Archives par mot-clé : EHESS

MILAN VUKASINOVIC : SOUTENANCE DE THESE

« Nicée, Épire, Serbie. Idéologie et relations de pouvoir dans les récits de la première moitié du XIIIe siècle »

Mercredi 6 mars 2019 à 14 h00

Lieu : EHESS / CéSor (salle Alphonse Dupront), 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Jury

  • M. Paolo Odorico (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Vlada Stankovic (Directeur de thèse), University of Belgrade
  • Mme Ruth Macrides, University of Birmingham
  • Mme Elisabeth Malamut, Aix-Marseille Université
  • Mme Marie-Elisabeth Mitsou, EHESS
  • Mme Ingela Nilsson, Uppsala University
  • Mme Larisa Vilimonovic, University of Belgrade

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.

Laurent Mignon – Professeur invité à l’EHESS

Laurent Mignon est professeur associé en langue et littérature turques à l’Université d’Oxford et est Fellow du Saint Antony’s College. Ses sujets de recherches incluent la littérature et l’histoire intellectuelle turques modernes, les littératures mineures de Turquie, la littérature socialiste, l’ésotérisme et les formes de spiritualités alternatives, ainsi que la réception de la poésie japonaise en Turquie.

Il est invité dans le cadre du Programme Professeurs invités de l’EHESS, sur proposition de Nathalie CLAYER (CETOBaC).

CONFÉRENCES

« “Dieu créa l’univers et l’homme Dieu” : La dissidence religieuse dans la littérature sépharade de langue turque »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi. 

Après une courte présentation de la genèse de la littérature judéo-turque en Turquie ottomane, j’aborderai les écrits politico-religieux d’Avram Naon, Isak Ferera et Mahir Ruso publiés dans le contexte de la revue progressiste Mir’ât (Le miroir, 1909) et leur influence à l’époque républicaine. Leur humanisme d’inspiration religieuse se voulait un défi à la fois aux autorités politiques et religieuses.

  • Lundi 25 mars 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Yahya Kemal Beyatli : Mythes et mythologies »

Dans le cadre du séminaire « Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du sud-est aux XIXe-XXIe siècles », organisé par Nathalie Clayer et Fabio Giomi.

Le poète et essayiste Yahya Kemal Beyatlı est lu aujourd’hui comme le chantre de la civilisation turco-ottomane et l’auteur d’une poésie néoclassique où se rencontrent Baki et Baudelaire, Nedim et Moréas. Pourtant outre des textes et poèmes qui expriment une nostalgie certaine pour un islam populaire turco-ottoman, d’autres textes chantent les dieux et délices de la Grèce et de la Rome antiques. Cette conférence propose de dresser le portrait du poète entre son mythe et sa passion pour la mythologie.

  • Lundi 1er Avril 2019, de 17h à 19h, EHESS, salle 7, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

« Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli. »

Dans le cadre des Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

L’histoire du haïku en Occident est le produit de rencontres entre modernismes littéraires et traditions japonaises. Bien que moins étudiée, la situation turque est similaire. Le poète avant-gardiste Orhan Veli Kanık découvrit le haïku durant les années 30 à travers les traductions du poète Takarai Kikaku réalisées par Kuni Matsuo and Emile Steinilber-Oberlin, ouvrant ainsi de nouvelles voies pour sa quête minimaliste.

  • Vendredi 5 avril 2019, de 9h30 à 11h, INaLCO, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

« Écrire une histoire alternative de la littérature ottomane »

Dans le cadre du séminaire de Timour Muhidine (INaLCO).

A l’aube de la guerre des Balkans (1912-13), l’écrivain anarchisant Baha Tevfik invitait les intellectuels à se libérer du « joug du passé et de la nationalité. » Dans les pas de Tevfik, je m’interrogerai sur les conséquences de cette invitation pour les historiens de la littérature turco-ottomane en évoquant les littératures mineures, la place de la littérature missionnaire ainsi que l’impact de la « révolution des lettres » de 1928 sur l’historiographie littéraire.

  • Jeudi 11 avril 2019, de 17h à 19h, BULAC, salle RJ 23, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris (la date de la conférence a changé)

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des aires culturelles

15 février 2019 (8h45 – 17h30) en salle 13 au 105 Boulevard Raspail, Paris.

La Journée doctorale est soutenue financièrement par le Campus Condorcet. Elle bénéficie également du soutien du CETOBaC, du GRSL et du Projet POLTUR du laboratoire IRISSO à l’Université Paris Dauphine, financé par le programme Emergence(s) de la Mairie de Paris.

