Archives par mot-clé : Empire ottoman

Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

 
La Réforme orthodoxe est la première analyse sociohistorique complète du processus centenaire de rénovation conservatrice de l’Église orthodoxe grecque, un processus qui a vu le passage à une religion « moderne », l’innovation religieuse et l’activisme social rimer avec l’affirmation de l’intolérance sur les plans religieux et politique. S’appuyant sur des recherches approfondies dans les archives publiques et religieuses de Grèce, de France et du Vatican, ainsi que sur un éventail impressionnant de pamphlets et de périodiques publiés tout autour de la Méditerranée orientale, l’ouvrage brosse un tableau sans précédent de ce que l’on peut appeler la composante grecque-orthodoxe de la confessionnalisation ottomane tardive. Remettant en question les récits d’un lien ininterrompu entre une Église orthodoxe immuable ancrée dans la tradition et un État national grec pratiquant l’intolérance religieuse depuis sa fondation, ce livre soutient que la configuration politico-religieuse actuelle de la Grèce est le produit des transformations majeures survenues pendant l’entre-deux-guerres, lorsque le zèle des activistes orthodoxes de Grèce et de l’Empire ottoman a profité de la crise sociale et nationale dramatique qui a suivi la Katastrophi de 1922 pour finalement donner l’impulsion à ce que l’on peut appeler à juste titre la version orthodoxe de la réforme et inaugurer une modernité grecque-orthodoxe.

Ancien membre et directeur des études de l’École française d’Athènes, Anastassios (Tassos) Anastassiadis est actuellement associate professor au Département d’Histoire et d’études classiques de l’université McGill à Montréal où il occupe aussi la chaire Phrixos Papachristidis d’études grecques et gréco-canadiennes. Ses travaux portent sur la dialectique entre inertie et militantisme dans les processus de rénovation institutionnelle en Grèce et en Méditerranée orientale au long xixe siècle avec une prédilection pour les domaines de la religion et de l’éducation.


Continuer la lecture de Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

Léon KONTENTE, Les Débuts de la Presse dans l’Empire Ottoman : Le Spectateur Oriental (1821-1827), Istanbul, Libra Yay., 2021, (197 p. 17€)

Les Débuts de la Presse dans l’Empire Ottoman: Le Spectateur Oriental

Le Spectateur Oriental de Smyrne (Izmir) a été le premier journal publié dans l’Empire ottoman en 1821. Or de nombreuses sources font débuter la presse à Smyrne avec le Smyrnéen en 1824. Ceci s’explique par le fait que très peu d’exemplaires de ce journal ont survécu à ce jour. Le Spectateur Oriental a été publié entre 1821 et 1827 (excepté les quelques mois où il a été remplacé par le Smyrnéen) et a changé de nom en début 1828 pour devenir le Courrier de Smyrne. A cette date il n’y avait encore aucun journal publié à Constantinople, la capitale de l’Empire ottoman.

C’est à travers cette presse étrangère que nous découvrons le Spectateur Oriental. Des dizaines de journaux, principalement francophones allant du Courrier de Gand à l’Écho du Midi de Toulouse citent le Spectateur Oriental, reproduisent ses articles, le critiquent et quelquefois approuvent ses points de vue.

Le Spectateur Oriental est aussi un témoin irréfutable de l’importance de la francophonie dans cette partie du globe. Les joutes perpétuelles qui opposent le Spectateur Oriental, à son rival l’Abeille Grecque, installée sur la côte opposée de la mer Égée, se font dans la langue de Molière, et avec une fluidité et une finesse qui surprend encore de nos jours.

Hamit BOZARSLAN, Histoire de la Turquie de l’Empire ottoman à nos jours, troisième édition actualisée, Paris, Tallandier, 2021, (704 p., 12,90€)

Histoire de la Turquie

S’étendant jadis des portes de Vienne au Yémen, de l’Algérie à l’Irak, l’Empire ottoman s’effondre en 1923 et cède la place à la république de Mustafa Kemal. Aujourd’hui, la Turquie d’Erdogan, impliquée dans de nombreuses guerres régionales, suscite des inquiétudes dans les pays occidentaux.

L’Empire ottoman connaît plusieurs siècles de conquêtes territoriales, notamment celle de Constantinople en 1453 par le sultan Mehmed II. Le règne de Suleyman le Magnifique parachève cet empire universel. Sa longévité, plus de 600 ans, est une exception dans le monde musulman. Au début du XIXe siècle, il tente de se réformer : absolutisme éclairé, règne autocratique d’Abdülhamid II, révolution jeune-turque de 1908… Après une décennie de guerre, marquée par le génocide des Arméniens, un régime autoritaire, celui de Mustafa Kemal, voit le jour. À la lumière de ces sept siècles d’histoire, Hamit Bozarslan donne à comprendre la Turquie contemporaine, incarnée par son leader islamo-nationaliste Erdogan.

