Archives par mot-clé : Empire ottoman

Erdal Kaynar, L’héroïsme de la vie moderne Ahmed Rıza (1858-1930) en son temps, Louvain, Peeters publishers, Collection Turcica 26, 2021 (p. 1018, 120,00€)

Un personnage clé de la fin de l’Empire ottoman, originaire d’une grande famille d’Istanbul, exilé pendant vingt ans à Paris, Ahmed Riza a été le principal idéologue et représentant du mouvement jeune-turc. Adepte du positivisme sous la IIIe République, membre fondateur du Comité Union et Progrès, président de la Chambre et du Sénat ottomans, il s’est trouvé au centre des événements historiques et des débats intellectuels et politiques entre Istanbul et Paris.

Ce livre propose de suivre pas à pas sa vie et sa pensée pour mieux saisir les développements majeurs qui ont marqué son temps: le processus d’occidentalisation, le sens de l’universalisme et de l’internationalisme, les défis de l’impérialisme et des nationalismes, les débats sur la réorganisation de l’État et de la société, la transition de l’ordre impérial à l’ordre national. Au-delà d’une simple biographie intellectuelle et politique, il met en lumière, à travers une expérience vécue, une «vie moderne», révélatrice du sens, des tensions et des limites de la modernité bourgeoise.

Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

https://geuthner.com/livres/mezin-vigne_web.jpg

Si des Français sont attestés à Constantinople bien avant sa conquête par les Ottomans en 1453, leur communauté ne s’y structura qu’à partir du règne de François Ier. Des marchands et artisans français s’y établirent dans les quartiers européens, y firent parfois souche et créèrent des comptoirs commerciaux. À leurs côtés, des religieux capucins, jésuites et autres lazaristes installèrent des missions et prirent en charge des paroisses catholiques. Une liaison maritime directe s’organisa à partir de Marseille, doublée par une navigation de cabotage entre les différentes échelles du Levant. Toutes sortes de Français, y compris de nombreuses femmes, se rendirent dès lors à Constantinople, pour le service du roi de France, le négoce, la navigation, la religion, les arts et sciences. Ils y demeurèrent plus ou moins longtemps, dans le cadre juridique de la « résidence au Levant ». Continuer la lecture de Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

Gheorghe CLIVETI, LA RÉVOLUTION DE 1821 ET LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES – une « pierre de touche » pour la diplomatie européenne dans la question d’Orient, Istambul, THE ISIS press, 2020 (187 p., 20 $)

Préface-Argument 

I. L’ORDRE EUROPÉEN DE 1815 : LA CAUSE ROUMAINE DANS LE « DÉDALE ORIENTAL » Des notes historiographiques. La relevance du Concert des Grandes Puissances européennes et celle de la Sainte-Alliance Les Principautés Roumaines, « un point de la question de l’Orient », en train de devenir un problème européen

II. LA RÉVOLUTION DE 1821 : L’ÉNONCE POLITIQUE DE LA CAUSE ROUMAINE Des notes historiographiques La révolution roumaine, en rapport prudent avec l’Hétairie ou la politique de Russie et avec la demande de reconnaissance par la Porte Ottomane des « anciens droits du Pays » La réaction de Russie, la condamnation et l’exécution du dirigeant de la révolution roumaine L’intervention armée des Ottomans dans le Principautés et la fuite de beaucoup de boyards « à l’étranger »

III. LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES, EN 1822 : DES IMPLICATIONS EUROPÉENNES Des notes historiographiques Le contexte européen. L’état des Principautés « Les missions des boyards à la Haute Porte » et la désignation des princes autochtones En guise de conclusion Bibliographie Index

IFEA (Institut Français d’Études Anatoliennes)

D. Triantaphyllou et M. Aydın (K. Has Üniversitesi) « Quo Vadis Turkey and Greece/Cyprus Relations? Impacts on Turkey’s Foreign Policy « , IFEA 11 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/691871795073586

N. Sigalas (CETOBAC) « How millet became the nation. A conceptual history of the word millet in the Longue durée of Ottoman History », IFEA, 9 novembre 2020. https://www.facebook.com/IFEA.Istanbul/videos/730500267557717

Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire offers thirteen studies on the relationship between Ottoman tributaries with each other in the imperial framework, as well as with neighboring border provinces of the empire’s core territories from the fifteenth to the eighteenth centuries. A variety of surveys related to the Cossack Ukraine, the Crimean Khanate, Dagestan, Moldavia, Ragusa, Transylvania, Upper Hungary and Wallachia allow the reader to see hitherto less known subtleties of the Ottoman administration’s hierarchic structures and the liberties and restrictions of the office-holders’ power. They also shed light upon the strategies of coalition-building among the elites of the tributaries as well as the core provinces of the border zones, which determined their cooperation, but also the competition between them.

Continuer la lecture de Gábor Kármán, Tributaries and Peripheries of the Ottoman Empire, Leyde, Brill, 2020 (336 P., 115 €)

Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Campus Condorcet
Salle 3.09
Centre de colloques, Cours des humanités 93300 Aubervilliers
annuel / bimensuel (1re/3e/5e), vendredi 10:00-13:00
du 6 novembre 2020 au 18 juin 2021

L’objectif : se familiariser avec les « études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques », en testant quelques-uns des répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, histoire, science politique, sociologie) qu’elles mettent en œuvre. Autrement dit, le séminaire vise à s’interroger sur les articulations entre la topique des études aréales et les dispositifs optiques des sciences humaines et sociales.

La démarche : suivre des itinéraires et prendre part à des débats, qu’ils soient propres à une « aire » ou transversaux à elle ; recenser les objets, catégories, espaces et temps auxquels nos terrains d’étude sont indexés ; et ce faisant, s’efforcer aussi de combiner des savoirs situés à des opérateurs de généralisation. Car ni la fréquentation d’une collectivité linguistique ou d’un corpus documentaire, ni la délimitation d’un groupe ethnique ou d’une cité nationale ne doivent circonscrire notre champ d’expérience scientifique.

En pratique : des textes préparatoires permettent, à chaque séance, d’étudier itinéraires et débats en situation. L’accent sur les débats permet de marquer le caractère dissensuel des pratiques et des savoirs des sciences sociales à un moment donné. L’accent sur les itinéraires donne à voir que ce dissensus peut aussi se retrouver au fil d’un parcours de recherche.

Continuer la lecture de Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques