Archives par mot-clé : Clayer

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des aires culturelles

15 février 2019 (8h45 – 17h30) en salle 13 au 105 Boulevard Raspail, Paris.

La Journée doctorale est soutenue financièrement par le Campus Condorcet. Elle bénéficie également du soutien du CETOBaC, du GRSL et du Projet POLTUR du laboratoire IRISSO à l’Université Paris Dauphine, financé par le programme Emergence(s) de la Mairie de Paris.

La journée doctorale portera sur les espaces étudiés au CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) : les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. Elle a pour but de questionner les liens existants entre les éléments au cœur de la formation des identités – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. La journée est conçue comme un lieu d’échange transdisciplinaire. Les disctutant.e.s sont invité.e.s à proposer des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les espaces étudiés, où les identités peuvent encore être perçues comme fixes et inamovibles.

Programme:

08h45-09h : Accueil café 

09h-09h15 : Introduction et présentation de la Journée doctorale par le comité des organisatrices et Marc Aymes (directeur du CETOBaC / CNRS)

09h15-10h30 : Identité et circulation des personnes

Léo Maillet : « De Xi’an à Tachkent : antagonismes quotidiens et imaginaires du territoire sur un faisceau de routes chinoises en Asie
centrale »

Juliette Ronsin : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici.” Les ouvriers (post-)yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard de 1965 à nos jours »

Modératrice : Julia Nietsch (CETOBaC, EHESS)
Discutants : Hayri Gökşin Özkoray (CETOBaC / Collège de France) et Işıl Erdinç (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

10h30-10h45 : Pause café

10h45-12h : Construction identitaire et frontière des communautés au niveau local

Cléa Pineau : « La fabrication et la fluidité des identités dans la ville de Mersin en Turquie au prisme de la question spatiale, politique et socio- économique »

James Rouse : « La construction identitaire chez les nomades en Anatolie médiévale à travers l’exemple des Germiyān (XIIe – XIIIe siècles) »

Modératrice : Sarah Sajn (CHERPA, Sciences Po Aix)

Discutants : Nathalie Clayer (CETOBaC, EHESS / CNRS) et Yann Borjon- Privé (GSRL, EPHE)

12h-13h30 : Buffet déjeunatoire 

13h30-14h45 : Construction identitaire et frontières des communautés au niveau international

Yéléna Mac-Glandières : « La Caspienne de frontière à interface : comment penser l’ouverture sur une mer fermée ? Travaux d’étalonnage»

Sophie Gueudet : « Le rôle de la Représentation de la Republika Srpska à Belgrade comme l’un des porteurs du concept d’ “espace spirituel commun” entre Serbie et Republika Srpska »

Modératrice : Kristina Kovalskaya (CETOBaC / GSRL, EPHE)

Discutants : Isabelle Ohayon (CERCEC / CNRS) et Loïc Trégourès (CERAPS, Université de Lille / CNRS)

14h45-15h : Pause café 

15h-16h15 : Identité et circulation des savoirs

Ömer Köksal : « Les médiations multiples à travers la traduction : l’étude de cas sur l’ouvrage de Max Nordau dans l’Empire ottoman tardif »

Monika Mousavi : « L’identité tiraillée, impact sur la vie politique en Iran»

Modératrice : Meriç Tanık (CETOBaC, EHESS / ENS)

Discutants : Marc Toutant (CETOBaC / CNRS) et Dilek Sarmış (CETOBaC, EHESS)

16h15-17h30 : Construction identitaire et interaction entre acteurs gouvernementaux et acteurs associatifs

Léa Delmaire : « Le rôle de la lutte contre la tuberculose dans la construction d’une identité turque idéale »

Julia Nietsch : « L’Institut kosovar pour le droit des ONG : une création américaine ? Les associations kosovares dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales après 1999 »

Modératrice : Pelin Ünsal (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

Discutants : Morgane Labbé (CRH, EHESS) et Fabio Giomi (CETOBaC / CNRS)

Comité organisateur

Kristina KOVALSKAYA, GSRL / EPHE-PSL, CETOBaC / EHESS

Julia NIETSCH, CETOBaC / EHESS

Sarah SAJN, CHERPA / Sciences Po Aix

Meriç TANIK, CETOBaC / EHESS

Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

de 17h à 19h à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 5

Renseignements :clayer@ehess.fr

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans l’Europe du Sud-Est de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents, on se concentrera en particulier sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées dans la région au moins à partir du XIXesiècle, et qui ont amplement contribué à en bâtir l’espace public. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les associations seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Cette année, nous voulons nous concentrer sur l’articulation entre fait associatif et fait religieux. Plus précisément, nous voulons analyser les usages que les acteurs religieux – catholiques, orthodoxes, juifs, musulmans en particulier – on fait des associations dans un moment de profonde transformation. Travailler sur cette articulation nous permettra de cerner certaines transformations de la relation entre acteurs religieux et espace public. Les séances, de deux heures, seront bâties autour de présentations d’études de cas. Une partie des séances seront plus particulièrement consacrées à la présentation et commentaire d’ouvrages récents concernant l’histoire du fait associatif et des mouvements sociaux dans la région. 

