Archives par mot-clé : histoire

Palabres centre-européennes – mardi 2 avril 2024 à 19h30

En présentiel  uniquement 

Mardi 2 avril à 19h30 au Centre d’études slaves
9, rue Michelet, Paris 6e
Salle de conférences

               

Le Centre d’études slaves vous invite à la séance animée par  Paul-Antoine Météier, historien, spécialiste des Pays tchèques médiévaux  

Programme :

Domaine yiddish :

Rokhl Brokhes, Faubourg, traduit du yiddish par Cécile Neeser Hever, Paris, Bibliothèque Medem,  2024. Présenté par la traductrice. 

Domaine bulgare :

Maria Kassimova-Moisset, Rhapsodie balkanique, roman traduit du bulgare par Marie Vrinat-Nikolov,  Genève, éd. des Syrtes, 2023. Présenté par la traductrice, professeur de langue et littérature bulgares  à l’Inalco.  

Domaine polonais :

Numéro spécial de la revue Histoire consacré à la « La Pologne. Mille ans d’une nation », Paris,  collections N°102 de janvier-mars 2024. Présenté par Ania Szczepanska, historienne du cinéma, et  Christine Lebeau, historienne, spécialiste de l’Allemagne et de l’Europe centrale à l’époque moderne.  Domaine roumain 

Domaine roumain :

Béla Borsi-Kálmán, L’ethnogenèse d’un État-nation. Du rêve inachevé de renaissance byzantine à la  création de la Grande Roumanie, traduction française d’Henri de Montety, Paris, EAC (Editions  Archives Contemporaines), 2023. Présenté par Matei Cazacu, spécialiste de la Roumanie et du monde  balkanique.  

– sous réserve de modification –  

sur l’initiative du CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherches centre-européennes)  de Sorbonne Université  

au sein de l’Unité Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane (UMR 8224 Eur’ORBEM)  

Programmation et coordination :  Malgorzata Smorag-Goldberg,  Sorbonne Université et CIRCE,  maougocha@gmail.com  

Organisation :  

Aurélie Rouget-Garma,  Sorbonne Université et CIRCE,  aurelie.rouget-garma@sorbonne-universite.fr 

Centre universitaire Malesherbes, 108 bd Malesherbes, 75017 Paris, tél : 01 43 18 41 93  

Appel à candidatures- Penser au-delà de l’État-nation

Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains

Dates: 02 – 06 septembre 2024

Lieu: Athènes

Institutions partenaires: École française d’Athènes, CETOBaC (UMR8032 CNRS/EHESS), École des hautes études en sciences sociales

Date limite de candidature: 30 avril 2024

Contact : dir.moderne@efa.gr

Télécharger l’appel (pdf)

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC) et l’École française d’Athènes (EFA) organisent un séminaire de formation doctorale (SFD) sur le thème « Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains » du 2 au 6 septembre 2024 à Athènes (École française d’Athènes, 6 rue Didotou) qui rassemblera entre 10 et 15 doctorant·es et mastérant·es, accompagné·es d’une dizaine de formatrices et formateurs, principalement issus des institutions d’enseignement supérieur et de recherche de France et des pays balkaniques, en particulier la Grèce.

Programme scientifique

L’objectif du séminaire de formation doctorale est de susciter parmi les participant·es une discussion autour des principales approches qui, depuis les années 1990, remettent en question l’État-nation en tant qu’unité d’analyse primordiale dans la recherche historique.

À travers l’examen d’ouvrages récents portant sur les sociétés de l’Europe du Sud-Est, nous proposons de revisiter les significations et les périmètres d’un ensemble d’approches traversant les sciences sociales. De la notion de transferts culturels à l’histoire mondiale, des approches transnationales aux perspectives post-coloniales et post-impériales, ces différentes façons de concevoir le travail d’historien.ne visent à appréhender les évolutions des sociétés balkaniques en transcendant le cadre de l’État-nation. Le séminaire sera articulé en cinq journées, selon le principe d’une approche par jour :

  • Circulations et mobilités 
  • Histoire mondiale et globale 
  • Nouvelles histoires (post-)impériales et post-coloniales 
  • Transferts culturels et histoire croisée 
  • Jeux d’échelles, espaces et trajectoires

–> Lire la suite

Appel à publication : Südost-Forschungen International Journal of History and Culture of Southeastern Europe

The submission deadline for volume 83 is 30 June 2024, for volume 84 30 November 2024.

