Archives par mot-clé : Russie

Atelier travaux en cours du CERCEC et du CETOBaC

Gabriel Doyle, doctorant contractuel à l’EHESS (CETOBaC), Mariia Golik, doctorante à l’EHESS (CERCEC), Antonis Nasis, doctorant à l’EHESS (CETOBaC), Meriç Tanık, doctorante à l’EHESS (CETOBaC), Anna Tikhomirova, doctorante à l’EHESS (CERCEC), Lina Tsrimova, doctorante à l’EHESS (CERCEC)

Les 2e mardi du mois de 15 h à 17 h à l’EHESS Campus Condorcet, salle 3.06, centre de colloques, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers, du 12 novembre 2019 au 9 juin 2020

Le but de l’atelier consiste à créer un atelier de travail pour discuter du fond comme de la forme de travaux en cours entre doctorants et jeunes docteurs. L’atelier accueille une ou deux présentations de travaux par séance. Deux formes d’intervention sont possibles. La plus courante consiste à envoyer un texte à l’avance (projet de thèse, chapitre ou article en cours d’écriture, etc.) qui sera lu par les participants et fera l’objet d’une discussion pendant une heure. Il est également possible, plutôt que d’envoyer un texte, de faire une présentation orale d’environ 30 minutes, suivie de 30 minutes de discussion.

Cet atelier se veut un espace de recherche et d’échange bienveillant et critique pour les doctorants, les jeunes docteurs et les autres chercheurs du CERCEC et du CETOBaC. Pluridisciplinaire, il est ouvert aux anthropologues, sociologues, historiens et aux autres chercheurs en sciences sociales. Bien que consacré principalement aux recherches portant sur l’Europe centrale et orientale, les Balkans, la Turquie, la Russie, l’Asie centrale et le Caucase, ainsi que l’Empire ottoman et l’URSS, l’atelier est ouvert à tous les doctorants et les autres chercheurs venus d’autres centres de recherche qui souhaitent y participer.

Pour plus d’informations : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/2644/

Kira Kaurinkoski, Le “Retour” des grecs de Russie. Identites, memoires, trajectoires, Ecole Française d’athenes, 2018 (494 p., 60€)

Cet ouvrage examine les raisons qui, après la fin de la guerre froide, ont poussé des personnes et des populations entières, installées en Ukraine – ainsi que dans d’autres républiques d’ex-Union soviétique – depuis des siècles, à revendiquer une origine grecque et à élaborer des projets de migration de « retour » vers la Grèce. Il étudie les migrations grecques vers l’Empire russe où des Grecs, dans leur grande majorité ressortissants de l’Empire ottoman, se sont installés en nombre dès le XVIIIe s. Dans un second temps, il analyse les migrations de retour diasporiques et les migrations économiques transnationales d’Ukraine – et d’autres républiques d’ex-Union soviétique –, vers la Grèce et vers Chypre, dès la fin des années 1980. Il retrace, en particulier, l’histoire d’un groupe diasporique, les Grecs de Mariupol, et essaye d’analyser pourquoi il n’y a pas eu de « retour » collectif de ces Grecs vers la « mère-patrie imaginée ».

Kira Kaurinkoski est anthropologue, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheuse associée à Aix-Marseille université (UMR 7307, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative). Ses recherches portent sur les diasporas et les migrations russes et postsoviétiques, et les mobilités et les minorités dans la région égéenne.