Archives par mot-clé : histoire

Parution – Les Tsiganes des Balkans (1280-1914). Documents rassemblés, traduits et commentés par Bernard Lory

Les Tsiganes (Rroms) et leur histoire sont très largement méconnus et font l’objet de nombreux stéréotypes qui contribuent à donner d’eux une vision intemporelle, comme s’ils ne s’étaient pas adaptés aux évolutions de leur temps et n’avaient pas interagi avec les sociétés au contact desquelles ils se sont trouvés. Cette vision des Tsiganes vivant dans une bulle immuable et anhistorique est erronée : au cours des siècles, ils ont modifié leurs activités économiques, leurs pratiques langagières, leur style de vie.

Dans le présent ouvrage, Bernard Lory reprend l’enquête historique à sa base, par la collecte de sources primaires aussi variées que possible, écrites entre la fin du XIIIe siècle et le début du XXe siècle. Spécialiste de l’histoire des Balkans, il a limité son étude au Sud-Est de l’Europe (Grèce, Albanie, Bulgarie, Turquie d’Europe, Macédoine, Serbie, Kosovo, Monténégro, Croatie et Bosnie-Herzégovine), vaste territoire où les populations tsiganes sont nombreuses. Cette approche géographique est largement conditionnée par le facteur ottoman, puisqu’elle concerne des territoires qui furent sous son administration directe et prolongée.

Au total, ce sont 157 documents traduits du grec byzantin, du slavon, du turc ottoman, du latin, de l’allemand, de l’anglais, du serbo-croate, du bulgare ou du macédonien. Chaque texte est introduit, pourvu des notes explicatives indispensables, commenté et mis en rapport avec d’autres sources au contenu voisin. Le lecteur se rendra compte qu’il n’y est pas question de roulottes et fort peu de musique ou de bonne aventure. En revanche le métier de forgeron est central, les questions de fiscalité sont omniprésentes et les relations complexes entre Tsiganes et Gadjos se déclinent avec beaucoup de subtilité.

Les Tsiganes des Balkans (1280-1914), Documents rassemblés, traduits et commentés par Bernard Lory, Les Belles Lettres, 2024 (688 p., 55€)

Sovjan : village préhistorique lacustre d’Albanie sud-orientale I. Le site dans son environnement

Premier volume de la publication finale des fouilles franco-albanaises menées entre 1993 et 2006 dans l’habitat préhistorique lacustre de Sovjan, cet ouvrage constitue une présentation générale du site, de son milieu et des principaux résultats de son exploration. Il s’ouvre par une synthèse des recherches paléoenvironnementales conduites, parallèlement aux fouilles archéologiques, sur le site lui-même et dans l’ensemble du bassin de Korçë. Vient ensuite un historique des fouilles de Sovjan, replacées dans le contexte de l’histoire de l’archéologie albanaise depuis le milieu du XXe siècle. Le coeur de l’ouvrage est constitué par une présentation détaillée des phases d’occupation de l’habitat, de l’aube du Néolithique aux premiers siècles de l’âge du Fer ; la séquence, qui couvre près de six millénaires, est fondée sur les données de la stratigraphie, des structures architecturales, du mobilier, ainsi que sur une série de datations absolues fournies par le radiocarbone mais aussi – pour la phase finale du Bronze Ancien, à laquelle sont associés des vestiges de constructions en bois bien conservées – par la dendrochronologie. Le dernier chapitre vise à replacer le site de Sovjan dans son contexte chrono-culturel local, régional et suprarégional, pour chacune des périodes de sa longue occupation.

Gilles Touchais, Pétrika Léra, Cécile Oberweiler (dir.), Sovjan : village préhistorique lacustre d’Albanie sud-orientale I. Le site dans son environnement, École française d’Athènes,  RAFAL 5, 2024 (96 p. , 75 €)

Appel à communications, “Visions de la nature et défis environnementaux au prisme du regard grec”, 12-14 février 2025

Visions de la nature et défis environnementaux au prisme du regard grec. Approches transdisciplinaires et diachroniques
XXVIIe Congrès des néo-hellénistes des universités francophones

Colloque organisé par l’Unité de Grec moderne
Département des Études méditerranéennes, slaves et orientales

Université de Genève
Dates : 12-14 février 2025
Lieu : Université de Genève

Langue de travail : français
Les propositions de communication (titre + résumé 250 mots environ) sont attendues pour le 30 mai
2024 au plus tard. Vous pouvez envoyer vos propositions aux adresses mail suivantes :
Vasiliki.Tsaita-Tsilimeni@unige.ch et Meropi.Anastassiadou-Dumont@unige.ch

Le contexte
En 2022, le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), M. Petteri Taalas a déclaré qu’ « un épisode de sécheresse prolongé en Afrique de l’Est, des précipitations record au Pakistan et des vagues de chaleur sans précédent en Chine et en Europe ont touché des dizaines de millions de personnes, entraîné une insécurité alimentaire, provoqué des migrations massives et coûté des milliards de dollars É.U. en pertes et dommages».
De son côté, Le Monde, toujours en 2022, relayait un rapport de l’OMM, selon lequel le système énergétique mondial conduisait l’humanité à la catastrophe. « Quatre marqueurs-clés du changement climatique ont battu de nouveaux records en 2021 : les concentrations de gaz à effet de serre, l’élévation du niveau de la mer, la température et l’acidification des océans. ». Fin février 2023, un nombre record de dauphins morts est retrouvé sur les plages françaises. Au Canada, la plus grande patinoire naturelle du monde ferme pour la première fois. Les explosions de missiles et de munitions pendant la guerre en Ukraine créent un dangereux mélange de substances, affectant considérablement l’équilibre écologique. 17 000 sites en Europe sont aujourd’hui contaminés par les
polluants pérennes […]

La Grèce et les Grecs face au défis environnementaux
Devant l’urgence et l’omniprésence d’un sujet qui concerne la Grèce et le monde méditerranéen au premier chef, tant les équilibres écologiques y sont fragiles, l’Unité de grec moderne de l’Université de Genève souhaite contribuer au débat en explorant la production d’artistes, intellectuels, faiseurs d’opinion et figures du monde scientifique qui, dans l’espace grec (pris dans un sens extensif), celui d’hier comme celui d’aujourd’hui, se sont prononcés sur des questions aussi urgentes que l’écologie, l’environnement, les défis liés aux évolutions technologiques et à la croissance économique, et, plus généralement, sur la diversité des phénomènes induits par l’activité humaine, appréhendée à travers
la notion d’Anthropocène.

Le colloque de Genève favorisera la confrontation des points de vue et les échanges entre disciplines. Seront bienvenues les contributions portant sur tout type de document du passé et/ou du présent, littéraire, historique, social, politique, supports artistiques, matériaux juridiques,
publications scientifiques, presse…
La réflexion collective pourra d’abord se nourrir de l’apport des études littéraires et linguistiques. Dans quelle mesure la langue et ses formes peuvent-elles contribuer à une mission de sensibilisation aux sujets environnementaux ? L’idée de la nature, de la vie rurale et du paysage
occupent une place importante dans la production littéraire grecque depuis le XIIème siècle et jusqu’à nos jours. La nature, tantôt symbole, tantôt cadre de l’action, tantôt métaphore d’un état émotionnel, tantôt porteuse de valeurs suprêmes, siège dans un grand nombre de textes littéraires du spectre de ce qu’on appelle littérature néo-hellénique (représentant des liens d’inspiration, de connexion, de rupture, de nomination, des histoires prophétiques, dystopiques, apocalyptiques,
etc.).
Historiens et politologues pourraient s’intéresser à un champ de recherches très partiellement défriché, celui de l’histoire des paysages grecs. Ils pourraient aussi se pencher sur des thèmes comme
la répétition de l’histoire, l’état de nature, la symbiose entre l’homme et la nature, à moins qu’ils n’abordent les problématiques environnementales à travers l’économie, les questions de croissance/décroissance, l’histoire sociale, les recherches sur l’activisme politique, l’histoire des ressources naturelles, pour ne citer ici que quelques dossiers particulièrement prégnants, et ce sans restriction de période, de l’antiquité grecque à nos jours, en passant par l’époque byzantine, ottomane, ou les premières années de la création du nouvel État grec.
Le colloque de Genève compte aussi beaucoup sur les contributions relatives au champ juridique.
Qu’en est-il de la législation actuelle sur les questions environnementales ? Dans quelle mesure cette législation est-elle respectée ? Comment cohabite-t-elle avec des coutumes parfois héritées d’un passé très lointain ? De quels moyens les autorités disposent-elles pour faire plier ceux qui, guidés par l’appât du gain, saccagent les paysages, détruisent les ressources naturelles, s’en prennent parfois de manière irréversible aux équilibres écologiques ? Autant de questions, parmi bien d’autres, qu’on ne saurait éluder.
Enfin, parmi les aspects à explorer, figure l’ensemble des initiatives actuelles, ou récentes, appelant à l’invention d’une nouvelle façon de vivre le quotidien : une façon qui soit respectueuse de l’environnement, en coexistence avec la nature et ses lois, conditions et besoins. On pense à l’écoféminisme, à la question de la consommation (ou consumérisme), notamment dans les secteurs de la mode, de la mobilité et du tourisme, mais aussi à l’écologie corporelle et à la notion de « naturel », dans les domaines de la santé et de la médecine. Pour prendre la pleine mesure des
combats à mener, il serait utile, parallèlement, de s’intéresser aux forces de résistance et à leurs arguments, qu’il s’agisse des climatosceptiques, des tenants d’un libéralisme sans entraves, ou, plus généralement, de tous ceux qui croient aux vertus d’un monde immuable, ancré dans ses traditions, ses convictions et ses peurs ancestrales. […]

Grilles d’analyse
Les propositions porteront soit sur la Grèce, à l’intérieur de ses frontières poli5ques actuelles, soit sur « l’espace grec » dans toute son extension. C’est ainsi, par exemple, que peuvent être pris en compte les apports au débat sur l’environnement des artistes et intellectuels grecs de la diaspora
(Etats-Unis, Europe occidentale, Amérique la6ne, Australie, etc…)
La liste de notions-clés ci-dessous est volontairement ellip0que pour laisser aux participants le plus de champ possible. Au demeurant, elle est loin de prétendre à l’exhaustivité. Bien d’autres approches sont envisageables.

Alimentation et pollution : la place du monde végétal (entre autres)

Conscience écologique

Disparition des espèces animales/végétales, troubles de la chaine alimentaire

Droit et environnement

Éco-féminisme

Écologie culturelle

Écologie et corps

Écologie politique

Écriture « naturelle » / Écriture de la nature

Éducation à l’environnement

Exploitation des ressources naturelles

Fiction et climat

Guerres contemporaines et catastrophe environnementale

Humanités et écosystème

Mondes dystopiques

Nature et Cité

Regards sur l’anthropocène

Théories écologiques de la littérature

Tourisme et surtourisme

Climat et migration

Comité scientifique :
1.-Colonas Vassilis, architecture, professeur émérite, Université de Thessalie
2.-Grenet Mathieu, histoire, maître de conférences, Institut d’Albi
3.-Rappas Alexis, histoire, professeur associé, Koç University, Istanbul
4.-Vassilaki Sophie, langue et linguistique, professeure, INALCO, Paris
5.-Dimitrios Kargiotis, littérature comparée, maître de conférences, Université de Strasbourg
6.-Titika Dimitroulia, traduction, professeure ordinaire, Université Capodistrienne d’Athènes
7.-Marilisa Mitsou, littérature, professeure émérite, EHESS, CRH, Paris

Comité d’organisation :
1.- Méropi Anastasiadou-Dumont, histoire, professeure, INALCO, chargée de cours, UNIGE
2.- Vasiliki Tsaita Tsilimeni, littérature et langue, chargée de cours et d’enseignement, UNIGE
3.- Laurence Maire Maison, littérature, candidate au doctorat, UNIGE
4.- Paris Kyritsis, histoire-géographie, candidat au doctorat, UNIGE

