Archives par mot-clé : Thessalonique

Francine Saint-Ramond, Les Désorientés – Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918, Paris, Presses de L’inalco 2019 (ebook et broché, 4,46 € et 30 €)

Plus de 80 000 soldats français ont été envoyés aux Dardanelles en 1915 par un gouvernement réticent, dans une expédition improvisée et condamnée à l’échec. Quand cet échec devint évident, les survivants ont été convoyés vers Salonique pour une autre expédition encore plus importante en Macédoine, au total près de 400 000 soldats français sont passés par cette armée d’Orient. Les soldats partaient avec appréhension vers l’inconnu, mais les mots de Constantinople, Orient et Grèce, leur rappelaient des visions littéraires agréables. Leurs mémoires montrent que les réalités furent tout sauf agréables : conditions naturelles, climat, approvisionnement, équipement, munitions, maladies ; mais leur correspondance, censurée et autocensurée, ne dit rien de cela en France et la presse se tait. Tout au contraire, elle répand l’image des plaisirs de Salonique. Chez les soldats, l’amertume est grande : ils comprennent que gagner Constantinople est impossible, ils constatent que la Macédoine ne ressemble pas à la Grèce de leurs rêves… Ce livre, nourri des mémoires et souvenirs émouvants des soldats, témoigne à la fois de leurs conditions de vie et de combat, de la crise morale qu’ils ont vécue et de la vie en Macédoine telle qu’ils l’ont découverte avec sa toute sa diversité.

Visual Salonica

Journée d’études Visual Salonica. Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique. Premier atelier consacré à la période 1912-1945 

Jeudi 16 mai 2019,  9h-18h, entrée libre

Institut national d’histoire de l’art (INHA) –  2, rue Vivienne ou  6, rue des Petits-Champs, Paris 75002

Selanik, Salonique, Thessalonique est, au tournant des XIXe et XXe siècles, un lieu de vie et de côtoiement de Grecs orthodoxes, Turcs musulmans, Dönme, Serbes, Bulgares, Arméniens grégoriens, Albanais, Tsiganes et, surtout de Juifs sépharades particulièrement nombreux – une mosaïque de communautés dont témoignent, en langue française, les travaux de Meropi Anastassiadou. Or la ville semble entretenir un rapport fusionnel aux images reproductibles fixes et animées. Cette relation que nous postulons intime et particulièrement marquante, nous paraît prégnante durant une longue période de bouleversements politiques, culturels et sociaux couvrant a minima la fin de l’Empire ottoman, l’avènement de l’État grec moderne jusqu’à l’annexion nazie même si l’après-seconde guerre mondiale (de la guerre civile à la metapoliteusis) mériterait d’être envisagé.

Le programme est disponible ici.

YÒRGOS IOÀNNOU, LE SARCOPHAGE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (156 P., 12€)

Texte traduit par Michelle Barbe, Noëlle Bertin et Michel Volkovitch.

L’héroïne de ce livre est une ville : Thessalonique, au riche passé antique, byzantin, turc et juif, aux quartiers populaires grouillants de vie, à la fois jeune et pleine de fantômes. 

Le héros, c’est l’auteur : Yòrgos Ioànnou, tourmenté, solitaire, écorché vif, enfant de cette ville qu’il aime comme une mère et qui l’étouffe. 

En 1971, à quarante-quatre ans, quasiment inconnu encore, il publie comme un exorcisme ces vingt-sept histoires autobiographiques. Elles font revivre les années noires de l’Occupation allemande et de ce qui a suivi, en alliant Éros et Thanatos, tragédie et humour, et l’auteur se révèle un merveilleux conteur. Le sarcophage, c’est l’acte de naissance d’un des maîtres de la prose grecque d’aujourd’hui.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.