Archives par mot-clé : Seconde guerre mondiale

Cycle de projections-débats sur l’Europe médiane : “Jours de 1944”

 

Dates : Vendredi 9 février 2024 – 17:0021:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins – 75013 Paris) – Auditorium

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

« Jours de 1944 » : séance de deux films introduits et commentés par Joëlle Dalègre (PLIDAM/Inalco) et Nicolas Pitsos (BULAC, CREE/Inalco)Juin 1944.

À peine quelques moins avant la Libération, les forces d’occupation allemandes, viennent de perpétrer un massacre à Distomo, un village en Grèce centrale, en représailles contre une attaque de la part des résistants (‘andartes’) grecs. Argyris Sfountouris, perd ses parents et désormais orphelin il est accueilli en Suisse. Durant toute sa vie, il s’engage pour les droits de l’homme et pour que le passé ne soit pas oublié. Quelques mois plus tard, en décembre 1944, a lieu la bataille d’Athènes qui oppose les forces gouvernementales soutenues par l’armée britannique aux combattants communistes à la suite d’une répression brutale d’une manifestation pacifique devant le Parlement. Il s’agit de la première séquence d’une guerre civile qui plonge la Grèce dans un conflit dévastateur, s’achevant en 1949 et laissant le pays profondément divisé. Cette séance réunit deux films documentaires revenant sur ces événements de l’histoire grecque contemporaine, inscrits dans une histoire plus large des Balkans et du continent européen sous l’Occupation et à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale.

  • à 17h : Une chanson pour Argyris(Ein Lied für Argyris) réalisé par Stefan Haupt, 2006, Fontana Film SRG SSR, VOSTFR

Distomo est un petit village de paysans grecs. C’est ici qu’Argyris survit à un massacre brutal perpétré par les forces d’occupation allemandes en 1944. Argyris perd ses parents et 30 autres membres de sa famille. Toute sa vie, il s’est engagé pour les droits de l’homme et pour que le passé ne soit pas oublié.

En présence du réalisateur.

Affiche du film
Photo d’Argyris Sfountouris. Source : Fontana film

 

  • à 19h30 : La Guerre civile grecque, documentaire réalisé par Robert Manthoulis, 1996, YGrec Productions, Palette Ltd, VOSTFR

Un documentaire sur les guerres civiles grecques de la période 1944-1949 situées dans le contexte politique, à la fois local et international, de l’époque. La guerre civile grecque est le premier conflit militaire apparent entre les deux blocs, après la fin de la deuxième guerre mondiale. Apparent car, en réalité, les “Grands” n’ont pas envoyé leurs troupes en Grèce. Les combattants du parti communiste et de l’armée gouvernementale se sont battus à leur place. Si on tentait d’expliquer en une phrase la guerre civile grecque, on pourrait dire qu’elle était devenue inévitable, à partir du moment où les forces de la résistance de gauche n’ont pas eu une participation méritée au pouvoir, après la victoire (octobre 1944). Les communistes grecs cherchaient-ils à prendre le pouvoir par la force comme Churchill le prétendait ? Rien n’est moins sûr dans un pays situé dans la sphère d’influence britannique par les Accords secrets de Moscou (octobre 1944). Cette période est racontée à l’aide de témoignages et de documents filmés, pour la plupart inédits.

Photo d'illustration
Manifestation de l’EAM (Front de libération nationale) à Athènes en décembre 1944 © CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée)

 

Organisation et contacts :
Anne Madelainanne.madelain@inalco.fr (Inalco, centre de recherche Europes-Eurasie-CREE)
Naïma Berkane : (Sorbonne Université, Eur’Orbem)
Equipe de recherche : CREE

Xavier Bougarel, Chez les partisans de Tito, Editions Non Lieu, 2023 ( 254 p., 18 €)

Qui se souvient encore des partisans yougoslaves de Tito, le plus important mouvement de résistance armée dans l’Europe occupée ? Adulé hier par les uns, dénigré aujourd’hui par les autres (ou par les mêmes), il reste largement inconnu du public français. Cet ouvrage permet au lecteur de découvrir ce mouvement au plus près, non pas par le récit de batailles épiques, mais par la reconstitution minutieuse de la vie dans les territoires libérés. Comment les partisans ont-ils restauré la communauté des peuples yougoslaves ? Comment organisaient-ils la participation politique de la paysannerie, de la jeunesse, des femmes ? Quel était le rôle du Parti communiste ? Sur quelles bases reposait l’économie de territoires libérés ? Quelle conception les partisans avaient-ils de la justice, de la vengeance et du pardon ? Telles sont quelques unes des questions auxquelles l’auteur entreprend de répondre.

