Archives par mot-clé : Contemporain

Citizenship until further notice? Refugees and revocation of nationality in the 20th century

Prague, November 19-20, 2019
Venue: Villa Lanna (V Sadech 1, 160 00 Prague 6)
 
Organized by:
Claire Zalc, Centre National de la Recherche Scientifique, Paris
Michal Frankl, Masaryk Institute and Archives of the Czech Academy of Sciences, Prague
 

Statelessness has been recognized as one of the major maladies of the 20th century. Historians, lawyers, political philosophers and others took a critical aim at the the exclusionary power of the nation state and decried the position of those stripped of their passport and rights. A stateless refugee, without state protection and possibly relying on a “Nansen passport”, become the symbol of exclusion from polity. The revocation of citizenship was no inconsequential step and could equal to decision about life and death.

Yet the processes and decision making behind becoming stateless were mostly studied on a national level, for instance for refugees from Nazi Germany or the denaturalizations by Vichy France. Moreover, the scholarship leaned towards European and – with the troubled exceptions of the Soviet or Romanian denationalization – mostly “Western” nation states with only a limited amount of comparative research exploring the phenomenon globally, in its colonial dimensions, and over a longer temporal span. The workshop will bring together scholars to discuss mass denationalization in the 20th century from a comparative and transnational perspective, combining macro- as well as microhistorical approaches.

Programme Citizenship_until_further_notice_program

Continuer la lecture de Citizenship until further notice? Refugees and revocation of nationality in the 20th century

GAZMEND KAPLLANI, LE PAYS DES PAS PERDUS, PARIS, ÉDITIONS INTERVALLES, 2019 (192 p. 17€)

KTraduit du grec par Françoise Bienfait

LE LIVRE
Karl et Frederick, deux frères que tout oppose nés dans une mêmeville d’Albanie, se retrouvent à la mort de leur père après plus de deux
décennies de séparation. Brutalement confrontés à leurs différences,
le nationaliste enraciné et l’écrivain cosmopolite vont devoir faire
face au passé de leur famille et de cet étrange territoire, cristallisant à
travers leur confrontation l’histoire chaotique des Balkans et de
l’Europe des XXe et XXIe siècles.
Gazmend Kapllani a composé avec Le Pays des pas perdus un
roman à couper le souffle qui illustre brillamment les dilemmes
individuels et collectifs traversant l’Europe d’aujourd’hui.

L’AUTEUR
Gazmend Kapllani est né en 1967 en Albanie et a vécu en Grèce de
1991 à 2012. Romancier, dramaturge, poète et éditorialiste reconnu, il
est traduit dans de nombreuses langues. Ses ouvrages Petit journal de
bord des frontières (Intervalles, 2012), Je m’appelle Europe (Intervalles,
2013), et La Dernière Page (Intervalles, 2015) font résonner les thèmes
des frontières et de la migration, des totalitarismes et de l’histoire
complexe des Balkans. Ardent défenseur des droits de l’homme, de la
justice et des minorités, il s’installe aux États-Unis en 2012 et réside
actuellement à Boston, où il enseigne l’écriture créative et l’histoire
européenne.

SOUTENANCE DE THESE – Dimitri KOSMOPOULOS

La reconfiguration politique en Grèce, 2010-2014.

La soutenance aura lieu le mercredi 19 juin à 13h30 dans la salle des thèses (D520) de l’Université Paris-Dauphine PSL (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris), devant un jury composé de :

M. Eric AGRIKOLIANSKY, Professeur, Université Paris-Dauphine PSL, Examinateur

M. Christophe ROUX, Professeur, Université de Montpellier, Rapporteur

M. Frédéric SAWICKI, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur

Mme Florence HAEGEL, Directrice de Recherches, Science Po Paris, Examinatrice

M. Jérôme HEURTAUX, Maître de Conférences, Université Paris-Dauphine, Examinateur

M. Nikos MARANTZIDIS, Professeur, Université de Macédoine, Examinateur

M. Dominique DAMAMME, Professeur Emérite, Université Paris-Dauphine, Directeur de thèse

Anne Madelain, L’expérience française de Balkans (1989-1999), Presses universitaires François-Rabelais, 2019 (360P., 23€)

À partir de 1991, la Yougoslavie socialiste se désintègre dans une violence inouïe. Peu avant, le monde avait découvert la situation sanitaire désastreuse de la Roumanie post-communiste. Alors que la construction européenne est perçue comme un horizon indépassable, les Balkans réapparaissent sur la carte mentale des Européens comme un problème plutôt qu’une réalité géographique.

