Archives par mot-clé : Contemporain

Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

Les destins de l’Empire ottoman finissant et de l’espace postottoman ont été déterminés non pas par des « majorités silencieuses », mais par des acteurs souvent jeunes et issus des régions périphériques de l’Empire. Intégrés dans les échelons inférieurs de l’establishment civil et militaire, adeptes d’un nationalisme revanchard ou du social-darwinisme, serviteurs d’État et rebelles, ces hommes d’épée et de plume venus des marges prirent leur place dans l’histoire comme destructeurs d’Empire et bâtisseurs d’États, et pour certains comme auteurs de crimes de masse, dont le génocide des Arméniens constitue le point paroxystique.

Qu’il s’agisse de la jeunesse affiliée aux comités balkaniques, unioniste, ou de celle, baathiste, de l’Irak et de la Syrie, qui partagent tant de traits communs malgré le demi-siècle et les espaces géographiques qui les séparent, elles sont en réalité les « meilleurs produits » des systèmes qu’elles mettent à terre. C’est par cette dynamique que les « marges » semblent pouvoir s’ériger en acteurs quasi hégémoniques du changement et gagner dans un deuxième temps une indéniable centralité. Cette observation, khaldûnienne ou tocquevillienne, nous permet de saisir la nature extrêmement brutale de la rupture, mais aussi, dans certains cas, celle, tout aussi violente, des continuités qui s’établissent dans la durée entre l’« ancien régime » et le nouveau.

Continuer la lecture de Hamit Bozarsan (éd.), Marges et pouvoir dans l’espace post-ottoman. XIXe – XXe siècle, Karthala (298p., 29€)

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Mini-atelier TEPSIS: le 22 juin de 14h à 19h à l’EHESS, 105 boulevard Raspail en salle 8. 

Coordination : Radu G. PĂUN (CERCEC), Laurent TATARENKO (IEŚW/CERCEC)

Intervenants :

Marinos SARIYANNIS (Institut d’études méditerranéennes, Réthymnon, Grèce) : Illegitimacy and justification : Ottoman images of revolt 

Benjamin LANDAIS(Université d’Avignon) : L’empereur et le ‘bandit’ : entre criminalisation et politisation des violences collectives dans le Banat habsbourgeois au XVIIIe siècle 

Hubert ŁASZKIEWICZ (Université de Varsovie, Pologne) : Confédération de Targowica (1792) : rébellion et émotions au nom d’un passé légitime.

Discutants : Marie-Elizabeth DUCREUX (EHESS), Christine LEBEAU (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Fabrice MICALEFF (Université de Nantes), Gregorio SALINERO (IHMC, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous réserve).

Questions classiques de l’histoire moderne, les désobéissances et les rebellions ont été traditionnellement abordées dans une perspective économique ou sociologique. Ces dernières années ont apporté un renouvellement méthodologique important qui accorde une large place aux analyses anthropologiques et à la perspective comparatiste, en privilégiant certaines facettes « nouvelles » : l’imaginaire et les mises en scène des rébellions, la pluralité des discours et des mémoires de la révolte, les transferts d’expérience. 

Continuer la lecture de Gouverner les frontières, défier l’Etat. Désobéissances et rébellions en Europe orientale et balkanique (début du XVIe siècle – début du XIXe siècle

Kaïs Jewad ALAZAWI, Du Califat aux coups d’Etat. L’Empire ottoman de 1908 à 1913, L’Harmattan, 2018 (320p., 27€)

Ce livre peut se lire comme une historiographie des derniers bouillonnements militaires internes de l’empire ottoman échappant à ses propres régulations et populations ; une contribution à une sociologie militaire comparée ; une réflexion critique sur le devenir arabe.

Kaïs Jewad ALAZAWI est Docteur en Histoire et Sociologie Arabe Contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Sinan KUNERALP (éd.), Procès-verbaux des réunions tenues par les Hauts-Commissaires Alliés durant l’occupation de Constantinople, 1918-1922, volume II (1920), Isis Press, 2018 (260p., 28$)

Table des matières

  • Préface
  • Introduction
  • Liste cumulative des participants aux réunions de la Commission interalliée
  • Procès-verbaux des réunions des Hauts-Commissaires
  • Table chronologique des procès-verbaux
  • Index analytique
  • Index des noms de personnes citées dans les documents