Archives par mot-clé : histoire

Soutenance de thèse d’Elif Becan

Une familière étrangeté l’accueil des immigrants musulmans des Balkans en Turquie (1923-1964)

 
Le 28 janvier 2021 à 14h à l’EHESS. 
 
Le jury sera composé de :
 
  • Nathalie Clayer, Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS (directrice de thèse)
  • Benjamin Gourisse, Professeur à l’Institut d’études politiques de Toulouse (rapporteur) 
  • Alexandre Toumarkine, Professeur à l’INALCO (rapporteur)
  • Kerem Öktem, Associate researcher au Centre of Southeast European Studies 
  • Claire Zalc, Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS 
 
En raison de la situation sanitaire, la soutenance aura lieu à huis-clos mais elle reste ouverte au public qui souhaite y participer à distance. Pour recevoir le lien de la visioconférence, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : elifbecan@gmail.com
 

Continuer la lecture de Soutenance de thèse d’Elif Becan

Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Campus Condorcet
Salle 3.09
Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
annuel / bimensuel (1re/3e/5e), vendredi 10:00-13:00
du 6 novembre 2020 au 18 juin 2021

L’objectif : se familiariser avec les « études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques », en testant quelques-uns des répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, histoire, science politique, sociologie) qu’elles mettent en œuvre. Autrement dit, le séminaire vise à s’interroger sur les articulations entre la topique des études aréales et les dispositifs optiques des sciences humaines et sociales.

La démarche : suivre des itinéraires et prendre part à des débats, qu’ils soient propres à une « aire » ou transversaux à elle ; recenser les objets, catégories, espaces et temps auxquels nos terrains d’étude sont indexés ; et ce faisant, s’efforcer aussi de combiner des savoirs situés à des opérateurs de généralisation. Car ni la fréquentation d’une collectivité linguistique ou d’un corpus documentaire, ni la délimitation d’un groupe ethnique ou d’une cité nationale ne doivent circonscrire notre champ d’expérience scientifique.

En pratique : des textes préparatoires permettent, à chaque séance, d’étudier itinéraires et débats en situation. L’accent sur les débats permet de marquer le caractère dissensuel des pratiques et des savoirs des sciences sociales à un moment donné. L’accent sur les itinéraires donne à voir que ce dissensus peut aussi se retrouver au fil d’un parcours de recherche.

Continuer la lecture de Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Xavier Bougarel, La division Handschar, Waffen-SS de Bosnie, 1943-1945 Paris, Humensis, 2020 (448 p. 24€)

En 1943, les partisans de Tito luttent avec succès contre l’occupant allemand et les fascistes croates, les oustachis. En accord avec le mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, Heinrich Himmler décide alors de créer la 13e division de la Waffen-SS, dite Handschar (« Poignard »). Les 20 000 hommes qui la composent sont majoritairement des musulmans de Bosnie-Herzégovine, encadrés par des officiers allemands. Entre mars 1943 et mai 1945, ils s’entraînent en France et en Allemagne avant de combattre les résistants en Bosnie, où ils commettent les pires exactions, en particulier contre la population serbe et contre les rares juifs rescapés des massacres oustachis.

Pour la première fois, un historien spécialiste des Balkans reconstitue l’histoire de cette division en croisant les archives allemandes et yougoslaves. Xavier Bougarel va au-delà des clichés pour s’intéresser aux circonstances de la création de cette division SS atypique, au profil et aux motivations de ses combattants, à la vie religieuse en son sein et aux raisons de sa dislocation finale. Ce faisant, il propose une nouvelle lecture de la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans, marquée par l’importance des enjeux matériels immédiats, la multiplicité des stratégies individuelles de survie, ainsi que les changements incessants d’alliances et d’allégeances.

