Archives par mot-clé : moderne

Antoine Chalvin, Jean-Léon Muller, Katre Talviste et Marie Vrinat-Nikolov (dir.), Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane, Presses Universitaires de Rennes, 2019 (434p., 30€)

Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane. Des origines à 1989

Cet ouvrage, rédigé sur la base de contributions de 26 spécialistes de 16 langues et littératures d’Europe médiane, explore le rôle fondateur de la traduction dans la formation des littératures écrites en Europe. Il permet, pour la première fois, de mieux comprendre comment la circulation des textes traduits a contribué au fil des siècles à forger une culture polyphonique proprement européenne, un processus dans lequel cette partie du continent a joué un rôle largement méconnu.

Avec le soutien de la ville de Paris (programme émergence(s), du centre de recherches Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco et du CNRS (laboratoire irice).

La traduction des textes religieux

  • Les textes traduits
  • La pratique de la traduction
  • L’influence de la traduction sur la langue vernaculaire
  • Diffusion, réception, débats

La traduction et la formation de la littérature profane

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire
  • La traduction et la langue
  • La traduction et la littérature
  • La traduction et la société

La traduction et la modernité littéraire

  • Le contexte historique et socio-culturel
  • Géographie des flux de traduction
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • La traduction et la littérature

Traduire sous le totalitarisme

  • Les textes traduits
  • Les traducteurs
  • Les modes de traduire et les débats sur la traduction
  • Diffusion et réception

Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

On sait que le turc ottoman s’écrit en caractères arabes. On dit qu’à l’instar de l’arabe il n’est doté d’aucun système de ponctuation. On considère que la ponctuation du turc est le triple résultat de l’adoption de l’imprimerie, de la réforme de la langue engagée sous l’influence occidentale et de la révolution de l’alphabet latin décidée par Mustafa Kemal en 1928. En vérité, les Ottomans firent le point autrement. C’est ce qu’établit ce livre, au fil d’une enquête minutieuse qui croise belles lettres, sciences et arts du XVe siècle à nos jours. Une ponctuation ottomane existait avant l’apparition de l’imprimerie ; son devenir accompagna la transformation de la langue turque ottomane ; hors du seul domaine des influences européennes, les Ottomans créèrent leur propre ponctuation. Les systèmes de ponctuation du grec, du syriaque ou du judéo-espagnol étaient anciens et établis. Celui du turc ottoman fut tardif (fin du XIXe siècle), anomique et largement indépendant du changement d’alphabet. Il se constitua dans la continuité d’une ponctuation iconique, faite de pictogrammes et de signes de visibilité (lignes et traits, points et larmes, vides et pleins, étoiles noires et ronds dorés). Il se déploya dans les registres de l’administration et les arts de la plume, dans l’univers des sciences, de la musique et de la cartographie. Produit de la machine mais aussi de la main, la ponctuation se fit une place dans les nouvelles formes imprimées de la presse écrite, du théâtre et du roman. Mais elle nourrit également les correspondances privées et les écritures du quotidien. Certes, jusqu’à la fin de l’Empire, les Ottomans pouvaient s’en passer ou n’en utiliser qu’une partie. Mais la ponctuation était devenue un fait de langue et un lieu de vitalité intertextuelle. Et sans doute est-ce la raison pour laquelle elle investit pleinement la société graphique de la Turquie contemporaine. Bref, si elle passe encore aujourd’hui pour un objet étranger et secondaire de l’aventure des écritures orientales, la ponctuation est le produit riche et complexe d’une histoire graphique, technique et linguistique à examiner sur le temps long. Son étude éclaire aussi le passé des sociétés impériales, le présent de la République turque et le devenir du Moyen-Orient contemporain.  

Continuer la lecture de Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des aires culturelles

15 février 2019 (8h45 – 17h30) en salle 13 au 105 Boulevard Raspail, Paris.

La Journée doctorale est soutenue financièrement par le Campus Condorcet. Elle bénéficie également du soutien du CETOBaC, du GRSL et du Projet POLTUR du laboratoire IRISSO à l’Université Paris Dauphine, financé par le programme Emergence(s) de la Mairie de Paris.

La journée doctorale portera sur les espaces étudiés au CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) : les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. Elle a pour but de questionner les liens existants entre les éléments au cœur de la formation des identités – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. La journée est conçue comme un lieu d’échange transdisciplinaire. Les disctutant.e.s sont invité.e.s à proposer des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les espaces étudiés, où les identités peuvent encore être perçues comme fixes et inamovibles.

