Archives par mot-clé : Empire ottoman

5ème Journée doctorale du CETOBAC

Journée doctorale du CETOBaC (en collaboration avec le CeRMi) – Frontières, transitions, hybridité : regards croisés des Balkans à l’Asie centrale

Vendredi 6 mars 2020

9h-12h Amphithéâtre François Furet – 105 boulevard Raspail, 75006 Paris ; 13h30 – 18h Salle Lombard – 96 boulevard Raspail, 75006 Paris

Pour la cinquième année consécutive, le CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) – cette fois-ci en collaboration avec le CeRMI (Centre de Recherche sur le Monde Iranien) – organise une journée consacrée aux travaux des doctorant·e·s du laboratoire et d’autres établissements. Portant sur les espaces étudiés par le CETOBaC et le CeRMI – des Balkans à l’Asie centrale, en passant par l’Anatolie, l’Iran et une partie du Proche-Orient – la journée vise à discuter de la notion de frontière à toutes les échelles et des circulations et des transferts à travers les espaces frontaliers, dans une approche à la fois diachronique et transdisciplinaire. Elle est ainsi conçue pour être un moment d’échanges dépassant les frontières et cloisonnement géographiques, sociaux et mentaux qu’académiques et institutionnelles.   

Cette journée bénéficie du soutien financier du CETOBaC, du CeRMI et du Projet Traject-DeXX de l’Institut Convergences MIGRATIONS, CNRS, portant la référence ANR-17-CONV-0001.

Comité organisateur
Simon Berger (CETOBaC, EHESS); Léo Maillet (CETOBaC, EHESS – ESTAS, Université de Genève), Jovana Papović (CETOBaC – LABEX Tepsis, EHESS), Alisa Shablovskaia (CeRMI, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 – Centre d’histoire de Sciences Po)

Continuer la lecture de 5ème Journée doctorale du CETOBAC

Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Qui étaient les Ottomans ? Quelle identité commune peut rassembler les hommes qui vécurent dans cet immense empire multiconfessionnel, multiethnique et multiculturel d’une remarquable longévité ? Les historiens s’interrogent sur la nature d’un homo ottomanicus dont on sent bien qu’il dut exister, mais qu’on ne réussit jamais à définir parfaitement.
Le présent livre fait le point sur ces réflexions, mais il ne prétend pas apporter une nouvelle réponse à la question. Ses contributeurs se sont efforcés d’envisager celle-ci autrement, en donnant la parole aux intéressés : aux Ottomans eux-mêmes. Le lecteur trouvera donc dans ce volume la traduction française de 57 textes de toutes natures, rédigés en diverses langues, de l’arabe au turc en passant par l’arménien, le grec ou l’hébreu, mais émanant tous de la société ottomane : de l’administration, des serviteurs ou des sujets du sultan, vivant dans la capitale ou en province, musulmans ou non.
De ces textes, pour la plupart jamais traduits en français et pour certains inédits, précédés chacun d’une courte introduction permettant à des lecteurs ignorant tout du sujet d’en comprendre la nature, le contexte et la signification, se dégage une vision de l’intérieur de l’Empire ottoman, de son fonctionnement et de sa société tels que pouvaient les percevoir les Ottomans.
Sous une forme toujours originale et vivante, parfois amusante (car les Ottomans pratiquaient l’humour à l’occasion), c’est une autre façon de s’initier au monde ottoman qui est proposée.

Continuer la lecture de Elisabetta Borromeo et Nicolas Vatin, Les Ottomans par eux-mêmes, Paris, les belles lettres, 2020 (480 P., 26,50€)

Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Gilles Veinstein nous transporte au coeur de l’Empire ottoman des XIV-XVIIe siècles, en l’appréhendant par son institution politique la plus emblématique : les esclaves du sultan ou, pour reprendre la formulation ottomane, les « esclaves de la Porte (kapı kulları) ». Si ces esclaves partagent avec l’ensemble de la population servile de l’Empire ottoman les traits inhérents à leur condition, le rang qu’ils occupent dans l’État et dans la société correspond assez peu au cliché du « personnel » du sultan. Ces esclaves de la Porte témoignent d’un phénomène beaucoup plus ancien qui n’est pas propre à l’Islam mais qui, à partir de l’Empire abbasside au IXe siècle de notre ère, a connu dans plusieurs régimes musulmans un développement et une place d’une grande importance : l’esclavage gouvernemental ou étatique. En un sens, dans ce domaine comme dans bien d’autres, l’Empire ottoman ne fait que s’inscrire dans la suite des États musulmans antérieurs. Cependant, ici comme ailleurs, il renouvelle sur plus d’un point l’institution ancienne : on songe d’abord à cette méthode si décriée de recrutement, le devşirme, ou « ramassage » de jeunes garçons sujets du sultan.

La présente édition, issue des cours de Gilles Veinstein au Collège de France en 2009 et 2010, a été élaborée par Elisabetta Borromeo à partir d’un premier jet manuscrit, complété par l’enregistrement audio des cours, puis annotée.