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Studying the Balkans Globally Workshop

Studying the Balkans Globally Workshop 

Department of Politics Faculty of Media and Communications (FMK) Belgrade – Belgrade, 3 April 2020

We are pleased to announce a call for written contributions and an invitation to a one-day workshop at the Belgrade-based Faculty of Media and Communications (FMK). Southeast Europe (SEE) features prominently as an object of study across social sciences. It has proven to be an almost inexhaustive source of materials for topics as diverse as memory, peace and conflict, democratisation, transformations of capitalism, gender politics, justice, and migration. Yet, in many of these discussions, the region remains a source of data, rather than knowledge: local dynamics are interpreted in epistemologies and frameworks residing firmly in the power-centres of international academies, with ‘theory’ happening elsewhere. The workshop seeks to challenge this positioning by situating regional studies of Southeast Europe in larger debates in social science. First, it hopes to develop a SEE perspective to
recent efforts to globalise, provincialize, and decolonise social sciences. Despite the proximity between SEE and postcolonial studies from where these efforts emerge, SEE contributions to
provincializing social science have yet to be explicitly formulated. Second, the workshop takes forward the emergence of global and transregional approaches to area studies. In studying
the Balkans globally, the workshop aims to identify tools for understanding the region in new circuits of migration and networks of economic and political integration. With these two
broad themes in mind, the workshop will bring together interdisciplinary scholars to formulate innovative ways of studying the Balkans globally.

Continuer la lecture de Studying the Balkans Globally Workshop

Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

Date de soumission : 20 février 2020

(English below)

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « démographie et familles orthodoxes ». Le dossier est coordonné par Fabrice Boudjaaba (CNRS), Evguenia Bournova (Athènes), Constanta Vintila-Ghitulescu (Bucarest) et Olga Katsiardi (Athènes). La date limite pour la soumission des propositions d’articles est fixée au 20 février 2020. Les articles sélectionnés devront être remis pour le 1er décembre 2020 et seront publiés dans le numéro 2021-2.

Démographie et familles orthodoxes

L’histoire de la famille et la démographie historique connaissent depuis quelques années un fort renouvellement de leurs problématiques et de leurs méthodes. Délaissant la voie classique des analyses des formes de co-résidence ou celles des principaux indicateurs démographiques (fécondité, mortalité etc.), cette discipline s’intéresse de plus en plus à des aspects tels que l’analyse des parcours de vie, les liens familiaux au-delà du cadre de la corésidence, la force des liens spirituels, le poids de la religion dans les comportements familiaux et/ou démographiques. Pour autant, cette nouvelle histoire de la famille reste une histoire encore largement centrée sur l’Europe de l’Ouest (ADH 2015-1).

Continuer la lecture de Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Marc Aymes, directeur de recherche au CNRS (CETOBaC), Agustín Cosovschi, postdoctorant (Hors EHESS), Fabio Giomi, chargé de recherche au CNRS ( CETOBaC ), Ariane Zevaco, docteure de l’EHESS (Hors EHESS)

Les Mercredi de 10 h à 13 h au Campus Condorcet, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers), du 6 novembre 2019 au 17 juin 2020. Cf. calendrier des séances et salles ci-dessous

L’objectif : se familiariser avec les différents répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, études littéraires, géographie, histoire, philosophie, linguistique, musicologie, science politique, sociologie) ainsi qu’avec les principaux outils mis en œuvre dans ce que nous convenons d’appeler les « études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques ». Le séminaire vise ainsi à s’interroger sur les articulations entre la topique des études aréales et les dispositifs optiques des sciences humaines et sociales.

La démarche : suivre des itinéraires et prendre part à des débats, qu’ils soient propres à une « aire » ou transversaux à elle ; recenser les objets, catégories, espaces et temps auxquels nos terrains d’étude sont indexés ; et ce faisant, s’efforcer aussi de combiner des savoirs situés à des opérateurs de généralisation. Car ni la fréquentation d’une collectivité linguistique ou d’un corpus documentaire, ni la délimitation d’un groupe ethnique ou d’une cité nationale ne doivent circonscrire notre champ d’expérience scientifique.

En pratique : des textes préparatoires permettent, à chaque séance, d’étudier itinéraires et débats en situation. L’accent sur les débats permet de marquer le caractère dissensuel des pratiques et des savoirs des sciences sociales à un moment donné. L’accent sur les itinéraires donne à voir que ce dissensus peut aussi se retrouver au fil d’un parcours de recherche.

Continuer la lecture de Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques