Archives par mot-clé : histoire

Humans, Drugs, and Arms: Illicit Trafficking in the Mediterranean

Le 27 juin 2023,
à l'École française d'Athènes
Conference room, Didotou 6

The workshop will gather specialists within the domains of trafficking in humans, narcotics, and arms, who will explore the topic of illegal circulation in the Mediterranean between 1870 and 1960. By shifting the focus to agents and regulations, this workshop aims to connect historiographies that have been considered unrelated to the present day. Consequently, methodology and the use of sources will be central topics of our discussions. The workshop revolves around the hypothesis that individuals involved in trafficking—whether it be in humans, drugs, or arms—share similar profiles and are often subjected to comparable restrictive measures both at the national and international levels.

Programme

LUCILE ARNOUX-FARNOUX, ALEXANDRE FARNOUX, A L’OMBRE DU LYCABETTE. L’ECOLE FRANCAISE ET LA VILLE D’ATHENES, ECOLE FRANCAISE D’ATHENES, 2022 (330 P., 39 €)

Issu d’une conversation de salon athénien, d’une visite officielle à l’Acropole, d’une suggestion d’un ancien membre de l’expédition de Morée ou du malaise d’un érudit français dans une école de la ville ou des quatre à la fois, le destin de l’École française d’Athènes est lié à l’histoire de la ville d’Athènes et de la société athénienne. Ce lien est riche et réciproque, car l’École a été un acteur de l’histoire urbaine et sociale de la ville et la ville a été un terrain d’apprentissage et un objet d’étude pour la communauté savante qui y vit. Dans ce double rapport à la ville qui l’a accueillie, l’École a construit une histoire singulière et méconnue. En s’installant dans la capitale du nouvel État, l’École ne s’installe pas seulement dans « la patrie des arts et des lettres » dont rêve tout philologue: elle prend racine sur un terrain où les membres découvrent une langue grecque vivante et parlée, une Antiquité originale et inattendue, un peuple héritier d’une histoire prestigieuse et acteur d’une actualité imprévisible. C’est pourquoi il n’est pas exagéré de dire que la ville d’Athènes a été pour de nombreux membres la première « école » de la Grèce.

Lucile Arnoux est comparatiste, spécialiste de littérature néo-hellénique (université de Tours). Elle a publié notamment les volumes Le double voyage : Paris-Athènes 1919-1939 (EFA, 2018) et Le double voyage : Paris-Athènes 1945-1975 (EFA, 2021), et traduit plusieurs romanciers grecs des XXe et XXIe siècles.
Alexandre Farnoux est professeur d’archéologie et d’histoire de l’art grec à Paris Sorbonne et ancien directeur de l’École française d’Athènes (2011-2019). Il a travaillé sur plusieurs sites de l’École (Malia, Délos, Lato et Dréros) et a publié plusieurs livres dont Cnossos, l’archéologie d’un rêve (Gallimard, Paris 1993) ou catalogues d’exposition, notamment Homère (Louvre Lens – RMN, 2019).

Ce livre est le premier volume d’une nouvelle collection Sources et documents. En présentant l’édition diplomatique et/ou critique de documents, des journaux de voyage et des carnets de fouilles, des archives photographiques, des dessins, des notes et des lettres, la collection Sources et documents témoigne des recherches et explorations conduites en Grèce, dans les Balkans et dans tout le pourtour oriental de la Méditerranée.

François Georgeon, Douze essais sur l’histoire de l’Empire ottoman aux XIXe-XXe siècles, Istanbul, Isis Press, 2022, (224 p., 25$)

http://lodel-09.ehess.fr/cetobac/docannexe/image/3178/16672972705772.jpg

PRÉSENTATION 

I. Un Empire et sa capitale

1. « Aux antipodes de l’État nation : le monde pluriel des Ottomans », dans Confluences Méditerranée, n° 73, Nations et territoires : quelles institutions ?, printemps 2010, Paris, L’Harmattan, juin 2010, p. 21-30.

2. « Istanbul au XIXe siècle », dans Dictionnaire de l’Empire Ottoman, Paris, Fayard, 2015, p. 617-626.

3. « Istanbul 1900, entre mythe et réalité », dans Istanbul mil-neuf cent », dans Timour Muhiddine éd., Bleu Autour (à paraître)  

II. Autour de la révolution jeune-turque.

4. « 1908 : l’Empire ottoman entre en révolution », dans Géopolitique, revue de l’Institut international de géo-politique, n° 105, avril 2009, p. 55-60.

5. « Religion, politique et société au lendemain de la révolution jeune-turque : le “ramadan de la liberté” à Istanbul », version française inédite de « Religion, Politics and Society in the Wake of the Young Turk Revolution : The “Ramadan of Freedom”, dans N. Lévy-Aksu et F. Georgeon éds., The Young Turk Revolution and the Ottoman Empire. The Aftermath of 1908,Londres-New York, I.B. Tauris, 2017, p. 175-195.

