Archives par mot-clé : séminaire

Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

de 17h à 19h à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 5

Renseignements :clayer@ehess.fr

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans l’Europe du Sud-Est de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents, on se concentrera en particulier sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées dans la région au moins à partir du XIXesiècle, et qui ont amplement contribué à en bâtir l’espace public. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les associations seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Cette année, nous voulons nous concentrer sur l’articulation entre fait associatif et fait religieux. Plus précisément, nous voulons analyser les usages que les acteurs religieux – catholiques, orthodoxes, juifs, musulmans en particulier – on fait des associations dans un moment de profonde transformation. Travailler sur cette articulation nous permettra de cerner certaines transformations de la relation entre acteurs religieux et espace public. Les séances, de deux heures, seront bâties autour de présentations d’études de cas. Une partie des séances seront plus particulièrement consacrées à la présentation et commentaire d’ouvrages récents concernant l’histoire du fait associatif et des mouvements sociaux dans la région. 

Programme du séminaire:

11 mars 2019 : Fabio GIOMI (CNRS, CETOBAC)

Au-delà de la nation. Anatomie des réseaux associatifs catholiques dans la première Yougoslavie   

Quand il s’agit des historiographies sur la première Yougoslavie (1918-1941), la question religieuse est généralement considérée comme une simple rubrique de l’omniprésente question nationale. Les rares études sur la culture associative catholique, bâties à partir de sources yougoslaves, ne font guère exception : ainsi, les puissants réseaux associatifs tels que Orlovi(Aigles) et Križari(Croisés) sont essentiellement interprétés comme une réactionaux politiques de l’élite gouvernementale et a son dessin supposé de « serbiser » la société yougoslave, et en particulier la jeunesse. Le domaine associatif ne serait donc qu’une arène parmi d’autres où observer le conflit inévitable entre élites serbes et croates, qui saperait tout projet d’unité yougoslave et qui, à la fin du XXe siècle, serait la cause de son échec. A travers une analyse croisée des sources des Archives Secrètes du Vatican et de celles de l’Archive de Yougoslavie, il s’agira de restituer une autre histoire des réseaux associatifs catholiques, une histoire qui tienne compte d’une multiplicité de clivages : entre clergé et laïques, hommes et femmes, générations, classes sociales, comme entre porteurs de différents projets politiques et nationaux. L’objectif est ainsi de cerner les spécificités d’une culture associative catholique en Yougoslavie, entre les contextes locaux et les transformations en cours à l’échelle européenne. Continuer la lecture de Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

Programme séminaire MonuMed (Mucem et FRAC Paca à Marseille)

Janvier – juin 2019 

MonuMed vise à questionner les recherches sur la mémoire, les monuments et leurs traces matérielles et à engager une analyse des productions de la culture. Un tel objectif, qui renvoie à la signification des formes symboliques, questionne la possibilité (réelle) de participation collective à une définition de l’appartenance aux lieux, aux communautés et à l’histoire. La collaboration entre chercheurs et artistes constitue à cet égard un instrument de déstabilisation permettant de réviser les catégories existant aussi bien dans le monde scientifique que celles utilisées par le « sens commun ». En Europe, et plus généralement dans le reste du monde, des expériences récentes soutiennent encore la priorité de la forme, de la mise en espace de la pensée, des liens entre art, archives de la mémoire et histoire. La plateforme de recherche proposée par le projet MonuMed vise au contraire à investir la matière, qui par définition est multiforme ; cette approche implique la prise en compte du rôle joué par la géopolitique, l’histoire et l’histoire de l’art dans la construction des discours artistiques. La collaboration interdisciplinaire que nous proposons vise donc à la conduite d’un travail fondamental sur les notions et les catégories d’analyse, afin de créer les conditions pour une nouvelle approche de ces processus. C’est la raison pour laquelle les formats classiques de diffusion et de valorisation de la recherche seront accompagnés par des restitutions inédites, conçues à partir de l’expérience artistique, et des échanges avec les sciences humaines et sociales.

