Archives par mot-clé : Europe Orientale

Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

Date de soumission : 20 février 2020

(English below)

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « démographie et familles orthodoxes ». Le dossier est coordonné par Fabrice Boudjaaba (CNRS), Evguenia Bournova (Athènes), Constanta Vintila-Ghitulescu (Bucarest) et Olga Katsiardi (Athènes). La date limite pour la soumission des propositions d’articles est fixée au 20 février 2020. Les articles sélectionnés devront être remis pour le 1er décembre 2020 et seront publiés dans le numéro 2021-2.

Démographie et familles orthodoxes

L’histoire de la famille et la démographie historique connaissent depuis quelques années un fort renouvellement de leurs problématiques et de leurs méthodes. Délaissant la voie classique des analyses des formes de co-résidence ou celles des principaux indicateurs démographiques (fécondité, mortalité etc.), cette discipline s’intéresse de plus en plus à des aspects tels que l’analyse des parcours de vie, les liens familiaux au-delà du cadre de la corésidence, la force des liens spirituels, le poids de la religion dans les comportements familiaux et/ou démographiques. Pour autant, cette nouvelle histoire de la famille reste une histoire encore largement centrée sur l’Europe de l’Ouest (ADH 2015-1).

Continuer la lecture de Appel à articles, Annales de Démographie Historique – “Familles orthodoxes”

L’Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche

Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS ( CETOBaC ), Fabio Giomi, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC )

Les 4e jeudi du mois de 15 h à 19 h à l’EHESS salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 28 novembre 2019 au 28 mai 2020

Le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participants qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

pour plus d’informations : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/2126/

Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

 
En retraçant sur le temps long, du xixe au xxie siècle, l’histoire des populismes en Europe centrale et orientale, Roman Krakovsky éclaire d’une façon inédite les violences et politiques à l’œuvre aujourd’hui dans cette partie de l’Europe, foyer de dérives qui menacent de s’étendre au reste du continent.
 
En 1989, la chute du communisme est saluée comme une victoire de la démocratie sur l’autoritarisme. Trente ans plus tard, c’est dans cette partie du continent qu’agissent les plus virulents mouvements du populisme européen.

Comment comprendre un tel paradoxe  ? Une manière d’y répondre est de replonger dans l’histoire. Cette perspective de longue durée est d’autant plus nécessaire que le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Au xixe siècle, les narodniki russes promettent de sortir la paysannerie de son «  arriération  » et de la doter d’un droit de cité. Par la suite, les mouvements agraires semblent apporter des réponses au sous-développement et à la difficile construction, dans cet espace, de communautés politiques fortes, et les régimes communistes mobilisent certaines stratégies populistes. Aujourd’hui, les démocraties illibérales remettent en question le mode d’organisation de nos sociétés, issu des Lumières.

En redonnant leur épaisseur historique aux dérives populistes à l’œuvre en Europe centrale et orientale en ce début de xxie  siècle, Roman Krakovsky rappelle combien leur récente poussée peut servir d’avertissement pour le reste du continent.

Roman Krakovsky est historien, maître de conférences à l’université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014) et L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017).

Continuer la lecture de Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

TEPSIS Workshop 

Friday 16 November 2018, 14h-19h

Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales 

105 Boulevard Raspail, room 13 

Coordinators : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC) 

ENG: As classic topics of modern history, collective disobedience/revolt movements have traditionally been studied from an economic or/and sociological perspective. These last years have brought an important methodological renewal, which gives large room to anthropological reflection and to comparatist approaches, by emphasizing some “new” aspects: the imaginary and the staging of the rebellions/uprisings, the plurality of the speeches and memories, the transfers of experience, etc. However, this renewal had little impact on studies devoted to Eastern Europe and the Balkans, which continue to deal with these topics in a socio-economic key or to regard them as a direct antecedent of the movements of national liberation in the nineteenth century. 

Our workshop proposes a critical review of studies dedicated to these issues at European and extra-European level with the aim of building methodological tools that could be applied to the Eastern Europe and the Balkans. One of the contributions of this approach is to include these areas in the overall reflection on collective disobedience in the modern era, which will eventually lead to drawing up a connected history of these phenomena at various scales. 

Our investigation begins in the first decades of the sixteenth century with the consolidation of the northern border of the Ottoman Empire and continues until the end of the Napoleonic period, marked by the formation of the Holy Alliance in 1815 and the establishment of a new balance of power in this part of Europe. We pay particular attention to border areas, where belonging to one political entity or another has repeatedly raised serious problems, both within the States concerned and between competing neighbors. This look from the margins towards the center will allow us to consider under a new angle the mechanisms of governance and the process of modern states building in this region. 

Continuer la lecture de Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»

Date: Vendredi 18 mai de 9h à 16h 

Adresse: Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris

Programme

9h00-10h15 Panel 1. La construction des identités collectives et individuelles

Discutants : Marie-Elisabeth Ducreux et Antoine Marès

  • Ekaterina Vinogradova (Université Grenoble-Alpes): Imaginaire national en (re)construction. L’art post-soviétique à la Biennale de Venise.
  • Marlena Wilczak (Paris IV / Varsovie) : Les archives personnelles d’Olga Boznańska (1865-1940) : analyse du processus de création.

10h15-10h30 Pause

10h30-12h45 Panel 2. Les relations internationales 

Discutants : Etienne Boisserie et Justine Faure

  • Mathieu Gotteland (Paris I) : La Présence impériale austro-hongroise en Chine de la guerre des Boxers à la Première Guerre mondiale.
  • Julia Nietsch (EHESS) : Les associations kosovares dans les années 1990 et 2000 dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales.
  • Florence Vychytil (EHESS/CEFRES) : Construire la diaspora : circulations franco- américaines au sein de l’émigration polonaise pendant la Guerre froide.
  • Jana Kasikova (univ. Charles à Prague) : La problématique des personnes déplacées après la Seconde Guerre mondiale du point de vue tchécoslovaque.

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»