If you have any questions or wish to submit a manuscript, please get in touch with Dr. Peter Mario Kreuter (kreuter@ios-regensburg.de).

Edited by the Leibniz Institute for East and Southeast European Studies (IOS), Regensburg, Germany

Main editors: Ulf Brunnbauer, Konrad Clewing

**

Südost-Forschungen invites scholars to submit contributions from all areas of the history of Southeastern Europe for its two upcoming issues (volumes 83 and 84).

Südost-Forschungen is one of the oldest periodical publications on the history of Southeastern Europe. Its first volume appeared in 1936, and the journal, which appears as a yearbook, has since developed into one of the leading publishing organs of German and international research
on the history of Southeastern Europe. For the coming year, Südost-Forschungen plans to switch from one yearbook to two issues per year.

Südost-Forschungen is committed to a broad and interdisciplinary approach to history and publishes on topics ranging from political issues and cultural, linguistic, and art history to economic and social history, historical geography, and the history of religion. The journal
endeavours to cover the region’s history from the Byzantine era to contemporary history. Part of the journal’s mission is to present research from the region to an international audience, thus serving as a platform for excellent regional scholarship. This objective is also reflected in the
journal’s extensive review section, in which numerous works in the languages of the region are discussed.

After preliminary consideration by the editorial team, contributions submitted to Südost-Forschungen will undergo a double-blind process by two peer reviewers. The journal accepts manuscripts in German, English, and French. While most research articles are stand-alone
papers, the journal also invites submissions for a special thematic section, which usually consists of three to four research articles linked by an overarching theme.

The maximum length of articles is 10,000 words (including notes). In addition to research articles, the journal accepts detailed review articles and reflections on current research trends and the region’s historiography (in the section “Aus der Südosteuropa-Forschung”).
Occasionally, the journal publishes edited sources and commentaries.

Further information on the journal as well as submission guidelines can be found at https://www.ios-regensburg.de/en/ios-publications/journals/southeastern-research.html

Bertrand de la Borderie: Le Discours du Voyage de Constantinoble (1542), édité par Christian Barataud et Danielle Trudeau, Paris, Garnier, Textes de la Renaissance n. 67, 2023 (251 P., 32 €)

Le Discours du Voyage de Constantinoble. (1542)

Envoyé par François Ier dans l’Adriatique, Bertrand de La Borderie entreprend le récit de son périple pour tromper l’ennui et l’angoisse d’être oublié par sa fiancée. De la synthèse des choses vues, de la doctrine courtoise et de l’expérience mystique de cette traversée naît un récit initiatique original.

Plus d’informations ici.

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

17/10/2023, École française d’Athènes
Didotou 6, Athens, 10680
Suivre en ligne

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

Diana Mishkova Centre for Advanced Study, Sofia

Discussion : Agustin Cosovschi École française d’Athènes

A discussion with Diana Mishkova about her recent book Rival Byzantiums: Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). The book is a comparative exploration of the way the phenomenon of Byzantium has been treated by the historiographies of the polities that have emerged from its remains – Greece, Bulgaria, Serbia, Romania and Turkey – and the way these, often warring, interpretations have been shaping the national canons of history in these countries from the Enlightenment to the present day.

**

Une discussion avec Diana Mishkova sur son récent livre Rival Byzantiums : Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). Ce livre est une exploration comparative de la manière dont le phénomène de Byzance a été traité par les historiographies des pays qui ont émergé de ses vestiges – Grèce, Bulgarie, Serbie, Roumanie et Turquie – et de la manière dont ces interprétations, souvent contradictoires, ont façonné les canons nationaux de l’histoire dans ces pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui.

