Archives par mot-clé : Europe du sud-est

L’influence russe en Europe centrale et du sud-est : passé, présences

Vendredi 26 janvier 2024, 12H00-15H30

Workshop en ligne coordonné par Nadège Ragaru, Sciences Po (CERI-CNRS) pour le GDR CNRS Connaissance de l’Europe médiane

Adresse Zoom : https://sciencespo.zoom.us/j/3846330346?omń99521166468

ID de réunion : 3846330346 ; Meeting host: nadege.ragaru@sciencespo.fr

Présidente : Clara Royer, professeure à Sorbonne Université, co-directrice du GDR CNRS Connaissance de l’Europe médiane

Juraj Marušiak, Associate Professor, Institute of Political Science, Slovak Academy of Sciences : Russia and Slovakia – between foreign and domestic policy

Florent Parmentier, Secrétaire général du CEVIPOF et chercheur associé à HEC : Russie – Moldavie : la tentation du découplage

Nadège Ragaru, directrice de recherche à Sciences Po (CERI) : La Bulgarie et la Russie : contre, tout contre

Jean-Arnault Dérens, Historien et journaliste, co-rédacteur en chef du Courrier des Balkans: L’onde de choc de la guerre en Ukraine dans les Balkans

Discutants : Valentin Behr (chargé de recherche au CNRS, CESSP, Paris 1 et EHESS) et Jana Vargovčíková (maîtresse de conférence à l’Inalco, CREE)

The Left in Southeast Europe: Identities and Discourses

Call for Papers for a conference to be held on 4th and 5th April 2024, University of Tirana

Deadline: 15/01/2024 (please see  here and below for contact details)

Right after the democratic transition, scholars have pointed at the great diversity of communist successor parties’ identities and discourses. Some of them, in fact, were able to successfully turn into social democratic parties, rejecting the wrongdoings of the previous regime. Others transmuted towards nationalism, revisiting recent history through a patriotic lens. Finally, some groupings resisted the change and kept their Communist banner, assessing the capitalist and democratic transition negatively.

The memory of the past was indeed not the only sphere of divergence between the fellow parties since they came to vary in economic and socio-cultural issues too. The present call wants to explore communist successor parties’ identities and discourses thirty years after the transition. It both welcomes papers enquiring on the causal roots of communist successors’ identity and on left-wing discursive practices.

Continuer la lecture de The Left in Southeast Europe: Identities and Discourses

Séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures)

Le Centre de recherches Europes-Eurasie, CREE (Inalco) a le plaisir de vous convier au séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures) pour l’année 2023-2024, sur la thématique: “Quels modèles pour l’histoire littéraire dans les espaces euro-asiatiques?”

Proposé, à partir du 15 novembre 2023, par

Catherine Géry (CREE, Inalco)
Marie Vrinat-Nikolov (CREE, Inalco)

Lieu: Inalco (13e)

Informations pratiques ici.

DESCRIPTION DU SEMINAIRE

Ce nouveau programme du séminaire PeTaLes, prévu sur 3 ans, fait dialoguer des littératures de l’aire culturelle euro-asiatique qui échappent habituellement à la perspective comparatiste sur la question de l’historiographie littéraire. Les objectifs sont la confrontation critique des modèles historiographiques passés et présents avec ces littératures, une réflexion sur les conditions épistémologiques, institutionnelles et normatives qui ont présidé à l’élaboration des modèles, le développement d’approches transnationales/transrégionales réalisables à un niveau pratique.

2023-2024 : L’historiographie littéraire entre littérature nationale et littérature mondiale

Continuer la lecture de Séminaire doctoral PeTaLes (Penser et Traduire autrement les Littératures)

I. Davion, S. Jeannesson (éd.): Les traités de paix (1918-1923)

 

Isabelle Davion, Stanislas Jeannesson, Renaud Dorlhiac et Sorbonne Université Presses ont le plaisir de vous inviter à l’échange qui aura lieu autour du livre Les traités de paix (1918-1923), la paix les uns contre les autres.

Cet événement se tiendra dans l’amphithéâtre Georges Molinié de la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris) le mercredi 15 novembre 18 h 15.

Cet échange sera suivi par un temps de rencontre à la librairie de Sorbonne Université Presses. Détails et contact ici.

Expériences de l’espace, espaces de l’expérience dans les sociétés (post-)ottomanes

Séminaire proposé, à partir du 14 novembre, par

Nathalie Clayer [référent·e] directrice d’études, EHESS – directrice de recherche, CNRS / Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
Andreas Guidi maître de conférences, INaLCO

EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers, Salle A602
séminaire annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 10:30-12:30
du 14 novembre 2023 au 28 mai 2024

Lien: https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/354

Dans ce séminaire, en partant de la présentation et de la discussion de recherches en cours sur l’espace ottoman et post-ottoman, on s’interrogera, à partir de différents types d’objets (trajectoires individuelles et collectives, lieux d’activités et de production), sur les pratiques et visions spatiales, mais aussi sur les évolutions des espaces sociaux et des paysages, ainsi que sur les temporalités de ces évolutions. Une place sera faite à la présentation de travaux de masters et de thèses en cours.

Programme:

Continuer la lecture de Expériences de l’espace, espaces de l’expérience dans les sociétés (post-)ottomanes

2e rencontre- Arméniens et Juifs : la rupture traumatique des génocides

02-03/11/2023,
Salle du Musée des moulages / Conference room – École française d’Athènes, Didotou 6

Arméniens et Juifs : la rupture traumatique des génocides

Deuxième rencontre du programme Arméniens et Juifs dans les métropoles du Sud-Est européen
sous la responsabilité d’Odette Varon-Vassard et Hervé Georgelin

Voir programme ici

Suivre en ligne Journée 1 | Journée 2
Tous les détails ici https://u.efa.gr/cx

La deuxième rencontre du programme de recherche « Arméniens et Juifs dans les métropoles du sud-est européen » est consacrée aux destructions génocidaires qui ont affecté les deux populations selon des chronologies et des processus différents, dans des lieux différents, mais d’une manière qui affecte leur histoire de façon indélébile jusqu’aujourd’hui dans le sud-est européen et bien au-delà.
En particulier, le grand centre arménien ottoman, Constantinople-Istanbul-Պոլիս [Bolis], a été réduit à peau de chagrin démographique, doté encore d’institutions importantes aux noms impressionnants mais dépourvu désormais d’arrière-pays, celui des Arméniens ottomans, rayé de la carte par le Comité Union et Progrès en 1915 et dans les années qui suivirent, lors du Grand Crime / Մեծ Եղեռն [Medz Yeghern] ou de la Catastrophe / Աղէտ [Aghèd], comme les survivants appellèrent ces massacres systématiques.
En regard, dans La Jérusalem des Balkans, Thessalonique-Selânik, la communauté juive n’est plus, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, que l’ombre d’elle-même, « la ville des fantômes » selon l’expression consacrée par Mark Mazower. La communauté salonicienne a connu pendant la Shoah un des taux de mortalité les plus élevés de toute l’Europe occupée par l’Allemagne nazie et ses alliés. La démographie des Juifs des pays voisins occupés connaît un même effondrement. La perception de soi des deux peuples a été marquée à jamais par la violence de ces destructions de masse.

Protection sociale, action publique, action privée. Perspectives centre- et sud-est européennes, XIXe-XXe siècles

Bâtiment EHESS-Condorcet
EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
Salle A602
annuel / bimensuel (1re/3e/5e), mardi 14:30-16:30
du 17 octobre 2023 au 19 mars 2024
Nombre de séances : 12

lien: https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/405

  • Fabio Giomi [référent·e]    chargé de recherche, CNRS / Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)
  • Morgane Labbé    directrice d’études, EHESS / Centre de recherches historiques (CRH)

L’histoire de la protection sociale dans les pays d’Europe orientale, centrale et du sud-est reste un thème peu étudié. Les modèles et typologies établis à partir de l’histoire de l’État providence en France, en Angleterre ou en Allemagne ne permettent pas de rendre compte de la diversité des formes d’organisation de la protection qui ont été développées à partir du XIXe siècle dans ces espaces orientaux.

Ce séminaire propose une autre perspective qui vise à opérer un triple décentrement. En premier lieu, suivant des recherches qui conçoivent ce champ sous l’angle d’une « économie mixte », la protection sociale est appréhendée comme le résultat d’échanges constants et dynamiques entre acteurs publics (administrations d’État, municipalités, etc.) et privés (associations volontaires et caritatives, philanthropies, institutions confessionnelles, syndicats, entreprises etc.). En deuxième lieu, séparant la genèse des systèmes de protection sociale de l’avènement des États nationaux, ce séminaire remonte aux périodes impériales pour suivre le devenir des premières formes d’assurance et d’assistance dans les États successeurs. En troisième lieu, il questionne la relation entre protection sociale et démocratisation, et prend en compte les spécificités de la protection sociale sous des régimes illibéraux, tant les régimes autoritaires de l’entre-deux-guerres que ceux communistes de l’après-guerre.

À partir d’études empiriques sur les empires continentaux européens (Autriche, Russie, Empire Ottoman) et des États-nations successeurs établis dans ces espaces, le séminaire s’intéresse à la pluralité des modes d’assistance (formes traditionnelles de la charité, philanthropie sociale, fondations), aux modes communautaires de la protection dans ces sociétés plurinationales et pluri-confessionnelles, aux connexions avec la « nébuleuse réformatrice » européenne et transatlantique, et aux spécificités des savoirs de la protection qui se constituent dans cette dynamique entre acteurs privés et publics. .

En décentrant l’histoire de la protection sociale sur les périphéries européennes et impériales, l’ambition de ce séminaire vise ainsi à construire un cadre conceptuel et des catégories de référence pour une approche comparée et transnationale de la protection sociale ouverte aux mondes non européens.

Cette année le séminaire portera plus particulièrement sur trois thèmes d’une période s’étendant de la fin du XIXe siècle à la fin de la Seconde Guerre mondiale : les organisations humanitaires, les rapports entre  protection sociale et régime autoritaire, la protection sociale au prisme du genre. 

(Programme provisoire)

17 octobre 2023 : Présentation et introduction  : Penser l’histoire de la protection sociale en dehors des modèles du Welfare State 

31 octobre 2023 : La notion de « crise humanitaire » : guerre et crise alimentaire sur l’exemple de la Première Guerre mondiale (préparation à l’intervention de Tomas Balkelis)

7 novembre 2023 : La protection sociale au prisme du genre

21 novembre 2023 : Tomas Balkelis (professeur invité, Institut d’histoire, Vilnius), « Humanitarian Crisis and Relief Politics in German Occupied Vilnius, 1916-1917 »

5 décembre 2023 : Les organisations humanitaires, acteurs de la protection sociale ?

19 décembre 2023 : Les interventions humanitaires à l’échelle locale des associations

16 janvier 2024 : Les campagnes humanitaires et la mise en scène de la philanthropie : l’approche par les cultures visuelles

30 janvier 2024 : Protection sociale et régimes autoritaires :  Introduction à une historiographie longtemps marginale

6 février 2024 : Fascismes, protection sociale et associations volontaires

28 février 2024 (séance exceptionnelle, salle 1.023, 1er étage, bâtiment Recherche Sud, de 9h à 13h) : table ronde « Protection sociale, politique humanitaire et réfugiés », avec Pamela Ballinger (historienne, professeure invitée à l’EHESS), en collaboration avec l’Institut Convergences Migrations (ICM)

5 mars 2024 :  Séance conclusive (exposés des étudiant·e·s)

Rappel : Les Chantiers de l’AFEBalk. Expériences, réseaux, pratiques d’écriture

Les Chantiers de l’AFEBalk. Expériences, réseaux, pratiques d’écriture

Première édition

Jeudi 12 octobre et vendredi 13 octobre 2023

Collège de France – Amphithéâtre Maurice Halbwachs
11 place Marcellin Berthelot – 75005 Paris

En libre accès, dans la limite des places disponibles et à distance (pour le lien, contacter fabio.giomi@gmail.com )

Structurés en tables rondes ouvertes et interactives, ces premiers Chantiers de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) visent à scruter la dimension collective de la recherche en sciences humaines et sociales sur les sociétés de l’Europe du Sud-Est. Il s’agit de faire connaître et de discuter le travail en cours de différents réseaux de recherche, les questions méthodologiques, épistémologiques et organisationnelles auxquelles ils doivent faire face, ainsi que les pratiques d’écriture et les publications (ouvrages collectifs, numéros de revues) qui en découlent.

Programme

Jeudi 12 octobre

17.00-18.30 : Table ronde d’ouverture, avec Nathalie Clayer (CNRS-EHESS, CETOBaC) et  Maria Todorova (University of Illinois, Urbana–Champaign)

Discussion autour des ouvrages Scaling the Balkans. Essays on Eastern European Entanglements (Brill, 2018) et Une histoire en travelling de l’Albanie (1920-1939). Avec, au-delà et en deça de l’Etat (Khartala, 2022), animée par Andreas Guidi (CREE, INALCO)

***La table ronde sera suivie d’un cocktail***

Vendredi 13 octobre

10.30-12.00 :  Réseaux

Table ronde avec Galia Valtchinova (LISST, Université de Toulouse), Vincent Thérouin (Eur’Orbem, Sorbonne Université) et Catherine Horel (CNRS, CETOBaC), animée par Elif Becan (Université Paris Nanterre)

Déjeuner

14.00-15.30 : Expériences

Table ronde avec Xavier Bougarel (CNRS, CETOBaC), Olivier Givre (EVS, Université Lumière Lyon 2), Mélisande Leventopoulos (ESTCA, Université Paris 8),  animée par Daniel Baric (Eur’Orbem, Sorbonne Université) 

16.00-17.30 : Pratiques d’écriture

Table ronde avec Gilles de Rapper (CNRS, EfA) et Pierre Sintès (TELEMME, Aix-Marseille Université), Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC), Milana Cergic (Johann Gutenberg-Universität Mainz) et Andrea Gritti (EHESS, CETOBaC), animée par Anne Madelain (CREE, INALCO)

Avec le soutien du Collège de France, du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC – CNRS, EHESS, Collège de France), du Centre de Recherche Europes-Eurasie (CREE, Inalco), Europe orientale, balkanique et médiane (Eur’orbem, Sorbonne Université)