Palabres centre-européennes – mardi 2 avril 2024 à 19h30

En présentiel  uniquement 

Mardi 2 avril à 19h30 au Centre d’études slaves
9, rue Michelet, Paris 6e
Salle de conférences

               

Le Centre d’études slaves vous invite à la séance animée par  Paul-Antoine Météier, historien, spécialiste des Pays tchèques médiévaux  

Programme :

Domaine yiddish :

Rokhl Brokhes, Faubourg, traduit du yiddish par Cécile Neeser Hever, Paris, Bibliothèque Medem,  2024. Présenté par la traductrice. 

Domaine bulgare :

Maria Kassimova-Moisset, Rhapsodie balkanique, roman traduit du bulgare par Marie Vrinat-Nikolov,  Genève, éd. des Syrtes, 2023. Présenté par la traductrice, professeur de langue et littérature bulgares  à l’Inalco.  

Domaine polonais :

Numéro spécial de la revue Histoire consacré à la « La Pologne. Mille ans d’une nation », Paris,  collections N°102 de janvier-mars 2024. Présenté par Ania Szczepanska, historienne du cinéma, et  Christine Lebeau, historienne, spécialiste de l’Allemagne et de l’Europe centrale à l’époque moderne.  Domaine roumain 

Domaine roumain :

Béla Borsi-Kálmán, L’ethnogenèse d’un État-nation. Du rêve inachevé de renaissance byzantine à la  création de la Grande Roumanie, traduction française d’Henri de Montety, Paris, EAC (Editions  Archives Contemporaines), 2023. Présenté par Matei Cazacu, spécialiste de la Roumanie et du monde  balkanique.  

– sous réserve de modification –  

sur l’initiative du CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherches centre-européennes)  de Sorbonne Université  

au sein de l’Unité Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane (UMR 8224 Eur’ORBEM)  

Programmation et coordination :  Malgorzata Smorag-Goldberg,  Sorbonne Université et CIRCE,  maougocha@gmail.com  

Organisation :  

Aurélie Rouget-Garma,  Sorbonne Université et CIRCE,  aurelie.rouget-garma@sorbonne-universite.fr 

Centre universitaire Malesherbes, 108 bd Malesherbes, 75017 Paris, tél : 01 43 18 41 93  

Appel à candidatures- Penser au-delà de l’État-nation

Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains

Dates: 02 – 06 septembre 2024

Lieu: Athènes

Institutions partenaires: École française d’Athènes, CETOBaC (UMR8032 CNRS/EHESS), École des hautes études en sciences sociales

Date limite de candidature: 30 avril 2024

Contact : dir.moderne@efa.gr

Télécharger l’appel (pdf)

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC) et l’École française d’Athènes (EFA) organisent un séminaire de formation doctorale (SFD) sur le thème « Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains » du 2 au 6 septembre 2024 à Athènes (École française d’Athènes, 6 rue Didotou) qui rassemblera entre 10 et 15 doctorant·es et mastérant·es, accompagné·es d’une dizaine de formatrices et formateurs, principalement issus des institutions d’enseignement supérieur et de recherche de France et des pays balkaniques, en particulier la Grèce.

Programme scientifique

L’objectif du séminaire de formation doctorale est de susciter parmi les participant·es une discussion autour des principales approches qui, depuis les années 1990, remettent en question l’État-nation en tant qu’unité d’analyse primordiale dans la recherche historique.

À travers l’examen d’ouvrages récents portant sur les sociétés de l’Europe du Sud-Est, nous proposons de revisiter les significations et les périmètres d’un ensemble d’approches traversant les sciences sociales. De la notion de transferts culturels à l’histoire mondiale, des approches transnationales aux perspectives post-coloniales et post-impériales, ces différentes façons de concevoir le travail d’historien.ne visent à appréhender les évolutions des sociétés balkaniques en transcendant le cadre de l’État-nation. Le séminaire sera articulé en cinq journées, selon le principe d’une approche par jour :

  • Circulations et mobilités 
  • Histoire mondiale et globale 
  • Nouvelles histoires (post-)impériales et post-coloniales 
  • Transferts culturels et histoire croisée 
  • Jeux d’échelles, espaces et trajectoires

–> Lire la suite

Appel à publication : Südost-Forschungen International Journal of History and Culture of Southeastern Europe

The submission deadline for volume 83 is 30 June 2024, for volume 84 30 November 2024.

