Archives par mot-clé : Empire ottoman

Poésie et philologie ottomanes, XVe-XVIIe siècles

Du 02 au 30 mai 2024

Conférences de Benedek Péri, directeur d’études invité.

Les conférences seront données en anglais et auront lieu en Sorbonne – 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Escalier E, 1er étage, salle D057 « bureau du président ».

Benedek Péri, directeur de l’Institut d’études orientales et du Département d’études turques de l’Université Eötvös Loránd à Budapest, directeur d’études invité par Alexandre Papas pour une série de quatre conférences : « Poésie et philologie ottomanes, XVe-XVIIe siècles ».

  • 2 mai 2024, 10h-12h
  1. La poésie de Rum et ses liens avec les traditions littéraires classiques persanes.

La prise de Constantinople en 1453, l’établissement d’une nouvelle capitale et les sources quasi-inépuisables du mécénat royal donnèrent une impulsion sans précédent au projet ambitieux de création d’un système sémiotique adapté au statut politique profondément modifié de l’État ottoman. Ce projet a contribué à forger une identité culturelle ottomane ou plutôt Rumi, selon l’appellation des sources de l’époque. Les Ottomans ont sélectionné et rassemblé des modèles qu’ils jugeaient dignes d’être copiés et, tout en les amalgamant et en les modifiant, ils les ont adaptés à leurs goûts jusqu’à créer leur propre synthèse d’éléments culturels qui constituèrent des paradigmes proprement ottomans.

  • 16 mai 2024, 10h-12h
  1. Le ghazal ottoman à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle.

Le ghazal (ou poème lyrique) s’est largement développé en tant que genre poétique dans la tradition littéraire persane jusqu’à devenir, à la fin du XIIIe siècle, un genre important, sinon prédominant. Cette centralité culturelle trouve son meilleur témoignage dans le fait que, par exemple, l’œuvre d’un poète comme le célèbre Hafez de Chiraz (m. 1390) se compose presque uniquement de ghazals. Il était donc tout à fait prévisible que le genre jouât un rôle aussi important dans les trois systèmes littéraires turcs classiques, c’est-à-dire ottoman, türki-yi ‘ajami et chaghatay, en tant que pierre de touche du talent, de l’habileté et des prouesses d’un poète quel qu’il soit. Cette conférence explorera les caractéristiques de ce qui fait un bon ghazal selon les littérateurs eux-mêmes, les types classiques des poèmes dit ‘aşıḳane (« amoureux ») et merdane (« vaillants »), ainsi que les styles nouveaux apparus au XVIe siècle appelés türki-yi basiṭ et vuḳu‘-guyi.

  • 23 mai 2024, 10h-12h
  1. Poésie et stupéfiants dans l’Empire ottoman du XVe au XVIIe siècle.

Fondée sur un grand nombre de sources narratives, pour la plupart issues du corpus étudié dans les deux précédentes présentations, notre troisième conférence consistera en quatre points : 1) la culture et l’imaginaire du cannabis dans l’Empire ottoman ; 2) le cannabis comme champ sémantique unique dans la poésie ottomane ; 3) le débat à la fois classique et nouveau sur l’herbe et le vin ; 4) berş, une drogue de synthèse très populaire au XVIe siècle. Nous chercherons à montrer comment un aspect apparemment mineur des réalités sociales des XVe-XVIIe siècles, se reflète dans les textes poétiques ottomans voire dans une certaine esthétique des stupéfiants, laquelle peut appeler des comparaisons avec la littérature et les arts en Europe.

  • 30 mai 2024, 10h-12h
  1. Les manuscrits ottomans, chaghatay et persans dans la Collection orientale de la Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Hongrie.

Plus directement philologique, cette quatrième et dernière conférence présentera un panorama de la Collection orientale conservée à la Bibliothèque et au Centre d’information de l’Académie hongroise des sciences. Il s’agit de la plus grande collection de manuscrits orientaux en Hongrie, acquis par des savants et des voyageurs hongrois en Europe, au Moyen-Orient et en Asie centrale. Après avoir retracé les tribulations des collectionneurs de livres (comme Arminus Vámbéry par exemple) et la constitution de la collection, nous décrirons en détail certains manuscrits ottomans, chaghatay et persans. Nous souhaitons ainsi donner un aperçu de l’histoire de l’orientalisme hongrois à travers cette collection et mettre en lumière certains des manuscrits les plus importants ou les plus intéressants conservés à Budapest. Il s’agira également d’expliquer comment s’élabore un catalogue au fil du temps.