6. « Rires en mer de Marmara. Une scène de la vie quotidienne dans l’Empire ottoman en 1909 », dans De Samarcande à Istanbul : étapes orientales. Hommage à Pierre Chuvin II, V. Schiltz éd., Paris, CNRS Editions, 2015, p. 277-284.

7. « Un Tatar au Japon. Introduction au voyage d’Abdürreşid İbrahim en Asie (1908-1910) » dans Abdürrechid Ibrahim, Un Tatar au Japon. Voyage en Asie (1908-1910), trad. et prés. F. Georgeon et I. Tamdoğan-Abel, Arles, Sindbad Actes Sud, 2004, p. 9-48. 

III. Mutations sociales et culturelles

8. « Temps de la réforme, réforme du temps. Les avatars de l’heure et du calendrier à la fin de l’Empire ottoman », dans F. Georgeon et F. Hitzel, éds, Les Ottomans et le temps, Leiden-Boston, E.J. Brill éd., 2012, p. 240-281.

9. « Le génie de l’ottomanisme. Essai sur la peinture orientaliste d’Osman Hamdi », dans Turcica, revue d’études turques, n°42, 2010 [2011], p. 143-166.

10. « Caricatures de femmes à la fin de l’Empire ottoman », dans Clio. Femmes, genre, histoire, n° spécial Genre et espace (post-) ottoman, 48/2018, p. 193-209.

11. « Boisson et identité dans l’Empire ottoman : quand le raki devint une “boisson nationale“ », texte inédit.

12. « L’impossible prohibition. D’Ankara à Istanbul, les aventures d’une loi, 1920-1924 », dans Déchiffrer le passé d’un Empire. Hommage à Nicolas Vatin et aux humanités ottomanes, E. Borromeo, F. Hitzel et B. Lelouch, Louvain, Peeters, 2022 (coll. Turcica, XXVII), p. 371-383.

Catherine Roth, Naturaliser la montagne ? Le Club Carpatique Transylvain, XIXe – XXIe siècles, Rennes, PU Rennes (528 p., 28,00€)

Naturaliser la montagne ?

Le projet de cette étude est double : 1) retracer la passionnante histoire de la montagne dans les Carpates, des premiers alpinistes aux mutations sportives et identitaires du Club Carpatique Transylvain ou de ses avatars, jusqu’à l’immédiat contemporain ; 2) montrer comment la création du club en 1880, par la minorité allemande des Saxons de Transylvanie, s’adosse secrètement à un processus de naturalisation sociale. Par d’habiles métaphores et sous-entendus, il s’agit de faire passer les institutions humaines pour des phénomènes naturels aussi incontestables qu’une chaîne de montagne. C’est au décryptage de cette illusion qu’est consacré Naturaliser la montagne ? Sous ce titre étonnant et paradoxal, l’ouvrage s’inscrit dans l’entreprise d’élucidation critique que l’auteur a commencée dans La Nation entre les lignes (PUR, 2022). D’un livre à l’autre, par-delà leur objet propre, s’éclairent et se démystifient ainsi les processus souterrains par lesquels se forge une identité collective.

avec le soutien de l’Université de Haute-Alsace, de l’ANR au titre du Programme Investissements d’Avenir – Centre de compétences transfrontalières NovaTris (ANR-11-IDFI-0005), de l’IUT de Mulhouse et du CRESAT, UR 3436

CATHERINE ROTH, La Nation entre les lignes – Les Saxons de Transylvanie et la question des identités, Rennes, PU Rennes (626 P., 28,00 €)

Au questionnement foisonnant sur les identités collectives et leur formation, évolution et interactions, La Nation entre les lignes apporte des réponses nouvelles et décisives, en montrant le rôle des médias, du retable à Internet, et celui de l’implicite. Invisible et omniprésent, l’implicite se révèle un véritable fondement de l’appartenance, sous ses différentes formes qui sont ici décrites dans leur fonctionnement tant social que linguistique.
Le cas d’étude est fascinant, dans le temps long de presque neuf siècles et jusqu’à l’immédiat contemporain. Les Saxons de Transylvanie sont une micronation germanique, attestée depuis le XIIe siècle en Transylvanie, sur le territoire de l’actuelle Roumanie. Après la chute du mur et de la folle dictature de Ceausescu, ils choisissent l’émigration collective ou, en quelque sorte, l’autodissolution dans la république Fédérale.
La fin annoncée de l’histoire ne survient pourtant pas, en témoigne l’élection en 2014 d’un président de Roumanie au nom fort germanique : Klaus Werner Johannis est saxon de Transylvanie. Les sciences de la culture et de la communication, inter- ou transdiscipline, recourent ici à l’analyse du discours et des médias, aux sciences historiques et à la germanistique, à la littérature enfin, dans son rôle de lanceur d’alerte avant même la création de l’expression.
Ecrit dans une belle langue expressive, ce livre souvent savant mais jamais jargonnant se lit comme un roman et s’adresse aux universitaires, mais aussi à tous ceux qui voudraient en savoir plus sur la formation des identités partagées.

Balkanologie vol.16 n°2/2021

L’environnement dans les Balkans : enjeux historiques et contemporains, coordonné par François Lerin et Claire Bernard-Mongin 

   

avec les contributions de George Andrei, Josef Djordjevski, Tibissaï Guevara-Braun, Chloé Vlassopoulos, Héléna Karka, Nebojša Vukadinović, Jelisaveta Vukelić, Mina Petrović et Ana Kukuridi, Sanja Potkonjak et Tea Škokić.

Huit articles couvrent une large palette de questions environnementales à partir d’approches et de méthodes de sciences sociales variées. Un dossier résolument pluridisciplinaire donc. Trois articles analysent des moments d’histoire environnementale (Roumanie, Croatie, Albanie), proposant une mise en perspective de la constitution des enjeux environnementaux. À partir d’approches sectorielles, trois autres textes concernent en Grèce des questions énergétiques et minières, et en Serbie des politiques publiques environnementales post-communistes. Enfin, les deux dernières contributions abordent les mobilisations environnementales contemporaines en Croatie et Serbie. Autant de pistes qui dévoilent une partie d’un champ de recherche en plein bourgeonnement.

Note de lecture et  Comptes rendus 

avec les contributions de Catherine Samary, Chiara Bonfiglioli, Juliette Ronsin, Aliki Angélidou

Appel à communication : “Les lieux du politique en Europe centrale, orientale et balkanique, 1790-1990”, 20 mai 2022

Appel à communication pour une première journée d’études, le 20 mai 2022, avec d’autres journées d’études envisagées sur trois années, jusqu’en 2024.

  • Lieu de la journée d’études : Auditorium Dumézil, maison de la recherche, Inalco, 2 rue de Lille (Paris, 7e).
  • Les personnes intéressées à proposer une communication devront le faire avant le 14/02/2022. Pour plus de détails, merci de voir ici.

Les angles essentiels retenus et proposés à la discussion pour la première journée d’étude concernent les lieux institutionnels :

  • La dimension spatiale de l’expression des cultures et sociabilités des assemblées délibérantes et de leurs animateurs : la configuration des sièges des parlements et des assemblées provinciales locales, les permanences et bureaux des élus et de leurs secrétaires ou collaborateurs, les commissions d’enquête, les buvettes, brasseries, banquets…
  • Les organisations : les sièges, les implantations et permanences des partis politiques, des syndicats, des ligues ; la configuration de leurs congrès, meetings et rassemblements…
  • Les conférences nationales ou internationales, qu’elles soient strictement politiques, diplomatiques ou techniques.

L’importance du périmètre géographique considéré se double ici d’une extension maximale du champ chronologique, étendu à l’ensemble de la période contemporaine. L’objectif est de permettre une large appropriation du thème et d’offrir l’opportunité d’analyses comparatistes, entre les pays et les époques. Les sources et archives mobilisées à l’appui peuvent naturellement être de toutes natures (textuelles, visuelles, graphiques…).

Pour plus d’explications sur la journée d’étude et la soumission de propositions de communications, merci de voir ici.

Organisateurs : la Société française d’histoire politique (SFHPo), le Centre interuniversitaire d’études hongroises et finlandaises (CIEH-CIEFI), l’EA 2291 de Paris 3 Sorbonne Nouvelle « Intégration et coopération dans l’espace européen » (ICEE), le Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco et la Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales (SFERES).

Vladimir Cretulescu, Ethnicité aroumaine, nationalité roumaine: La construction discursive d’une identité nationale (1770-1878), l’Harmattan, Paris, 2021 (254 P., 25 €)

Monograph published in French by our member Vladimir Cretulescu

Couverture Ethnicité aroumaine, nationalité roumaine

Vers la moitié du XIXe siècle, les Aroumains sont une population de bergers, marchands et dirigeants de caravanes, éparpillée dans toute la région des Balkans. Suite au bourgeonnement des idées nationales modernes dans le sud-est de l’Europe, ce groupe ethnique, parleur d’un idiome néolatin, est revendiqué par deux discours identitaires rivaux : l’un faisant d’eux des membres de la nation grecque, l’autre, leur attribuant la nationalité roumaine. Notre ouvrage se propose de tracer le développement du discours identitaire aroumain-roumain, qui construit les Aroumains comme des membres du peuple roumain, dès ses origines balkaniques jusqu’en 1878, l’année où le mouvement aroumain-roumain persuade les Ottomans de reconnaître le droit des Aroumains à bénéficier d’enseignement dans leur supposée langue nationale : le roumain. En mobilisant le modèle de Paul Brass, nous suivrons le processus de construction discursive qui rend l’ethnicité aroumaine assimilable à la nationalité roumaine.

Pour plus d’informations:

https://www.editions-harmattan.fr/livre-ethnicite_aroumaine_nationalite_roumaine_la_construction_discursive_d_une_identite_nationale_1770_1878_vladimir_cretulescu-9782343240749-71964.html