Archives par mot-clé : EHESS

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS

Heike Karge, assistante-professeure en histoire de l’Europe du Sud-Est à l’université de Regensburg et associée à l’Institut für Ost-und Südosteuropaforschung (IOS), invitée à l’EHESS par Morgane Labbé (CRH-ESOPP), travaille sur l’histoire de la guerre en Yougoslavie au 20e siècle. Ses recherches portent sur deux thèmes. En premier lieu, elles traitent des politiques et cultures mémorielles. Dans la perspective longue du siècle elle étudie comment conflits guerriers et changements de régime se connectent et se font écho dans les pratiques mémorielles. Ses recherches récentes portent sur les traumatismes de guerre et les conflits autour de leur reconnaissance par la psychiatrie ainsi que leur prise en charge par des institutions médico-sociales. C’est le thème de son prochain livre, Der Charme der Schizophrenie. Psychiatrische Deutungsmacht und Konstruktion der sozialen Welt in Südosteuropa. 

Continuer la lecture de HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS

ILKER AYTURK – Professeur invité à l’EHESS-IISMM

İlker AYTÜRK (PhD Brandeis 2005) is associate professor at the Department of Political Science and Public Administration at Bilkent University, Ankara and teaches Turkish political history. His current research focuses on the evolution of the Turkish far right during the Cold War. Professeur invité par Emmanuel SZUREK.

Continuer la lecture de ILKER AYTURK – Professeur invité à l’EHESS-IISMM

Noémi Lévy-Aksu – Enseignante invitée à l’EHESS (avril 2018)

La loi martiale contre l’urgence sociale: le cas du mouvement ouvrier de 1970 en Turquie, Lundi 9 avril 2018 2018, 16h-19h – EHESS (Salle AS1_23) 54, Bd Raspail, 75006 Paris 

Le « grand soulèvement ouvrier » d’Istanbul en 1970 est resté dans les mémoires syndicales et militantes comme le symbole et l’apogée de la contestation sociale qui a marqué cette période. Inédit par le caractère massif des manifestations et cortèges dans plusieurs quartiers d’Istanbul, le mouvement de juin a suscité la proclamation de la loi martiale, concrétisée par le déploiement de forces militaires et la formation de cours martiales pour juger les responsables syndicaux, les ouvriers et les étudiants arrêtés pendant les manifestations. Ce séminaire se penchera sur les enjeux politiques et légaux liés à l’imposition de la loi martiale contre ce mouvement social. Il tentera aussi de resituer le cas de 1970 dans la longue tradition de proclamations d’états d’urgence dans des situations de contestation politique ou sociale, de la fin de l’Empire ottoman à nos jours.

Interaction avec les doctorants du CETOBAC, Mardi 10 avril, 15h-17h – EHESS (Salle AS1_24) 54, Bd Raspail, 75006 Paris

Constitution et régimes d’exception dans la Turquie kémaliste: la part de l’héritage ottoman, Mercredi 11 avril 2018, 12h30-14h – INALCO (Amphithéâtre 6, 2eme étage) 65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Table ronde sur la situation des universitaires en Turquie, Jeudi 12 avril 2018, 19h-21h – EHESS (Salle 8) 105 bd Raspail 75006 Paris

Affiche

Approches interdisciplinaires sociétés romanies/tsiganes / Interdisciplinary approaches to Roma/Gypsy societies

Le séminaire poursuit le travail consacré à l’étude des sociétés romanies/tsiganes, au croisement des différentes sciences sociales. En nous fondant sur une démarche interdisciplinaire, nous proposons de confronter des approches distinctes et de travailler leur complémentarité pour transmettre aux étudiants de Master, aux doctorants et aux chercheurs intéressés des savoirs critiques autour des grands thèmes des études romanies. La séance introductive sera consacrée à la création des études romanies comme champ autonome et à leurs récents renouvellements. Le séminaire abordera ensuite la généalogie des politiques publiques en direction des Roms/Tsiganes (séance 2) ainsi que leurs manifestations contemporaines (séance 3), l’identité romanie à travers ses représentations visuelles (séance 4) et les mobilités romanies envisagées à travers les approches historique (séance 5) et anthropologique (séance 6).

Organisateurs: Ilsen About, chargé de recherche au CNRS ( Centre Georg-Simmel ), Norah Benarrosh-Orsoni, contrat postdoctoral à l’EHESS ( CETOBaC ), Grégoire Cousin, postdoctorant à la FMSH ( Hors EHESS ), Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS ( CRH-GGH-Terres )

2e vendredi du mois de 14 h à 17 h (salle A05_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 12 janvier 2018 au 8 juin 2018. La séance du 9 février est reportée au 16 février (salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris)

Pour plus d’information, aller à la page du séminaire.