Archives par mot-clé : Thessalonique

Marcel Nadjary, Sonderkommando. Birkenau 1944 – Thessalonique 1947. Résurgence, éditions Artulis 2023, (448 p., 28€)

“Si l’un de nous parvenait à sortir vivant de là, il pourrait témoigner…”

Marcel Nadjary (1917-1971), juif grec originaire de Thessalonique, déporté à Auschwitz au printemps 1944, est affecté au Sonderkommando. Il écrit une lettre à des amis chers pour leur faire ses adieux et décrire la besogne effroyable qu’il effectue sous la contrainte. Puis il enfouit son manuscrit clandestin dans le sol de Birkenau. Ce document sera retrouvé trente-six ans plus tard, le 24 octobre 1980.

Ce témoignage, écrit à “l’épicentre de la catastrophe”, est pour la première fois traduit et publié en français, ainsi qu’un second manuscrit, que Marcel Nadjary rédigea en 1947 pour garder une trace de son expérience au coeur de l’enfer de Birkenau.

Des textes de Serge Klarsfeld, Nelly Nadjary, Alberto Nadjary, Fragiski Ampatzopoulou, Georges Didi-Huberman, Tal Bruttmann, Loïc Marcou et Andreas Kilian accompagnent et éclairent ces deux documents exceptionnels.

Traduit du grec par Loïc Marcou.

Collection Traces ; ISBN : 978-2-491287-05-4 ; 480 pages couleurs ; 2 rabats ; format: 15 x 20 cm. Graphisme de couverture: Debora Bertol, à partir d’une aquarelle de Samis Taboh.

Prix : 28 euros TTC.

Date de parution: juin 2023. En vente en librairie le 25 août 2023.

Une coédition Signes et balises / éditions Artulis.

MILTIADIS ZERMPOULIS, DREAMING BIG IN POST-WAR GREECE. NEIGHBORHOOD, LIFE STYLE, AND EVERYDAY PRACTICES IN THE CITY OF THESSALONIKI, TRANSCRIPT VERLAG, 2023 (302 P., 58,49 €)

In post-war Greece, Western Allies, the country’s conservative political elite and parts of the middle class share a dream of consolidating and maintaining the country’s Western, bourgeois-liberal orientation. In 1947, with the civil war still raging in the country, the Greek government chooses the path of the capitalist countries and joins the American program for the reconstruction of war-torn Europe. Miltiadis Zermpoulis focuses on the impact and significance of the social and political changes brought about by the civil war, the dominance of conservatives in the political arena and the promotion of political surveillance and compliance technologies in the daily life of Greece’s second largest city, Thessaloniki.

Read more

**

Dans la Grèce d’après-guerre, les Alliés occidentaux, l’élite politique conservatrice du pays et une partie de la classe moyenne partagent le rêve de consolider et de maintenir l’orientation occidentale, bourgeoise et libérale du pays. En 1947, alors que la guerre civile fait toujours rage dans le pays, le gouvernement grec choisit la voie des pays capitalistes et adhère au programme américain de reconstruction de l’Europe déchirée par la guerre. Miltiadis Zermpoulis se concentre sur l’impact et la signification des changements sociaux et politiques provoqués par la guerre civile, la domination des conservateurs dans l’arène politique et la promotion de la surveillance politique et des technologies de conformité dans la vie quotidienne de la deuxième plus grande ville de Grèce, Thessalonique.

Pour en savoir plus

Séminaire – Cities of Multiple Arrivals and Departures

Cities of Multiple Arrivals and Departures; Rethinking the Refugee Experience in Thessaloniki, 1922-2022


Eleni Kyramargiou – Olga Lafazani
Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation

Jeudi 12 mai 2022 – 19:00 (EEST)
Thursday 12 May 2022 – 7 p.m. (EEST)

Séminaire hybride / Υβριδικό σεμινάριο  / Hybrid seminar

=> Salle des conférences de l’EFA, Didotou 6 (port du masque obligatoire) / Αίθουσα διαλέξεων της ΓΣΑ, Διδότου 6 (υποχρεωτική χρήση μάσκας) / EFA Conference room, Didotou 6 (mandatory face mask)

=> Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar

En savoir plus… / More information… https://u.efa.gr/6i

***

The research project 100memories attempts to combine the historical research on refugee settlement and population movement to and from Greek territory in the 20th century, with pioneering technological methods and tools, aiming at the documentation, dissemination and representation of historical memory, as it relates to refugee populations. But beyond that, it also endeavours to highlight the complex and multifaceted ways in which both the political and social history of Greece are interwoven with the refugee arrival and settlement, as well as with later population movements. The project focuses on four port cities (Piraeus, Volos, Thessaloniki, and Chania) which were pivotal to the refugee experience. Presenting the preliminary findings of the research we will narrate the story of the city of Thessaloniki and, mainly, on the neighbourhood of Ano Poli, the port, and the train terminal. Using 12 historical fragments, we will attempt to trace the thread of movement as it was woven into the history of the city, and particularly this neighbourhood and these two transport hubs, over a period of more than a hundred years, beginning in 1917, with the blaze that transformed the city, all the way to 2015 and the arrival of the refugees.

