Archives par mot-clé : migration

West meets East: mobility of people, exchange of knowledge. Female migration in Europe from the sixteenth to the twenty-first century (Cost Action « Women on the Move »)

Call for papers for an edited volume : West meets East: mobility of people, exchange of knowledge. Female migration in Europe (sixteenth to the twenty-first century)
Deadline : 15th February 2021
Mobility calls for a continuous interaction between individuals, but also between individuals and institutions enforcing a cultural exchange and a societal transformation. The aims of this book are two: 1) to study female migration from Western Europe to Eastern Europe and vice-versa in the long run, from the sixteenth to the twentieth century; 2) to follow the alterations that took place in both spaces through the lens of the influence that the newcomers brought to the local structures.

 

Gender, ethnicity and class are the factors that shape women’s identities and their integration as individuals in the new socio-economic context. Cultural representations preceded and came along with women in their mobility attracting an initial confrontation between the ‘other’ and the local ‘us’. However, this process also made room for a proactive approach from both sides.

The goal of the book is to highlight the important exchanges of people and knowledge within these two European areas in an historical perspective.

Continuer la lecture de West meets East: mobility of people, exchange of knowledge. Female migration in Europe from the sixteenth to the twenty-first century (Cost Action « Women on the Move »)

Soutenance de Thèse de Morgane DUJMOVIC

Une géographie sociale critique du contrôle migratoire en Croatie.

Ancrages et mirages d’un dispositif.

le jeudi 28 novembre 2019 à 14h00

Lieu/ Location :   Maison méditerranéenne des sciences de l’homme 5, rue du Château de l’horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence, France
Salle/ Room : DUBY
Membres du jury

Anne-Laure AMILHAT-SZARY, Géographe, Professeure, Université Grenoble AlpesMarc BERNARDOT, Sociologue, Professeur, Aix-Marseille Université

Jasna ČAPO-ŽMEGAČ, Anthropologue, Professeure, Université de Zagreb (Rapporteure)

Camille SCHMOLL, Géographe, Maîtresse de Conférences HDR, Université Paris VII Denis Diderot (Rapporteure)

Pierre SINTÈS,Géographe, Maître de Conférences HDR, Aix-Marseille Université (Directeur)

Les débats seront suivis d’un pot méditerranéen « de la Croatie à la Provence », auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s.
Pour en faciliter la préparation, je vous remercie de confirmer votre éventuelle présence à l’adresse morgana.dujmovic@gmail.com.

Les musulmans : une histoire de l’Europe, XVIe-XXIe siècle

Séminaire organisé par David Do Paço (Sciences Po, CHSP)

Du 25 octobre 2019 au 27 mars 2020 

Séminaire mensuel (le jeudi ou le vendredi à partir de 14h00)
Centre d’histoire de Sciences Po
56 rue Jacob, Paris 6e
Salle du Traité, 1er étage

Télécharger le programme

Le séminaire d’histoire de l’Europe du CHSP est cette année dédié à l’étude des musulmans dans les sociétés européennes aux époques moderne et contemporaine. Il s’adresse aux chercheurs confirmés, aux jeunes chercheurs et aux étudiants en master e histoire et en sciences sociales. Il propose une histoire socio-économique, politique et culturelle des musulmans dans leur diversité sociale, culturelle, religieuse, générationnelle et de genre afin de
mieux cerner l’évolution des sociétés européennes dont ils sont des acteurs à part entière. Il rend ainsi compte d’un renouvellement historiographique majeur et du déplacement des problématiques d’une histoire intellectuelle et religieuse de l’islam à celle des musulmans dans les sociétés majoritairement chrétiennes ou sécularisées d’Europe. Assumant une démarche comparative et en choisissant de travailler sur le temps long, le séminaire discute et met en cause une histoire presque exclusivement liée aux passés impériaux et coloniaux des puissances européennes, ainsi qu’une mémoire de l’Europe choisie, construite et entretenue comme exclusivement judéo-chrétienne. Il propose également de réfléchir à la pertinence des aires régionales telles qu’elles sont perçues dans le monde académique et dans les sociétés contemporaines à partir d’une étude des acteurs individuels ou collectifs musulmans, de la variété de leurs cercles d’appartenance, de et des identités qu’ils proposent ou auxquelles ils sont assignés et qu’ils subissent ou dont ils jouent, des politiques publiques qui les discriminent, protègent ou ignorent. Ce séminaire entreprend encore une réflexion critique sur les limites d’une histoire prenant une com-
munauté pour objet grâce une approche thématique qui inscrit les musulmans dans une histoire plus large des institutions politiques, des migrations, du travail, du genre, des villes ou des mémoires d’une Europe jamais circonscrite à ses composantes occidentales. Interdisciplinaire, ce séminaire a pour ambition de faire dialoguer les historiens de l’Europe moderne et contemporaine entre eux et avec la diversité des chercheurs en sciences sociales. Il s’organise en cinq ateliers thématiques auxquels s’ajoute une journée d’étude conclusive qui sera consacrée aux mémoires musulmanes de l’Europe.
Programme provisoire élaborée avec l’aide de Juliette Galonnier, Fabio Giomi et Antoine Perrier.

Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom

Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.

Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Examinant par le menu les usages et détournements symboliques des biens matériels, tant au cours des migrations en France qu’au retour en Roumanie, l’auteure observe que les acteurs sociaux sont pris dans une économie de prestige, dans laquelle les dons en direction de ceux restés au pays prennent une place prépondérante.

Dans leur recherche du prestige individuel et familial à travers les signes d’une réussite matérielle, la maison, reprise ou construite en Roumanie, fait office d’emblème. Cette maison, observe finement Norah Benarrosh, semble devoir vivre dans un état de perpétuel inachèvement, afin de signifier que le projet de vie de ses propriétaires est toujours en devenir.

Continuer la lecture de Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

Ségolène DÉBARRE & Gaye PETEK, Histoire des Turcs en France, Éditions du Détour, 2019 (224p., 18,5€)

La première histoire des Turcs en France. Une histoire méconnue, perçue à tort comme récente, et d’une grande diversité.

Si l’actualité politique récente de la Turquie a donné une certaine visibilité aux « Turcs de France », leur histoire migratoire longue de plus d’un demi-siècle reste, en général, assez méconnue. Enfants, petits-enfants des « travailleurs invités » des Trente Glorieuses, réfugiés politiques ou familles bénéficiaires du regroupement familial, ils sont aujourd’hui près de 600 000 en France.

Moins nombreux et moins visibles qu’en Allemagne, certains sont encore étrangers résidents quand d’autres sont binationaux. Les trajectoires de ces hommes et de ces femmes venus de Turquie et issus de religions, de sensibilités politiques et parfois de langues différentes, sont diverses.
Ségolène Débarre et Gaye Petek fournissent ici un panorama à destination de tout lecteur curieux de mieux connaître les Turcs ou de s’approprier une histoire, peut-être celle de ses origines.

Ségolène Débarre est géographe spécialiste de la Turquie contemporaine, enseignante-chercheure à l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire Géographie-Cités (UMR 8504).

Gaye Petek a travaillé dans le cadre du Service social d’aide aux émigrants (SSAÉ), auprès des immigrés turcs dès leur arrivée en nombre en France puis au Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR), avant de fonder l’association Elele-Migrations et cultures de Turquie, structure tremplin d’insertion, qu’elle a dirigé jusqu’à sa fermeture en 2010.