Archives par mot-clé : École Française d’Athènes

EFA- Contrats doctoraux fléchés 2024-2027

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI). Ce dispositif peut bénéficier à tout candidat à l’inscription en doctorat dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger.

Cette année, 4 contrats sont ouverts, portés par l’École française d’Athènes, l’École française de Rome, lInstitut français d’Archéologie orientale et la Casa de Velazquez (École des hautes études hispaniques).

Cette allocation fléchée vient s’ajouter au contingent dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs, un soutien à la recherche française à l’étranger et un renforcement des partenariats entre les universités françaises et les EFE.

 
Les dossiers de candidatures doivent parvenir sous forme d’un document PDF unique comprenant:

– un projet de thèse de cinq pages au maximum;
– le CV du candidat pressenti pour entreprendre cette recherche;
– une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;
– l’avis du directeur de l’ED.

Les dossiers devront être envoyés à l’adresse candidatures@efa.gr, avant le 05 mai 2024 à 15h00 (heure de Paris).

Les résultats seront transmis au cours du mois de juin.

Pour en savoir plus et candidater à l’École française d’Athènes…

Pour plus d’informations sur les contrats doctoraux fléchés dans les autres Écoles françaises à l’étranger… 

 

EFA- Appel à communication – Call for papers- Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XXe siècle

Dates : Vendredi 15 novembre 2024

Lieu: École française d’Athènes

Organisé par le projet ERC AGRELITA et l’École française d’Athènes (EFA)

Deadline for submission: 15 mai 2024

Contact : catherine-bougassas@orange.fr | catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Download the call for papers (EN) | Télécharger l’appel (FR) 

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance en Europe occidentale : « L’Antiquité païenne, loin de « re-naître » dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes[1]. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. Dans la littérature latine, de nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites dans les langues romanes. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des traductions, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques, des traités spécifiquement consacrés aux dieux antiques… Ces divinités païennes sont dans le même temps aussi présentes dans les textes byzantins et post-byzantins.

–> Lire la suite

Publication

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité ».

Modalités

Les propositions (titre et résumé de 200-300 mots)sont à adresser avant le 15 mai 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes :

catherine-bougassas@orange.fr & catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Appel à candidatures- Penser au-delà de l’État-nation

Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains

Dates: 02 – 06 septembre 2024

Lieu: Athènes

Institutions partenaires: École française d’Athènes, CETOBaC (UMR8032 CNRS/EHESS), École des hautes études en sciences sociales

Date limite de candidature: 30 avril 2024

Contact : dir.moderne@efa.gr

Télécharger l’appel (pdf)

L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC) et l’École française d’Athènes (EFA) organisent un séminaire de formation doctorale (SFD) sur le thème « Penser au-delà de l’État-nation : Théorie et pratique de l’histoire des Balkans modernes et contemporains » du 2 au 6 septembre 2024 à Athènes (École française d’Athènes, 6 rue Didotou) qui rassemblera entre 10 et 15 doctorant·es et mastérant·es, accompagné·es d’une dizaine de formatrices et formateurs, principalement issus des institutions d’enseignement supérieur et de recherche de France et des pays balkaniques, en particulier la Grèce.

Programme scientifique

L’objectif du séminaire de formation doctorale est de susciter parmi les participant·es une discussion autour des principales approches qui, depuis les années 1990, remettent en question l’État-nation en tant qu’unité d’analyse primordiale dans la recherche historique.

À travers l’examen d’ouvrages récents portant sur les sociétés de l’Europe du Sud-Est, nous proposons de revisiter les significations et les périmètres d’un ensemble d’approches traversant les sciences sociales. De la notion de transferts culturels à l’histoire mondiale, des approches transnationales aux perspectives post-coloniales et post-impériales, ces différentes façons de concevoir le travail d’historien.ne visent à appréhender les évolutions des sociétés balkaniques en transcendant le cadre de l’État-nation. Le séminaire sera articulé en cinq journées, selon le principe d’une approche par jour :

  • Circulations et mobilités 
  • Histoire mondiale et globale 
  • Nouvelles histoires (post-)impériales et post-coloniales 
  • Transferts culturels et histoire croisée 
  • Jeux d’échelles, espaces et trajectoires

–> Lire la suite

École française d’Athènes: Recrutement de 10 membres scientifiques

Le concours de recrutement des membres scientifiques de l’École française d’Athènes est ouvert!
Pour l’année 2024-2025, dix postes de membre de l’École française d’Athènes seront vacants ou susceptibles d’être vacants à compter du 1er septembre 2024.

Peuvent se porter candidats
1° Les doctorants ;
2° Les titulaires d’un diplôme national de niveau égal ou supérieur au doctorat ;
3° Les maîtres de conférences ou personnels assimilés en application de l’article 6 du décret du 16 janvier 1992 ;
4° Les personnes qui justifient de titres ou diplômes universitaires ou scientifiques étrangers jugés équivalents par la commission d’admission.

Vous trouverez ici le détail de l’appel à candidatures. Les dossiers doivent être déposés avant le 15 février 2024.

2e rencontre- Arméniens et Juifs : la rupture traumatique des génocides

02-03/11/2023,
Salle du Musée des moulages / Conference room – École française d’Athènes, Didotou 6

Arméniens et Juifs : la rupture traumatique des génocides

Deuxième rencontre du programme Arméniens et Juifs dans les métropoles du Sud-Est européen
sous la responsabilité d’Odette Varon-Vassard et Hervé Georgelin

Voir programme ici

Suivre en ligne Journée 1 | Journée 2
Tous les détails ici https://u.efa.gr/cx

La deuxième rencontre du programme de recherche « Arméniens et Juifs dans les métropoles du sud-est européen » est consacrée aux destructions génocidaires qui ont affecté les deux populations selon des chronologies et des processus différents, dans des lieux différents, mais d’une manière qui affecte leur histoire de façon indélébile jusqu’aujourd’hui dans le sud-est européen et bien au-delà.
En particulier, le grand centre arménien ottoman, Constantinople-Istanbul-Պոլիս [Bolis], a été réduit à peau de chagrin démographique, doté encore d’institutions importantes aux noms impressionnants mais dépourvu désormais d’arrière-pays, celui des Arméniens ottomans, rayé de la carte par le Comité Union et Progrès en 1915 et dans les années qui suivirent, lors du Grand Crime / Մեծ Եղեռն [Medz Yeghern] ou de la Catastrophe / Աղէտ [Aghèd], comme les survivants appellèrent ces massacres systématiques.
En regard, dans La Jérusalem des Balkans, Thessalonique-Selânik, la communauté juive n’est plus, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, que l’ombre d’elle-même, « la ville des fantômes » selon l’expression consacrée par Mark Mazower. La communauté salonicienne a connu pendant la Shoah un des taux de mortalité les plus élevés de toute l’Europe occupée par l’Allemagne nazie et ses alliés. La démographie des Juifs des pays voisins occupés connaît un même effondrement. La perception de soi des deux peuples a été marquée à jamais par la violence de ces destructions de masse.

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

17/10/2023, École française d’Athènes
Didotou 6, Athens, 10680
Suivre en ligne

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

Diana Mishkova Centre for Advanced Study, Sofia

Discussion : Agustin Cosovschi École française d’Athènes

A discussion with Diana Mishkova about her recent book Rival Byzantiums: Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). The book is a comparative exploration of the way the phenomenon of Byzantium has been treated by the historiographies of the polities that have emerged from its remains – Greece, Bulgaria, Serbia, Romania and Turkey – and the way these, often warring, interpretations have been shaping the national canons of history in these countries from the Enlightenment to the present day.

**

Une discussion avec Diana Mishkova sur son récent livre Rival Byzantiums : Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). Ce livre est une exploration comparative de la manière dont le phénomène de Byzance a été traité par les historiographies des pays qui ont émergé de ses vestiges – Grèce, Bulgarie, Serbie, Roumanie et Turquie – et de la manière dont ces interprétations, souvent contradictoires, ont façonné les canons nationaux de l’histoire dans ces pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui.

