Archives par mot-clé : roumanie

Gheorghe CLIVETI, LA RÉVOLUTION DE 1821 ET LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES – une « pierre de touche » pour la diplomatie européenne dans la question d’Orient, Istambul, THE ISIS press, 2020 (187 p., 20 $)

Préface-Argument 

I. L’ORDRE EUROPÉEN DE 1815 : LA CAUSE ROUMAINE DANS LE « DÉDALE ORIENTAL » Des notes historiographiques. La relevance du Concert des Grandes Puissances européennes et celle de la Sainte-Alliance Les Principautés Roumaines, « un point de la question de l’Orient », en train de devenir un problème européen

II. LA RÉVOLUTION DE 1821 : L’ÉNONCE POLITIQUE DE LA CAUSE ROUMAINE Des notes historiographiques La révolution roumaine, en rapport prudent avec l’Hétairie ou la politique de Russie et avec la demande de reconnaissance par la Porte Ottomane des « anciens droits du Pays » La réaction de Russie, la condamnation et l’exécution du dirigeant de la révolution roumaine L’intervention armée des Ottomans dans le Principautés et la fuite de beaucoup de boyards « à l’étranger »

III. LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES, EN 1822 : DES IMPLICATIONS EUROPÉENNES Des notes historiographiques Le contexte européen. L’état des Principautés « Les missions des boyards à la Haute Porte » et la désignation des princes autochtones En guise de conclusion Bibliographie Index

L’âge de Dracula : les pays roumains au XVe siècle

Conférences grand public – Université de Rouen Normandie

Par Matei Cazacu – Directeur d’études École Pratique des Hautes Études

Animée par Dan Muresan – Enseignant-chercheur à l’université de Rouen Normandie, laboratoire GRHis

Peu de personnalités de la fin du Moyen Âge sont mieux connues que le célèbre prince Dracula. Mais peu sont en même temps plus défigurées, vampirisées voire diabolisées que lui : autant dire que le Dracula historique, le prince roumain Vlad III de Valachie n’a presque rien en commun avec son avatar fictionnel. Sa cruauté, répugnante il est vrai, n’avait rien à envier à d’autres souverains de l’époque, et relevait tout simplement de la manière de gouverner propre à son époque.

Nous allons tenter de redécouvrir au-delà du mythe le personnage historique et son époque dans toute leur complexité.

Il n’en a pas moins pour autant fondé une lignée qui compte plusieurs princes voire des évêques, à tel point que même le prince Charles de Wales, l’héritier de la reine Élisabeth II, s’en revendique avec fierté. Nous avons là tous les ingrédients de ce qu’on pourrait appeler le vrai roman de Dracula…

Informations pratiques :

Date de l’évènement : le 13 février 2020 à 18h30.

Lieu(x) : Maison de l’Université Historial Jeanne d’Arc
7 rue Saint Romain
Rouen

Lien : http://culture.univ-rouen.fr/utlc-l-age-de-dracula-les-pays-roumains-au-xve-siecle-653834.kjsp?RH=1395330190343

Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom

Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.

Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Examinant par le menu les usages et détournements symboliques des biens matériels, tant au cours des migrations en France qu’au retour en Roumanie, l’auteure observe que les acteurs sociaux sont pris dans une économie de prestige, dans laquelle les dons en direction de ceux restés au pays prennent une place prépondérante.

Dans leur recherche du prestige individuel et familial à travers les signes d’une réussite matérielle, la maison, reprise ou construite en Roumanie, fait office d’emblème. Cette maison, observe finement Norah Benarrosh, semble devoir vivre dans un état de perpétuel inachèvement, afin de signifier que le projet de vie de ses propriétaires est toujours en devenir.

Continuer la lecture de Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)