Archives par mot-clé : Empire ottoman

Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

TEPSIS Workshop 

Friday 16 November 2018, 14h-19h

Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales 

105 Boulevard Raspail, room 13 

Coordinators : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC) 

ENG: As classic topics of modern history, collective disobedience/revolt movements have traditionally been studied from an economic or/and sociological perspective. These last years have brought an important methodological renewal, which gives large room to anthropological reflection and to comparatist approaches, by emphasizing some “new” aspects: the imaginary and the staging of the rebellions/uprisings, the plurality of the speeches and memories, the transfers of experience, etc. However, this renewal had little impact on studies devoted to Eastern Europe and the Balkans, which continue to deal with these topics in a socio-economic key or to regard them as a direct antecedent of the movements of national liberation in the nineteenth century. 

Our workshop proposes a critical review of studies dedicated to these issues at European and extra-European level with the aim of building methodological tools that could be applied to the Eastern Europe and the Balkans. One of the contributions of this approach is to include these areas in the overall reflection on collective disobedience in the modern era, which will eventually lead to drawing up a connected history of these phenomena at various scales. 

Our investigation begins in the first decades of the sixteenth century with the consolidation of the northern border of the Ottoman Empire and continues until the end of the Napoleonic period, marked by the formation of the Holy Alliance in 1815 and the establishment of a new balance of power in this part of Europe. We pay particular attention to border areas, where belonging to one political entity or another has repeatedly raised serious problems, both within the States concerned and between competing neighbors. This look from the margins towards the center will allow us to consider under a new angle the mechanisms of governance and the process of modern states building in this region. 

Continuer la lecture de Governing the Borders, Challenging the State. Cultures of Disobedience in Eastern Europe and the Balkans (16th –beginning of the 19th centuries)

Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

L’État ottoman conquiert Constantinople en 1453. Il connaît son apogée au XVIe siècle. Mais il échoue à s’emparer de Vienne en 1683 avant d’être distancé dans les domaines militaire et économique, une évolution que ne peuvent contrer les réformes des XVIIIe et XIXe siècles. Les réductions territoriales subies par la suite alimentent la « Question d’Orient ». L’Empire s’effondre en 1922. La République, fondée alors par Mustafa Kemal entend détruire l’ordre impérial. À rebours, son lointain successeur, Recep Tayyip Erdogan, homme fort de la Turquie depuis 2003, désireux de développer l’influence diplomatique et le poids géopolitique de son pays dans les anciens territoires de l’Empire, s’appuie sur une exaltation de l’histoire, de l’héritage et du patrimoine ottomans.

Continuer la lecture de Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

SOUTENANCE DE THÈSE D’ANDREAS GUIDI

Titre de thèse: Youth and generations between two empires. Changing sociabilities from Ottoman to Italian rule in Rhodes

Lundi 9 juillet 2018 à 16h 

Adresse: Université Humboldt, Institut für Geschichtswissenschaft, Salle 5028, Friedrichstraße 191, 10117 Berlin

Jury:

  • Nathalie CLAYER (EHESS/CNRS), Directrice de thèse
  • Hannes GRANDITS (Université Humboldt de Berlin), Codirecteur de thèse
  • Andreas ECKERT (Université Humboldt de Berlin)
  • Alexander NÜTZENADEL (Université Humboldt de Berlin)
  • Aron RODRIGUE (Université de Stanford)
  • Alexandre TOUMARKINE (INaLCO)

Kaïs Jewad ALAZAWI, Du Califat aux coups d’Etat. L’Empire ottoman de 1908 à 1913, L’Harmattan, 2018 (320p., 27€)

Ce livre peut se lire comme une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe.

Kaïs Jewad ALAZAWI est Docteur en Histoire et Sociologie Arabe Contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).