres pays. Les rencontres de 2019 s’intéresseront aux espaces urbains, un objet se prêtant naturellement à la pluridisciplinarité, comme le reflète l’essor des études urbaines en histoire ou dans les sciences sociales du contemporain.

 

Dans les Balkans comme ailleurs, les transformations sociales, économiques et politiques ont modelé avec force les paysages urbains. Ainsi, ces espaces s’affirment comme des terrains d’observation féconds pour comprendre les processus à l’œuvre dans les sociétés balkaniques. Dans le même temps, ces villes sont le théâtre manifeste d’(en)jeux de pouvoir locaux, nationaux et/ou globaux et permettent en cela d’aborder des questions qui les dépassent. 

 

Si les plus anciennes villes de cette région sont des centres de commerce, souvent littoraux, qui répondent au modèle répandu en Méditerranée de villes-comptoirs, l’avènement des empires ottoman et habsbourgeois y a contribué à l’émergence d’un autre type urbain, notamment caractérisé par la prédominance de l’administration et du contrôle militaire. Avec l’affirmation des État-nations au XIXe siècle, les relations entre société et territoire y ont été profondément modifiées, consacrant les villes, et en particulier les capitales, comme les principaux lieux de l’activité économique et politique, et installant, plus que dans toutes les autres régions d’Europe, la macrocéphalie à cette nouvelle échelle.

 

Dans les villes les plus importantes comme dans les centres mineurs, les paysages urbains y sont le reflet des dynamiques économiques, politiques, culturelles comme des recompositions identitaires complexes, souvent contradictoires, qui traversent la péninsule. Longtemps analysées plutôt comme le résultat de décisions prises d’en haut par les décideurs politiques, ces villes paraissent avoir été sans cesse remodelées par des événements majeurs – guerres, incendies, révolutions – autant que par les pratiques quotidiennes de leurs habitants. Les nombreux mouvements politiques et sociaux – nationalisme, socialisme, féminisme etc. – et leurs promesses d’émancipation ne se sont ainsi pas limités à voir la ville comme un décor, mais ils l’ont sans cesse façonnée et transformée.

Continuer la lecture de Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales