Archives par mot-clé : EHESS

SOUTENANCE DE THÈSE DE LUCIE DRECHSELOVA

Titre de thèse: Femmes et pouvoir local : processus d’engagement et trajectoires politiques féminins en Turquie.

Jeudi 20 septembre 2018 à 9h

Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales, salle 7 (105, boulevard Raspail, 75006, Paris)

Jury:

  • Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Jitka Maleckova (Directrice de thèse), Charles University (Prague)
  • Mme Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS/CERI
  • Jan Zouplna, Académie des sciences tchèques

ÉCHANGES ET CONFLITS EN MÉDITERRANÉE (1492-1830)

Date: Vendredi 14 septembre de 9h à 18h

Adresse: Maison de la Recherche, Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Si la Méditerranée a longtemps été un espace propice aux rencontres et aux échanges entre les peuples, elle a été aussi un lieu d’antagonismes et d’affrontements. Les échanges et les conflits ont été très variés et de toute nature : religieux, politiques, diplomatiques, juridiques et culturels. Les affrontements armés autour de la Méditerranée se sont déroulés sur terre et sur mer. Échanges pacifiques ou conflits armés, ces contacts ont durablement marqué les peuples et façonné l’histoire de la Méditerranée.

Nous proposons dans le cadre d’une journée d’étude de mettre en perspective un certain nombre de cas significatifs comme autant de pistes de réflexion que l’on espère novatrices. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous souhaitons à travers cette journée aborder des problématiques diverses qui donneront lieu à la confrontation de points de vue pluridisciplinaires.

Programme de la Journée d’études

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS

Heike Karge, assistante-professeure en histoire de l’Europe du Sud-Est à l’université de Regensburg et associée à l’Institut für Ost-und Südosteuropaforschung (IOS), invitée à l’EHESS par Morgane Labbé (CRH-ESOPP), travaille sur l’histoire de la guerre en Yougoslavie au 20e siècle. Ses recherches portent sur deux thèmes. En premier lieu, elles traitent des politiques et cultures mémorielles. Dans la perspective longue du siècle elle étudie comment conflits guerriers et changements de régime se connectent et se font écho dans les pratiques mémorielles. Ses recherches récentes portent sur les traumatismes de guerre et les conflits autour de leur reconnaissance par la psychiatrie ainsi que leur prise en charge par des institutions médico-sociales. C’est le thème de son prochain livre, Der Charme der Schizophrenie. Psychiatrische Deutungsmacht und Konstruktion der sozialen Welt in Südosteuropa. 

Continuer la lecture de HEIKE KARGE – Professeure invitée à l’EHESS