Archives par mot-clé : France

L’expérience française des Balkans (1989-1999)

Le Centre de recherche Europes Eurasie (INALCO) est heureux de vous convier à la discussion autour du livre d’Anne Madelain, L’expérience française des Balkans (1989-1999), Presses universitaires François Rabelais, 2019
Lundi 9 décembre 2019 à 18h30, salle 5.18 , INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 PARIS 
avec
Marie-Elizabeth Ducreux, directrice de recherche au CNRS
Christophe Prochasson, président de l’EHESS, préfacier du livre
Daniel Baric, maitre de conférences à Sorbonne université et co-directeur de la collection Civilisations étrangères aux PUFR
Anne Madelain, maitresse de conférences à l’INALCO
Discussion animée par Etienne Boisserie, co-directeur du CREE
La séance sera suivi d’un pot convivial

Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Préface 

Avant-propos

I. Cadre conceptuel et état de la recherche I. 1. Empires, nations, corps intermédiaires et zones d’influence I. 2. L’interdépendance entre centre et périphérie dans les relations internationales à l’époque moderne : une spécificité française par rapport à l’Orient I. 3. Un regard sur l’historiographie de la matière et sur les sources disponibles (pour le xviiie siècle, jusqu’à la Révolution française) 

II. L’expansion russo-autrichienne vers les principautés de Moldavie et de Valachie dans la première moitié du xviiie siècle : l’émergence de la géopolitique de la périphérie danubienne II. 1. La campagne de Pierre le Grand en Moldavie et en Valachie et ses conséquences II. 2. Dans le sillage des Impériaux : la Russie et ses victoires annulées II. 3. Annexion ou organisation des diversions contre les Ottomans : quelle place pour les principautés de Moldavie et de Valachie dans la stratégie des Impériaux ? II. 4. Le Drang nach Südosten et l’occupation de l’Olténie (1718-1739) 

III. La France et les périphéries orientales du système international dans la première moitié du xviiie siècle III. 1. La tactique de revers et l’accentuation des rivalités impériales sur la ligne du Danube. Le traité de Prut (1711) III. 2. La nouvelle intervention diplomatique française dans la région intermédiaire. La succession de Pologne et le traité de Belgrade (1739) III. 3. Le facteur prussien et les alliances de revers : un test en Europe orientale avant la guerre de Sept Ans Continuer la lecture de Gabriel LEANCA, À L’ÈRE DES EMPIRES ET DES NATIONS : LA FRANCE ET LES PRINCIPAUTES DE MOLDAVIE ET DE VALACHIE (1711-1859), The isis press, 2019, (260 p., 30€)

Anne Madelain, L’expérience française de Balkans (1989-1999), Presses universitaires François-Rabelais, 2019 (360P., 23€)

À partir de 1991, la Yougoslavie socialiste se désintègre dans une violence inouïe. Peu avant, le monde avait découvert la situation sanitaire désastreuse de la Roumanie post-communiste. Alors que la construction européenne est perçue comme un horizon indépassable, les Balkans réapparaissent sur la carte mentale des Européens comme un problème plutôt qu’une réalité géographique.

Face à ces crises médiatisées que les interventions étrangères semblent aggraver et que les intellectuels sont impuissants à expliquer, l’incompréhension et le désarroi ont été fréquents. En France, des mobilisations citoyennes ont succédé aux débats passionnés avec l’ambition d’imaginer la solidarité de demain. Novateurs dans leurs formes et leur ampleur, ces moments militants ont pourtant été sans lendemain.

Ce sont les données de cette expérience française que ce livre explore : celles propres à la période contemporaine qui commence au sortir de la confrontation des blocs  -traitement humanitaire des crises, désengagement partisan et idéologie européenne-, mais aussi les savoirs façonnés par une histoire longue des relations franco-balkaniques, faite d’universalisme républicain et de filtres militants, de méconnaissance séculaire de ‘l’autre Europe’  mais aussi de fascination pour ses cultures populaires.

Il s’agit d’écrire une histoire connectée de la décennie 1990, marquée autant en France que dans les Balkans par l’effacement du communisme comme réalité politique et référence, la reformulation des discours sur la nation, l’ethnicité et l’engagement politique.

Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom

Issu d’un long et minutieux travail de terrain (2006-2013) auprès de familles roms originaires de Roumanie et installées à Montreuil, en région parisienne, ce livre décrit la vie quotidienne et les parcours de personnes vivant dans deux pays à la fois. Pour elles, la migration s’est imposée comme le meilleur moyen de concrétiser des aspirations individuelles et familiales. Il faut alors vivre ensemble malgré la distance, s’approprier deux espaces de vie, concevoir et construire peu à peu sa maison en deux endroits. Ces maisonnées roms, devenues transnationales, ont développé ce que l’auteure a appelé un double ancrage.

Dans un contexte national de forte polarisation autour de politiques publiques répressives ou inclusives, cette recherche prend à rebours les approches attendues, privilégiant les échelles individuelles et familiales pour donner à voir un processus migratoire de première génération en train de s’inventer. Examinant par le menu les usages et détournements symboliques des biens matériels, tant au cours des migrations en France qu’au retour en Roumanie, l’auteure observe que les acteurs sociaux sont pris dans une économie de prestige, dans laquelle les dons en direction de ceux restés au pays prennent une place prépondérante.

Dans leur recherche du prestige individuel et familial à travers les signes d’une réussite matérielle, la maison, reprise ou construite en Roumanie, fait office d’emblème. Cette maison, observe finement Norah Benarrosh, semble devoir vivre dans un état de perpétuel inachèvement, afin de signifier que le projet de vie de ses propriétaires est toujours en devenir.

Continuer la lecture de Norah Benarrosh-Orsoni, La maison double. Lieux, routes et objets d’une migration rom, le comptoir des presses d’universités, 2019 (256 pp., 24€)

Ségolène DÉBARRE & Gaye PETEK, Histoire des Turcs en France, Éditions du Détour, 2019 (224p., 18,5€)

La première histoire des Turcs en France. Une histoire méconnue, perçue à tort comme récente, et d’une grande diversité.

Si l’actualité politique récente de la Turquie a donné une certaine visibilité aux « Turcs de France », leur histoire migratoire longue de plus d’un demi-siècle reste, en général, assez méconnue. Enfants, petits-enfants des « travailleurs invités » des Trente Glorieuses, réfugiés politiques ou familles bénéficiaires du regroupement familial, ils sont aujourd’hui près de 600 000 en France.

Moins nombreux et moins visibles qu’en Allemagne, certains sont encore étrangers résidents quand d’autres sont binationaux. Les trajectoires de ces hommes et de ces femmes venus de Turquie et issus de religions, de sensibilités politiques et parfois de langues différentes, sont diverses.
Ségolène Débarre et Gaye Petek fournissent ici un panorama à destination de tout lecteur curieux de mieux connaître les Turcs ou de s’approprier une histoire, peut-être celle de ses origines.

Ségolène Débarre est géographe spécialiste de la Turquie contemporaine, enseignante-chercheure à l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire Géographie-Cités (UMR 8504).

Gaye Petek a travaillé dans le cadre du Service social d’aide aux émigrants (SSAÉ), auprès des immigrés turcs dès leur arrivée en nombre en France puis au Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR), avant de fonder l’association Elele-Migrations et cultures de Turquie, structure tremplin d’insertion, qu’elle a dirigé jusqu’à sa fermeture en 2010.

Construction et évolution des savoirs savants français sur l’Europe médiane au XXe siècle / Construction and Evolution of French Scientific Knowledge of Central Europe in the 20th Century

30 novembre-1er décembre 2017

Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris VIe

Pour plus d’information, voir le site de l’IES.

Dans le cadre du programme « Construction des savoirs sur l’Europe médiane » (UMR SIRICE/Labex EHNE), l’approche géographique par aire régionale ou nationale a d’abord été privilégiée. Puis, dans une optique prosopographique, nous avons abordé des catégories comme celles des militaires, des diplomates et des exilés. Continuer la lecture de Construction et évolution des savoirs savants français sur l’Europe médiane au XXe siècle / Construction and Evolution of French Scientific Knowledge of Central Europe in the 20th Century