Continuer la lecture de Gilles Veinstein, Les Esclaves du Sultan chez les Ottomans Des mamelouks aux janissaires (XIVe-XVIIe siècles) Texte établi par : Elisabetta Borromeo, Paris, Les belles lettres, 2020 (423 P., 27€)

Sinan KuNeralp (ED.), LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome premier (1728-1731), The isis press, 2019 (704 P., 80€)

Introduction Liste des destinataires des lettres du marquis de Villeneuve 1. Lettre adressée au Roi Louis XV Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée du Marquis de Villeneuve à Constantinople 1a. Lettre adressée au comte de Maurepas Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée à Constantinople. Première visite du Drogman de la Porte. Lettres écrites du Mille et de L’Argentière à l’occasion des divisions du consul avec les habitants de ces îles. La nouvelle de la mort du Sieur Le Noir, Drogman. 2. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin Constantinople, le 5 décembre 1728 Arrivée à Constantinople. Première visite du Drogman de la Porte. Sur les 6000 lt retenus par le Sieur Lenoir. Satisfaction de Monsieur de Fontenu sur les appointements qu’on lui a accordés. 3. Lettre adressée au Cardinal de Fleury Constantinople, le 5 décembre 172815 4. Lettre adressée au Comte de Maurepas Constantinople, le 15 décembre 172816 Salut de 7 coups de canon que rendirent les châteaux à Monsieur de Saint-Germain et de 9 pour l’Ambassadeur. Continuation de peste, les ravages qu’elle fait à La Canée et sa manifestation à Candie. Quelques fils ou descendants des Français écrivent à Scio qu’on veut les soumettre au paiement du Carach, et le Sieur Rougeau avait exposé tout le contraire. L’affaire de l’abbé Vitalis avec le Sieur de Valnay est terminée sous l’approbation de M. d’Andrezel au moyen de 10 sequins et quelques aunes de drap que donna le consul à cet abbé qui ne continue ses plaintes que par un esprit de tracasseries. Établissement d’un aumônier aux Dardanelles à 100 lt d’appointements. Raisons qui doivent faire accorder la demande du Drogman de la Porte. 5. Lettre adressée à Germain Louis Chauvelin Constantinople, le 15 décembre 1728 Sur les audiences. Sept coups de canon pour les Châteaux des Dardanelles, qui en rendirent le même nombre aux vaisseaux du Roi, et qui en tirèrent ensuite pour l’Ambassadeur de Sa Majesté neuf autres. Sur la peste.

Continuer la lecture de Sinan KuNeralp (ED.), LES RAPPORTS DE LOUIS-SAUVEUR MARQUIS DE VILLENEUVE AMBASSADEUR DU ROI DE FRANCE AUPRÈS DE LA SUBLIME PORTE OTTOMANE (1728-1741) Tome premier (1728-1731), The isis press, 2019 (704 P., 80€)

Erol Özkoray, Déconstruction, Éditions Thaddée, 2019 (164 p., 20€)

Comment comprendre la Turquie contemporaine au-delà des clichés flatteurs – fidèle alliée de l’OTAN, incarnation modèle d’un islam tolérant – que diffuse à outrance l’une des plus grandes destinations touristiques internationales ? Un immense défi, car comme l’explique le héros de ce roman en partie autobiographique, la Turquie moderne et laïque, fondée par Mustafa Kemal en 1923 sur les ruines de l’Empire ottoman, est bâtie sur toute une infrastructure de mensonges abyssaux : des origines raciales délirantes mystifiant une race turque autochtone pure, à la négation d’une série de génocides, en particulier celui des Arméniens. Sans oublier leurs immenses biens spoliés, un butin qui a permis de financer en partie la guerre d’indépendance et de constituer de grandes fortunes qui ont perduré.

Dans cette découverte de la Turquie par sa « déconstruction «, le lecteur aura pour guide Cem Aren, un jeune journaliste turc formé à l’école française. Il n’aura de cesse de démasquer ces mensonges d’Etat et de lutter pour faire triompher la vérité et la justice. Dans ses tribulations romanesques entre deux villes cardinales, Istanbul et Paris, il nous replonge dans les bouillonnantes années 1970 et 1980, et nous livre toute une série de révélations : la genèse du coup d’Etat de 1980, le nettoyage de toutes les mentions du génocide des Arméniens dans les archives ottomanes, l’affaire iranienne, les «passeports Mitterrand»…

Erol Özkoray, journaliste politique auprès des grands médias turcs et français, auteur de nombreux essais, lutte depuis 30 ans pour la défense des libertés en Turquie. Il est aussi l’un des tous premiers intellectuels turcs à avoir milité pour la reconnaissance du génocide des Arméniens. Élève du lycée francophone Galatasaray, il étudie ensuite à Sciences Po Paris. Harcelé par les tribunaux en Turquie, il réside à Paris et Stockholm.

Avec Déconstruction, il se lance dans un nouveau genre, le roman.

Georges de Hongrie, Des Turcs. TRAITÉ SUR LES MŒURS, LES COUTUMES ET LA PERFIDIE DES TURCS, 2018 (192p., 9€)

Traduit du latin par Joël Schnapp.
Notes de Michel Balivet et Joël Schnapp.

Capturé tout jeune lors d’une bataille, Georges de Hongrie passa près de vingt ans en captivité dans l’Empire ottoman du XVe siècle. Converti, il intégra probablement une confrérie de derviches et prêcha l’islam. À son retour en terre chrétienne, devenu moine dominicain, il s’inspire de son expérience pour rédiger son Traité sur les mœurs, les coutumes et la perfidie des Turcs.

Tout à la fois réquisitoire contre l’islam turc, prophétie apocalyptique, récit de captivité et précis ethnographique, l’ouvrage connut en Occident un succès retentissant.
Les Turcs y devenaient le repoussoir de l’Occident, le miroir de ses doutes et la figure de toutes ses angoisses. Un rôle appelé à une très longue postérité.