Archives par mot-clé : mémoires

Kira Kaurinkoski, Le “Retour” des grecs de Russie. Identites, memoires, trajectoires, Ecole Française d’athenes, 2018 (494 p., 60€)

Cet ouvrage examine les raisons qui, après la fin de la guerre froide, ont poussé des personnes et des populations entières, installées en Ukraine – ainsi que dans d’autres républiques d’ex-Union soviétique – depuis des siècles, à revendiquer une origine grecque et à élaborer des projets de migration de « retour » vers la Grèce. Il étudie les migrations grecques vers l’Empire russe où des Grecs, dans leur grande majorité ressortissants de l’Empire ottoman, se sont installés en nombre dès le XVIIIe s. Dans un second temps, il analyse les migrations de retour diasporiques et les migrations économiques transnationales d’Ukraine – et d’autres républiques d’ex-Union soviétique –, vers la Grèce et vers Chypre, dès la fin des années 1980. Il retrace, en particulier, l’histoire d’un groupe diasporique, les Grecs de Mariupol, et essaye d’analyser pourquoi il n’y a pas eu de « retour » collectif de ces Grecs vers la « mère-patrie imaginée ».

Kira Kaurinkoski est anthropologue, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheuse associée à Aix-Marseille université (UMR 7307, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative). Ses recherches portent sur les diasporas et les migrations russes et postsoviétiques, et les mobilités et les minorités dans la région égéenne.

1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)

Vendredi 19 octobre 2018

Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris 75006

Matinée, 9 h 30-13 h 30

Introduction, Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

I – L’exemple français

Présidence : Marie-Pierre Rey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Rémi Dalisson (Université de Rouen), 1918-2018 : ambivalence et plasticité de la mémoire commémorative de la Grande Guerre en France

Arndt Weinrich (Institut historique allemand), Commémorations communes et mises en scène. La Première Guerre mondiale au service des relations franco-allemandes, 1945-2018

II – Des mémoires « victorieuses »

Présidence : Catherine Horel (CNRS, UMR SIRICE)

En Pays tchèques : Jiří Hnilica (Université Charles de Prague), Le 28 octobre comme lieu de mémoire tchèque 

Jean-Philippe Namont (UMR SIRICE), 1918-2018. Célébrer la victoire en France et en Tchécoslovaquie (Républiques tchèque et slovaque). 

Stanislav Sretenović (Institut national d’histoire contemporaine, Belgrade), Ruptures et continuités de la mémoire serbe de l’année 1918.

Florin Turcanu (Université de Bucarest), Mémoire et usages politiques de l’année 1918 en Roumanie de l’entre-deux-guerres à nos jours

Pause déjeuner

Après-midi, 14 h 30 – 18h 30

Présidence : Isabelle Davion (Sorbonne Université)

Marcin  Napiórkowski (Université de Varsovie), La politique des différences et répétitions: Mémoire de l’année 1918 en Pologne 1989-2018

Frédéric Dessberg (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), 1918 dans les relations militaires franco-polonaises

Krzysztof Zamorski (Université Jagellonne de Cracovie), Les historiens polonais de l’Entre-deux-guerres face à 1918 (retrouve-t-on l’ancienne tripartition dans l’historiographie immédiate ?)

 III – Des mémoires contrastées

Présidence : Étienne Boisserie (Inalco)

Michal Kšiňan (Institut d’histoire de l’Académie des sciences, Bratislava) : La mémoire de la naissance de la Tchécoslovaquie en Slovaquie

Daniel Baric (Université Paris-Sorbonne), 1918 en Croatie : entre Zala et Zara, la mémoire et le territoire

Elli Lemonidou (Université de Patras), La fin prolongée de la Première Guerre mondiale en Grèce : un débat récurrent

Continuer la lecture de 1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)