Archives par mot-clé : EHESS

Séminaire Controverses balkaniques. L’Europe du Sud-Est au prisme des débats en sciences sociales (XIXe-XXIe siècle)

animé par Nathalie Clayer (CNRS-EHESS, CETOBaC) et Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC)
Bâtiment EHESS-Condorcet
EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
Salle A602
annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 14:30-16:30
du 24 octobre 2023 au 28 mai 2024

Depuis leur graduelle institutionnalisation, les études balkaniques ont été traversées, comme tout champ d’étude, par des discussions savantes, parfois virulentes.  Relevant de disciplines fort différentes – histoire, géographie, ethnologie, sociologie, anthropologie pour ne citer que les principales – les études s’intéressant à l’Europe du Sud-Est ont été une arène dans laquelle les chercheur·e·s se sont livré·e·s, entre eux et parfois avec les autres professionnel·le·s de la production symbolique (journalistes, politicien·ne·s, figures religieuses notamment), à des controverses, faisant souvent appel à différentes visions du monde social. Dans ce séminaire, nous reviendrons sur ces débats qui ont pu porter sur la question des origines et des limites des groupes humains (nation, communauté religieuse, classe sociale), de la façon dont les configurations politiques et institutionnelles (empires/Etats-nations, autoritarismes, socialisme réel) doivent être interprétées et jugées, ou encore sur la pertinence de certains concepts et catégories (« arriération », « empire », « orientalisme », « agentivité », « race », « société civile », « colonialisme », « bourgeoisie », etc.) dans le cas balkanique.

Les séances seront structurées autour de la lecture et l’analyse de textes, deux ou plus, qui soutiennent publiquement des arguments contradictoires dans l’interprétation d’un phénomène donné, tant au sein de l’arène des sciences sociales que dans leurs débordements éventuels dans l’arène politique. On s’intéressera aux contextes de production, aux stratégies argumentatives, ainsi qu’au destin de ces controverses, jusqu’à leur résolution, clôture, abandon ou transformation. Le postulat de cette réflexion collective est qu’une anatomie fine des moments de dissensus en sciences sociales possède un pouvoir heuristique pour comprendre non seulement l’organisation de la communauté scientifique, mais aussi du monde social plus en général.

 

Séminaire de formation doctorale “Migrations contraintes”

Séminaire de formation doctorale organisé par l’EFA, l’EHESS et l’IHMC
Migrations contraintes en Méditerranée orientale de l’Antiquité à nos jours

Date limite de candidature : 30 avril 2022

Lieu :Athènes
Date : du 3 au 7 octobre 2022
Institutions partenaires : EFA, EHESS, IMHC

 

L’École française d’Athènes, en collaboration avec l’EHESS (ANHIMA, CETOBaC, CRH) et l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066 : CNRS, École normale supérieure, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) organise un séminaire de formation doctorale sur le thème des Migrations contraintes en Méditerranée orientale de l’Antiquité à nos jours.

Programme scientifique

Depuis quelques années, la crise dite « migratoire » ou « des réfugiés », constitue un thème central de notre quotidien. Il occupe une bonne part de l’opinion publique et de la politique européenne. Celle-ci ne s’accorde d’ailleurs pas face à une crise humanitaire qui affecte plusieurs régions de l’Europe. La Méditerranée orientale compte parmi les régions les plus concernées par les flux de personnes contraintes de quitter leur pays, le plus souvent en Asie ou en Afrique. Cette région au carrefour de trois continents se situe à l’épicentre ou à proximité de bouleversements majeurs, d’ordre politique, économique, militaire ou autre, qui forcent les personnes à quitter leur foyer et à en chercher un autre. Pour cette partie du monde, qui a accueilli de nombreuses civilisations depuis l’Antiquité, les phénomènes migratoires, les flux de personnes contraintes ou forcées de se déplacer, sont loin d’être une nouveauté. Les problèmes auxquels elle se trouve confrontée ne devraient donc pas être traités comme particuliers à notre temps, mais comme une tendance lourde de notre histoire sur la très longue durée. En effet, depuis l’Antiquité, les questions liées aux ostracisés, aux exilés, aux bannis, aux rescapés, aux réfugiés, aux migrants ou à l’asile occupent une place centrale. Elles reviennent sans cesse dans les débats politiques des pays de départ, de transit et d’accueil, en raison des répercussions sociales, politiques, juridiques, économiques et culturelles que ces bouleversements suscitent. Pour ne citer que quelques exemples, au VIe siècle avant notre ère, des groupes et des individus ont quitté les cités ioniennes comme Phocée et Samos, soumises à la pression des rois achéménides ou à l’instauration des pouvoirs tyranniques, pour émigrer vers l’Occident. Au seuil de l’époque moderne, l’empire ottoman a accueilli les juifs d’Espagne après 1492, tandis qu’au moment de la chute de ce même empire en 1922 la Grèce a reçu environ 1 200 000 réfugiés, soit, à l’époque, l’équivalent du cinquième de sa population. À toutes les périodes, ces déplacements contraints ont laissé des mémoires et des traces, sous forme de récits, d’objets, de transferts de savoirs et de techniques.

