Archives par mot-clé : Empire ottoman

Catherine Pinguet, Salonique, 1870-1920, CNRS éditions, 2023,(280 p., 45€)

Capitale de la Macédoine ottomane, Salonique a connu au XIXe siècle une incroyable métamorphose. Cœur « industriel » de l’Empire, foyer de la modernité turque, jusqu’à la reconquête par les Grecs en 1912, la cité est une ville pluriethnique et multiconfessionnelle, un carrefour culturel et un havre aussi où se sont réfugiés, depuis des siècles, les sépharades bannis d’Espagne et les ashkénazes chassés d’Europe. Une véritable Jérusalem des Balkans.

En sélectionnant des images dans la plus riche collection privée de photographies dédiées à l’Empire ottoman, celle de Pierre de Gigord, Catherine Pinguet dresse un portrait de la ville de la seconde moitié du XIXsiècle à la fin de la Première Guerre mondiale. Elle restitue le quotidien des habitants et les mutations de la ville, de leur cadre de vie : animation des rues, activités commerciales et corporations de métiers, nouveaux édifices, quartiers résidentiels, périphérie déshéritée où sont apparues les premières industries.

Viennent s’ajouter les clichés d’événements majeurs, tels que la « révolution » jeune-turque de juillet 1908 dont Salonique a été le berceau, puis l’incendie d’août 1917, qui a détruit à jamais les quartiers historiques de la communauté juive. Ces flammes préfigurent la fin d’une époque, celle des grandes cités cosmopolites de la Méditerranée orientale qui disparaîtront les unes après les autres, dans des circonstances souvent dramatiques.

Catherine Pinguet, Docteur ès lettres, est chercheuse associée au CNRS-EHESS (CETOBAC) …

Préface de Paul Salmona

Contrat doctoral CNRS avec mobilité internationale

“Bureaux de traduction ottomans au XIXe siècle”

Date-limite : 14 juillet 2023

Contrat CNRS – 3 ans – Salaire mensuel brut : 2 135 € 
EHESS / Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Avec mobilité internationale (12 mois) à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA), Istanbul

Description du sujet de thèse

Résumé : La thèse prend pour objet les « bureaux de traduction » (tercüme odaları) établis au sein de l’administration ottomane (en province comme en métropole) au XIXe siècle, pour proposer, à partir de ce cas d’étude, une histoire sociale et linguistique de l’empire ottoman de l’époque.

Informations générales

Intitulé de l’offre : Contrat doctoral H/F – EHESS (Paris) et IFEA (Istanbul) – Bureaux de traduction ottomans au XIXe siècle
Référence : UMR8032-MARAYM1-001.
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : AUBERVILLIERS
Date de publication : vendredi 16 juin 2023
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel
Section(s) CN : Mondes modernes et contemporains

Emploi CNRS

Argument : Comment parler de l’empire ottoman sans traiter de traduction ? Comme la plupart des formations impériales, le système politique et social des Ottomans était constitué de juridictions linguistiques multiples. La langue ottomane, celle de l’élite palatiale, était un mixte de trois langues, l’arabe, le persan et le turc. Mais les simples sujets de l’empire eux-mêmes avaient à fréquenter l’albanais et l’arabe, l’arménien et le grec, le judéo-espagnol, le kurde kurmandji, le persan, le polonais, le serbo-croate, le turc, le zazaki… Dans certains segments sociaux plus extravertis, s’imposait aussi le recours à des langues de communication (français, italien) ou à une « langue métisse » de type lingua franca (Jocelyne Dakhlia). Les mondes sociaux ottomans ont ainsi pour trait essentiel une multitude de « pratiques translingues » (Lydia H. Liu).

Continuer la lecture de Contrat doctoral CNRS avec mobilité internationale

La Bibliothèque du CETOBaC: interview avec Andreas Guidi

La « Bibliothèque du CETOBaC » est une série d’entretiens vidéos présentant les publications récentes des membres du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (EHESS-CNRS-Collège de France, Paris) ou des chercheuses et chercheurs qui lui sont affiliés. Elle met ainsi en valeur des études et synthèses qui aident, dans une approche de sciences sociales, à la compréhension de l’histoire et du présent des sociétés d’un ensemble d’aires allant des Balkans à l’Asie centrale, en passant par la Turquie et le Proche Orient.

Andreas Guidi est maître de conférences à l’Inalco et membre associé au CETOBaC. Ses recherches portent sur les sociétés impériales et post-impériales en Europe du Sud-Est, à savoir les interactions entre l’Italie et les mondes ottoman et hambourgeois. Son projet de recherche actuel interroge la transformation territoriale de la Méditerranée au XXe siècle à travers le prisme des trafics illicites.

Dans le podcast, il présente son ouvrage: Generations of Empire. Youth from Ottoman to Italian Rule in the Mediterranean (2022).

Irini Apostolou et Alessia Zambon (eds), Du pillage à la conscience patrimoniale en Grèce et dans l’Empire ottoman : le rôle des Français et des autres Occidentaux (XVIIIe XIXe siècles), Université Bordeaux Montaigne Ausionius Editions, (300 p., 19€)

Irini Apostolou et Alessia Zambon dirigent l’ouvrage “Du pillage à la conscience patrimoniale en Grèce et dans l’Empire ottoman : le rôle des Français et des autres Occidentaux (XVIIIe XIXe siècles)” aux éditions Ausonius.

Au fil du XIXe siècle, les Occidentaux, notamment les Français, ont contribué, par leurs acquisitions ou par leurs réactions face aux spoliations, à l’émergence d’une conscience patrimoniale en Grèce et dans l’Empire Ottoman. Par une approche interdisciplinaire et comparative, les contributions réunies dans ce volume retracent cette histoire autour de trois temps forts : les voyageurs qui ont arpenté ces régions jusqu’en 1830, l’essor des recherches archéologiques françaises au XIXe siècle, essentiellement menées sous l’égide de l’École française d’Athènes, et l’attitude des Ottomans, Grecs et Occidentaux face à la progressive valorisation et à la protection du patrimoine antique.

Edhem Eldem, L’Empire ottoman, Paris, Que sais-je?, 2022, (128 p., 10€)

http://lodel-09.ehess.fr/cetobac/docannexe/image/3175/1669691770_9782715408616_v100.jpg

Apparus en Anatolie au début du XIVe siècle, les Ottomans occupèrent un rôle central dans les Balkans, en Europe orientale et au Moyen-Orient avant de disparaître avec la Grande Guerre. Leur empire, consacré par la prise de Constantinople en 1453, s’étendait au XVIIe siècle de la Hongrie au golfe Persique et du Yémen à l’Algérie.

Cette superficie n’ayant d’égal que la diversité religieuse, ethnique et culturelle, l’Empire ottoman dut faire face aux défis du gigantisme et de l’hétérogénéité. Grevé par une machine étatique lourde et coûteuse, menacé par de puissants voisins, ralenti par une éco­nomie agraire, il perdit pied dans un monde dominé par l’Europe. Si l’occidentalisation lui accorda un long sursis, ce fut au prix d’une soumission aux forts relents coloniaux.

Cent ans après la fin de l’Empire ottoman et la création de la république de Turquie qui lui succéda, Edhem Eldem propose de cette structure complexe, de son fonctionnement, de ses forces et de ses faiblesses un récit nuancé, doublé d’une analyse critique.

François Georgeon, Douze essais sur l’histoire de l’Empire ottoman aux XIXe-XXe siècles, Istanbul, Isis Press, 2022, (224 p., 25$)

http://lodel-09.ehess.fr/cetobac/docannexe/image/3178/16672972705772.jpg

PRÉSENTATION 

I. Un Empire et sa capitale

1. « Aux antipodes de l’État nation : le monde pluriel des Ottomans », dans Confluences Méditerranée, n° 73, Nations et territoires : quelles institutions ?, printemps 2010, Paris, L’Harmattan, juin 2010, p. 21-30.

2. « Istanbul au XIXe siècle », dans Dictionnaire de l’Empire Ottoman, Paris, Fayard, 2015, p. 617-626.

3. « Istanbul 1900, entre mythe et réalité », dans Istanbul mil-neuf cent », dans Timour Muhiddine éd., Bleu Autour (à paraître)  

II. Autour de la révolution jeune-turque.

4. « 1908 : l’Empire ottoman entre en révolution », dans Géopolitique, revue de l’Institut international de géo-politique, n° 105, avril 2009, p. 55-60.

5. « Religion, politique et société au lendemain de la révolution jeune-turque : le “ramadan de la liberté” à Istanbul », version française inédite de « Religion, Politics and Society in the Wake of the Young Turk Revolution : The “Ramadan of Freedom”, dans N. Lévy-Aksu et F. Georgeon éds., The Young Turk Revolution and the Ottoman Empire. The Aftermath of 1908,Londres-New York, I.B. Tauris, 2017, p. 175-195.

6. « Rires en mer de Marmara. Une scène de la vie quotidienne dans l’Empire ottoman en 1909 », dans De Samarcande à Istanbul : étapes orientales. Hommage à Pierre Chuvin II, V. Schiltz éd., Paris, CNRS Editions, 2015, p. 277-284.

7. « Un Tatar au Japon. Introduction au voyage d’Abdürreşid İbrahim en Asie (1908-1910) » dans Abdürrechid Ibrahim, Un Tatar au Japon. Voyage en Asie (1908-1910), trad. et prés. F. Georgeon et I. Tamdoğan-Abel, Arles, Sindbad Actes Sud, 2004, p. 9-48. 

III. Mutations sociales et culturelles

8. « Temps de la réforme, réforme du temps. Les avatars de l’heure et du calendrier à la fin de l’Empire ottoman », dans F. Georgeon et F. Hitzel, éds, Les Ottomans et le temps, Leiden-Boston, E.J. Brill éd., 2012, p. 240-281.

9. « Le génie de l’ottomanisme. Essai sur la peinture orientaliste d’Osman Hamdi », dans Turcica, revue d’études turques, n°42, 2010 [2011], p. 143-166.

10. « Caricatures de femmes à la fin de l’Empire ottoman », dans Clio. Femmes, genre, histoire, n° spécial Genre et espace (post-) ottoman, 48/2018, p. 193-209.

11. « Boisson et identité dans l’Empire ottoman : quand le raki devint une “boisson nationale“ », texte inédit.

12. « L’impossible prohibition. D’Ankara à Istanbul, les aventures d’une loi, 1920-1924 », dans Déchiffrer le passé d’un Empire. Hommage à Nicolas Vatin et aux humanités ottomanes, E. Borromeo, F. Hitzel et B. Lelouch, Louvain, Peeters, 2022 (coll. Turcica, XXVII), p. 371-383.

GAndreas Guidi, Generations of Empire Youth from Ottoman to Italian Rule in the Mediterranean, Toronto, University of Toronto Press, 2022, (328 p., 75$)

Generations of Empire

In 1912, Italy occupied Rhodes, an Ottoman town inhabited by Greek Orthodox, Muslims, Jews, and Catholics. Rhodes became a territory of Italy’s empire in 1923 following the Treaty of Lausanne, only one year after Mussolini seized power in Rome. The Ottoman demise corresponded to the expansion of fascist imperialism in the Mediterranean. Both the Ottoman Young Turks and Italian colonial governors invoked the role of a “new generation” of youth in imperial rule.

Generations of Empire investigates the relationship between state and society in light of successive transformations of imperial rule, rethinking Italian colonialism as post-Ottoman history. Andreas Guidi explores how communal life in the town of Rhodes was affected by the transition between these regimes, from an autocratic to a constitutional empire in late Ottoman years to Italian military occupation to fascist annexation. Based on archival sources in five languages from seven different countries, the book investigates generational dynamics in the domains of political activism, the family, education, work and leisure, and mobility. Generations of Empire offers a vivid picture of how a local society navigated large-scale social and political transformations in the modern Mediterranean.

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain 4/2021: Histories, Spaces and Heritages at the Transition from the Ottoman Empire to the Greek State

BCHmc 4 couv

Table des matières:

Continuer la lecture de Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain 4/2021: Histories, Spaces and Heritages at the Transition from the Ottoman Empire to the Greek State