Archives par mot-clé : Serbie

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

Au milieu du XIIe siècle, la Serbie est une principauté insérée entre l’Adriatique et les puissants royaumes de Hongrie et de Bulgarie, mais surtout, voisine l’Empire byzantin. Évangélisés depuis la fin du IXe siècle, le pays des Serbes ne compte qu’une demi-douzaine de monastères, alors qu’à Byzance le monachisme est en plein essor depuis le Xe siècle. C’est alors que leur prince, le grand joupan Stefan Nemanja, s’investit dans la construction des églises et la fondation des monastères, avant d’abdiquer pour se faire moine, puis rejoindre son fils cadet, le moine Sava (futur premier archevêque de l’Église de Serbie) au Mont Athos, pour y fonder le monastère serbe de Chilandar. En quelques dizaines d’années à peine, la Serbie est constellée de dizaines, puis de centaines d’églises et de monastères. L’assimilation de la culture byzantine est un processus continu auquel s’ajoute vers la fin du Moyen Âge une interprétation locale des structures sociales. Les cultes des saints jouent un rôle d’individuation au sein des sociétés cristallisées autour des hiérarchies monarchiques. L’autorité séculière et sacerdotale cultive les témoignages individuels et les manifestations collectives du bienfondé eschatologique de l’ordre établi. Le fait est que la transformation de la société issue d’un modèle traditionnel, y compris les tenants et les aboutissants de valeur religieuse, se prolonge sans interruption dans les Balkans, avec néanmoins quelques périodes de stagnation et de régression. La modernité érigée comme un principe universel, censé être mis en pratique dans la société serbe, progresse lentement et avec atermoiements, s’inscrivant dans la longue durée depuis plus de deux siècles.

Continuer la lecture de Bosko I. Bojovic, L’Eglise orthodoxe serbe. Histoire, spiritualité, modernité, Les Editions du Cerf (384p., 34€)

SOUTENANCE DE THÈSE D’AGUSTIN COSOVSCHI

Titre de thèse: Penser la crise dans la périphérie : les sciences sociales en Serbie et en Croatie durant la dissolution de la Yougoslavie.

Lundi 18 juin 2018 à 10h

Adresse: Instituto de Altos Estudios Sociales de Université Nationale de San Martín (Buenos Aires, Argentine)

Jury:

  • M. Xavier Bougarel (Directeur de thèse), CNRS
  • M. Claudio Ingerflom (Directeur de thèse), Universidad Nacional de San Martin (Argentina)
  • M. Martin Bana, Universidad Nacional de San Martin
  • M. Martin Bergel, Universidad Nacional de Quilmes (Argentine)
  • Mme Nathalie Clayer, EHESS
  • M. François-Xavier Nérard, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Horacio Tarcus, Universidad Nacional de San Martin

Continuer la lecture de SOUTENANCE DE THÈSE D’AGUSTIN COSOVSCHI

MILENA MARKOVIĆ, LA FÔRET QUI SCINTILLE, ÉDITIONS L’ESPACE D’UN INSTANT, 2017 (64 P., 10€)

Texte traduit par Mireille Robin et Karine Samardžija.

Au bord d’une route, à la lisière de la forêt, un bar improbable. Une chanteuse, Maca, beauté sur le déclin à la voix rauque, un entraîneur déchu désormais videur, rongé par l’alcool et amoureux de Maca, un ancien toxicomane, un groupe de jeunes filles, parmi lesquelles une enfant, dans un camion arrêté le long de la route, parties pour voir quelque chose, gagner quelque chose, vivre quelque chose, et qui finiront probablement sur un trottoir, quelque part en Europe. Des personnages au bord du monde qui se croisent, s’affrontent et s’ignorent jusqu’au petit matin. Cette pièce courte au cadre restreint, ces personnages et les thèmes abordés, rencontre improbable entre un bus de prostituées en transit et les occupants d’un cabaret en déshérence, laissent entrevoir de solides possibilités de mise en scène. La création de La Forêt qui scintille, en 2009 à l’Atelier 212 de Belgrade, par l’étonnant Tomi Janežić, a été qualifiée de « meilleur spectacle jamais accueilli au BITEF ».