Vendredi 25 janvier,15h-17h | Mucem, I2MP MonuMed. Monumentalisation et espace urbain dans les Balkans et en Méditerranée

Nathalie ABOU ISAAC, Aude FANLO, Alessandro GALLICCHIO, Pascal NEVEUX et Pierre SINTÈS avec Cédric PARIZOT IREMAM, AMU/CNRS et Vincent VESCHAMBRES Le Rize.

Alessandro Gallicchio et Pierre Sintès reviendront sur les activités de MonuMed en 2018 : deux journées d’étude intitulées Les monuments dans la ville aujourd’hui. Image du pouvoir / reflet du social (à Florence en avril), et Faire ville, faire la ville : monumentalisation, politisation, expérimentation (à Thessalonique en novembre), qui ont permis de questionner la relation art / sciences sociales au regard de la
monumentalisation.

Leur présentation sera discutée par Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire IREMAM de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, et auteur d’expérimentations art / science comme dispositifs critiques, animateur depuis 2011 du projet anti-Atlas des frontières, et par Vincent Veschambres, géographe, Professeur des Universités, directeur du Rize (Centre mémoires, cultures, échanges de la Ville de Villeurbanne) et responsable du projet PLUPATRIMONIAL, spécialiste des enjeux patrimoniaux liés à la rénovation urbaine et à la politique de la ville.

Continuer la lecture de Programme séminaire MonuMed (Mucem et FRAC Paca à Marseille)

Séminaire de l’Idemec

Programme 2018/2019

Le séminaire a lieu le vendredi de 14h à 16h en salle Georges Duby de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)

5, rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence

28 septembre. Séance de rentrée.

5 octobre. Méditerranée, 1. Christian Bromberger (Idemec). Comment penser la Méditerranée ?

12 octobre. Francesco Piraino (Idemec). Le soufisme méditerranéen dans la sphère publique : entre diplomatie et realpolitik.

19 octobre. Méditerranée, 2. Paul Sant Cassia (Université de Malte). Some reflections on the anthropology of the Mediterranean: The issue of intermarriage, syncretism and crypto-religion

9 novembre. Méditerranée, 3. Maurice Aymard (EHESS). La Méditerranée, un laboratoire vivant des sciences sociales.

***

16 novembre. Ethnomusicologie, 1. Olivier Tourny (Idemec). Hétérographies du fait musical.

23 novembre. Ethnomusicologie, 2. Georges Paczynski (Musicien, batteur de Jazz, Docteur ès Lettres). De l’art du geste à l’art du son.

30 novembre. Ethnomusicologie, 3. a) Blanche Lacoste (doctorante Idemec). Dieu et les voix/voies de la migration féminine à Rome. b) Matteo Cialone (doctorant Idemec). Faire parler le passé immatériel : la question de l’archive musicale.

7 décembre. Ethnomusicologie, reprise.

***

14 décembre. Géraldine Mossière (Université de Montréal, professeur invité Idemec). Les récits de conversion : hétérographie et politisation du discours.

21 décembre. Stéphane Breton (EHESS, LAS). Voir et être vu.

11 janvier. Sara Kuehn (Idemec). Picturing gender construction and performativity in Sufi contexts.

***

18 janvier. Image et écriture, 1. Gwenola Graff (IRD, Paloc). Dynamiques de création de l’écriture et pratiques iconiques dans l’Égypte pré-pharaonique.

25 janvier. Image et écriture, 2. Zeynep Devrim Gürsel (Université de Bâle). Portraits of Unbelonging.

1er février. Image et écriture, 3. Florence Weber (ENS) et Jean-Robert Dantou (Agence Vu). Pour une alliance entre photographie et sciences sociales : retour sur trois expériences de recherche.

8 février. Image et écriture, reprise.

***

1er mars. Hétérographie filmique, 1. Manoël Pénicaud (Idemec). Entre autres. Mises en abyme d’écriture autour d’un film documentaire.

8 mars. Hétérographie filmique, 2. Boris Petric (CNE). Château Pékin : décrire par le film une coprésence sociale inédite.

15 mars. Hétérographie filmique, 3. Christian Lallier (IIAC). [Titre à venir.]

22 mars. Hétérographie filmique, reprise.

***

5 avril. Genre et parenté 1. Valérie Feschet (Idemec). Jardins secrets et secrets de famille : la mère.

26 avril. Genre et parenté 2. Laurence Hérault (Idemec). La transidentité entre vocation et influences.

3 mai. Genre et parenté 3. Irène Théry (CNE). [Titre à venir.]

10 mai. Genre et parenté, reprise. Animée par le groupe de recherche EnCoRe (Engendre­ment, Corps et Relation).

***

17 mai. Violences politiques identitaires, 1. Hamit Bozarslan (EHESS, CETOBaC). Moyen-Orient 1979-2019 : Une guerre de quarante ans ?

24 mai. Violences politiques identitaires, 2. Lynda Dematteo (CNRS, IIAC). [Titre à venir.]

7 juin. Violences politiques identitaires, 3. Didier Bigo (CERI Sciences Po). Titre à venir.]

14 juin. Violences politiques identitaires, reprise.

***

21 juin. Emmanuel Désveaux (EHESS). Peau d’Âne et le chalet suisse : la transformationalité lévi-straussienne comme facteur de la genèse culturelle européenne.

***

28 juin. Conclusion.

Comment penser la Méditerranée ?

Séminaire d’IDEMEC avec Christian Bromberger

 Vendredi 5 octobre 2018
14h-18h, MMSH, Aix en Provence Salle G. Duby

Comment penser la Méditerranée ? Un monde fait de parfums, d’échanges et de rencontres ? Un ensemble de sociétés qui présentent un air de famille ? Mais c’est aussi un univers tempétueux de conflits et de haine. Dans le monde méditerranéen chaque groupe se définit, ici peut-être plus qu’ailleurs, dans un jeu de miroirs (de coutumes, de comportements, d’affiliations) avec son voisin. Et ce sont ces différences complémentaires qui permettent de parler d’un système méditerranéen. Tantôt ces différences sont perçues avec sympathie, tantôt elles sont dénigrées avec véhémence. Comment passe-t-on de la coexistence bienveillante à l’affrontement sanglant ? Selon les circonstances, le même individu peut se comporter en « sujet global » et, à d’autres moments au contraire, se replier sur une identité obtuse. Des attitudes de tolérance ou de haine peuvent ainsi radicalement varier, d’un jour à l’autre, selon les temps forts du calendrier rituel ou encore selon les âges de la vie, quand s’exaltent ou s’enfouissent les appartenances, les dogmes et les souvenirs. 
Rappeler les pratiques de mixité, les épisodes heureux de coexistence, les valeurs partagées d’une rive à l’autre ne doit pas masquer la vigueur vécue des antagonismes. Une voie pour les surmonter est de prendre conscience de la relativité et de l’histoire de ces différences, d’en récuser le caractère absolu.

Approches interdisciplinaires sociétés romanies/tsiganes / Interdisciplinary approaches to Roma/Gypsy societies

Le séminaire poursuit le travail consacré à l’étude des sociétés romanies/tsiganes, au croisement des différentes sciences sociales. En nous fondant sur une démarche interdisciplinaire, nous proposons de confronter des approches distinctes et de travailler leur complémentarité pour transmettre aux étudiants de Master, aux doctorants et aux chercheurs intéressés des savoirs critiques autour des grands thèmes des études romanies. La séance introductive sera consacrée à la création des études romanies comme champ autonome et à leurs récents renouvellements. Le séminaire abordera ensuite la généalogie des politiques publiques en direction des Roms/Tsiganes (séance 2) ainsi que leurs manifestations contemporaines (séance 3), l’identité romanie à travers ses représentations visuelles (séance 4) et les mobilités romanies envisagées à travers les approches historique (séance 5) et anthropologique (séance 6).

Organisateurs: Ilsen About, chargé de recherche au CNRS ( Centre Georg-Simmel ), Norah Benarrosh-Orsoni, contrat postdoctoral à l’EHESS ( CETOBaC ), Grégoire Cousin, postdoctorant à la FMSH ( Hors EHESS ), Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS ( CRH-GGH-Terres )

2e vendredi du mois de 14 h à 17 h (salle A05_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 janvier 2018 au 8 juin 2018. La séance du 9 février est reportée au 16 février (salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris)

Pour plus d’information, aller à la page du séminaire.

 

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles (CETOBAC, EHESS)

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elles de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ?

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles (CETOBAC, EHESS)