Programme:

08h45-09h : Accueil café 

09h-09h15 : Introduction et présentation de la Journée doctorale par le comité des organisatrices et Marc Aymes (directeur du CETOBaC / CNRS)

09h15-10h30 : Identité et circulation des personnes

Léo Maillet : « De Xi’an à Tachkent : antagonismes quotidiens et imaginaires du territoire sur un faisceau de routes chinoises en Asie
centrale »

Juliette Ronsin : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici.” Les ouvriers (post-)yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard de 1965 à nos jours »

Modératrice : Julia Nietsch (CETOBaC, EHESS)
Discutants : Hayri Gökşin Özkoray (CETOBaC / Collège de France) et Işıl Erdinç (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

10h30-10h45 : Pause café

10h45-12h : Construction identitaire et frontière des communautés au niveau local

Cléa Pineau : « La fabrication et la fluidité des identités dans la ville de Mersin en Turquie au prisme de la question spatiale, politique et socio- économique »

James Rouse : « La construction identitaire chez les nomades en Anatolie médiévale à travers l’exemple des Germiyān (XIIe – XIIIe siècles) »

Modératrice : Sarah Sajn (CHERPA, Sciences Po Aix)

Discutants : Nathalie Clayer (CETOBaC, EHESS / CNRS) et Yann Borjon- Privé (GSRL, EPHE)

12h-13h30 : Buffet déjeunatoire 

13h30-14h45 : Construction identitaire et frontières des communautés au niveau international

Yéléna Mac-Glandières : « La Caspienne de frontière à interface : comment penser l’ouverture sur une mer fermée ? Travaux d’étalonnage»

Sophie Gueudet : « Le rôle de la Représentation de la Republika Srpska à Belgrade comme l’un des porteurs du concept d’ “espace spirituel commun” entre Serbie et Republika Srpska »

Modératrice : Kristina Kovalskaya (CETOBaC / GSRL, EPHE)

Discutants : Isabelle Ohayon (CERCEC / CNRS) et Loïc Trégourès (CERAPS, Université de Lille / CNRS)

14h45-15h : Pause café 

15h-16h15 : Identité et circulation des savoirs

Ömer Köksal : « Les médiations multiples à travers la traduction : l’étude de cas sur l’ouvrage de Max Nordau dans l’Empire ottoman tardif »

Monika Mousavi : « L’identité tiraillée, impact sur la vie politique en Iran»

Modératrice : Meriç Tanık (CETOBaC, EHESS / ENS)

Discutants : Marc Toutant (CETOBaC / CNRS) et Dilek Sarmış (CETOBaC, EHESS)

16h15-17h30 : Construction identitaire et interaction entre acteurs gouvernementaux et acteurs associatifs

Léa Delmaire : « Le rôle de la lutte contre la tuberculose dans la construction d’une identité turque idéale »

Julia Nietsch : « L’Institut kosovar pour le droit des ONG : une création américaine ? Les associations kosovares dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales après 1999 »

Modératrice : Pelin Ünsal (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

Discutants : Morgane Labbé (CRH, EHESS) et Fabio Giomi (CETOBaC / CNRS)

Comité organisateur

Kristina KOVALSKAYA, GSRL / EPHE-PSL, CETOBaC / EHESS

Julia NIETSCH, CETOBaC / EHESS

Sarah SAJN, CHERPA / Sciences Po Aix

Meriç TANIK, CETOBaC / EHESS

Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)

