Archives par mot-clé : Empire ottoman

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

SOUTENANCE DE THÈSE D’ANDREAS GUIDI

Titre de thèse: Youth and generations between two empires. Changing sociabilities from Ottoman to Italian rule in Rhodes

Lundi 9 juillet 2018 à 16h 

Adresse: Université Humboldt, Institut für Geschichtswissenschaft, Salle 5028, Friedrichstraße 191, 10117 Berlin

Jury:

  • Nathalie CLAYER (EHESS/CNRS), Directrice de thèse
  • Hannes GRANDITS (Université Humboldt de Berlin), Codirecteur de thèse
  • Andreas ECKERT (Université Humboldt de Berlin)
  • Alexander NÜTZENADEL (Université Humboldt de Berlin)
  • Aron RODRIGUE (Université de Stanford)
  • Alexandre TOUMARKINE (INaLCO)

Kaïs Jewad ALAZAWI, Du Califat aux coups d’Etat. L’Empire ottoman de 1908 à 1913, L’Harmattan, 2018 (320p., 27€)

Ce livre peut se lire comme une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe.

Kaïs Jewad ALAZAWI est Docteur en Histoire et Sociologie Arabe Contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Sinan KUNERALP (éd.), Procès-verbaux des réunions tenues par les Hauts-Commissaires Alliés durant l’occupation de Constantinople, 1918-1922, volume II (1920), Isis Press, 2018 (260p., 28$)

Table des matières

  • Préface
  • Introduction
  • Liste cumulative des participants aux réunions de la Commission interalliée
  • Procès-verbaux des réunions des Hauts-Commissaires
  • Table chronologique des procès-verbaux
  • Index analytique
  • Index des noms de personnes citées dans les documents

Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire

This special issue aims at de-centering the notion of the “Post-Ottoman”. We intend to turn the attention toward the impact of collapsing imperial structures on the life trajectories of marginal(ized) individuals, with a particular focus on the spatial dimension and the representation of the self. 

We invite the contributors to reflect on marginalities from an intersectional perspective that includes notions like anomie, subalternity, exclusion, and segregation. The issue particularly welcomes studies centered on subjectivities of women, ethnic or confessional minorities, and actors targeted by social, political, and sexual discrimination. Apart from that, the special issue also addresses actors from economic classes that have, until now, received comparatively little attention in biographical research, like workers, peasants, or the urban and rural poor. We conceive of marginalization utilizing a twofold approach: marginalization during the post-Ottoman transformations as well as marginalization deriving from historiographical neglect. The goal is to enrich the empirical and conceptual research on biographies by extending it outside the domain of “great men’s” memoirs in a more inclusive conceptual framework. In their case studies, contributors should critically discuss life trajectories by focusing on the meaning, boundaries, and negotiations of marginality as central factors for practices and perceptions. In so doing, we suggest adopting an inclusive look that engages with the question of how these individual trajectories are embedded in changing collectivities and institutions ranging from kinship to informal networks, associations, and even up to state and international institutions.

See CfP Post-Ottoman trajectories

Continuer la lecture de Post-Ottoman trajectories. Marginalities, (Im)Mobilities, and Subjectivities after the Empire