En savoir plus

Eric Pinzelli: Venetian and Ottoman Castles of the Peloponnese (13th – 19th centuries), 2023

VENETIAN AND OTTOMAN CASTLES OF THE PELOPONNESE: (13th - 19th centuries): PINZELLI, ERIC: 9798872740391: Amazon.com: Books

 

Richly illustrated monograph (250 figures, 12 maps) showcasing castles and fortified towns of the Peloponnese garrisoned up to period of the Greek War of Independence (1820s). These castles were captured and retaken by the Venetians and their arch-enemies the Ottoman Turks during their centuries-long epic struggle for the domination of the southern Balkans and the eastern Mediterranean. Several of these seemingly impregnable fortresses (such as Mount Palamede at Nauplia, Modon and the New Castle of the Morea), designed by some of the most brilliant military engineers of the Middle Ages and the Early Modern Era, were state-of-the-art and to this day remain as a testament to their superb technical expertise. These strategic strongholds commanded the lands, on occasions providing safe havens, in other times forcing the local populations into submission. Newly-discovered material from the Venetian archives, with the addition of a large array of recently-published contributions for the Ottoman periods, combined with an updated examination of each of these fortresses will vastly add to the public’s knowledge of Medieval and Early Modern southern Greece.

Nicolas Dufetel et Sarga Moussa (dir.), VOYAGES CROISÉS ENTRE L’EUROPE ET L’EMPIRE OTTOMAN AU XIXe SIÈCLE

http://www.theisispress.org/assets/img/upload/tanzimatKapak-1699347936124.jpg

La proclamation du décret de Gülhane en 1839, au début du règne du sultan Abdülmecid, ouvre officiellement la période des Tanzimat, réformes à l’européenne amorcées au cours des décennies précédentes, notamment sous le règne de son père Mahmoud II, qui avait commencé à réformer l’armée et le costume turc. Ce livre, qui regroupe les contributions issues d’un colloque international tenu à Istanbul au Lycée Notre-Dame de Sion, avec le soutien du CNRS (Iremus, Thalim, Ifea), propose pour la première fois d’étudier les Tanzimat de façon interdisciplinaire sous l’angle des rapports littéraires, artistiques et culturels entre la Turquie ottomane et l’Europe. 
Les onze contributions, dues à des auteurs français, turcs et hongrois, ottomanistes, historiens, historiens de la littérature, de l’art, de l’architecture et de la musique, portent sur différents sujets : les notes et la correspondance d’Orient de Flaubert, les écrits de la princesse Belgiojoso et de Moustapha Fazıl Pacha, le nouveau roman turc, les peintres orientalistes, le renouveau de l’architecture dans les provinces ottomanes, Giuseppe Donizetti (maître de musique du sultan), les Chanteurs pyrénéens d’Alfred Roland, Liszt et son élève turc le Levantin Francesco Della Sudda.
En réunissant des études générales et des études de cas, en associant le point de vue des acteurs à celui des observateurs des réformes, qu’ils soient positifs ou négatifs, ce livre propose une approche transversale. Il interroge ainsi la possibilité d’une vision globale et partagée, entre la Turquie et l’Europe, des phénomènes culturels liés aux Tanzimat au cours du long XIXe siècle.

Nicolas Dufetel et Sarga Moussa (dir.), Voyages croisés entre l’Europe et l’Empire ottoman au XIXe siècle. Écrivains, artistes et musiciens à l’époque des Tanzimat, Istanbul, Éditions Isis, 2023, (267 p., 25,00$)

 

Soutenance de thèse d’Andrea Gritti

Titre de la thèse : Maisons juives, économie ottomane. Le commerce de Salonique et le marché des Balkans du long XIXe siècle.

La soutenance aura lieu le lundi 11 décembre, à 12h, à l’EHESS, 54 boulevard Raspail, en salle A07_37.

Le jury sera composé de :

  • Marc AYMES, CNRS / EHESS (directeur de thèse)
  • Guillaume CALAFAT, Université Paris 1 / Institut universitaire de France
  • Edhem ELDEM, Université du Bosphore (rapporteur)
  • Svetla IANEVA, Nouvelle Université bulgare
  • Alp Yücel KAYA, Université de l’Égée (rapporteur)
  • Costas LAPAVITSAS, SOAS, Université de Londres
  • Claire LEMERCIER, CNRS

Continuer la lecture de Soutenance de thèse d’Andrea Gritti

Revenir sur la Question d’Orient, un siècle après le traité de Lausanne

Dates : Jeudi 7 décembre 2023 – 18:30 – 20:00
Lieu : Inalco, 65 rue des Grands moulins 75013 Paris – Amphi 2

Table-ronde animée par Nicolas Pitsos (BULAC, CREE/Inalco)
avec la participation de Joëlle Dalègre (PLIDAM/Inalco) et Madalina Vârtejanu-Joubert (PLIDAM/Inalco)