Face à ces crises médiatisées que les interventions étrangères semblent aggraver et que les intellectuels sont impuissants à expliquer, l’incompréhension et le désarroi ont été fréquents. En France, des mobilisations citoyennes ont succédé aux débats passionnés avec l’ambition d’imaginer la solidarité de demain. Novateurs dans leurs formes et leur ampleur, ces moments militants ont pourtant été sans lendemain.

Ce sont les données de cette expérience française que ce livre explore : celles propres à la période contemporaine qui commence au sortir de la confrontation des blocs  -traitement humanitaire des crises, désengagement partisan et idéologie européenne-, mais aussi les savoirs façonnés par une histoire longue des relations franco-balkaniques, faite d’universalisme républicain et de filtres militants, de méconnaissance séculaire de ‘l’autre Europe’  mais aussi de fascination pour ses cultures populaires.

Il s’agit d’écrire une histoire connectée de la décennie 1990, marquée autant en France que dans les Balkans par l’effacement du communisme comme réalité politique et référence, la reformulation des discours sur la nation, l’ethnicité et l’engagement politique.

Ariane BONZON, Turquie, l’heure de vérité, Paris, Éditions Empreinte, 2019 (320P., 20€)

Le projet islamo-nationaliste et autocratique du Président Erdoğan est devenu incompatible avec l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Certains, dont le président français, appellent à sortir de l’hypocrisie. L’heure de vérité aurait-elle donc sonné?

Bras de fer avec l’armée, irrédentisme kurde, fantôme arménien, lutte pour le contrôle de l’État, guerre en Syrie, complaisances avec Daech : les histoires singulières qu’Ariane Bonzon nous rapporte depuis deux décennies dessinent les contours du basculement turc.

Il y a bien sûr le rôle crucial joué par le très populiste numéro 1 turc. Mais au fil des pages, apparaissent d’autres personnalités encore peu connues, devenues célèbres : Hrant Dink, journaliste arménien, assassiné ; Selahattin Demirtaş, l’opposant kurde ; le très laïque général Kemal Yavuz ; Fethullah Gülen, l’ex-allié islamique ; Ahmet Altan, l’écrivain-journaliste…

L’auteure souligne également l’impact que la dérive autoritaire de Recep Tayyip Erdoğan pourrait avoir dans notre pays par ses relais au sein de l’islam de France, ainsi que par l’écho que rencontre sa parole dans nos cités, auprès de certains Franco-maghrébins.

Journaliste, Ariane Bonzon travaille sur la Turquie où elle a été correspondante pour Arte et Slate, après avoir été en poste à Johannesbourg puis à Jérusalem.

Odette Varon-Vassard, Des Sépharades aux Juifs grecs. Histoire, mémoire et identité, Éditions Le Manuscrit, 2019 (224P., 20€)

Depuis l’arrivée des premiers sépharades après leur expulsion de l’Espagne à la fin du XVe siècle à Salonique et dans d’autres villes de l’Empire Ottoman, les communautés juives se sont enracinées et épanouies dans des villes ottomanes qui deviendront grecques au XXe siècle. La disparition de la presque totalité des Juifs grecs dans la Shoah a signalé une rupture historique de leur présence pluriséculaire dans cet espace . C’est de leur sort depuis l’expulsion d’Espagne jusqu’à la Shoah dont il est question dans ce volume mais aussi de l’émergence de la mémoire de leur extermination dans la mémoire collective grecque.