Programme du séminaire:

11 mars 2019 : Fabio GIOMI (CNRS, CETOBAC)

Au-delà de la nation. Anatomie des réseaux associatifs catholiques dans la première Yougoslavie   

Quand il s’agit des historiographies sur la première Yougoslavie (1918-1941), la question religieuse est généralement considérée comme une simple rubrique de l’omniprésente question nationale. Les rares études sur la culture associative catholique, bâties à partir de sources yougoslaves, ne font guère exception : ainsi, les puissants réseaux associatifs tels que Orlovi(Aigles) et Križari(Croisés) sont essentiellement interprétés comme une réactionaux politiques de l’élite gouvernementale et a son dessin supposé de « serbiser » la société yougoslave, et en particulier la jeunesse. Le domaine associatif ne serait donc qu’une arène parmi d’autres où observer le conflit inévitable entre élites serbes et croates, qui saperait tout projet d’unité yougoslave et qui, à la fin du XXe siècle, serait la cause de son échec. A travers une analyse croisée des sources des Archives Secrètes du Vatican et de celles de l’Archive de Yougoslavie, il s’agira de restituer une autre histoire des réseaux associatifs catholiques, une histoire qui tienne compte d’une multiplicité de clivages : entre clergé et laïques, hommes et femmes, générations, classes sociales, comme entre porteurs de différents projets politiques et nationaux. L’objectif est ainsi de cerner les spécificités d’une culture associative catholique en Yougoslavie, entre les contextes locaux et les transformations en cours à l’échelle européenne. Continuer la lecture de Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Usually Kemalism is seen as a program of reforms or an ideology imposed by the founder of modern Turkey, Mustafa Kemal Atatürk, after he came to power in 1923. Indeed, since the early 1930s, the Turkish state endeavoured to impose a monolithic definition of the term, connected to the development of the personality cult of Mustafa Kemal himself.

However, this book argues that Kemalism can only be fully understood from a transnational perspective. The national frame is not the only appropriate scale of analysis for shedding light on the process of the nationalization of societies and nationalism itself. In the same way, the Turkish national lens is not necessarily the most adequate one for understanding the genesis and evolution of what Kemalism stood for from the early 1920s onward. Thus, without denying the role of Turkish state and non-state actors in making Kemalism a global symbolic product, the aim of this book is to observe how the latter was elaborated through complex patterns of circulation inside and outside of Turkey.

Featuring case studies from across the post-Ottoman space and using new primary source research, each chapter examines the different ways in which national borders forged, refracted and transformed the label “Kemalism”. Across the Balkans and the Middle East, the volume investigates six different topics (language, alphabet, woman, law, dress, and Orientalism) in six areas during the interwar period (Turkey, Bulgaria, Cyprus, Albania, Yugoslavia, and Egypt). The focus is on how the objects in circulation were transformed in the very process of circulation, and how they came to assume different significations and forms in various time-space configurations. 

Continuer la lecture de Nathalie clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (éd.), Kemalism: Transnational Politics in the Post Ottoman World, 2018 (368P., 85£)

Nadège Ragaru – soutenance d’HDR

Jeudi le 6 décembre 2018 à l’EHESS, à partir de 14h en salle M. & D. Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Le jury d’habilitation est composé de :

Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS (CETOBaC)

Nathalie Clayer, Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) (rapporteure)

Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, IHTP (rapporteur)

Frédérique Matonti, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Patrick Michel, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS (CMH) (garant)

Paul-André Rosental, Professeur des universités, Sciences Po Paris (rapporteur)

Le dossier d’habilitation comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 3), un mémoire inédit (volume 2) intitulé: 

« Et ils furent sauvés… » : productions et circulations internationales des savoirs sur les destinées juives dans l’“ancien” et le “nouveau” Royaumes de Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale (1944-2018)