La journée doctorale portera sur les espaces étudiés au CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) : les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. Elle a pour but de questionner les liens existants entre les éléments au cœur de la formation des identités – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. La journée est conçue comme un lieu d’échange transdisciplinaire. Les disctutant.e.s sont invité.e.s à proposer des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les espaces étudiés, où les identités peuvent encore être perçues comme fixes et inamovibles.

Programme:

08h45-09h : Accueil café 

09h-09h15 : Introduction et présentation de la Journée doctorale par le comité des organisatrices et Marc Aymes (directeur du CETOBaC / CNRS)

09h15-10h30 : Identité et circulation des personnes

Léo Maillet : « De Xi’an à Tachkent : antagonismes quotidiens et imaginaires du territoire sur un faisceau de routes chinoises en Asie
centrale »

Juliette Ronsin : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici.” Les ouvriers (post-)yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard de 1965 à nos jours »

Modératrice : Julia Nietsch (CETOBaC, EHESS)
Discutants : Hayri Gökşin Özkoray (CETOBaC / Collège de France) et Işıl Erdinç (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

10h30-10h45 : Pause café

10h45-12h : Construction identitaire et frontière des communautés au niveau local

Cléa Pineau : « La fabrication et la fluidité des identités dans la ville de Mersin en Turquie au prisme de la question spatiale, politique et socio- économique »

James Rouse : « La construction identitaire chez les nomades en Anatolie médiévale à travers l’exemple des Germiyān (XIIe – XIIIe siècles) »

Modératrice : Sarah Sajn (CHERPA, Sciences Po Aix)

Discutants : Nathalie Clayer (CETOBaC, EHESS / CNRS) et Yann Borjon- Privé (GSRL, EPHE)

12h-13h30 : Buffet déjeunatoire 

13h30-14h45 : Construction identitaire et frontières des communautés au niveau international

Yéléna Mac-Glandières : « La Caspienne de frontière à interface : comment penser l’ouverture sur une mer fermée ? Travaux d’étalonnage»

Sophie Gueudet : « Le rôle de la Représentation de la Republika Srpska à Belgrade comme l’un des porteurs du concept d’ “espace spirituel commun” entre Serbie et Republika Srpska »

Modératrice : Kristina Kovalskaya (CETOBaC / GSRL, EPHE)

Discutants : Isabelle Ohayon (CERCEC / CNRS) et Loïc Trégourès (CERAPS, Université de Lille / CNRS)

14h45-15h : Pause café 

15h-16h15 : Identité et circulation des savoirs

Ömer Köksal : « Les médiations multiples à travers la traduction : l’étude de cas sur l’ouvrage de Max Nordau dans l’Empire ottoman tardif »

Monika Mousavi : « L’identité tiraillée, impact sur la vie politique en Iran»

Modératrice : Meriç Tanık (CETOBaC, EHESS / ENS)

Discutants : Marc Toutant (CETOBaC / CNRS) et Dilek Sarmış (CETOBaC, EHESS)

16h15-17h30 : Construction identitaire et interaction entre acteurs gouvernementaux et acteurs associatifs

Léa Delmaire : « Le rôle de la lutte contre la tuberculose dans la construction d’une identité turque idéale »

Julia Nietsch : « L’Institut kosovar pour le droit des ONG : une création américaine ? Les associations kosovares dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales après 1999 »

Modératrice : Pelin Ünsal (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

Discutants : Morgane Labbé (CRH, EHESS) et Fabio Giomi (CETOBaC / CNRS)

Comité organisateur

Kristina KOVALSKAYA, GSRL / EPHE-PSL, CETOBaC / EHESS

Julia NIETSCH, CETOBaC / EHESS

Sarah SAJN, CHERPA / Sciences Po Aix

Meriç TANIK, CETOBaC / EHESS

Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

de 17h à 19h à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 5

Renseignements :clayer@ehess.fr

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans l’Europe du Sud-Est de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents, on se concentrera en particulier sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées dans la région au moins à partir du XIXesiècle, et qui ont amplement contribué à en bâtir l’espace public. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les associations seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Cette année, nous voulons nous concentrer sur l’articulation entre fait associatif et fait religieux. Plus précisément, nous voulons analyser les usages que les acteurs religieux – catholiques, orthodoxes, juifs, musulmans en particulier – on fait des associations dans un moment de profonde transformation. Travailler sur cette articulation nous permettra de cerner certaines transformations de la relation entre acteurs religieux et espace public. Les séances, de deux heures, seront bâties autour de présentations d’études de cas. Une partie des séances seront plus particulièrement consacrées à la présentation et commentaire d’ouvrages récents concernant l’histoire du fait associatif et des mouvements sociaux dans la région. 

