Archives par mot-clé : politique

Alexander Manuiloff, L’État, éditions l’Espace d’un instant, 2019 (84 P. 11€)

Traduit de l’anglais par Nathalie Bassand, Préface de Tim Etchells

Début 2013, Plamen Goranov, photographe et alpiniste bulgare, est l’un des chefs de file des manifestations qui se déroulent en Bulgarie, en protestation contre la pauvreté, la corruption et la faillite de l’État. Le 19 février, à Varna, il déclare publiquement qu’il s’immolera le lendemain à 17 heures si l’administration locale refuse de démissionner. Le lendemain, il met ses menaces à exécution, avec plusieurs heures d’avance, sans laisser aucune lettre. Plus d’une douzaine d’immolations dans l’espace public suivront. Son destin évoque naturellement ceux de Jan Palach, après l’écrasement du printemps de Prague, ou du Tunisien Mohamed Bouazizi, déclencheur des printemps arabes.
L’État parle de Plamen Goranov, le premier à s’être immolé en Bulgarie, mais parle de nous aussi, des États que nous créons et de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui..

Alexander Manuiloff est un auteur, dramaturge, scénariste et journaliste bulgare, qui vit actuellement à Sofia. Ses œuvres pour le théâtre et le cinéma ont été programmées à Cannes, Carthage, Istanbul, Moscou, Prague, ainsi qu’à Berlin, au Theatertreffen Festival, à New York, où il a collaboré avec le collectif allemand Rimini Protokoll, et à Paris, où L’État a été présenté au festival L’Europe des théâtres en 2017.

Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

 
En retraçant sur le temps long, du xixe au xxie siècle, l’histoire des populismes en Europe centrale et orientale, Roman Krakovsky éclaire d’une façon inédite les violences et politiques à l’œuvre aujourd’hui dans cette partie de l’Europe, foyer de dérives qui menacent de s’étendre au reste du continent.
 
En 1989, la chute du communisme est saluée comme une victoire de la démocratie sur l’autoritarisme. Trente ans plus tard, c’est dans cette partie du continent qu’agissent les plus virulents mouvements du populisme européen.

Comment comprendre un tel paradoxe  ? Une manière d’y répondre est de replonger dans l’histoire. Cette perspective de longue durée est d’autant plus nécessaire que le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Au xixe siècle, les narodniki russes promettent de sortir la paysannerie de son «  arriération  » et de la doter d’un droit de cité. Par la suite, les mouvements agraires semblent apporter des réponses au sous-développement et à la difficile construction, dans cet espace, de communautés politiques fortes, et les régimes communistes mobilisent certaines stratégies populistes. Aujourd’hui, les démocraties illibérales remettent en question le mode d’organisation de nos sociétés, issu des Lumières.

En redonnant leur épaisseur historique aux dérives populistes à l’œuvre en Europe centrale et orientale en ce début de xxie  siècle, Roman Krakovsky rappelle combien leur récente poussée peut servir d’avertissement pour le reste du continent.

Roman Krakovsky est historien, maître de conférences à l’université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014) et L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017).

Continuer la lecture de Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)