Archives par mot-clé : EHESS

Raphael Gourrada : Soutenance de thèse

AGIR EN SYSTÈME POUR CONSERVER L’ORDRE SOCIAL : LE POSITIONNEMENT POLITIQUE DES ÉLITES RELIGIEUSES AU LIBAN

Jeudi 13 décembre 2018 à 14h00 à l’EHESS (salle AS1_23), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Jury:

Hamit BOZARSLAN, EHESS (directeur de thèse) 

Ahmad BEYDOUN, Université Libanaise 

Bernard HEYBERGER, EHESS

 Eberhard KIENLE, CNRS 

Henry LAURENS, Collège de France 

Elizabeth PICARD, CNRS

Il s’agit tout au long de ce travail d’approcher le politique au Liban, dans sa praxis, en interrogeant les actions d’une catégorie spécifique d’acteurs, les élites religieuses libanaises institutionnalisées. En se penchant sur leurs positionnements politiques, il s’agit d’observer dans quelle mesure la barrière confessionnelle entre ces chefs communautaires est transcendée au profit d’un objectif commun : conserver l’ordre social en vigueur. Pour cela, il convient de se pencher tout d’abord sur les ressources dont disposent ces acteurs pour asseoir et légitimer leur investissement dans le champ politique. Ces ressources sont à la fois d’ordre historique, fruits d’un héritage divergeant certes d’une communauté à l’autre, mais s’inscrivent également dans un cadre structurel et juridique spécifique qui tend à uniformiser les pratiques positionnelles, et qui confère à chacune des instances institutionnalisées les moyens d’un encadrement sociétal. Les ressources d’ordre charismatique et propres à chaque leader ne sont bien évidemment pas à négliger. L’étude des pratiques du positionnement implique de se pencher sur les vecteurs véhiculant la prise de parole, mais également la temporalité et la fréquence dans laquelle cette parole s’insère. Le discours politique se caractérise également par une uniformité flagrante de la rhétorique et du vocabulaire utilisés par ces dominants. La défense d’une cause, à laquelle est liée l’identité du groupe communautaire, le calibrage des stratégies de communication, ainsi que la préservation d’un équilibre nécessaire à entretenir avec le champ politique en terme de distance, sont autant de règles conditionnant la légitimité du discours produit. Ces positionnements n’étant pas sans défis, les acteurs religieux institutionnalisés se doivent également de gérer à la fois la concurrence d’outsiders proposant un discours moins uniforme et donc plus attractif, mais également les potentielles dissensions caractérisant les acteurs du champ religieux, ainsi que leurs relations avec ceux du champ politique. Gérer ces concurrences potentielles implique d’œuvrer en commun, en système, conjointement ou concomitamment, pour produire un discours des élites pour les élites, promouvant la sauvegarde d’un ordre social. En s’affranchissant des grilles de lecture communautaires ou clientélaires, à travers l’observation des positionnements d’acteurs disposant principalement d’un capital symbolique, nous sommes amenés à caractériser la formation d’un nouveau champ des élites de la conservation regroupant les acteurs religieux, mais également une partie du personnel politique œuvrant en vue de cette conservation de l’ordre social.

Ece Zerman: Soutenance de thèse

NOUVELLES PRATIQUES DE REPRÉSENTATION DE SOI DE LA FIN DE L’EMPIRE OTTOMAN À LA RÉPUBLIQUE DE TURQUIE : ÉCRITS DU FOR PRIVÉ, PHOTOGRAPHIES, INTÉRIEURS

Lundi 10 décembre 2018 à l’EHESS à partir de 9h30 en salle 13, 105 boulevard Raspail, Paris

Jury:

Nathalie CLAYER, CNRS-EHESS (directrice de thèse) 