Xavier Bougarel est chercheur au CNRS au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC). Il a déjà écrit ou co-écrit plusieurs ouvrages dont La division Handschar – Watten-SS de Bosnie, 1943-1945 et Les musulmans de l’Europe du Sud-Est – Des Empires aux Etats balkaniques.

Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)

Présentation
Enquête historique profondément originale, cet ouvrage propose une réflexion critique sur les silences du passé et la mémoire de l’Holocauste.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie, pourtant alliée du Troisième Reich, n’a jamais déporté sa communauté juive. Jusqu’à récemment, cette image de la Bulgarie comme exception européenne a prévalu, mais à un certain prix. Elle ignorait en effet la rafle de la quasi-totalité des Juifs vivant dans les territoires yougoslaves et grecs sous occupation bulgare entre 1941 et 1944, qui furent en fait déportés vers la Pologne, où ils furent assassinés.

Dans cette nouvelle traduction anglaise de son ouvrage publié à l’origine en français, Nadège Ragaru présente une passionnante et vaste enquête archivistique couvrant 80 ans et six pays (Bulgarie, Allemagne, États-Unis, Israël, Macédoine du Nord et Serbie), explorant ainsi les origines et la perpétuation de ce récit héroïque du passé de la Bulgarie. Passant des sphères juridiques aux sphères politiques, des créations artistiques aux expositions muséales, de l’écriture de l’histoire aux controverses publiques transnationales, elle montre comment l’Holocauste au nord du Danube est devenu un “sauvetage” au sud du fleuve. Elle retrace la manière dont les mérites individuels ont été transformés en réalisations “nationales”, tandis que la responsabilité des déportations a été imputée à l’Allemagne nazie. Enfin, elle montre comment les discussions sur l’Holocauste en Bulgarie ont été prises en otage par les dynamiques de la guerre froide avant 1989, pour ensuite céder la place aux luttes politiques et mémorielles. Continuer la lecture de Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)

Projection du film  Paysage n°2 (Pokrajina Št.2) – Cycle de projections-débats (Contre-)mémoires cinématographiques des conflits en Europe médiane

Lundi 13 février 2023  – 18h00 – 20h30

Auditorium, INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 PARIS

***

Dans le cadre du Cycle de projections-débats(Contre-)mémoires cinématographiques des conflits en Europe médiane

Nous avons le plaisir de vous inviter à la projection du film Paysage n°2 (Pokrajina Št.2)
de Vinko Möderndorfer,  2008, 90 min, vostfr  Forum Ljubljana (Slovénie) 

Avec Marko Mandić, Slobodan Ćustić, Barbara Cera

Un thriller plein de suspense sous fond de réminiscence de la Seconde Guerre mondiale 

La projection sera suivie d’une discussion animée par Jovana Papovic (CETOBaC, EHESS), par Kaja Dolar (Inalco), et par Nicolas Brunot, étudiant à l’Inalco.

entrée libre 

Nadège Ragaru et Andreas Guidi, “A History of Knowledge about the Holocaust in Bulgaria”, The Southeast Passage

Marco Behar: “Their Last Way” (from the Series “Past”, detail, 1958), Courtesy of the Bulgarian National Gallery, Sofia.

Depuis le lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale, un récit concernant le sauvetage des Juifs bulgares de la déportation et du génocide a alimenté l’autoreprésentation des gouvernements à Sofia et le discours public dans le pays. Entre les décennies de régime socialiste et les transformations politiques de l’après-1989 qui ont conduit à l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne, le cadre international de la mémoire de l’Holocauste ainsi que certaines références dans ce discours ont changé, mais l’essentiel du récit du sauvetage, qui considère les Juifs comme une entité passive, persiste. Cet épisode discute de la manière dont l’historiographie peut s’engager de manière critique dans la connaissance complexe et fragmentée de l’Holocauste en Europe du Sud-Est à travers un voyage à travers différentes voix et différentes sources, des attestations de procès aux films de fiction populaires en passant par le matériel visuel.

Accès au podcast : http://thesoutheastpassage.com/podcast/

 

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Xavier Bougarel, La division Handschar, Waffen-SS de Bosnie, 1943-1945 Paris, Humensis, 2020 (448 p. 24€)

En 1943, les partisans de Tito luttent avec succès contre l’occupant allemand et les fascistes croates, les oustachis. En accord avec le mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, Heinrich Himmler décide alors de créer la 13e division de la Waffen-SS, dite Handschar (« Poignard »). Les 20 000 hommes qui la composent sont majoritairement des musulmans de Bosnie-Herzégovine, encadrés par des officiers allemands. Entre mars 1943 et mai 1945, ils s’entraînent en France et en Allemagne avant de combattre les résistants en Bosnie, où ils commettent les pires exactions, en particulier contre la population serbe et contre les rares juifs rescapés des massacres oustachis.

Pour la première fois, un historien spécialiste des Balkans reconstitue l’histoire de cette division en croisant les archives allemandes et yougoslaves. Xavier Bougarel va au-delà des clichés pour s’intéresser aux circonstances de la création de cette division SS atypique, au profil et aux motivations de ses combattants, à la vie religieuse en son sein et aux raisons de sa dislocation finale. Ce faisant, il propose une nouvelle lecture de la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans, marquée par l’importance des enjeux matériels immédiats, la multiplicité des stratégies individuelles de survie, ainsi que les changements incessants d’alliances et d’allégeances.

Nadège Ragaru, ASSIGNÉS À IDENTITÉS. VIOLENCE D’ÉTAT ET EXPÉRIENCES MINORITAIRES DANS LES BALKANS POST-OTTOMANS, Istambul, éditions isis, 2019 (340 P., 40 $)

 

Introduction

Partie 1. Façonner, dire, interdire le « je » en Bulgarie : Puissance publique et stratégies de résistance minoritaires Chapitre 1. Contribution à l’historiographie de l’assimilation forcée des musulmans de Bulgarie Chapitre 2. Faire taire l’altérité. Police de la langue et mobilisations linguistiques au temps de l’assimilation forcée des Turcs de Bulgarie(1984-1989) Chapitre 3. Voyages en identités. Les espaces-temps du re/de-venir des Turcs de Bulgarie établis en Turquie Chapitre 4. Les mobilités du postcommunisme : Pratiques migratoires et constitution d’un champ de recherche sur les migrations en Bulgarie Chapitre 5. Usages politiques du passé et controverses historiographiques en Bulgarie : le cas du « massacre de Batak » (1876) Chapitre 6. Du balkanisme à une histoire transnationale des Balkans ? 

Partie 2. Politiques anti-juives, historiographie et mémoire de la Shoah en Bulgarie Chapitre 7. Les Juifs de Bulgarie et des territoires yougoslaves et grecs occupés par la Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale Chapitre 8. La spoliation des biens juifs en Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale : un état des lieux historiographique Chapitre 9. Nationalization through Internationalization. Writing, Remembering, and Commemorating the Holocaust in Macedonia and Bulgaria after 1989 

Partie 3. Faire État-nation en Macédoine post-yougoslave : de la conflictualité armée à la concurrence des emblèmes identitaires Chapitre 10. The Former Yugoslav Republic of Macedonia:between Ohrid and Brussels Chapitre 11. Maillage communal, frontières et nation :les imaginaires, enjeuxet pratiques de la décentralisation en Macédoine Chapitre 12. The Political Uses and Social Lives of “National Heroes”: Controversies over Skanderbeg’s Statue in Skopje Chapitre 13. Macédoine-Grèce: les pouvoirs de la métonymie