Archives par mot-clé : Contemporain

1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)

Vendredi 19 octobre 2018

Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, Paris 75006

Matinée, 9 h 30-13 h 30

Introduction, Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

I – L’exemple français

Présidence : Marie-Pierre Rey (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Rémi Dalisson (Université de Rouen), 1918-2018 : ambivalence et plasticité de la mémoire commémorative de la Grande Guerre en France

Arndt Weinrich (Institut historique allemand), Commémorations communes et mises en scène. La Première Guerre mondiale au service des relations franco-allemandes, 1945-2018

II – Des mémoires « victorieuses »

Présidence : Catherine Horel (CNRS, UMR SIRICE)

En Pays tchèques : Jiří Hnilica (Université Charles de Prague), Le 28 octobre comme lieu de mémoire tchèque 

Jean-Philippe Namont (UMR SIRICE), 1918-2018. Célébrer la victoire en France et en Tchécoslovaquie (Républiques tchèque et slovaque). 

Stanislav Sretenović (Institut national d’histoire contemporaine, Belgrade), Ruptures et continuités de la mémoire serbe de l’année 1918.

Florin Turcanu (Université de Bucarest), Mémoire et usages politiques de l’année 1918 en Roumanie de l’entre-deux-guerres à nos jours

Pause déjeuner

Après-midi, 14 h 30 – 18h 30

Présidence : Isabelle Davion (Sorbonne Université)

Marcin  Napiórkowski (Université de Varsovie), La politique des différences et répétitions: Mémoire de l’année 1918 en Pologne 1989-2018

Frédéric Dessberg (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), 1918 dans les relations militaires franco-polonaises

Krzysztof Zamorski (Université Jagellonne de Cracovie), Les historiens polonais de l’Entre-deux-guerres face à 1918 (retrouve-t-on l’ancienne tripartition dans l’historiographie immédiate ?)

 III – Des mémoires contrastées

Présidence : Étienne Boisserie (Inalco)

Michal Kšiňan (Institut d’histoire de l’Académie des sciences, Bratislava) : La mémoire de la naissance de la Tchécoslovaquie en Slovaquie

Daniel Baric (Université Paris-Sorbonne), 1918 en Croatie : entre Zala et Zara, la mémoire et le territoire

Elli Lemonidou (Université de Patras), La fin prolongée de la Première Guerre mondiale en Grèce : un débat récurrent

Continuer la lecture de 1918-2018 : mémoires et usages de 1918 en Europe médiane (19 – 20 octobre)

Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

L’État ottoman conquiert Constantinople en 1453. Il connaît son apogée au XVIe siècle. Mais il échoue à s’emparer de Vienne en 1683 avant d’être distancé dans les domaines militaire et économique, une évolution que ne peuvent contrer les réformes des XVIIIe et XIXe siècles. Les réductions territoriales subies par la suite alimentent la « Question d’Orient ». L’Empire s’effondre en 1922. La République, fondée alors par Mustafa Kemal entend détruire l’ordre impérial. À rebours, son lointain successeur, Recep Tayyip Erdogan, homme fort de la Turquie depuis 2003, désireux de développer l’influence diplomatique et le poids géopolitique de son pays dans les anciens territoires de l’Empire, s’appuie sur une exaltation de l’histoire, de l’héritage et du patrimoine ottomans.

Continuer la lecture de Olivier BOUQUET, Les Ottomans. Questions d’Orient, La documentation française, juillet-août 2018, (64p., 9,90€)

Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Les destins de l’Empire ottoman finissant et de l’espace postottoman ont été déterminés non pas par des « majorités silencieuses », mais par des acteurs souvent jeunes et issus des régions périphériques de l’Empire. Intégrés dans les échelons inférieurs de l’establishment civil et militaire, adeptes d’un nationalisme revanchard ou du social-darwinisme, serviteurs d’État et rebelles, ces hommes d’épée et de plume venus des marges prirent leur place dans l’histoire comme destructeurs d’Empire et bâtisseurs d’États, et pour certains comme auteurs de crimes de masse, dont le génocide des Arméniens constitue le point paroxystique.

Qu’il s’agisse de la jeunesse affiliée aux comités balkaniques, unioniste, ou de celle, baathiste, de l’Irak et de la Syrie, qui partagent tant de traits communs malgré le demi-siècle et les espaces géographiques qui les séparent, elles sont en réalité les « meilleurs produits » des systèmes qu’elles mettent à terre. C’est par cette dynamique que les « marges » semblent pouvoir s’ériger en acteurs quasi hégémoniques du changement et gagner dans un deuxième temps une indéniable centralité. Cette observation, khaldûnienne ou tocquevillienne, nous permet de saisir la nature extrêmement brutale de la rupture, mais aussi, dans certains cas, celle, tout aussi violente, des continuités qui s’établissent dans la durée entre l’« ancien régime » et le nouveau.

Continuer la lecture de Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Kaïs Jewad ALAZAWI, Du Califat aux coups d’Etat. L’Empire ottoman de 1908 à 1913, L’Harmattan, 2018 (320p., 27€)

Ce livre peut se lire comme une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe.

Kaïs Jewad ALAZAWI est Docteur en Histoire et Sociologie Arabe Contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).