L’École française d’Athènes en coopération avec l’École des hautes études en sciences sociales, Paris et l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), souhaite participer à la commémoration d’un événement central de l’histoire de la Grèce moderne : la défaite de 1922 en Asie mineure qui a entraîné de nombreuses migrations contraintes. Pour cela, elle propose ce séminaire interdisciplinaire et trans-période de formation doctorale qui sera un cadre d’échange pour les étudiants en Master et en Doctorat. Le séminaire examinera comment les migrations contraintes ont été vécues par les différents acteurs, les individus, les groupes, les associations et les États. Les questions seront posées à la fois pour les lieux de départ, de transit, que ceux-ci aient des frontières terrestres ou maritimes, et pour les lieux d’installation. Ces derniers pouvant être des patries imaginées, imaginaires, des découvertes heureuses ou malheureuses. Ces expériences migratoires très disparates seront surtout examinées à partir des traces matérielles, mémorielles et autres qu’elles ont laissées dans les lieux de départ, de transit et de destinations. Ce choix épistémologique nous permettra d’étendre nos interrogations sur plusieurs disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, anthropologie, sociologie, littérature) et sur la très longue durée en mettant l’accent sur des thématiques et des aspects méthodologiques différents à travers ces focales :

  • Culture matérielle
  • Focus chronologique : 1922
  • Sources, archives
  • Mémoire, ego-documents
  • Images, représentations, musique et son

Au cours de cette semaine de formation doctorale, les activités scientifiques se dérouleront sous forme d’ateliers, de conférences, et de visites sur le terrain, visant à confronter les différentes approches plus haut évoquées.

Langues de travail

Français et anglais. Connaissance passive du français requise.

Dossier de candidature et modalités pratiques

Le séminaire de formation aura lieu à Athènes, Grèce, du 3 au 7 octobre 2022. Il est ouvert aux étudiants inscrits en thèse et aux étudiants de Master 2.
L’EFA prend en charge les frais d’hébergement, de restauration et des déplacements intérieurs des étudiant(e)s retenu(e)s.
Les étudiant(e)s prendront en charge leur billet d’avion vers Athènes et devront solliciter le soutien de leurs centres ou départements de rattachement.
Le dossier de candidature doit être fait en ligne sur la plateforme missions au plus tard pour le 30 avril 2022 et comprendra :                              

  • une fiche de candidature      
  • un curriculum vitae
  • une lettre de motivation
  • une lettre de recommandation
  • une courte présentation du sujet de thèse                                            

Contact :

dir.moderne@efa.gr     

Comité scientifique / Comité d’organisation :

Angelos Dalachanis (CNRS, IHMC)
Gilles de Rapper (École française d’Athènes)
Cecilia D’Ercole (EHESS, ANHIMA)
Catherine Horel (EHESS, CETOBaC)
Marie-Elisabeth Mitsou (EHESS, GEHM-CRH)

Nathalie Clayer (EHESS), Experiences of space and spaces of experience in (post)Ottoman societies

EHESS Spring Talks

Thu, Mar 24, 2022 3:00 PM – 5:00 PM CET

Moderated by Sabine Rutar (Leibniz Institute for East and Southeast European Studies)

Session in English

In this seminar, starting from the presentation and discussion of current research on Ottoman and post-Ottoman space, we will question, using different objects of study (from individual and collective trajectories to places of activity and production), the spatial practices and visions, but also evolutions, of social spaces and landscapes and their temporalities.

Registration : https://register.gotowebinar.com/register/1752161259609665806

Soutenance de thèse de Gabriel John DOYLE

Titre de thèse : « De l’exception à l’insertion : les établissements charitables dans la fabrique urbaine d’Istanbul (1860-1914) »

Le mercredi 8 décembre de 9h à 13h à l’École des hautes études en sciences sociales

Jury :

  • Nathalie Clayer (directrice de thèse), Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS
  • Romain Bertrand, Directeur de recherche à la Fondation Nationale de Sciences Politiques
  • Shirine Hamadeh, Associate professor à l’université Koç d’Istanbul
  • Bernard Heyberger, Directeur d’études à l’EHESS
  • Catherine Maurer, Professeure à l’université de Strasbourg
  • Jean-François Pérouse, Maître de conférences (HDR) à l’université de Toulouse-Jean Jaurès

Pour des raisons sanitaires, la soutenance est limitée à 15 personnes mais pourra également être suivie par visio-conférence. Veuillez envoyer un mail à l’adresse gab.doyle@yahoo.fr pour obtenir un lien Zoom.

Informations supplémentaires :  https://www.ehess.fr/fr/soutenance/lexception-linsertion-%C3%A9tablissements-charitables-dans-fabrique-urbaine-distanbul-1860

L’Europe centrale dans la mondialisation : grands thèmes, sources et débats historiographiques (XVIe – milieu du XXe siècle)

Séminaire organisé  par Jawad DAHEUR (CNRS-CERCEC)

19 novembre 2019 – 16 juin 2020

3ème mardi du mois, 10h – 13h

Salle A04_47, 54 bd Raspail 75006 Paris

Tous les étudiants y sont les bienvenus à partir du Master.