Mercedes VOLAIT, CNRS, INHA 

Edhem ELDEM, Université de Boğaziçi-Collège de France  

Anne MONJARET, IIAC-LAHIC, CNRS-EHESS  

Timour MUHIDINE, INaLCO

Cette thèse vise à étudier des egodocuments dans une période de transformations politiques et sociales qui s’étend des années 1890 aux années 1930. Notre réflexion se base sur des études de cas : un journal intime, des agendas, des lettres, des carnets de famille, des albums de photographies, des photographies d’intérieurs ainsi qu’une corpus de sources publiées. A partir de la fin du XIXe siècle de nouvelles formes de représentation de soi se développaient dans l’Empire ottoman, souvent reliées aux discours politiques émergents. La diffusion de la photographie et des nouvelles techniques de reproduction des textes et des images a certainement contribué au développement de ces nouvelles formes de représentation. Notre objectif est d’analyser dans une démarche englobante des moyens écrits et visuels de représentation de soi qui s’entremêlaient dans la plupart des cas. L’étude de cette documentation permet d’analyser à l’échelle individuelle la façon dont les sujets de cette étude ont fait l’expérience d’un monde en transformation, comment ils/elles ont construit et gardé leurs souvenirs, comment ils/elles se sont projetés au futur dans une époque de bouleversements politiques et sociaux. Cela nous permet aussi de suivre la circulation transnationale des objets et des pratiques, ainsi que les manières avec lesquelles ils sont adaptés et réappropriés par une « nouvelle base sociale ». Nos sources sont l’objet-même de notre étude. L’intérêt est aussi bien porté sur la matérialité et les usages de ces documents que sur ce qu’ils nous apprennent sur l’expérience, les émotions, les sens, la mise-en-scène ou la performance de soi que mettent en œuvre chacun.e.s de nos auteurs.

Pertes et requalifications de nationalités au prisme des trajectoires migratoires : une perspective transnationale sur l’Europe du premier vingtième siècle

30 novembre

Salle des Actes, ENS-Ulm, 45 rue d’Ulm

9h30: Accueil

10h – 10h45: Introduction par Patrick Weil (CNRS, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) 

11h – 12h30Les migrants face aux requalifications nationales

Modération: Aliénor Cadiot (EHESS, CRH)

Frank Caestecker (Universiteit Gent, CESSMIR): Cinq mille déchéances de la nationalité belge (1918-1960): comment des Belges de sang, Belges naturalisés, Belges par option, Belges retrouvés se retrouvaient comme apatrides et comment ils s’en sortaient

Emmanuel Szurek (EHESS, CETOBaC): Les “rapatriés de Smyrne”. Nationalisation du travail et migrations des ressortissants français de Turquie (1932-1938)

Discutante: Claire Zalc (CNRS, IHMC, EHESS)

14h – 15h30Politiques de la citoyenneté et catégorisation nationale

Modération: Elif Becan (EHESS, CETOBaC)

Corry Guttstadt (Universität Hamburg): Turkey’s Policy of Demographic Engineering and the Question of Citizenship

Michal Frankl (Akademie věd České republiky, MIA): From Citizens to Refugees. Revising Jewish Citizenship in Poland and Czechoslovakia, 1938-1939

Discutante: Nancy Green (EHESS, CRH)

15h45 -16h30: Conclusion par Catherine Gousseff (CNRS, CERCEC)

 

SOUTENANCE DE THÈSE DE LUCIE DRECHSELOVA

Titre de thèse: Femmes et pouvoir local : processus d’engagement et trajectoires politiques féminins en Turquie.

Jeudi 20 septembre 2018 à 9h

Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales, salle 7 (105, boulevard Raspail, 75006, Paris)

Jury:

  • Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Jitka Maleckova (Directrice de thèse), Charles University (Prague)
  • Mme Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS/CERI
  • Jan Zouplna, Académie des sciences tchèques

ÉCHANGES ET CONFLITS EN MÉDITERRANÉE (1492-1830)

Date: Vendredi 14 septembre de 9h à 18h

Adresse: Maison de la Recherche, Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Si la Méditerranée a longtemps été un espace propice aux rencontres et aux échanges entre les peuples, elle a été aussi un lieu d’antagonismes et d’affrontements. Les échanges et les conflits ont été très variés et de toute nature : religieux, politiques, diplomatiques, juridiques et culturels. Les affrontements armés autour de la Méditerranée se sont déroulés sur terre et sur mer. Échanges pacifiques ou conflits armés, ces contacts ont durablement marqué les peuples et façonné l’histoire de la Méditerranée.

Nous proposons dans le cadre d’une journée d’étude de mettre en perspective un certain nombre de cas significatifs comme autant de pistes de réflexion que l’on espère novatrices. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous souhaitons à travers cette journée aborder des problématiques diverses qui donneront lieu à la confrontation de points de vue pluridisciplinaires.

Programme de la Journée d’études

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS