Archives par mot-clé : Contemporain

Fabio GIOMI, Ece ZERMAN (dir.), avec Rebecca ROGERS « Genre et espace (post-)ottoman » in Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°48, Belin, 2019 (328p., 21 €)

Ce numéro de Clio. FGH se propose de revisiter l’histoire de la transition entre Empire et État-nation en interrogeant la relation multiforme et complexe qui lie changements de régime politique et changements de régime de genre. L’espace analysé est celui qui recouvre une partie de l’Empire ottoman et des États qui lui ont succédé, plus précisément les Balkans et l’Asie Mineure. Cet espace, partagé à l’heure actuelle en une dizaine d’États, constitue un véritable laboratoire pour les sciences sociales. Il embrasse des paysages socio-politiques extraordinairement différents et présente une grande variété linguistique. Trois religions principales, l’islam, le christianisme et le judaïsme – elles-mêmes diversement pratiquées – y coexistent et, suivant les contextes, ont réuni la majorité des fidèles ou formé des minorités confessionnelles.

Sur la longue durée pourtant, sans remonter à l’histoire romaine et byzantine, ces régions ont en effet été intégrées du xive au xxe siècle selon les différents territoires dans une structure politique commune, l’Empire ottoman. Au cours des dernières décennies, un nombre croissant de recherches se sont intéressées aux formes et aux temporalités de l’intégration de ces régions dans cette structure impériale, ainsi que dans l’histoire globale des empires. Une grande attention a aussi été portée à l’héritage de cette histoire partagée suite à la dissolution de l’Empire ottoman. Ainsi une vague d’études souvent labélisées « post-ottomanes » (post-ottoman en anglais, postosmanischen en allemand) s’est épanouie dans différents contextes universitaires afin d’étudier la transition de l’Empire aux États-nations dans toutes ses dimensions et en tenant compte des spécificités locales. Inspirés par ces approches, nous nous sommes lancés dans le projet de revisiter l’histoire du passage de l’Empire ottoman aux États balkaniques et turc en intégrant la perspective de genre.

Magali Boumaza (dir.), Faire Mémoire. Regard croisé sur les mobilisations mémorielles (France, Allemagne, Ukraine, Turquie, Égypte), L’Harmattan, 2019 (254p., 26€)

Dans une perspective pluridisciplinaire, cet ouvrage réunit des historiens, des sociologues et des politistes qui proposent une lecture croisée de mobilisations mémorielles insistant sur la mémorialisation de lieux, revenant sur la fabrique de mémoires collectives partisane, associative et syndicale .
Les auteurs croisent les outils de la sociologie de la mémoire et de celle des mobilisations et s’intéresse à la transmission au sein des organisations militantes.

Magali Boumaza est docteure de l’IEP de Strasbourg (2002) et enseignante-chercheuse en science politique à l’Université Galatasaray d’Istanbul depuis 2007.

Ont contribué à cet ouvrage : Magali BOUMAZA, Corinne CHEVALLIER, Etienne COPEAUX, Paul CORMIER, Isil ERDINC, Alexandra GOUJON, Mayada MADBOULY, Eylem ÖZKAYA, Régis SCHLAGDENHAUFFEN.

Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

IIRE Notebook no. 62 is edited by Catherine Samary & Fred Leplat, with contributions from Samuel Farber, Silvia Federici, Franck Gaudichaud, Zagorska Golubović, Ernest Mandel, Goran Marković, Svetozar Stojanović and Raquel Varela.

How far did the Bolsheviks introduce a ‘decolonial communism’,  later destroyed by Stalin’s ‘socialism in one country’? Did the Tito-Stalin break in 1948 and the other revolutions transform these objectives? How far did the struggles and debates in the Yugoslavia of ‘market socialism’ in the mid 1960s follow a path towards democracy and the commons?

The contributors in this book review past and present experiences and Catherine Samary reconsiders the debates in the light of current thinking.

Continuer la lecture de Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

On sait que le turc ottoman s’écrit en caractères arabes. On dit qu’à l’instar de l’arabe il n’est doté d’aucun système de ponctuation. On considère que la ponctuation du turc est le triple résultat de l’adoption de l’imprimerie, de la réforme de la langue engagée sous l’influence occidentale et de la révolution de l’alphabet latin décidée par Mustafa Kemal en 1928. En vérité, les Ottomans firent le point autrement. C’est ce qu’établit ce livre, au fil d’une enquête minutieuse qui croise belles lettres, sciences et arts du XVe siècle à nos jours. Une ponctuation ottomane existait avant l’apparition de l’imprimerie ; son devenir accompagna la transformation de la langue turque ottomane ; hors du seul domaine des influences européennes, les Ottomans créèrent leur propre ponctuation. Les systèmes de ponctuation du grec, du syriaque ou du judéo-espagnol étaient anciens et établis. Celui du turc ottoman fut tardif (fin du XIXe siècle), anomique et largement indépendant du changement d’alphabet. Il se constitua dans la continuité d’une ponctuation iconique, faite de pictogrammes et de signes de visibilité (lignes et traits, points et larmes, vides et pleins, étoiles noires et ronds dorés). Il se déploya dans les registres de l’administration et les arts de la plume, dans l’univers des sciences, de la musique et de la cartographie. Produit de la machine mais aussi de la main, la ponctuation se fit une place dans les nouvelles formes imprimées de la presse écrite, du théâtre et du roman. Mais elle nourrit également les correspondances privées et les écritures du quotidien. Certes, jusqu’à la fin de l’Empire, les Ottomans pouvaient s’en passer ou n’en utiliser qu’une partie. Mais la ponctuation était devenue un fait de langue et un lieu de vitalité intertextuelle. Et sans doute est-ce la raison pour laquelle elle investit pleinement la société graphique de la Turquie contemporaine. Bref, si elle passe encore aujourd’hui pour un objet étranger et secondaire de l’aventure des écritures orientales, la ponctuation est le produit riche et complexe d’une histoire graphique, technique et linguistique à examiner sur le temps long. Son étude éclaire aussi le passé des sociétés impériales, le présent de la République turque et le devenir du Moyen-Orient contemporain.  

Continuer la lecture de Olivier Bouquet, Quand les Ottomans firent le point. Histoire graphique, technique et linguistique de la ponctuation turque ottomane, Brepols, 2019 (490p., 90€)

MILAN VUKASINOVIC : SOUTENANCE DE THESE

« Nicée, Épire, Serbie. Idéologie et relations de pouvoir dans les récits de la première moitié du XIIIe siècle »

Mercredi 6 mars 2019 à 14 h00

Lieu : EHESS / CéSor (salle Alphonse Dupront), 10 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris

Jury

  • M. Paolo Odorico (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Vlada Stankovic (Directeur de thèse), University of Belgrade
  • Mme Ruth Macrides, University of Birmingham
  • Mme Elisabeth Malamut, Aix-Marseille Université
  • Mme Marie-Elisabeth Mitsou, EHESS
  • Mme Ingela Nilsson, Uppsala University
  • Mme Larisa Vilimonovic, University of Belgrade

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.