Historien et politologue, Hamit Bozarslan enseigne à l’EHESS. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages tels que Une histoire de la violence au Moyen-Orient (2011), une Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours (Tallandier, 2011 – Texto, 2015) et le coauteur de Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours (Tallandier, 2015).

Erdal Kaynar, L’héroïsme de la vie moderne Ahmed Rıza (1858-1930) en son temps, Louvain, Peeters publishers, Collection Turcica 26, 2021 (p. 1018, 120,00€)

Un personnage clé de la fin de l’Empire ottoman, originaire d’une grande famille d’Istanbul, exilé pendant vingt ans à Paris, Ahmed Riza a été le principal idéologue et représentant du mouvement jeune-turc. Adepte du positivisme sous la IIIe République, membre fondateur du Comité Union et Progrès, président de la Chambre et du Sénat ottomans, il s’est trouvé au centre des événements historiques et des débats intellectuels et politiques entre Istanbul et Paris.

Ce livre propose de suivre pas à pas sa vie et sa pensée pour mieux saisir les développements majeurs qui ont marqué son temps: le processus d’occidentalisation, le sens de l’universalisme et de l’internationalisme, les défis de l’impérialisme et des nationalismes, les débats sur la réorganisation de l’État et de la société, la transition de l’ordre impérial à l’ordre national. Au-delà d’une simple biographie intellectuelle et politique, il met en lumière, à travers une expérience vécue, une «vie moderne», révélatrice du sens, des tensions et des limites de la modernité bourgeoise.

Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

https://geuthner.com/livres/mezin-vigne_web.jpg

Si des Français sont attestés à Constantinople bien avant sa conquête par les Ottomans en 1453, leur communauté ne s’y structura qu’à partir du règne de François Ier. Des marchands et artisans français s’y établirent dans les quartiers européens, y firent parfois souche et créèrent des comptoirs commerciaux. À leurs côtés, des religieux capucins, jésuites et autres lazaristes installèrent des missions et prirent en charge des paroisses catholiques. Une liaison maritime directe s’organisa à partir de Marseille, doublée par une navigation de cabotage entre les différentes échelles du Levant. Toutes sortes de Français, y compris de nombreuses femmes, se rendirent dès lors à Constantinople, pour le service du roi de France, le négoce, la navigation, la religion, les arts et sciences. Ils y demeurèrent plus ou moins longtemps, dans le cadre juridique de la « résidence au Levant ». Continuer la lecture de Anne MÉZIN & Catherine VIGNE , Les Français à Constantinople de François Ier à Bonaparte, Editions geuthner, Paris, 2020,(886 p., 60,00€)

Gheorghe CLIVETI, LA RÉVOLUTION DE 1821 ET LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES – une « pierre de touche » pour la diplomatie européenne dans la question d’Orient, Istambul, THE ISIS press, 2020 (187 p., 20 $)

Préface-Argument 

I. L’ORDRE EUROPÉEN DE 1815 : LA CAUSE ROUMAINE DANS LE « DÉDALE ORIENTAL » Des notes historiographiques. La relevance du Concert des Grandes Puissances européennes et celle de la Sainte-Alliance Les Principautés Roumaines, « un point de la question de l’Orient », en train de devenir un problème européen

II. LA RÉVOLUTION DE 1821 : L’ÉNONCE POLITIQUE DE LA CAUSE ROUMAINE Des notes historiographiques La révolution roumaine, en rapport prudent avec l’Hétairie ou la politique de Russie et avec la demande de reconnaissance par la Porte Ottomane des « anciens droits du Pays » La réaction de Russie, la condamnation et l’exécution du dirigeant de la révolution roumaine L’intervention armée des Ottomans dans le Principautés et la fuite de beaucoup de boyards « à l’étranger »

III. LA RESTAURATION DES RÈGNES AUTOCHTONES DANS LES PRINCIPAUTÉS ROUMAINES, EN 1822 : DES IMPLICATIONS EUROPÉENNES Des notes historiographiques Le contexte européen. L’état des Principautés « Les missions des boyards à la Haute Porte » et la désignation des princes autochtones En guise de conclusion Bibliographie Index