Archives par mot-clé : Religion

Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

Date de soumission : 20 février 2020

(English below)

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « démographie et familles orthodoxes ». Le dossier est coordonné par Fabrice Boudjaaba (CNRS), Evguenia Bournova (Athènes), Constanta Vintila-Ghitulescu (Bucarest) et Olga Katsiardi (Athènes). La date limite pour la soumission des propositions d’articles est fixée au 20 février 2020. Les articles sélectionnés devront être remis pour le 1er décembre 2020 et seront publiés dans le numéro 2021-2.

Démographie et familles orthodoxes

L’histoire de la famille et la démographie historique connaissent depuis quelques années un fort renouvellement de leurs problématiques et de leurs méthodes. Délaissant la voie classique des analyses des formes de co-résidence ou celles des principaux indicateurs démographiques (fécondité, mortalité etc.), cette discipline s’intéresse de plus en plus à des aspects tels que l’analyse des parcours de vie, les liens familiaux au-delà du cadre de la corésidence, la force des liens spirituels, le poids de la religion dans les comportements familiaux et/ou démographiques. Pour autant, cette nouvelle histoire de la famille reste une histoire encore largement centrée sur l’Europe de l’Ouest (ADH 2015-1).

Continuer la lecture de Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

Galia VALTCHINOVA, SAINTS, PLACES, AND NATIONAL IMAGINATION. HISTORICAL ANTHROPOLOGY OF RELIGIOUS LIFE IN THE BALKANS, The isis press, 2019 (279 P., 30 €)

Acknowledgements

Note on Transliteration

Introduction

Part One. Saints and invention of tradition I. Facettes du culte de Sainte Parascève (Petka) d’Epivates et ses usages dans l’univers balkano-orthodoxe : du contexte prémoderne aux contextes modernes II. « Foi » et « nation » dans deux récits du transfert des reliques de Sainte Parascève (Petka, Paraschiva) de 1641 [Based on « Le transfert des reliques de Sainte Parascève (Petka, Paraschiva) de 1641 : Témoignages de deux personnages religieux contemporains », Revue d’Études Sud-Est Européennes (Bucarest, Académie roumaine des sciences), XLVII, 1-4, 2009, pp. 39-53] III. The Christian-Muslim religious symbiosis in Ottoman context: comparing two local cults of saint Therapon [Based on “The Christian-Muslim religious symbiosis according to F.W. Hasluck: comparing two local cults of saint Therapon”, in: David Shankland (ed.), Archaeology, Anthropology and Heritage in the Balkans and Anatolia: The Life and Times of F.W. Hasluck, 1878-1920, vol. 2, Istanbul: Isis Press, 2004, pp. 159-181] IV. Saint(s) Théodore et le partage entre « nous » et les « autres » dans les Balkans : apparitions et miracles entre littérature et tradition orale

Continuer la lecture de Galia VALTCHINOVA, SAINTS, PLACES, AND NATIONAL IMAGINATION. HISTORICAL ANTHROPOLOGY OF RELIGIOUS LIFE IN THE BALKANS, The isis press, 2019 (279 P., 30 €)

Alberto Fabio AMBROSIO, Pouvoir et secret dans l’Empire ottoman. L’initiation dans la confrérie Bektasîe, CNRS Editions, 2017 (176P.)

Dans la Turquie ottomane, le secret est une vertu cardinale du pouvoir. Le sultan règne sans partage, mais avec l’appui d’un groupe d’initiés – parti, clan, confrérie – toujours tenus par le secret. Cette réalité – constante dans l’histoire de la société turque –, le coup d’État raté de l’été 2016 et la mise au ban de Fethullah Gülen n’en constituent qu’un rappel. Comme la francmaçonnerie, la secte des Bektaşîs, dont le lecteur découvrira maints secrets dans ce livre, a eu son heure de gloire auprès des sultans.

Ce livre présente et analyse un texte majeur de cette confrérie : un opuscule qui détaille son rituel initiatique et sa pratique religieuse. Le rôle politique et spirituel qu’a joué ce courant soufi a été majeur au XIXe siècle et au début du XXe. Le texte en question, initialement publié en turc en 1925, au moment de l’interdiction par Atatürk des confréries, n’aurait sans doute jamais été révélé sans la révolution kémaliste. Après avoir rappelé l’histoire de la confrérie, l’auteur présente les principaux extraits du catéchisme initiatique et explique avec clarté le rituel et ses fondements anthropologiques. Enfin, il s’attarde sur l’opportunité de publier ces secrets religieux en 1925 pour le « salut » de la nation turque.

Une exploration scientifique des rapports unissant religion, pouvoir et secret.

Gianfranco Bria, Aquile e dervisci. L’autorità sufi nell’Albania post-socialista, JOUVENCE, 2019 (140 P. 11,90€)

Préface de Nathalie Clayer,
“La religione degli albanesi è l’albanismo”: questa nota espressione risorgimentale ben incarna la concezione pubblica e istituzionale della religione nel Paese delle Aquile, soprattutto da quando, nel 1967, il regime comunista di Hoxha decise di vietare qualsiasi forma di culto. Il sufismo, componente storica del vario mosaico religioso del Paese, soffrì più di altri la secolarizzazione coatta socialista. La rinascita sufi, dopo anni di autarchia e isolazionismo, fu un processo complesso, influenzato dall’intervento di attori esteri (wahabiti, Gülen hareketi, turuq kosovare), dalle istanze laiche governamentali e dalla religiosità critica e individualizzata dei fedeli. Ne è seguito un costante riaggiornamento pratico e dottrinale delle turuq che, schiacciate dal peso della globalizzazione (pluralismo e umma virtuale) e dal monopolio Bektashi, hanno cercato nuovi spazi e pratiche di legittimazione (di)mostrando una straordinaria capacità adattiva rispetto all’ideologia di Stato e alle domande di santità delle popolazioni locali. Prefazione di Nathalie Clayer.