En janvier 1923, une convention est signée entre la Grèce et la Turquie, au sujet de déplacements forcés de certains de leurs ressortissants respectifs. Cette convention mettait fin à une guerre gréco-ottomane qui avait duré trois ans entre 1919 et 1922. Qualifiée de « Grande Catastrophe » dans l’historiographie grecque, de guerre de libération nationale dans l’historiographie turque, l’issue de ce conflit constitua le dernier acte de la Question d’Orient. Un siècle plus tard, cette rencontre nous invite à revenir à la fois sur la genèse de cette question dans les Balkans des années 1820 et sur ses avatars dans les débats publics et les relations diplomatiques des sociétés concernées à travers la présentation de trois livres parus récemment :

Madalina Vârtejanu-Joubert (dir.), Minorités religieuses dans le Sud-Est européen, Braila, Istros, 2019,
Joëlle Dalègre, Un siècle de relations gréco-turques, Paris, L’Harmattan, 2022,
Madalina Vârtejanu-Joubert, Nicolas Pitsos, Florica Bohîlțea-Mihuț (dir.), Des Balkans à la Cordillera : les soulèvements des années 1820, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Chryssanthi Avlami, Franck Salaün, Jean-Pierre Schandeler (éds), De l’Europe ottomane aux nations balkaniques : les Lumières en question, BREPOLS, 2023 (320 p., 85 €)

Les Lumières constituent un point de repère fondamental pour comprendre l’évolution des sociétés. Néanmoins, cette évidence cache des grandes inégalités entre les différentes traditions historiographiques. Tandis que certaines régions du monde se disputaient la paternité de ce courant intellectuel et culturel né au 18e siècle, d’autres étaient reléguées au rang de simples satellites ou de terres oubliées par l’Histoire. La question se pose avec une grande acuité s’agissant de l’Empire ottoman et des états balkaniques fondés les uns après les autres depuis les premières décennies du 19e siècle. Considérer leurs relations avec la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ne suffit pas à définir leurs façons d’entrer dans la modernité. Il faut plutôt s’interroger sur les phénomènes d’acculturation et de rejet repérables dans leurs histoires. C’est l’ambition des études réunies dans le présent ouvrage. L’invention de Lumières nationales, l’histoire des représentations des Lumières européennes et de leurs variations dans l’espace et dans le temps balkaniques, constituent une voie d’accès privilégiée aux aspirations contradictoires des nations tiraillées entre plusieurs modèles de société.

Pour consulter la table des matières, voir le site de l’éditeur.

The Futures Past of the Ottomans

The Futures Past of the Ottomans
Workshop organisé par Olivier Bouquet
Jeudi 12 octobre 2023 (9:00 – 18:30) 

Université Paris Cité
Bâtiment Olympe de Gouges – salle 830
8 Place Paul Ricœur – 75013 PARIS

Session 1: “New Turkey”: What Kind of State?
Chair: Élise Massicard (CERI, Paris)

9:30 – Samuele Abrami (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan; Sabancı University, Istanbul)
Nostalgia for the Past in the “New Turkey”. Between Kemalist Utopia and Islamist Dystopia              

10:00 – Nikos Moudouros (University of Cyprus, Nicosia)
“We are not a Tribal State”: The Multiple Uses of Ottoman History for a “Strong State”            

10:30 –Tamás Dudlák (ELTE University, Budapest)
The Rise of Civilisational States: Civilisational Discourse in Turkey         

Session 2: Erdoganism’s Futures Past/Pasts Future
Chair: Fatma Müge Göçek (University of Michigan, Ann Arbor)

11:20 – Ayşe Bozkurt (Eberhard Karls Universität Tübingen)
Frames of Erdoğanism: The Pasts Future of “Payitaht: Abdülhamid”       

11:50 – Olivier Bouquet (Université Paris Cité, CESSMA, IUF)
“Dieses west noch”: Erdoğan, Being and Time 

Session 3: Unpacking neo-Ottomanism
Chair: Ahmet İnsel (Galatasaray University, Istanbul)

14:30 – Barış Zeren (CETOBaC, EHESS, Paris)
Hamidism Beyond the Myth: The Fragile Sovereign and the April 2017 Regime          

15:00 – Fatma Müge Göçek (University of Michigan, Ann Arbor)
Weaponization of neo-Ottomanism as Soft Power: Sultan Abdülhamid, President Erdoğan and Women’s National Volleyball Team           

15:30 – İrvin Cemil Schick (CETOBaC, EHESS, Paris)
Occult Practices in Erdoğan’s Turkey, in Historical Context       

Session 4: After the Ottomans
Chair: M’hamed Oualdi (Sciences Po, Paris) 

16:30 – Aline Schlaepfer (University of Basel)
History-writing in Iraq after the Ottomans. Between Hamidianism, Constitutionalism, and Kemalism    

17:00 – Emmanuel Szurek (CETOBAC, EHESS, Paris)
Onomastic Proofs: The non-Muslims and Their Names

-> Voir suite sur le site du CESSMA