Résumé 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 48 000 Juifs du « vieux » Royaume de Bulgarie (frontières d’octobre 1940), quoique soumis à un large éventail de mesures anti-juives, ne furent pas déportés et survécurent à la guerre. Dans les territoires yougoslaves et grecs occupés entre 1941 et 1944, en revanche, 11 343 Juifs furent arrêtés, convoyés en Pologne et exterminés. Dans les écrits historiens et amateurs, comme dans les discours publics et les productions culturelles, une lecture dominante des expériences juives s’est imposée en Bulgarie et au-delà, qui repose sur trois piliers : une association de la Shoah en Europe au « sauvetage des Juifs bulgares » en Bulgarie ; une énonciation de cette non-déportation en termes de trajectoire historique exceptionnelle ; enfin, une indexation de ce « sauvetage » sur une  tradition de « tolérance nationale » envers les minorités. Les controverses publiques autour de l’interprétation des faits observées – durant et après la guerre froide – aux échelles nationales, régionales et internationales ont été principalement centrées sur l’établissement d’une hiérarchie des mérites dans le « sauvetage des Juifs bulgares ». Comment comprendre que, d’un passé complexe et contradictoire, une unique facette ait fait l’objet d’une narration et d’une transmission prioritaires? Que les déportations, sans être oblitérées, soient apparues comme faiblement pertinentes dans la reconstitution de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

L’objectif de ce manuscrit inédit est de répondre à ces questions en retraçant la genèse et les circulations internationales des savoirs et représentations de la Shoah. Située à la croisée entre sociologie des savoirs et sociologie du communisme et de la guerre froide, l’enquête embrasse, au-delà des seuls écrits historiens, la production de savoirs judiciaires, les recréations documentaires et fictionnelles des événements et l’étude de controverses spécifiques. Le dépouillement d’une documentation principalement en langues bulgare, macédonienne, serbe et allemande y éclaire les configurations changeantes d’acteurs aux trajectoires et logiques d’intéressement contrastées qui ont produit ces modes de saisissement du passé ; il met aussi en évidence leurs modulations spatiales et temporelles (en Bulgarie, dans les Balkans comme à l’échelle globale). La recherche s’inscrit ainsi dans le sillage d’une historiographie récente sur l’écriture des persécutions anti-juives en Europe de l’Est ayant invité à nuancer la représentation conventionnelle d’une élision constante des souffrances juives sous le communisme. Qu’observons-nous en effet en lieu et place d’un silence continu ? Une présence à éclipses et ellipses, des dynamiques circulatoires irréductibles aux seuls effets de compétition géopolitique et une exposition des faits dont l’accentuation a été tributaire de son arrimage à des enjeux identitaires et politiques discutés sur le terrain de l’élucidation des destinées juives. Les opérations de nationalisation du récit historique, soutenues par les acteurs publics bulgares, y ont été indissociables d’un mouvement de transnationalisation des représentations scripturaires et visuelles de la Shoah auquel les communautés juives (établies aux États-Unis et en Israël notamment) et les diasporas balkaniques non juives ont apporté une contribution majeure. La transnationalisation a constitué une modalité, sinon une condition, de la nationalisation des écritures savantes et profanes traitant des expériences juives de la guerre dans ces territoires. – Nadège Ragaru

Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans le Sud-Est européen de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents sur les mouvements sociaux, on se propose de développer une analyse de ces phénomènes dans le Sud-Est européen, en se concentrant notamment sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées au moins à partir du début du XIXe siècle, et qui ont amplement contribué à bâtir l’espace public. On prendra également en compte d’autres organisations, tels que les syndicats, les partis – mais aussi les mouvements apparemment moins structurés. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les mouvements sociaux seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Continuer la lecture de Pour une histoire des mouvements sociaux dans le Sud-Est européen aux 19e et 20e siècles/ A History of social movements in Southeastern Europe (19th-20th century)

Gilles Veinstein, Les Ottomans. Variations sur une société d’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 2017 (262 p., 19.80 €)

 

Consacré à l’économie, la société et les mentalités dans l’Empire ottoman du XVIe au XVIIIe siècle, cet ouvrage montre un empire qui a profondément marqué les territoires qu’il a dominés pendant plusieurs siècles, de l’Algérie à la Crimée, du Danube à la mer Rouge. Les travaux de Gilles Veinstein constituent une remarquable introduction à ce monde encore méconnu dont la construction politique et sociale eut avec l’Europe une longue histoire commune. Édition établie par Elisabetta Borromeo, Préface de Nathalie Clayer & Nicolas Vatin.

Continuer la lecture de Gilles Veinstein, Les Ottomans. Variations sur une société d’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 2017 (262 p., 19.80 €)