Archives par mot-clé : Grèce

Transferts culturels. Médiations et médiateurs en Grèce moderne (1830-1940) Πολιτισμικές μεταφορές. Διαμεσολαβήσεις και διαμεσολαβητές στη σύγχρονη Ελλάδα, 1830-1940.

10-11 décembre 2020

Colloque en distanciel – Fondation Nationale Hellénique de Recherche Scientifique / École française d’Athènes – Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών / Γαλλική Σχολή Αθηνών.

Le colloque Transferts culturels: médiations et médiateurs en Grèce moderne, 1830-1940(10-11 décembre 2020) se tient dans le cadre du programme de recherche Médiateurs culturels entre Grèce, France et autres pays européens (1830-1974), qui se déroule à l’Institut de recherches historiques de la Fondation hellénique de la recherche scientifique et l’École française d’Athènes (Projet Quinquennal, 2017-2021).

Recherche historique : études et applications numériques » (MIS 5002357) est mis en œuvre dans le cadre de «l’Action pour le développement stratégique du secteur de la recherche et de la technologie», financé par le programme opérationnel « Compétitivité, entrepreneuriat et innovation»(NSRF 2014-2020)et cofinancé par la Grèce et l’Union européenne (Fonds européen de développement régional).

Programme / Πρόγραμμα / Programme

Résumés / Περιλήψεις / Abstracts

Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar / Webinar registration link

 

IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes)

D. Triantaphyllou et M. Aydın (K. Has Üniversitesi) « Quo Vadis Turkey and Greece/Cyprus Relations? Impacts on Turkey’s Foreign Policy « , IFEA 11 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/691871795073586

N. Sigalas (CETOBAC) « How millet became the nation. A conceptual history of the word millet in the Longue durée of Ottoman History », IFEA, 9 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/730500267557717

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Christophe Poupault, ​ Dans la Grèce de Metaxas (1936-1941),​ Observateurs et voyageurs français face à un régime autoritaire, Aux éditions du Bourg, 2019 (324 P. 29€)

 

Le 4 août 1936, le destin de la Grèce bascule avec l’instauration d’une dictature dirigée par le général Metaxas. Anticommuniste virulent, le chef du gouvernement grec a le plein accord du roi Georges II. Jusqu’à sa mort, en janvier 1941, il va consolider un régime qui n’échappe évidemment pas à l’attraction des fascismes, dans le contexte des tensions internationales qui mènent l’Europe à la guerre. Pendant toute cette période, la pratique culturelle du voyage en Grèce se poursuit et même s’amplifie, grâce notamment aux croisières organisées (comme celles de l’Association Guillaume Budé), à l’enthousiasme suscité par les découvertes archéologiques, et à la politique touristique audacieuse que conduit le régime grec, soucieux d’attirer des devises et de développer auprès des étrangers une propagande adaptée. En s’appuyant sur les observations et les interprétations des visiteurs français, à partir d’une vaste documentation, cet ouvrage illustre l’intérêt qu’offre l’étude transnationale du politique pour la connaissance des régimes autoritaires de l’entre-deux-guerres et apporte un éclairage neuf sur la dictature de Metaxas.

Continuer la lecture de Christophe Poupault, ​ Dans la Grèce de Metaxas (1936-1941),​ Observateurs et voyageurs français face à un régime autoritaire, Aux éditions du Bourg, 2019 (324 P. 29€)

GAZMEND KAPLLANI, LE PAYS DES PAS PERDUS, PARIS, ÉDITIONS INTERVALLES, 2019 (192 p. 17€)

KTraduit du grec par Françoise Bienfait

LE LIVRE
Karl et Frederick, deux frères que tout oppose nés dans une mêmeville d’Albanie, se retrouvent à la mort de leur père après plus de deux
décennies de séparation. Brutalement confrontés à leurs différences,
le nationaliste enraciné et l’écrivain cosmopolite vont devoir faire
face au passé de leur famille et de cet étrange territoire, cristallisant à
travers leur confrontation l’histoire chaotique des Balkans et de
l’Europe des XXe et XXIe siècles.
Gazmend Kapllani a composé avec Le Pays des pas perdus un
roman à couper le souffle qui illustre brillamment les dilemmes
individuels et collectifs traversant l’Europe d’aujourd’hui.

L’AUTEUR
Gazmend Kapllani est né en 1967 en Albanie et a vécu en Grèce de
1991 à 2012. Romancier, dramaturge, poète et éditorialiste reconnu, il
est traduit dans de nombreuses langues. Ses ouvrages Petit journal de
bord des frontières (Intervalles, 2012), Je m’appelle Europe (Intervalles,
2013), et La Dernière Page (Intervalles, 2015) font résonner les thèmes
des frontières et de la migration, des totalitarismes et de l’histoire
complexe des Balkans. Ardent défenseur des droits de l’homme, de la
justice et des minorités, il s’installe aux États-Unis en 2012 et réside
actuellement à Boston, où il enseigne l’écriture créative et l’histoire
européenne.

SOUTENANCE DE THESE – Dimitri KOSMOPOULOS

La reconfiguration politique en Grèce, 2010-2014.

La soutenance aura lieu le mercredi 19 juin à 13h30 dans la salle des thèses (D520) de l’Université Paris-Dauphine PSL (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris), devant un jury composé de :

M. Eric AGRIKOLIANSKY, Professeur, Université Paris-Dauphine PSL, Examinateur

M. Christophe ROUX, Professeur, Université de Montpellier, Rapporteur

M. Frédéric SAWICKI, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur

Mme Florence HAEGEL, Directrice de Recherches, Science Po Paris, Examinatrice

M. Jérôme HEURTAUX, Maître de Conférences, Université Paris-Dauphine, Examinateur

M. Nikos MARANTZIDIS, Professeur, Université de Macédoine, Examinateur

M. Dominique DAMAMME, Professeur Emérite, Université Paris-Dauphine, Directeur de thèse