Archives par mot-clé : Littérature

colloque : Les études sur les Albanais en France

L’Académie des Sciences et des Arts de Kosova (Section de Linguistique et de Littérature) organise la dernière semaine d’octobre 2020 le colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France ».

Date limite pour l’envoi des résumés des communications : 1er juin 2020.

La Section de Linguistique et de Littérature de l’Académie des Sciences et des Arts de Kosova a jusqu’à présent tenu deux colloques internationaux où ont été examinés les développements dans le domaine des études albanistiques, en 2015 « Les études albanistiques en Amérique », dont les actes ont été publiés par l’Académie en 2016, 665 p. ; en 2017 « Les études albanaises dans les pays où on parle allemand », les actes en ont été publiés en 2018 par l’ASAK. Un grand intérêt a été porté aux deux colloques qui ont connu une large participation. En octobre 2019 le troisième colloque de cette série s’est tenu sur le thème « Les études albanistiques en Italie », avec une large participation et ses actes devraient être publiés cette année.

A la suite de cette expérience la Section de Linguistique et de Littérature de l’ASAK a décidé d’organiser un colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France», où nous avons ici aussi une tradition ancienne d’intérêts pour le monde albanais.            Continuer la lecture de colloque : Les études sur les Albanais en France

Slovo N° 50/2020, Comment penser l’histoire littéraire du XXIè siècle dans l’espace euro-asiatique

Numéro préparé par  Marie Vrinat-Nikolov

Les treize auteurs réunis dans ce volume invitent leurs lecteurs à revisiter l’historiographie littéraire en Afghanistan et en Iran, en Biélorussie, Bulgarie, Géorgie, Roumanie, Russie, Serbie, Slovénie, Turquie (et Empire ottoman). Ce faisant, ils convoquent l’histoire globale, l’histoire croisée, la sociologie de la littérature, les études post-coloniale et de genre, les transferts culturels et la littérature mondiale.

Les enjeux de cette approche sont pluriels car repenser le divers contre l’unique fait bouger toutes les lignes de l’histoire littéraire : c’est ce qui permet de mettre au jour les oubliés de l’histoire littéraire (les femmes écrivaines ou les œuvres rédigées dans des langues et alphabets qui ne se laissent pas enfermer dans un cadre national) et de faire apparaître les flux transnationaux et multilatéraux entre les aires culturelles, le dialogue entre les littératures qui fait naître de nouvelles formes et de nouveaux genres par la traduction ; c’est aussi ce qui amène à démythifier les “grandes figures tutélaires” , les classiques, les icônes que le canon national muséifie, c’est-à-dire momifie ; c’est enfin ce qui montre clairement que, pour penser les “horloges littéraires du monde” , le grand récit linéaire, positiviste et fondé sur l’unicité totalisante n’est définitivement plus le cadre approprié.