Au XVIIIe siècle, la France est très présente dans le Levant. Des Français, consuls, missionnaires, négociants, militaires, marins, artisans, antiquaires, orientalistes ou aventuriers sont établis dans les ports ottomans ; certains y vivent depuis plusieurs générations. La Révolution française, qui a tant marqué les esprits en France et dans le monde, touche aussi ces Français, qui de prime abord, ne se sentent pas concernés par tous ces changements. Pourtant ils en seront les premières victimes ; l’arrêt des activités commerciales, le blocus continental, les faillites en cascade des négociants, la carence diplomatique de la France et surtout l’inutile campagne d’Egypte, vont mettre à rude épreuve les relations entre les deux pays. A la Restauration, la France dans le Levant n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le commerce entre l’Empire ottoman et l’Occident est désormais dominé par les Anglais et l’époque de la flamboyante ambassade de Choiseul-Gouffier n’est plus qu’un lointain souvenir. Les Français établis dans les Echelles, abandonnés à leur sort durant toutes ces années se sentent sacrifiés au nom d’une politique orientale nouvelle qui détricote tout ce qui avait été construit sous l’Ancien Régime. Cet ouvrage s’intéresse à la vie quotidienne de ces Français du Levant, à leurs préoccupations et à leurs attentes, à leurs espoirs et à leurs souffrances. Le vécu de ces hommes et de ces femmes, que l’on peut assimiler à de la micro histoire, permet aussi de mieux comprendre l’impact de la Révolution française dans l’Empire ottoman.

Continuer la lecture de Leon KONTENTE, Les Français du Levant dans la Tourmente de la Révolution (1789-1814) – Les Echelles de la Mer Egée, Libra kitap, 2018 (164P., 100 TL)

TURCICA N° 49

Articles
En-deçà du langage
Huchements, mots-sauvages, mantras dans le monde turk et au-delà
DOR, Rémy abstract details

The Yazicioğlu Brothers and the Textual Genealogies of Ottoman Islam
GRENIER, Carlos abstract details

Poetry Attributed to Shah Ismail in the Study of Anatolian Alevism
GALLAGHER, Amelia abstract details

Filling the Gap in Demographic Research on the Ottoman Transformation Period Waqf Account Books as Sources for Ottoman Demographic History (Sixteenth and Seventeenth Centuries)
ORBAY, Kayhan abstract details

Comment Hayr ed-Dîn Barberousse fut reçu à Istanbul en 1533
VATIN, Nicolas abstract details

Les guides au service des porteurs de dépêches et voyageurs européens dans le désert de Syrie (XVIe-XVIIe siècles)
MARAL, Clément abstract details

Ottoman Foreign Policy during the Thirty Years War
CEVRIOĞLU, Mahmut Halef abstract details

Dossier
Ottomans at the Alhambra, 1844-1914
An Investigation into the Perception of Al-Andalus by Ottoman Subjects in Times of Modernity
ELDEM, Edhem abstract details

Notes et documents
Note sur la mosquée et le quartier d’Esīrci Kemāl ed-Dīn (Kemāl ed-Dīn le marchand d’esclaves) à Istanbul
ÖZKORAY, Hayri Gökşin abstract details

Les notes de voyage du patriarche Arsenije III Crnojević, de Peć à Silivri, en 1682
LORY, Bernard abstract details

Einige Ergänzungen zu E. Prokosch’s ‘Osmanisches Lehngut im Sudan-Arabischen’
KNÜPPEL, Michael abstract details

Comptes rendus

abstract details

 

 

Nora Lafi, Esprit civique et organisation citadine dans l’Empire ottoman (XVe-XXe siècles), Brill, 2018 (360p., 100 €)

This book proposes a study of the old regime forms of Ottoman municipal urban governance that were progressively built between the 15th and the 18th c. on the basis of various heritages (Byzantine, Medieval Islamic, Seljukid, Sassanid, medieval Ottoman) as well as an interpretation of the reforms of the Tanzimat era under the light of this re-evaluation of the previous system. This allows the author to propose innovative ideas on the very nature of civic life, social organization and modernity in the Islamic world. The research is based on original archives from Istanbul (BOA) and various cities of the Empire, from Aleppo to Tunis, Thessaloniki to Alexandria or Damascus and Cairo to Tripoli. 


Cet ouvrage est consacré à l’étude des racines et des caractéristiques de la gouvernance urbaine dans l’empire ottoman. Il démontre comment s’est développée sur la base de différents héritages (Byzantin, Islamique médiéval, Seljukide, Sassanide et Ottoman médiéval) à partir du XVe siècle une forme municipale d’ancien régime et étudie sa transformation durant les réformes de l’ère des Tanzimat au XIXe siècle. L’auteure propose ainsi des interprétations innovantes quant à la dimension civique de la vie urbaine, l’organisation sociale et l’impact ambigu avec la modernité dans un contexte islamique. L’étude s’appuie sur des archives inédites trouvées à Istanbul (BOA) et dans des villes comme Alep, Tunis, Thessalonique, Alexandrie, Damas, Le Caire et Tripoli.