Archives par mot-clé : Grèce

Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

 
La Réforme orthodoxe est la première analyse sociohistorique complète du processus centenaire de rénovation conservatrice de l’Église orthodoxe grecque, un processus qui a vu le passage à une religion « moderne », l’innovation religieuse et l’activisme social rimer avec l’affirmation de l’intolérance sur les plans religieux et politique. S’appuyant sur des recherches approfondies dans les archives publiques et religieuses de Grèce, de France et du Vatican, ainsi que sur un éventail impressionnant de pamphlets et de périodiques publiés tout autour de la Méditerranée orientale, l’ouvrage brosse un tableau sans précédent de ce que l’on peut appeler la composante grecque-orthodoxe de la confessionnalisation ottomane tardive. Remettant en question les récits d’un lien ininterrompu entre une Église orthodoxe immuable ancrée dans la tradition et un État national grec pratiquant l’intolérance religieuse depuis sa fondation, ce livre soutient que la configuration politico-religieuse actuelle de la Grèce est le produit des transformations majeures survenues pendant l’entre-deux-guerres, lorsque le zèle des activistes orthodoxes de Grèce et de l’Empire ottoman a profité de la crise sociale et nationale dramatique qui a suivi la Katastrophi de 1922 pour finalement donner l’impulsion à ce que l’on peut appeler à juste titre la version orthodoxe de la réforme et inaugurer une modernité grecque-orthodoxe.

Ancien membre et directeur des études de l’École française d’Athènes, Anastassios (Tassos) Anastassiadis est actuellement associate professor au Département d’Histoire et d’études classiques de l’université McGill à Montréal où il occupe aussi la chaire Phrixos Papachristidis d’études grecques et gréco-canadiennes. Ses travaux portent sur la dialectique entre inertie et militantisme dans les processus de rénovation institutionnelle en Grèce et en Méditerranée orientale au long xixe siècle avec une prédilection pour les domaines de la religion et de l’éducation.


Continuer la lecture de Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

Servanne Jollivet & Nicolas Manitakis (Dir.), Mataroa 1945, Du mythe à l’histoire, École Française d’athènes, collection MMB 14, 2021 (213 p., €30.00)

 

Navire militaire affrété par l’Institut français d’Athènes en décembre 1945, le Mataroa a permis à plus d’une centaine de jeunes Grecs de quitter la Grèce et de rejoindre Tarente, en Italie, avec pour destination finale Paris. Quittant un pays en ruine, profondément affaibli par la guerre et au seuil de la guerre civile, ceux-ci ont ainsi pu être accueillis en France, y mener leurs études et carrière dans des domaines aussi variés que la philosophie, la sculpture, l’architecture, la musique, etc. Au cœur de cette expédition, le directeur de l’Institut français d’Athènes de l’époque, Octave Merlier, qui rendit possible cette opération, aux allures d’épopée moderne. Longtemps passé sous silence, ce voyage constitue sans conteste l’un des événements les plus marquants de l’histoire franco-grecque de l’après-guerre. S’appuyant sur un matériel d’archives inédit, ce volume vise à offrir un éclairage historique et critique à cet événement, tantôt oblitéré, tantôt mythifié, part intégrante de la mémoire des échanges entre les deux pays.

Servanne Jollivet est philosophe, ancienne membre de l’École française d’Athènes et chercheur au CNRS (UMR 8547, Transferts culturels). Elle a notamment publié Destins d’exilés. Trois philosophes grecs en France (Axelos, Castoriadis, Papaïoannou) (Manuscrit, 2011) et L’exil est la patrie de la pensée. Kostas Axelos (Rue d’Ulm, 2015).

Nicolas Manitakis est historien, professeur assistant au Département de langue et de littérature françaises de l’université d’Athènes. Ses principaux centres d’intérêt portent sur l’histoire des relations franco-helléniques, l’histoire de l’éducation et l’histoire des migrations.

Continuer la lecture de Servanne Jollivet & Nicolas Manitakis (Dir.), Mataroa 1945, Du mythe à l’histoire, École Française d’athènes, collection MMB 14, 2021 (213 p., €30.00)

Transferts culturels. Médiations et médiateurs en Grèce moderne (1830-1940) Πολιτισμικές μεταφορές. Διαμεσολαβήσεις και διαμεσολαβητές στη σύγχρονη Ελλάδα, 1830-1940.

10-11 décembre 2020

Colloque en distanciel – Fondation Nationale Hellénique de Recherche Scientifique / École française d’Athènes – Εθνικό Ίδρυμα Ερευνών / Γαλλική Σχολή Αθηνών.

Le colloque Transferts culturels: médiations et médiateurs en Grèce moderne, 1830-1940(10-11 décembre 2020) se tient dans le cadre du programme de recherche Médiateurs culturels entre Grèce, France et autres pays européens (1830-1974), qui se déroule à l’Institut de recherches historiques de la Fondation hellénique de la recherche scientifique et l’École française d’Athènes (Projet Quinquennal, 2017-2021).

Recherche historique : études et applications numériques » (MIS 5002357) est mis en œuvre dans le cadre de «l’Action pour le développement stratégique du secteur de la recherche et de la technologie», financé par le programme opérationnel « Compétitivité, entrepreneuriat et innovation»(NSRF 2014-2020)et cofinancé par la Grèce et l’Union européenne (Fonds européen de développement régional).

Programme / Πρόγραμμα / Programme

Résumés / Περιλήψεις / Abstracts

Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar / Webinar registration link

 

IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes)

D. Triantaphyllou et M. Aydın (K. Has Üniversitesi) « Quo Vadis Turkey and Greece/Cyprus Relations? Impacts on Turkey’s Foreign Policy « , IFEA 11 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/691871795073586

N. Sigalas (CETOBAC) « How millet became the nation. A conceptual history of the word millet in the Longue durée of Ottoman History », IFEA, 9 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/730500267557717

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Christophe Poupault, ​ Dans la Grèce de Metaxas (1936-1941),​ Observateurs et voyageurs français face à un régime autoritaire, Aux éditions du Bourg, 2019 (324 P. 29€)

 

Le 4 août 1936, le destin de la Grèce bascule avec l’instauration d’une dictature dirigée par le général Metaxas. Anticommuniste virulent, le chef du gouvernement grec a le plein accord du roi Georges II. Jusqu’à sa mort, en janvier 1941, il va consolider un régime qui n’échappe évidemment pas à l’attraction des fascismes, dans le contexte des tensions internationales qui mènent l’Europe à la guerre. Pendant toute cette période, la pratique culturelle du voyage en Grèce se poursuit et même s’amplifie, grâce notamment aux croisières organisées (comme celles de l’Association Guillaume Budé), à l’enthousiasme suscité par les découvertes archéologiques, et à la politique touristique audacieuse que conduit le régime grec, soucieux d’attirer des devises et de développer auprès des étrangers une propagande adaptée. En s’appuyant sur les observations et les interprétations des visiteurs français, à partir d’une vaste documentation, cet ouvrage illustre l’intérêt qu’offre l’étude transnationale du politique pour la connaissance des régimes autoritaires de l’entre-deux-guerres et apporte un éclairage neuf sur la dictature de Metaxas.

Continuer la lecture de Christophe Poupault, ​ Dans la Grèce de Metaxas (1936-1941),​ Observateurs et voyageurs français face à un régime autoritaire, Aux éditions du Bourg, 2019 (324 P. 29€)