Archives par mot-clé : Le miel des anges

KATERÌNA ANGHELÀKI-ROOKE, LA CHAIR BEAU DÉSERT, LE MIEL DES ANGES, 2018 (160 P., 12€)

Texte traduit par Michel Volkovitch.

Son plus grand bonheur ? Elle répond : — L’amour qui devient création. La création qui devient amour. Ses poèmes, parlant à la première personne, sont les étapes d’une vaste confession — sans anecdote, réduite au sentiment — où l’amour des cœurs et des corps rayonne vers la vie, goûtée avec passion, la nature, objet d’un culte quasi religieux (« La nature est mon maître ») et la poésie bien sûr. On a rarement chanté l’amour avec autant d’ardeur et de tendresse, même si l’âge, il est vrai, change la donne : l’amour s’éloigne, la mort se rapproche, et les recueils les plus récents, dans une veine sans cesse plus élégiaque, chantent la nostalgie de la jeunesse perdue. Mais cette poésie n’a pas d’âge. Malgré les souffrances dont elle se fait l’écho, et la mélancolie dont peu à peu elle se voile, elle conserve sa vivacité, sa fraîcheur.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.

TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€)

Texte traduit par Jacques Lacarrière, Natalia Moreleón et Michel Volkovitch.

Tàkis Sinòpoulos était médecin, ce qui l’a amené à vivre en première ligne la guerre de 40-45, puis la guerre civile atroce qui a suivi. Jamais il ne s’en est remis. Sa poésie, d’abord influencée par Pound, Eliot et Sefèrls, va  rester marquée d’un  bout à l’autre par la hantise de la souffrance et de la mort. On trouvera ici les recueils de la maturité, et en particulier le sommet de l’ensemble : Repas funèbre (1972) et Pierres (1972), écrits parallèlement dans les années soixante. Le titre de Repas funèbre pourrait servir à toute l’œuvre de Sinòpoulos, qui n’est qu’un long dialogue avec les morts. Continuer la lecture de TÀKIS SINÒPOULOS, REPAS FUNÈBRE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (148 P., 12€)

YÒRGOS IOÀNNOU, LE SARCOPHAGE, LE MIEL DES ANGES, 2018 (156 P., 12€)

Texte traduit par Michelle Barbe, Noëlle Bertin et Michel Volkovitch.

L’héroïne de ce livre est une ville : Thessalonique, au riche passé antique, byzantin, turc et juif, aux quartiers populaires grouillants de vie, à la fois jeune et pleine de fantômes. 

Le héros, c’est l’auteur : Yòrgos Ioànnou, tourmenté, solitaire, écorché vif, enfant de cette ville qu’il aime comme une mère et qui l’étouffe. 

En 1971, à quarante-quatre ans, quasiment inconnu encore, il publie comme un exorcisme ces vingt-sept histoires autobiographiques. Elles font revivre les années noires de l’Occupation allemande et de ce qui a suivi, en alliant Éros et Thanatos, tragédie et humour, et l’auteur se révèle un merveilleux conteur. Le sarcophage, c’est l’acte de naissance d’un des maîtres de la prose grecque d’aujourd’hui.

Publié avec le soutien du Centre culturel hellénique.