Archives par mot-clé : Post-Ottoman

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Fabio GIOMI, Ece ZERMAN (dir.), avec Rebecca ROGERS « Genre et espace (post-)ottoman » in Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°48, Belin, 2019 (328p., 21 €)

Ce numéro de Clio. FGH se propose de revisiter l’histoire de la transition entre Empire et État-nation en interrogeant la relation multiforme et complexe qui lie changements de régime politique et changements de régime de genre. L’espace analysé est celui qui recouvre une partie de l’Empire ottoman et des États qui lui ont succédé, plus précisément les Balkans et l’Asie Mineure. Cet espace, partagé à l’heure actuelle en une dizaine d’États, constitue un véritable laboratoire pour les sciences sociales. Il embrasse des paysages socio-politiques extraordinairement différents et présente une grande variété linguistique. Trois religions principales, l’islam, le christianisme et le judaïsme – elles-mêmes diversement pratiquées – y coexistent et, suivant les contextes, ont réuni la majorité des fidèles ou formé des minorités confessionnelles.

Sur la longue durée pourtant, sans remonter à l’histoire romaine et byzantine, ces régions ont en effet été intégrées du xive au xxe siècle selon les différents territoires dans une structure politique commune, l’Empire ottoman. Au cours des dernières décennies, un nombre croissant de recherches se sont intéressées aux formes et aux temporalités de l’intégration de ces régions dans cette structure impériale, ainsi que dans l’histoire globale des empires. Une grande attention a aussi été portée à l’héritage de cette histoire partagée suite à la dissolution de l’Empire ottoman. Ainsi une vague d’études souvent labélisées « post-ottomanes » (post-ottoman en anglais, postosmanischen en allemand) s’est épanouie dans différents contextes universitaires afin d’étudier la transition de l’Empire aux États-nations dans toutes ses dimensions et en tenant compte des spécificités locales. Inspirés par ces approches, nous nous sommes lancés dans le projet de revisiter l’histoire du passage de l’Empire ottoman aux États balkaniques et turc en intégrant la perspective de genre.

Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Les destins de l’Empire ottoman finissant et de l’espace postottoman ont été déterminés non pas par des « majorités silencieuses », mais par des acteurs souvent jeunes et issus des régions périphériques de l’Empire. Intégrés dans les échelons inférieurs de l’establishment civil et militaire, adeptes d’un nationalisme revanchard ou du social-darwinisme, serviteurs d’État et rebelles, ces hommes d’épée et de plume venus des marges prirent leur place dans l’histoire comme destructeurs d’Empire et bâtisseurs d’États, et pour certains comme auteurs de crimes de masse, dont le génocide des Arméniens constitue le point paroxystique.

Qu’il s’agisse de la jeunesse affiliée aux comités balkaniques, unioniste, ou de celle, baathiste, de l’Irak et de la Syrie, qui partagent tant de traits communs malgré le demi-siècle et les espaces géographiques qui les séparent, elles sont en réalité les « meilleurs produits » des systèmes qu’elles mettent à terre. C’est par cette dynamique que les « marges » semblent pouvoir s’ériger en acteurs quasi hégémoniques du changement et gagner dans un deuxième temps une indéniable centralité. Cette observation, khaldûnienne ou tocquevillienne, nous permet de saisir la nature extrêmement brutale de la rupture, mais aussi, dans certains cas, celle, tout aussi violente, des continuités qui s’établissent dans la durée entre l’« ancien régime » et le nouveau.

Continuer la lecture de Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

Based on substantial fieldwork and thorough knowledge of written sources, Xavier Bougarel offers an innovative analysis of the post-Ottoman and post-Communist history of Bosnian Muslims. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina explores little-known aspects of the war in Bosnia and Herzegovina, unravels the paradoxes of Bosniak national identity, and retraces the transformations of Bosnian Islam from the end of the Ottoman period to today. It offers fresh perspectives on the wars and post-war periods of the Yugoslav space, the forming of national identities and the strength of imperial legacies in Eastern Europe, and Islam’s presence in Europe.

Continuer la lecture de XAVIER BOUGAREL, SURVIVING EMPIRES. Islam and Nationhood in Bosnia-Herzegovina, BLOOMSBURY, 2017 (262 P., 102$)

Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire

This special issue aims at de-centering the notion of the “Post-Ottoman”. We intend to turn the attention toward the impact of collapsing imperial structures on the life trajectories of marginal(ized) individuals, with a particular focus on the spatial dimension and the representation of the self. 

We invite the contributors to reflect on marginalities from an intersectional perspective that includes notions like anomie, subalternity, exclusion, and segregation. The issue particularly welcomes studies centered on subjectivities of women, ethnic or confessional minorities, and actors targeted by social, political, and sexual discrimination. Apart from that, the special issue also addresses actors from economic classes that have, until now, received comparatively little attention in biographical research, like workers, peasants, or the urban and rural poor. We conceive of marginalization utilizing a twofold approach: marginalization during the post-Ottoman transformations as well as marginalization deriving from historiographical neglect. The goal is to enrich the empirical and conceptual research on biographies by extending it outside the domain of “great men’s” memoirs in a more inclusive conceptual framework. In their case studies, contributors should critically discuss life trajectories by focusing on the meaning, boundaries, and negotiations of marginality as central factors for practices and perceptions. In so doing, we suggest adopting an inclusive look that engages with the question of how these individual trajectories are embedded in changing collectivities and institutions ranging from kinship to informal networks, associations, and even up to state and international institutions.

See CfP Post-Ottoman trajectories

Continuer la lecture de Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire