Archives par mot-clé : théâtre

Jovan Nikolić & Ruždija Russo Sejdović, Carrousel pour les Tsiganes, Traduit du rromani et préfacé par Marcel Courthiades, L’espace d’un instant, 2022, (120 pp., 13€)

Dans un café tenu par Yashar, Rrom de Prizren, se déroulent des événements du quotidien en période de conflit serbo-albanais, apportant de plus en plus de violence, de corruption, de haine absurde entre ennemis jurés, hier encore amis. La pièce illustre la souffrance morale des Yougoslaves écartelés entre nostalgie, compassion, haine(s), nationalisme(s), mensonges et manipulations. Si les personnages principaux sont rroms, symbolisant le peuple simple sans orientation nationaliste, les autres protagonistes apparaissent avec toutes leurs ambiguïtés.

Mais les auteurs traitent d’une destruction intérieure, qui n’épargne personne, et ne font pas le procès de l’une ou l’autre des forces en présence. « Quand les taureaux se battent, c’est l’herbe qui souffre le plus. »

Le texte a été créé en Allemagne en 2000 par Rahim Burhan et le théâtre Phralipe, principal théâtre rrom en Europe, et édité en 2004 à l’Espace d’un instant, sous le titre Kosovo mon amour.

Jovan Nikolić, né en 1955, et Ruždija Russo Sejdović, né en 1966, sont tous deux issus de la communauté rrom de Yougoslavie. Auteurs reconnus à travers l’Europe, ils ont participé à de nombreux projets, dont un film de Kusturica, et reçu de nombreux prix, notamment en Serbie, au Monténégro, en Italie et en Allemagne, où ils sont exilés depuis quelques années.

Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

Traduit du croate par Miloš Lazin, Anne Madelain, Vanda Mikšić et Sara Perrin Préface de Miloš Lazin.

avec le soutien de la Maison Antoine-Vitez, du Centre national du livre et du ministère de la Culture de la République de Croatie.

Au début de Rose is a rose is a rose is a rose, Ivana Sajko écrit : « Je voulais écrire sur l’amour, persuadée que c’était un thème subversif – à la fois esthétique et politique. » 

Scènes de la pomme est inspiré du récit biblique du péché originel. Est-il possible de concevoir un paradis privé dans ce monde de catastrophes ?

« Tout a été foutu en l’air et on ne peut pas le dire autrement. » Ainsi démarre la pièce Ce n’est pas nous, ce n’est que du verre, parce que « l’économie s’est effondrée comme des dominos. Le même mécanisme, la même vitesse ». 

Les textes dramatiques d’Ivana Sajko sont peuplés des perdants de la modernisation, dans leur combat pour survivre et, peut-être, aimer.

Continuer la lecture de Ivana Sajko, Trilogie de la désobéissance, Paris, Éditions espace d’un instant, 2021 (P.120, 12,00€)

Alexander Manuiloff, L’État, éditions l’Espace d’un instant, 2019 (84 P. 11€)

Traduit de l’anglais par Nathalie Bassand, Préface de Tim Etchells

Début 2013, Plamen Goranov, photographe et alpiniste bulgare, est l’un des chefs de file des manifestations qui se déroulent en Bulgarie, en protestation contre la pauvreté, la corruption et la faillite de l’État. Le 19 février, à Varna, il déclare publiquement qu’il s’immolera le lendemain à 17 heures si l’administration locale refuse de démissionner. Le lendemain, il met ses menaces à exécution, avec plusieurs heures d’avance, sans laisser aucune lettre. Plus d’une douzaine d’immolations dans l’espace public suivront. Son destin évoque naturellement ceux de Jan Palach, après l’écrasement du printemps de Prague, ou du Tunisien Mohamed Bouazizi, déclencheur des printemps arabes.
L’État parle de Plamen Goranov, le premier à s’être immolé en Bulgarie, mais parle de nous aussi, des États que nous créons et de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui..

Alexander Manuiloff est un auteur, dramaturge, scénariste et journaliste bulgare, qui vit actuellement à Sofia. Ses œuvres pour le théâtre et le cinéma ont été programmées à Cannes, Carthage, Istanbul, Moscou, Prague, ainsi qu’à Berlin, au Theatertreffen Festival, à New York, où il a collaboré avec le collectif allemand Rimini Protokoll, et à Paris, où L’État a été présenté au festival L’Europe des théâtres en 2017.