Abordant l’histoire de l’Europe centrale sous l’angle du commerce à longue distance, ce séminaire propose une réflexion sur la place de cet espace au sein de l’économie mondiale depuis les débuts de la mondialisation économique au XVIe siècle. Considérée dans le temps long, l’histoire économique de l’Europe centrale est marquée par une question majeure : celle de son positionnement au sein d’une économie-monde dominée par l’Europe de l’ouest, devenue le berceau du capitalisme. Les relations commerciales de l’espace couvrant, au début de la période, les territoires de la monarchie Habsbourg et de la Pologne-Lituanie, ont fait l’objet de nombreux travaux et débats historiographiques souvent peu connus en France. Les séances, organisées selon un ordre chronologique, se déroulent sur la base de la lecture d’articles (en anglais) mis à la disposition des étudiants. Une réflexion sur les grands corpus de sources primaires existants, incluant de la documentation dans diverses langues occidentales, est également prévue. Ponctuellement, des chercheurs français et étrangers seront invités à présenter leurs travaux sur le sujet.

Continuer la lecture de L’Europe centrale dans la mondialisation : grands thèmes, sources et débats historiographiques (XVIe – milieu du XXe siècle)

MILAN VUKASINOVIC : SOUTENANCE DE THESE

« Nicée, Épire, Serbie. Idéologie et relations de pouvoir dans les récits de la première moitié du XIIIe siècle »

Mercredi 6 mars 2019 à 14 h00

Lieu : EHESS / CéSor (salle Alphonse Dupront), 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Jury

  • M. Paolo Odorico (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Vlada Stankovic (Directeur de thèse), University of Belgrade
  • Mme Ruth Macrides, University of Birmingham
  • Mme Elisabeth Malamut, Aix-Marseille Université
  • Mme Marie-Elisabeth Mitsou, EHESS
  • Mme Ingela Nilsson, Uppsala University
  • Mme Larisa Vilimonovic, University of Belgrade

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.

Laurent Mignon – Professeur invité à l’EHESS

Laurent Mignon est professeur associé en langue et littérature turques à l’Université d’Oxford et est Fellow du Saint Antony’s College. Ses sujets de recherches incluent la littérature et l’histoire intellectuelle turques modernes, les littératures mineures de Turquie, la littérature socialiste, l’ésotérisme et les formes de spiritualités alternatives, ainsi que la réception de la poésie japonaise en Turquie.

Il est invité dans le cadre du Programme Professeurs invités de l’EHESS, sur proposition de Nathalie CLAYER (CETOBaC).

CONFÉRENCES

« “Dieu créa l’univers et l’homme Dieu” : La dissidence religieuse dans la littérature sépharade de langue turque »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi. 

Après une courte présentation de la genèse de la littérature judéo-turque en Turquie ottomane, j’aborderai les écrits politico-religieux d’Avram Naon, Isak Ferera et Mahir Ruso publiés dans le contexte de la revue progressiste Mir’ât (Le miroir, 1909) et leur influence à l’époque républicaine. Leur humanisme d’inspiration religieuse se voulait un défi à la fois aux autorités politiques et religieuses.

  • Lundi 25 mars 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Yahya Kemal Beyatli : Mythes et mythologies »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi.

Le poète et essayiste Yahya Kemal Beyatlı est lu aujourd’hui comme le chantre de la civilisation turco-ottomane et l’auteur d’une poésie néoclassique où se rencontrent Baki et Baudelaire, Nedim et Moréas. Pourtant outre des textes et poèmes qui expriment une nostalgie certaine pour un islam populaire turco-ottoman, d’autres textes chantent les dieux et délices de la Grèce et de la Rome antiques. Cette conférence propose de dresser le portrait du poète entre son mythe et sa passion pour la mythologie.

  • Lundi 1er Avril 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli. »

Dans le cadre des Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

L’histoire du haïku en Occident est le produit de rencontres entre modernismes littéraires et traditions japonaises. Bien que moins étudiée, la situation turque est similaire. Le poète avant-gardiste Orhan Veli Kanık découvrit le haïku durant les années 30 à travers les traductions du poète Takarai Kikaku réalisées par Kuni Matsuo and Emile Steinilber-Oberlin, ouvrant ainsi de nouvelles voies pour sa quête minimaliste.

  • Vendredi 5 avril 2019, de 9h30 à 11h, INaLCO, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

« Écrire une histoire alternative de la littérature ottomane »

Dans le cadre du séminaire de Timour Muhidine (INaLCO).

A l’aube de la guerre des Balkans (1912-13), l’écrivain anarchisant Baha Tevfik invitait les intellectuels à se libérer du « joug du passé et de la nationalité. » Dans les pas de Tevfik, je m’interrogerai sur les conséquences de cette invitation pour les historiens de la littérature turco-ottomane en évoquant les littératures mineures, la place de la littérature missionnaire ainsi que l’impact de la « révolution des lettres » de 1928 sur l’historiographie littéraire.

  • Jeudi 11 avril 2019, de 17h à 19h, BULAC, salle RJ 23, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (la date de la conférence a changé)