Archives par mot-clé : fait associatif

L’Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche

Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS ( CETOBaC ), Fabio Giomi, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC )

Les 4e jeudi du mois de 15 h à 19 h à l’EHESS salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 28 novembre 2019 au 28 mai 2020

Le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participants qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

pour plus d’informations : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/2126/

Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

de 17h à 19h à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 5

Renseignements :clayer@ehess.fr

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans l’Europe du Sud-Est de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents, on se concentrera en particulier sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées dans la région au moins à partir du XIXesiècle, et qui ont amplement contribué à en bâtir l’espace public. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les associations seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Cette année, nous voulons nous concentrer sur l’articulation entre fait associatif et fait religieux. Plus précisément, nous voulons analyser les usages que les acteurs religieux – catholiques, orthodoxes, juifs, musulmans en particulier – on fait des associations dans un moment de profonde transformation. Travailler sur cette articulation nous permettra de cerner certaines transformations de la relation entre acteurs religieux et espace public. Les séances, de deux heures, seront bâties autour de présentations d’études de cas. Une partie des séances seront plus particulièrement consacrées à la présentation et commentaire d’ouvrages récents concernant l’histoire du fait associatif et des mouvements sociaux dans la région. 

Programme du séminaire:

11 mars 2019 : Fabio GIOMI (CNRS, CETOBAC)

Au-delà de la nation. Anatomie des réseaux associatifs catholiques dans la première Yougoslavie   

Quand il s’agit des historiographies sur la première Yougoslavie (1918-1941), la question religieuse est généralement considérée comme une simple rubrique de l’omniprésente question nationale. Les rares études sur la culture associative catholique, bâties à partir de sources yougoslaves, ne font guère exception : ainsi, les puissants réseaux associatifs tels que Orlovi(Aigles) et Križari(Croisés) sont essentiellement interprétés comme une réactionaux politiques de l’élite gouvernementale et a son dessin supposé de « serbiser » la société yougoslave, et en particulier la jeunesse. Le domaine associatif ne serait donc qu’une arène parmi d’autres où observer le conflit inévitable entre élites serbes et croates, qui saperait tout projet d’unité yougoslave et qui, à la fin du XXe siècle, serait la cause de son échec. A travers une analyse croisée des sources des Archives Secrètes du Vatican et de celles de l’Archive de Yougoslavie, il s’agira de restituer une autre histoire des réseaux associatifs catholiques, une histoire qui tienne compte d’une multiplicité de clivages : entre clergé et laïques, hommes et femmes, générations, classes sociales, comme entre porteurs de différents projets politiques et nationaux. L’objectif est ainsi de cerner les spécificités d’une culture associative catholique en Yougoslavie, entre les contextes locaux et les transformations en cours à l’échelle européenne. Continuer la lecture de Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

European review of history (vol. 26, 2019) – Voluntary Associations in Yugoslavia (1918 – 1941)

Voluntary Associations in Yugoslavia (1918-1941), ERH Special Issue, Vol. 26, 2019 

– Fabio Giomi, Stefano Petrungaro, Voluntary Associations, State, and Gender in Interwar Yugoslavia. An Introduction

– Ana Kladnik, A Smoldering Fire: The National, Political and Gender Adaptations of Volunteer Firefighters in Interwar Yugoslavia

– Fabio Giomi, Muslim, Educated and Well Dressed. Gajret’s Self-Civilising Mission in Interwar Yugoslavia

– Peter Troch, Interwar Yugoslav State-Building and the Changing Social Position of the Sokol Gymnastics Movement

– Bojan Mitrović, “Believe me, we know only one reality, and it is the strength of our Youth”: The Federation of Jewish Youth Associations of the Kingdom of Serbs, Croats and Slovenes (SŽOU-KSHS) and its Role in the Formation of the Yugoslav Jewry

– Bernd Robionek, Contested cooperation: the ethnic-German welfare cooperatives in the Vojvodina (1930s)

– Igor Tchoukarine, To Serve the King, the State, and the People: The Adriatic Guard’s Ambiguous Position in Interwar Yugoslavia

– Stefano Petrungaro, Soup Kitchens and Yugoslav Poor Relief between the Two World Wars