-> Pour plus d’information 

The archival journey of entrenched post-Ottoman minorities / Le parcours archivistique des minorités post-ottomanes enracinées

EFA- 06/10/2023

1922: In the Wake of the Death of an Empire: The archival journey of entrenched post-Ottoman minorities
Workshop for scholars and archivists

Program

This workshop, with its driving theme, is the second major event of a five-year project entitled  1922 : In the Wake of the Death of an Empire: Political Transitions and Minority Strategies of Entrenchment in the Eastern Mediterranean which is funded by the École française d’Athènes, the CNRS-IHMC, and Koç University and run by Angelos Dalachanis (CNRS-IHMC) and Alexis Rappas (Koç University).

How does one apprehend the lives of Eastern Mediterranean minorities who managed, or were allowed to stay where they resided despite the upheavals brought by the collapse of the Ottoman Empire? On the face of it, the task might appear easier than the one facing scholars of actively persecuted populations. Traumatic events like the massacres and expulsions of Muslim and Christian populations from the Balkans and Anatolia that have marked the abolition of the Sultanate never say their name -often given to them subsequently by historians or activists- in the written record. The latter’s destruction was often indeed planned, an integral part of the nationalistic demographic engineering at work in these events. By contrast “minorities,” as were sometimes designated after the Great War ethnically distinct groups allowed to remain in the successor states of the Ottoman empire, are much more visible in the archive. Indeed, official concerns regarding their size, wealth, activities, and indeed loyalty, meant that they were constantly surveilled. In this sense, the written record contributed very much to fabricating minorities, namely discrete, legible, and ultimately controllable groups. This was not a uniquely top-down process, however. Minority groups themselves, using the official channels of communication available to them, and performing -sometimes tactically- the social function they had been ascribed as a strategy of survival in their interactions with state authorities or official and unofficial third parties, participated in the entrenchment of their identity.

**

EFA- 06/10/2023

1922 : Dans le sillage de la mort d’un empire : Le parcours archivistique des minorités post-ottomanes enracinées
Atelier pour chercheurs et archivistes

Programme

Cet atelier, dont le thème est porteur, est le deuxième événement majeur d’un projet quinquennal intitulé Dans le sillage de la mort d’un empire, 1922 : transitions politiques et stratégies d’enracinement des populations minoritaires en Méditerranée orientale, financé par l’École française d’Athènes, le CNRS-IHMC et l’Université de Koç et dirigé par Angelos Dalachanis (CNRS-IHMC) et Alexis Rappas (Université de Koç).

Comment appréhender la vie des minorités de l’Est méditerranéen qui ont su ou pu rester là où elles résidaient malgré les bouleversements engendrés par l’effondrement de l’Empire ottoman ? À première vue, la tâche peut sembler plus facile que celle à laquelle sont confrontés les spécialistes des populations activement persécutées. Des événements traumatisants comme les massacres et les expulsions de populations musulmanes et chrétiennes des Balkans et d’Anatolie qui ont marqué l’abolition du sultanat ne disent jamais leur nom – souvent donné par la suite par des historiens ou des activistes – dans les archives écrites. La destruction de ces dernières était en effet souvent planifiée, partie intégrante de l’ingénierie démographique nationaliste à l’œuvre dans ces événements. En revanche, les “minorités”, parfois désignées après la Grande Guerre comme des groupes ethniquement distincts autorisés à rester dans les États successeurs de l’empire ottoman, sont beaucoup plus visibles dans les archives. En effet, les préoccupations officielles concernant leur taille, leur richesse, leurs activités, voire leur loyauté, signifiaient qu’elles étaient constamment surveillées. En ce sens, les archives écrites ont contribué à l’élaboration d’un système de gestion de l’information.

BASEES Annual Conference 2024 / Conférence annuelle BASEES 2024

Please find the Call for Papers for BASEES 2024 Annual Conference, which will take place in the University of Cambridge, 5-7 April 2024The deadline for paper and panel/roundtable proposals is Friday, 29 September 2023.

https://www.baseesconference.org/

The British Association for Slavonic and East European Studies (BASEES) invites proposals for panels and roundtables, and papers for its 2024 annual conference. BASEES 2024 is being held in-person from the 5-7 April at Robinson College, Cambridge, United Kingdom. The conference will also welcome remote attendees.

BASEES welcomes paper, panel and roundtable proposals in the following areas: Politics; History; Sociology and Geography; Film and Media, Languages and Linguistics; Literatures and Cultures; and Economics. We particularly welcome proposals that help to push forward the work to decentralise and decolonise the study of the former ‘communist bloc’ of the Soviet Union, East Central Europe and Asia. The conference especially welcomes participation by postgraduate research students and early career scholars.

Please share this Call for Papers with your colleagues who may be interested in participation.

All the further details may be found on this page.

**

Veuillez trouver l’appel à communications pour la conférence annuelle BASEES 2024, qui aura lieu à l’Université de Cambridge, du 5 au 7 avril 2024. La date limite pour les propositions de communications et de panels/tables rondes est le vendredi 29 septembre 2023.

https://www.baseesconference.org/

L’Association britannique pour les études slaves et est-européennes (BASEES) sollicite des propositions de panels et de tables rondes, ainsi que des articles pour sa conférence annuelle de 2024. BASEES 2024 se tiendra en personne du 5 au 7 avril au Robinson College, Cambridge, Royaume-Uni. La conférence accueillera également des participants à distance.

La BASEES accepte les propositions d’articles, de panels et de tables rondes dans les domaines suivants : Politique ; Histoire ; Sociologie et Géographie ; Film et Média, Langues et Linguistique ; Littératures et Cultures ; et Economie. Nous apprécions particulièrement les propositions qui contribuent à faire avancer le travail de décentralisation et de décolonisation de l’étude de l’ancien “bloc communiste” de l’Union soviétique, de l’Europe centrale de l’Est et de l’Asie. La conférence accueille tout particulièrement les étudiants en recherche de troisième cycle et les chercheurs en début de carrière.

N’hésitez pas à partager cet appel à communications avec vos collègues susceptibles d’être intéressés par une participation.

Tous les détails sont disponibles sur cette page.

De la curiosité humaniste à l’esprit de système

COLLOQUE INTERNATIONAL

UNIVERSITE DE TOURS, ICD, 12-13 OCTOBRE 2023.

De la curiosité humaniste à l’esprit de système. L’évolution du paradigme des savoirs dans les régions situées entre la mer Adriatique et les Alpes aux XVIIIe et XIXe siècles.
(Le colloque est placé sous le Haut Patronage de l’Ambassade de la République de Slovénie à Paris)

Organisateurs : François Bouchard (ICD, université de Tours), Massimo Scandola (ICD, université de Tours), Marko Štuhec (université de Ljubljana)

Présentation :
Dès la seconde moitié du XVIIIe siècle, on assiste en Carniole et dans les provinces voisines, la Styrie et la Carinthie qui sont des aires de contact entre plusieurs langues et plusieurs cultures, à un changement des paradigmes culturels et mentaux ainsi qu’à une exploitation plus systématique du territoire. Les élites sociales, économiques et intellectuelles s’éloignent de la culture humaniste qui caractérisait l’Academia Operosorum fondée à Ljubljana en 1693, et elles se tournent vers les savoirs scientifiques et techniques que favorisent les Lumières européennes. Soucieuses de s’emparer de ce qui, dans l’évolution de la pensée scientifique, se trouve en résonance avec la réalité du territoire, les
élites maintiennent un rapport pragmatique avec ces savoirs disciplinaires – minéralogie, métallurgie, chimie, zoologie, botanique, agronomie, médecine, linguistique – dont les finalités pratiques
n’excluent cependant pas les développements spéculatifs, au cœur des débats qui agitent les communautés scientifiques contemporaines.
Cette réorientation du champ des savoirs contribue à insérer les régions slovènes et les autres régions de l’Autriche intérieure dans un réseau d’échanges européen, impliquant centres politiques ou
culturels et périphéries, qu’unit la conscience commune d’appartenir à une République des Lettres idéale, entre hommes de science ancrés dans un territoire qui leur est familier et savants dotés d’une
plus grande notoriété ou d’une autorité institutionnelle plus marquée.

Lire la suite ->

Programme