Eleni Kyramargiou is associate researcher in the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation. She has earned her Ph.D. in Contemporary History (University of the Aegean). She has worked in research programmes of the Institute of Mediterranean Studies / Foundation of Research and Technology, the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation and the National Bank of Greece Cultural Foundation. Her research focuses on the subject of refugee settlement and industrial history in the wider area of Piraeus. She is currently active as Principal Investigator in the research project “100 Memories” (2020-2023) focusing on the memories and legacies of the population exchange and the refugee settlement in Greece. She has published a book and several articles in academic and non-academic journals

Olga Lafazani is a Post Doc Researcher at the Institute of Historical Research / National Hellenic Research Foundation. She holds a PhD in Social Geography. She has been working as a social and cultural geographer in several national and European research institutions and projects. Her main interests include the study of migration, borders, economies and urban space with an emphasis on ethnographies of everyday life. She is currently active in the research project “100 Memories” (2020-2023) focusing on the memories and legacies of the population exchange and the refugee settlement in Greece. She has published several articles in academic and non-academic journals.

Francine Saint-Ramond, Les Désorientés – Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918, Paris, Presses de L’inalco 2019 (ebook et broché, 4,46 € et 30 €)

Plus de 80 000 soldats français ont été envoyés aux Dardanelles en 1915 par un gouvernement réticent, dans une expédition improvisée et condamnée à l’échec. Quand cet échec devint évident, les survivants ont été convoyés vers Salonique pour une autre expédition encore plus importante en Macédoine, au total près de 400 000 soldats français sont passés par cette armée d’Orient. Les soldats partaient avec appréhension vers l’inconnu, mais les mots de Constantinople, Orient et Grèce, leur rappelaient des visions littéraires agréables. Leurs mémoires montrent que les réalités furent tout sauf agréables : conditions naturelles, climat, approvisionnement, équipement, munitions, maladies ; mais leur correspondance, censurée et autocensurée, ne dit rien de cela en France et la presse se tait. Tout au contraire, elle répand l’image des plaisirs de Salonique. Chez les soldats, l’amertume est grande : ils comprennent que gagner Constantinople est impossible, ils constatent que la Macédoine ne ressemble pas à la Grèce de leurs rêves… Ce livre, nourri des mémoires et souvenirs émouvants des soldats, témoigne à la fois de leurs conditions de vie et de combat, de la crise morale qu’ils ont vécue et de la vie en Macédoine telle qu’ils l’ont découverte avec sa toute sa diversité.

Visual Salonica

Journée d’études Visual Salonica. Jalons pour un projet de recherche collectif sur les cultures visuelles à Thessalonique. Premier atelier consacré à la période 1912-1945 

Jeudi 16 mai 2019,  9h-18h, entrée libre

Institut national d’histoire de l’art (INHA) –  2, rue Vivienne ou  6, rue des Petits-Champs, Paris 75002

Selanik, Salonique, Thessalonique est, au tournant des XIXe et XXe siècles, un lieu de vie et de côtoiement de Grecs orthodoxes, Turcs musulmans, Dönme, Serbes, Bulgares, Arméniens grégoriens, Albanais, Tsiganes et, surtout de Juifs sépharades particulièrement nombreux – une mosaïque de communautés dont témoignent, en langue française, les travaux de Meropi Anastassiadou. Or la ville semble entretenir un rapport fusionnel aux images reproductibles fixes et animées. Cette relation que nous postulons intime et particulièrement marquante, nous paraît prégnante durant une longue période de bouleversements politiques, culturels et sociaux couvrant a minima la fin de l’Empire ottoman, l’avènement de l’État grec moderne jusqu’à l’annexion nazie même si l’après-seconde guerre mondiale (de la guerre civile à la metapoliteusis) mériterait d’être envisagé.

Le programme est disponible ici.

YÒRGOS IOÀNNOU, LE SARCOPHAGE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (156 P., 12€)

Texte traduit par Michelle Barbe, Noëlle Bertin et Michel Volkovitch.

L’héroïne de ce livre est une ville : Thessalonique, au riche passé antique, byzantin, turc et juif, aux quartiers populaires grouillants de vie, à la fois jeune et pleine de fantômes. 

Le héros, c’est l’auteur : Yòrgos Ioànnou, tourmenté, solitaire, écorché vif, enfant de cette ville qu’il aime comme une mère et qui l’étouffe. 

En 1971, à quarante-quatre ans, quasiment inconnu encore, il publie comme un exorcisme ces vingt-sept histoires autobiographiques. Elles font revivre les années noires de l’Occupation allemande et de ce qui a suivi, en alliant Éros et Thanatos, tragédie et humour, et l’auteur se révèle un merveilleux conteur. Le sarcophage, c’est l’acte de naissance d’un des maîtres de la prose grecque d’aujourd’hui.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.