-> Pour plus d’information 

Soutien à la mobilité internationale 2024 – mobilité vers l’École française d’Athènes

Dans le cadre du soutien à la mobilité internationale, l’InSHS du CNRS et l’École française d’Athènes proposent aux chercheur(e)s, enseignant(e)s-chercheur(e)s et ingénieur(e)s de recherche des unités de recherche dont le CNRS est tutelle une aide pour la réalisation d’actions de recherche en 2024.

L’appel à candidature pour l’année 2024 est lancé.

Date limite de candidature : 14 novembre 2023 (minuit).

Pour en savoir plus…

 

The archival journey of entrenched post-Ottoman minorities / Le parcours archivistique des minorités post-ottomanes enracinées

EFA- 06/10/2023

1922: In the Wake of the Death of an Empire: The archival journey of entrenched post-Ottoman minorities
Workshop for scholars and archivists

Program

This workshop, with its driving theme, is the second major event of a five-year project entitled  1922 : In the Wake of the Death of an Empire: Political Transitions and Minority Strategies of Entrenchment in the Eastern Mediterranean which is funded by the École française d’Athènes, the CNRS-IHMC, and Koç University and run by Angelos Dalachanis (CNRS-IHMC) and Alexis Rappas (Koç University).

How does one apprehend the lives of Eastern Mediterranean minorities who managed, or were allowed to stay where they resided despite the upheavals brought by the collapse of the Ottoman Empire? On the face of it, the task might appear easier than the one facing scholars of actively persecuted populations. Traumatic events like the massacres and expulsions of Muslim and Christian populations from the Balkans and Anatolia that have marked the abolition of the Sultanate never say their name -often given to them subsequently by historians or activists- in the written record. The latter’s destruction was often indeed planned, an integral part of the nationalistic demographic engineering at work in these events. By contrast “minorities,” as were sometimes designated after the Great War ethnically distinct groups allowed to remain in the successor states of the Ottoman empire, are much more visible in the archive. Indeed, official concerns regarding their size, wealth, activities, and indeed loyalty, meant that they were constantly surveilled. In this sense, the written record contributed very much to fabricating minorities, namely discrete, legible, and ultimately controllable groups. This was not a uniquely top-down process, however. Minority groups themselves, using the official channels of communication available to them, and performing -sometimes tactically- the social function they had been ascribed as a strategy of survival in their interactions with state authorities or official and unofficial third parties, participated in the entrenchment of their identity.

**

EFA- 06/10/2023

1922 : Dans le sillage de la mort d’un empire : Le parcours archivistique des minorités post-ottomanes enracinées
Atelier pour chercheurs et archivistes

Programme

Cet atelier, dont le thème est porteur, est le deuxième événement majeur d’un projet quinquennal intitulé Dans le sillage de la mort d’un empire, 1922 : transitions politiques et stratégies d’enracinement des populations minoritaires en Méditerranée orientale, financé par l’École française d’Athènes, le CNRS-IHMC et l’Université de Koç et dirigé par Angelos Dalachanis (CNRS-IHMC) et Alexis Rappas (Université de Koç).

Comment appréhender la vie des minorités de l’Est méditerranéen qui ont su ou pu rester là où elles résidaient malgré les bouleversements engendrés par l’effondrement de l’Empire ottoman ? À première vue, la tâche peut sembler plus facile que celle à laquelle sont confrontés les spécialistes des populations activement persécutées. Des événements traumatisants comme les massacres et les expulsions de populations musulmanes et chrétiennes des Balkans et d’Anatolie qui ont marqué l’abolition du sultanat ne disent jamais leur nom – souvent donné par la suite par des historiens ou des activistes – dans les archives écrites. La destruction de ces dernières était en effet souvent planifiée, partie intégrante de l’ingénierie démographique nationaliste à l’œuvre dans ces événements. En revanche, les “minorités”, parfois désignées après la Grande Guerre comme des groupes ethniquement distincts autorisés à rester dans les États successeurs de l’empire ottoman, sont beaucoup plus visibles dans les archives. En effet, les préoccupations officielles concernant leur taille, leur richesse, leurs activités, voire leur loyauté, signifiaient qu’elles étaient constamment surveillées. En ce sens, les archives écrites ont contribué à l’élaboration d’un système de gestion de l’information.