Archives par mot-clé : histoire

François Georgeon, Au pays du raki, Le vin et l’alcool de l’Empire ottoman à la Turquie d’Erdogan, Paris, CNRS éditions, 2021 (P. 368, 25,00€)

On croit souvent qu’en terre d’islam, l’alcool se serait heurté au mur infranchissable de l’interdit religieux. Comme si le Coran – qui prohibe le vin ici-bas, mais le promet dans l’au-delà – avait réglé la question une fois pour toutes.

Comment comprendre, alors, la promotion du raki, dont la production est attestée dès le XVIe siècle, au rang de « boisson nationale » dans la Turquie moderne ? Ou le goût parfois immodéré du sultan Mahmud II pour le champagne ?

En réalité, dans une longue durée rythmée par l’alternance de périodes de prohibition et de libéralisation, vins et autres boissons alcoolisées n’ont cessé d’être consommés dans l’immense espace multiconfessionnel de l’Empire ottoman. C’est cette histoire discrète, histoire des marges et de la transgression, mais aussi de véritables « cultures du boire », qui se trouve ici révélée.

Des tavernes interlopes d’Istanbul aux libations secrètes des en passant par les vignobles de Thrace ou d’Anatolie, des rituels soufis aux éclats de la poésie bachique, des indignations plus ou moins feintes des religieux aux hésitations du pouvoir – jusque dans la Turquie actuelle –, l’alcool devient le précipité d’une vaste histoire sociale, culturelle et politique.

Épilogue de Nicolas Elias et Jean-François Pérouse,

« Boire dans la Turquie d’Erdogan »

 

Soutenance de thèse d’Elif Becan

Une familière étrangeté l’accueil des immigrants musulmans des Balkans en Turquie (1923-1964)

 
Le 28 janvier 2021 à 14h à l’EHESS. 
 
Le jury sera composé de :
 
  • Nathalie Clayer, Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS (directrice de thèse)
  • Benjamin Gourisse, Professeur à l’Institut d’études politiques de Toulouse (rapporteur) 
  • Alexandre Toumarkine, Professeur à l’INALCO (rapporteur)
  • Kerem Öktem, Associate researcher au Centre of Southeast European Studies 
  • Claire Zalc, Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS 
 
En raison de la situation sanitaire, la soutenance aura lieu à huis-clos mais elle reste ouverte au public qui souhaite y participer à distance. Pour recevoir le lien de la visioconférence, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : elifbecan@gmail.com
 

Continuer la lecture de Soutenance de thèse d’Elif Becan

Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Campus Condorcet
Salle 3.09
Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
annuel / bimensuel (1re/3e/5e), vendredi 10:00-13:00
du 6 novembre 2020 au 18 juin 2021

L’objectif : se familiariser avec les « études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques », en testant quelques-uns des répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, histoire, science politique, sociologie) qu’elles mettent en œuvre. Autrement dit, le séminaire vise à s’interroger sur les articulations entre la topique des études aréales et les dispositifs optiques des sciences humaines et sociales.

La démarche : suivre des itinéraires et prendre part à des débats, qu’ils soient propres à une « aire » ou transversaux à elle ; recenser les objets, catégories, espaces et temps auxquels nos terrains d’étude sont indexés ; et ce faisant, s’efforcer aussi de combiner des savoirs situés à des opérateurs de généralisation. Car ni la fréquentation d’une collectivité linguistique ou d’un corpus documentaire, ni la délimitation d’un groupe ethnique ou d’une cité nationale ne doivent circonscrire notre champ d’expérience scientifique.

En pratique : des textes préparatoires permettent, à chaque séance, d’étudier itinéraires et débats en situation. L’accent sur les débats permet de marquer le caractère dissensuel des pratiques et des savoirs des sciences sociales à un moment donné. L’accent sur les itinéraires donne à voir que ce dissensus peut aussi se retrouver au fil d’un parcours de recherche.

Continuer la lecture de Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Xavier Bougarel, La division Handschar, Waffen-SS de Bosnie, 1943-1945 Paris, Humensis, 2020 (448 p. 24€)

En 1943, les partisans de Tito luttent avec succès contre l’occupant allemand et les fascistes croates, les oustachis. En accord avec le mufti de Jérusalem Amin al-Husseini, Heinrich Himmler décide alors de créer la 13e division de la Waffen-SS, dite Handschar (« Poignard »). Les 20 000 hommes qui la composent sont majoritairement des musulmans de Bosnie-Herzégovine, encadrés par des officiers allemands. Entre mars 1943 et mai 1945, ils s’entraînent en France et en Allemagne avant de combattre les résistants en Bosnie, où ils commettent les pires exactions, en particulier contre la population serbe et contre les rares juifs rescapés des massacres oustachis.

Pour la première fois, un historien spécialiste des Balkans reconstitue l’histoire de cette division en croisant les archives allemandes et yougoslaves. Xavier Bougarel va au-delà des clichés pour s’intéresser aux circonstances de la création de cette division SS atypique, au profil et aux motivations de ses combattants, à la vie religieuse en son sein et aux raisons de sa dislocation finale. Ce faisant, il propose une nouvelle lecture de la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans, marquée par l’importance des enjeux matériels immédiats, la multiplicité des stratégies individuelles de survie, ainsi que les changements incessants d’alliances et d’allégeances.

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)