Archives par mot-clé : communisme

Gianfranco Bria, Aquile e dervisci. L’autorità sufi nell’Albania post-socialista, JOUVENCE, 2019 (140 P. 11,90€)

Préface de Nathalie Clayer,
« La religione degli albanesi è l’albanismo »: questa nota espressione risorgimentale ben incarna la concezione pubblica e istituzionale della religione nel Paese delle Aquile, soprattutto da quando, nel 1967, il regime comunista di Hoxha decise di vietare qualsiasi forma di culto. Il sufismo, componente storica del vario mosaico religioso del Paese, soffrì più di altri la secolarizzazione coatta socialista. La rinascita sufi, dopo anni di autarchia e isolazionismo, fu un processo complesso, influenzato dall’intervento di attori esteri (wahabiti, Gülen hareketi, turuq kosovare), dalle istanze laiche governamentali e dalla religiosità critica e individualizzata dei fedeli. Ne è seguito un costante riaggiornamento pratico e dottrinale delle turuq che, schiacciate dal peso della globalizzazione (pluralismo e umma virtuale) e dal monopolio Bektashi, hanno cercato nuovi spazi e pratiche di legittimazione (di)mostrando una straordinaria capacità adattiva rispetto all’ideologia di Stato e alle domande di santità delle popolazioni locali. Prefazione di Nathalie Clayer.

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

IIRE Notebook no. 62 is edited by Catherine Samary & Fred Leplat, with contributions from Samuel Farber, Silvia Federici, Franck Gaudichaud, Zagorska Golubović, Ernest Mandel, Goran Marković, Svetozar Stojanović and Raquel Varela.

How far did the Bolsheviks introduce a ‘decolonial communism’,  later destroyed by Stalin’s ‘socialism in one country’? Did the Tito-Stalin break in 1948 and the other revolutions transform these objectives? How far did the struggles and debates in the Yugoslavia of ‘market socialism’ in the mid 1960s follow a path towards democracy and the commons?

The contributors in this book review past and present experiences and Catherine Samary reconsiders the debates in the light of current thinking.

Continuer la lecture de Catherine Samary and Fred Leplat, Decolonial Communism, Democracy and the Commons, IIRE, 2019 (521p., 19€)

Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes

La dernière séance du Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes qui aura lieu le jeudi 31 mai de 16h à 19h, à l’Institut d’études slaves, Salle de conférences, 9 rue Michelet, 75006 Paris

31 mai 2018 : Séance 8 : Une histoire globale du communisme 

Le communisme est un véritable phénomène global. S’opposant à l’eurocentrisme de la recherche sur le communisme et à la perception de l’Union soviétique comme étant son (seul) centre, des études récentes ont montré l’importance de porter notre regard vers des régions extra-européennes et d’étudier les interactions et les interdépendances entre l’Europe communiste et le reste du monde. Cela permet de mieux prendre en compte la diversité de l’expérience communiste, de mettre en question l’idée d’un isolement des pays communistes et d’interroger des catégories comme « centre » et « périphérie ».

Intervenants :

Sandrine Kott (Université de Genève), Une autre modernité ? L’Europe de l’Est, la Guerre Froide et les organisations internationales

Pavel Kolář (European University Institute, Florence), Towards a Global History of Central European Communism

Discutant : Rafael Pedemonte (Ghent University)

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1968/

Jože Pirjevec, Tito. Une vie, Paris, CNRS éditions (696 p., 27€)

Voici enfin traduite en français la grande biographie de Tito par Joze Pirjevec, saluée mondialement comme l’ouvrage le plus abouti sur l’ancien maître de la Yougoslavie. Fondée sur une quantité impressionnante d’archives inédites – découvertes à Belgrade mais aussi aux États-Unis, en Russie, en Grande-Bretagne, en Allemagne –, l’étude de Pirjevec explore les zones d’ombre, fait revivre les paradoxes et les ambiguïtés d’un Tito que rien ne semblait destiné à se hisser au rang des chefs d’État les plus influents du XXe siècle.

Comment ce fils d’apprenti, ancien ouvrier d’usine, est-il parvenu à s’emparer du Parti communiste yougoslave ? Quelle fut la nature de son engagement dans les Brigades internationales du temps de la guerre d’Espagne ? Comment comprendre son rôle de partisan, passé maître dans l’art de la guérilla, durant l’occupation de son pays par les nazis ? Quelle fut sa responsabilité dans le massacre des Croates oustachis en 1945 ? Staline a-t-il vraiment cherché à l’empoisonner ? Comment, dans l’après-guerre, Tito s’est-il imposé comme l’une des principales figures des non-alignés ? Continuer la lecture de Jože Pirjevec, Tito. Une vie, Paris, CNRS éditions (696 p., 27€)

Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes (CERCEC, EHESS)

Le but de ce séminaire est d’interroger les principales thématiques de recherches relatives à l’Europe centrale et orientale et de réfléchir à ce que l’étude de cette région a apporté et peut apporter à la réflexion dans les différentes disciplines, offrant un lieu de débat aux chercheurs. Territoire fragmenté politiquement et linguistiquement, marqué par la forte présence de minorités, loin d’une bannière unifiée de la Mitteleuropa,

Continuer la lecture de Laboratoire de l’Europe centrale et orientale : objets, sources et méthodes (CERCEC, EHESS)