Archives par mot-clé : poésie

Samim Akgönül, Dictionnaire insolite de la Turquie, Cosmopole, Paris 2021 (160 P., 11€)

Plus qu’un pays de contrastes, la Turquie est un pays de contradictions. Ceci dit, elle offre une telle diversité de paysages, de populations, de saveurs, de mélodies qu’il est impossible de la définir et la décrire de manière monolithique. Au détour de cérémonies, de projets fous et de savoureuses expressions, Samim Akgönül donne à découvrir des poètes et des musiciens, de fortes personnalités contemporaines, la figure du bakkal, Hodja, Sinan, Adıvar et Loti. Allons voir les mots tavla, arabesk, commérage, börek, çiğ köfte ou encore kolonya… et, comme on dit en turc, haydi bakalım !

Au-delà des guides touristiques, les dictionnaires insolites vous font voyager par les mots et aident à briser les idées reçues.

KATERÌNA ANGHELÀKI-ROOKE, LA CHAIR BEAU DÉSERT, LE MIEL DES ANGES, 2018 (160 P., 12€)

Texte traduit par Michel Volkovitch.

Son plus grand bonheur ? Elle répond : — L’amour qui devient création. La création qui devient amour. Ses poèmes, parlant à la première personne, sont les étapes d’une vaste confession — sans anecdote, réduite au sentiment — où l’amour des cœurs et des corps rayonne vers la vie, goûtée avec passion, la nature, objet d’un culte quasi religieux (« La nature est mon maître ») et la poésie bien sûr. On a rarement chanté l’amour avec autant d’ardeur et de tendresse, même si l’âge, il est vrai, change la donne : l’amour s’éloigne, la mort se rapproche, et les recueils les plus récents, dans une veine sans cesse plus élégiaque, chantent la nostalgie de la jeunesse perdue. Mais cette poésie n’a pas d’âge. Malgré les souffrances dont elle se fait l’écho, et la mélancolie dont peu à peu elle se voile, elle conserve sa vivacité, sa fraîcheur.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.

MIHÀLIS GANAS, POÉSIE I, LE MIEL DES ANGES, 2018 (128 P., 12€)

Texte traduit par Michel Volkovitch. 

La poésie de Mihàlis Ganas est hantée par son enfance et les montagnes d’Épire, ce rude paradis perdu. Personnages principaux : lui-même, ses proches, ses ancêtres. Tout un monde ancien parle à travers lui. Ses poèmes sont le précieux dernier écho d’un monde paysan, mi-chrétien mi-païen, dont sa génération aura été le témoin ultime. Il est l’héritier direct des merveilleux chants populaires et de Dionỳsis Solomos, père fondateur de la poésie grecque moderne au XIXe siècle. Mais notre poète des racines est en même temps branché sur son époque. Il décrit le monde urbain qui l’entoure, il monte et descend l’échelle du temps, dans ses thèmes comme dans ses formes. Voici donc ses trois premiers recueils : Cène d’angoisse (1978), Pierres noires (1980) et Yànnena la neige (1989), en attendant la suite dans un second volume.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.

TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€)

Texte traduit par Jacques Lacarrière, Natalia Moreleón et Michel Volkovitch.

Tàkis Sinòpoulos était médecin, ce qui l’a amené à vivre en première ligne la guerre de 40-45, puis la guerre civile atroce qui a suivi. Jamais il ne s’en est remis. Sa poésie, d’abord influencée par Pound, Eliot et Sefèrls, va  rester marquée d’un  bout à l’autre par la hantise de la souffrance et de la mort. On trouvera ici les recueils de la maturité, et en particulier le sommet de l’ensemble : Repas funèbre (1972) et Pierres (1972), écrits parallèlement dans les années soixante. Le titre de Repas funèbre pourrait servir à toute l’œuvre de Sinòpoulos, qui n’est qu’un long dialogue avec les morts. Continuer la lecture de TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€)