Archives par mot-clé : histoire littéraire

Séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures)

Le Centre de recherches Europes-Eurasie, CREE (Inalco) a le plaisir de vous convier au séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures) pour l’année 2023-2024, sur la thématique: “Quels modèles pour l’histoire littéraire dans les espaces euro-asiatiques?”

Proposé, à partir du 15 novembre 2023, par

Catherine Géry (CREE, Inalco)
Marie Vrinat-Nikolov (CREE, Inalco)

Lieu: Inalco (13e)

Informations pratiques ici.

DESCRIPTION DU SEMINAIRE

Ce nouveau programme du séminaire PeTaLes, prévu sur 3 ans, fait dialoguer des littératures de l’aire culturelle euro-asiatique qui échappent habituellement à la perspective comparatiste sur la question de l’historiographie littéraire. Les objectifs sont la confrontation critique des modèles historiographiques passés et présents avec ces littératures, une réflexion sur les conditions épistémologiques, institutionnelles et normatives qui ont présidé à l’élaboration des modèles, le développement d’approches transnationales/transrégionales réalisables à un niveau pratique.

2023-2024 : L’historiographie littéraire entre littérature nationale et littérature mondiale

Continuer la lecture de Séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures)

Slovo N° 50/2020, Comment penser l’histoire littéraire du XXIè siècle dans l’espace euro-asiatique

Numéro préparé par  Marie Vrinat-Nikolov

Les treize auteurs réunis dans ce volume invitent leurs lecteurs à revisiter l’historiographie littéraire en Afghanistan et en Iran, en Biélorussie, Bulgarie, Géorgie, Roumanie, Russie, Serbie, Slovénie, Turquie (et Empire ottoman). Ce faisant, ils convoquent l’histoire globale, l’histoire croisée, la sociologie de la littérature, les études post-coloniale et de genre, les transferts culturels et la littérature mondiale.

Les enjeux de cette approche sont pluriels car repenser le divers contre l’unique fait bouger toutes les lignes de l’histoire littéraire : c’est ce qui permet de mettre au jour les oubliés de l’histoire littéraire (les femmes écrivaines ou les œuvres rédigées dans des langues et alphabets qui ne se laissent pas enfermer dans un cadre national) et de faire apparaître les flux transnationaux et multilatéraux entre les aires culturelles, le dialogue entre les littératures qui fait naître de nouvelles formes et de nouveaux genres par la traduction ; c’est aussi ce qui amène à démythifier les “grandes figures tutélaires” , les classiques, les icônes que le canon national muséifie, c’est-à-dire momifie ; c’est enfin ce qui montre clairement que, pour penser les “horloges littéraires du monde” , le grand récit linéaire, positiviste et fondé sur l’unicité totalisante n’est définitivement plus le cadre approprié.