Archives par mot-clé : Europe Centrale

L’Europe centrale dans la mondialisation : grands thèmes, sources et débats historiographiques (XVIe – milieu du XXe siècle)

Séminaire organisé  par Jawad DAHEUR (CNRS-CERCEC)

19 novembre 2019 – 16 juin 2020

3ème mardi du mois, 10h – 13h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Tous les étudiants y sont les bienvenus à partir du Master.

Abordant l’histoire de l’Europe centrale sous l’angle du commerce à longue distance, ce séminaire propose une réflexion sur la place de cet espace au sein de l’économie mondiale depuis les débuts de la mondialisation économique au XVIe siècle. Considérée dans le temps long, l’histoire économique de l’Europe centrale est marquée par une question majeure : celle de son positionnement au sein d’une économie-monde dominée par l’Europe de l’ouest, devenue le berceau du capitalisme. Les relations commerciales de l’espace couvrant, au début de la période, les territoires de la monarchie Habsbourg et de la Pologne-Lituanie, ont fait l’objet de nombreux travaux et débats historiographiques souvent peu connus en France. Les séances, organisées selon un ordre chronologique, se déroulent sur la base de la lecture d’articles (en anglais) mis à la disposition des étudiants. Une réflexion sur les grands corpus de sources primaires existants, incluant de la documentation dans diverses langues occidentales, est également prévue. Ponctuellement, des chercheurs français et étrangers seront invités à présenter leurs travaux sur le sujet.

Continuer la lecture de L’Europe centrale dans la mondialisation : grands thèmes, sources et débats historiographiques (XVIe – milieu du XXe siècle)

Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

 
En retraçant sur le temps long, du xixe au xxie siècle, l’histoire des populismes en Europe centrale et orientale, Roman Krakovsky éclaire d’une façon inédite les violences et politiques à l’œuvre aujourd’hui dans cette partie de l’Europe, foyer de dérives qui menacent de s’étendre au reste du continent.
 
En 1989, la chute du communisme est saluée comme une victoire de la démocratie sur l’autoritarisme. Trente ans plus tard, c’est dans cette partie du continent qu’agissent les plus virulents mouvements du populisme européen.

Comment comprendre un tel paradoxe  ? Une manière d’y répondre est de replonger dans l’histoire. Cette perspective de longue durée est d’autant plus nécessaire que le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Au xixe siècle, les narodniki russes promettent de sortir la paysannerie de son «  arriération  » et de la doter d’un droit de cité. Par la suite, les mouvements agraires semblent apporter des réponses au sous-développement et à la difficile construction, dans cet espace, de communautés politiques fortes, et les régimes communistes mobilisent certaines stratégies populistes. Aujourd’hui, les démocraties illibérales remettent en question le mode d’organisation de nos sociétés, issu des Lumières.

En redonnant leur épaisseur historique aux dérives populistes à l’œuvre en Europe centrale et orientale en ce début de xxie  siècle, Roman Krakovsky rappelle combien leur récente poussée peut servir d’avertissement pour le reste du continent.

Roman Krakovsky est historien, maître de conférences à l’université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014) et L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017).

Continuer la lecture de Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

Passarowitz 1718. Interets des puissances et mouvements nationaux en Europe centrale

Jeudi 27 et vendredi 28 septembre 2018

Palais de l’Académie hongroise des sciences
Széchenyi István tér 9. 
Budapest, Hungary (1051)

Colloque international co-organisé par l’Institut français de Budapest, l’Académie hongroise des sciences, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’université Bordeaux Montaigne, et l’Agence universitaire de la Francophonie.

Contact : Ferenc Tóth
toth.ferenc@btk.mta.hu 

Nous célébrons en 2018 le 300e anniversaire de la paix de Passarowitz qui termina les guerres de l’Empire des Habsbourg et de la République de Venise contre l’Empire ottoman. Ce traité de paix signé le 21 juin 1718 entre les deux Empires et la République Sérénissime modifie considérablement la carte de l’Europe centrale. L’empereur Charles VI est le grand bénéficiaire du traité de paix. Déjà en possession de l’actuel territoire de la Belgique (les Pays-Bas autrichiens) et des certaines régions en Italie, il étend son règne désormais sur la totalité de la Hongrie avec la reprise du banat de Temesvár et Belgrade ainsi que sur une partie de la Serbie, de la Bosnie et de la Valachie qui ouvrent de nouvelles directions d’expansion autrichienne dans les Balkans. De ce point de vue, il est intéressant d’examiner les détails de la fixation des frontières entre les deux Empires

Le prestige politique de l’Empire ottoman devient considérablement affaibli, bien qu’il conserve la Morée, tandis que sa situation militaire pose désormais des questions sur la nécessité des réformes. Les expériences néfastes de la guerre obligent le sultan et son grand vizir Damad Ibrahim pacha à éviter les conflits avec les puissances européennes et s’adapter aux règles de la diplomatie européenne. Il en résulte l’envoie des agents et ambassadeurs dans les grandes villes européennes et l’imitation des progrès et modes occidentaux. Cette période, appelée souvent l’époque des tulipes (lâle devri), est caractérisée par des réformes et échanges intenses entre l’Empire ottoman et les pays occidentaux et ouvre une nouvelle période dans l’histoire ottomane.

Le Royaume de Hongrie retrouve par le traité de Passarowitz ses anciennes frontières avant la conquête ottomane. C’est ici où on décide d’ailleurs de l’avenir des chefs de la guerre d’indépendance hongroise – le prince François II Rákóczi et ses collaborateurs – qui s’installent définitivement en Turquie, dans la petite ville de Rodosto. L’échec du mouvement d’indépendance ouvre une nouvelle ère dans les relations entre les ordres hongrois et leurs souverains. Cette politique de coopération entraînera la modernisation, la reconstruction et le repeuplement organisé par la cour de Vienne dans les territoires reconquis en Hongrie, notamment dans le Banat de Temesvár. Il en résulte des changements démographiques considérables dans la population de la Hongrie par l’immigration massive des Serbes, Roumains, Allemands etc. qui apportent leurs langues, cultures et religions faisant du Royaume de Hongrie un creuset très particulier à la veille de l’émergence des identités nationales modernes. Il est intéressant d’interroger les configurations politiques et sociales dans lesquelles ces conceptions nationales émergent, s’accordent et se heurtent.

L’étude du traité de paix de Passarowitz, composé d’ailleurs de trois traités dont deux politique et un commercial, ne peut se limiter aux changements politiques et géographique. Les aspects commerciaux de ce traité ont été souvent négligé ou oublié. Pourtant, les conséquences économiques du traité sont également importantes, car les Ottomans étendent le principe de la nation la plus favorisée, dont bénéficiait la France depuis longtemps grâce aux capitulations, aux ressortissants de la Monarchie de Habsbourg. A bien des égards, le traité peut être comparé au traité d’Utrecht, tous les deux successeurs du système juridique des traités de Westphalie du début du siècle précédent.

Prenant la suite des recherches récentes sur la genèse des méthodes et traditions de la construction des traités de paix à l’époque moderne, nous nous proposons à réfléchir sur les spécificités du traité de paix de Passarowitz à partir des cas de figure précis présenter par des spécialistes internationaux. Trois ordres d’interrogations nous paraissent ainsi émerger:

Le premier s’efforce de souligner les particularités de ce traité par rapports aux grandes tendances européennes (par. les traités d’Utrecht et de Rastatt) dans la conclusion des guerres mentionnées. Quelles sont traits caractéristiques de l’entrée en paix dans le contexte d’une guerre entre puissances chrétiennes et musulmanes ? Quels sont les progrès à Passarowitz par rapport aux autres paix entre Ottomans et les Habsbourg (Vasvár, Karlowitz) ? Quels sont les problèmes de la fixation des frontières ? Quels sont les principaux acteurs militaires et diplomatiques ?