If you have any questions or wish to submit a manuscript, please get in touch with Dr. Peter Mario Kreuter (kreuter@ios-regensburg.de).

Edited by the Leibniz Institute for East and Southeast European Studies (IOS), Regensburg, Germany

Main editors: Ulf Brunnbauer, Konrad Clewing

**

Südost-Forschungen invites scholars to submit contributions from all areas of the history of Southeastern Europe for its two upcoming issues (volumes 83 and 84).

Südost-Forschungen is one of the oldest periodical publications on the history of Southeastern Europe. Its first volume appeared in 1936, and the journal, which appears as a yearbook, has since developed into one of the leading publishing organs of German and international research
on the history of Southeastern Europe. For the coming year, Südost-Forschungen plans to switch from one yearbook to two issues per year.

Südost-Forschungen is committed to a broad and interdisciplinary approach to history and publishes on topics ranging from political issues and cultural, linguistic, and art history to economic and social history, historical geography, and the history of religion. The journal
endeavours to cover the region’s history from the Byzantine era to contemporary history. Part of the journal’s mission is to present research from the region to an international audience, thus serving as a platform for excellent regional scholarship. This objective is also reflected in the
journal’s extensive review section, in which numerous works in the languages of the region are discussed.

After preliminary consideration by the editorial team, contributions submitted to Südost-Forschungen will undergo a double-blind process by two peer reviewers. The journal accepts manuscripts in German, English, and French. While most research articles are stand-alone
papers, the journal also invites submissions for a special thematic section, which usually consists of three to four research articles linked by an overarching theme.

The maximum length of articles is 10,000 words (including notes). In addition to research articles, the journal accepts detailed review articles and reflections on current research trends and the region’s historiography (in the section “Aus der Südosteuropa-Forschung”).
Occasionally, the journal publishes edited sources and commentaries.

Further information on the journal as well as submission guidelines can be found at https://www.ios-regensburg.de/en/ios-publications/journals/southeastern-research.html

Bertrand de la Borderie: Le Discours du Voyage de Constantinoble (1542), édité par Christian Barataud et Danielle Trudeau, Paris, Garnier, Textes de la Renaissance n. 67, 2023 (251 P., 32 €)

Le Discours du Voyage de Constantinoble. (1542)

Envoyé par François Ier dans l’Adriatique, Bertrand de La Borderie entreprend le récit de son périple pour tromper l’ennui et l’angoisse d’être oublié par sa fiancée. De la synthèse des choses vues, de la doctrine courtoise et de l’expérience mystique de cette traversée naît un récit initiatique original.

Plus d’informations ici.

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

17/10/2023, École française d’Athènes
Didotou 6, Athens, 10680
Suivre en ligne

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

Diana Mishkova Centre for Advanced Study, Sofia

Discussion : Agustin Cosovschi École française d’Athènes

A discussion with Diana Mishkova about her recent book Rival Byzantiums: Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). The book is a comparative exploration of the way the phenomenon of Byzantium has been treated by the historiographies of the polities that have emerged from its remains – Greece, Bulgaria, Serbia, Romania and Turkey – and the way these, often warring, interpretations have been shaping the national canons of history in these countries from the Enlightenment to the present day.

**

Une discussion avec Diana Mishkova sur son récent livre Rival Byzantiums : Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). Ce livre est une exploration comparative de la manière dont le phénomène de Byzance a été traité par les historiographies des pays qui ont émergé de ses vestiges – Grèce, Bulgarie, Serbie, Roumanie et Turquie – et de la manière dont ces interprétations, souvent contradictoires, ont façonné les canons nationaux de l’histoire dans ces pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui.

-> Pour plus d’information