Programme du séminaire:

11 mars 2019 : Fabio GIOMI (CNRS, CETOBAC)

Au-delà de la nation. Anatomie des réseaux associatifs catholiques dans la première Yougoslavie   

Quand il s’agit des historiographies sur la première Yougoslavie (1918-1941), la question religieuse est généralement considérée comme une simple rubrique de l’omniprésente question nationale. Les rares études sur la culture associative catholique, bâties à partir de sources yougoslaves, ne font guère exception : ainsi, les puissants réseaux associatifs tels que Orlovi(Aigles) et Križari(Croisés) sont essentiellement interprétés comme une réactionaux politiques de l’élite gouvernementale et a son dessin supposé de « serbiser » la société yougoslave, et en particulier la jeunesse. Le domaine associatif ne serait donc qu’une arène parmi d’autres où observer le conflit inévitable entre élites serbes et croates, qui saperait tout projet d’unité yougoslave et qui, à la fin du XXe siècle, serait la cause de son échec. A travers une analyse croisée des sources des Archives Secrètes du Vatican et de celles de l’Archive de Yougoslavie, il s’agira de restituer une autre histoire des réseaux associatifs catholiques, une histoire qui tienne compte d’une multiplicité de clivages : entre clergé et laïques, hommes et femmes, générations, classes sociales, comme entre porteurs de différents projets politiques et nationaux. L’objectif est ainsi de cerner les spécificités d’une culture associative catholique en Yougoslavie, entre les contextes locaux et les transformations en cours à l’échelle européenne. Continuer la lecture de Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

Raphael Gourrada : Soutenance de thèse

AGIR EN SYSTÈME POUR CONSERVER L’ORDRE SOCIAL : LE POSITIONNEMENT POLITIQUE DES ÉLITES RELIGIEUSES AU LIBAN

Jeudi 13 décembre 2018 à 14h00 à l’EHESS (salle AS1_23), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Jury:

Hamit BOZARSLAN, EHESS (directeur de thèse) 

Ahmad BEYDOUN, Université Libanaise 

Bernard HEYBERGER, EHESS

 Eberhard KIENLE, CNRS 

Henry LAURENS, Collège de France 

Elizabeth PICARD, CNRS

Il s’agit tout au long de ce travail d’approcher le politique au Liban, dans sa praxis, en interrogeant les actions d’une catégorie spécifique d’acteurs, les élites religieuses libanaises institutionnalisées. En se penchant sur leurs positionnements politiques, il s’agit d’observer dans quelle mesure la barrière confessionnelle entre ces chefs communautaires est transcendée au profit d’un objectif commun : conserver l’ordre social en vigueur. Pour cela, il convient de se pencher tout d’abord sur les ressources dont disposent ces acteurs pour asseoir et légitimer leur investissement dans le champ politique. Ces ressources sont à la fois d’ordre historique, fruits d’un héritage divergeant certes d’une communauté à l’autre, mais s’inscrivent également dans un cadre structurel et juridique spécifique qui tend à uniformiser les pratiques positionnelles, et qui confère à chacune des instances institutionnalisées les moyens d’un encadrement sociétal. Les ressources d’ordre charismatique et propres à chaque leader ne sont bien évidemment pas à négliger. L’étude des pratiques du positionnement implique de se pencher sur les vecteurs véhiculant la prise de parole, mais également la temporalité et la fréquence dans laquelle cette parole s’insère. Le discours politique se caractérise également par une uniformité flagrante de la rhétorique et du vocabulaire utilisés par ces dominants. La défense d’une cause, à laquelle est liée l’identité du groupe communautaire, le calibrage des stratégies de communication, ainsi que la préservation d’un équilibre nécessaire à entretenir avec le champ politique en terme de distance, sont autant de règles conditionnant la légitimité du discours produit. Ces positionnements n’étant pas sans défis, les acteurs religieux institutionnalisés se doivent également de gérer à la fois la concurrence d’outsiders proposant un discours moins uniforme et donc plus attractif, mais également les potentielles dissensions caractérisant les acteurs du champ religieux, ainsi que leurs relations avec ceux du champ politique. Gérer ces concurrences potentielles implique d’œuvrer en commun, en système, conjointement ou concomitamment, pour produire un discours des élites pour les élites, promouvant la sauvegarde d’un ordre social. En s’affranchissant des grilles de lecture communautaires ou clientélaires, à travers l’observation des positionnements d’acteurs disposant principalement d’un capital symbolique, nous sommes amenés à caractériser la formation d’un nouveau champ des élites de la conservation regroupant les acteurs religieux, mais également une partie du personnel politique œuvrant en vue de cette conservation de l’ordre social.