Le second ensemble essaie de comprendre les conséquences du traité de Passarowitz sur les relations entre les grandes puissances européennes, surtout en Europe centrale. Dans quelle mesure la Monarchie des Habsbourg réussit-elle à profiter des agrandissements territoriaux ? Quels sont échec de leur intégration ? Quelle était la réaction des puissances occidentales et orientales ? Quel est l’impact économique du traité de commerce entre l’Empire ottoman et l’Empire des Habsbourg ? Quelles sont les institutions économiques qui sont créées et comment elles fonctionnent dans les deux empires ? Quel est les éléments du transfert culturel entre les deux civilisations ?

Le troisième axe du colloque essaie d’examiner les conséquences du traité au niveau local et sur le plan des différentes nationalités et groupes ethniques qui en subissent les effets. Quelles sont les dimensions des migrations naturelles et organisées après le traité de Passarowitz ? Quelles sont les principales sources (archives, mémoires, correspondances, récits de voyage, témoignages littéraires) ? Comment ces grands changements sont perçus dans les mémoires collectives des différentes nations (par. exemple : Hongrois, Serbes, Turcs etc.) ? Pourquoi le traité de Passarowitz a été oublié ?

Continuer la lecture de Passarowitz 1718. Interets des puissances et mouvements nationaux en Europe centrale

JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»

Date: Vendredi 18 mai de 9h à 16h 

Adresse: Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris

Programme

9h00-10h15 Panel 1. La construction des identités collectives et individuelles

Discutants : Marie-Elisabeth Ducreux et Antoine Marès

  • Ekaterina Vinogradova (Université Grenoble-Alpes): Imaginaire national en (re)construction. L’art post-soviétique à la Biennale de Venise.
  • Marlena Wilczak (Paris IV / Varsovie) : Les archives personnelles d’Olga Boznańska (1865-1940) : analyse du processus de création.

10h15-10h30 Pause

10h30-12h45 Panel 2. Les relations internationales 

Discutants : Etienne Boisserie et Justine Faure

  • Mathieu Gotteland (Paris I) : La Présence impériale austro-hongroise en Chine de la guerre des Boxers à la Première Guerre mondiale.
  • Julia Nietsch (EHESS) : Les associations kosovares dans les années 1990 et 2000 dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales.
  • Florence Vychytil (EHESS/CEFRES) : Construire la diaspora : circulations franco- américaines au sein de l’émigration polonaise pendant la Guerre froide.
  • Jana Kasikova (univ. Charles à Prague) : La problématique des personnes déplacées après la Seconde Guerre mondiale du point de vue tchécoslovaque.

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»

Journée d’études doctorales du GDR Connaissance de l’Europe médiane (date limite: 25 février)

Le GDR Connaissance de l’Europe médiane organise, depuis 2015, une journée doctorale dont l’objectif est de contribuer à mieux faire connaître les travaux des doctorants sur cette aire culturelle et à favoriser les échanges et les rencontres entre chercheurs jeunes et plus expérimentés. Continuer la lecture de Journée d’études doctorales du GDR Connaissance de l’Europe médiane (date limite: 25 février)

Soutenance de HDR de Béatrice von Hirschhausen

Titre: Les frontières fantômes en Europe centrale et orientale -Essai de géographie culturelle

Mercredi 17 janvier 2018 à 14:00

Adresse: Université Paris 1 Pantheon Sorbonne, salle J.B. Duroselle – Galerie J.B. Dumas, 14, rue Cujas, 75005 Paris

Jury:

Nathalie Clayer, Directrice de recherche au CNRS,  CETOBAC – Paris
Lydia Coudroy de Lille, Professeure à l’Université Lumière Lyon 2  (rapporteure)
Bernard Debarbieux, Professeur à l’Université de Genève (rapporteur)
Denis Eckert, Directeur de recherche au CNRS, Centre Marc Bloch – Berlin
Octavian Groza, Professeur à l’Université Alexandru Ion Cuza – Iaşi
Lena Sanders, Directrice de recherche au CNRS, UMR Géographie-cités – Paris (garante)