Archives par mot-clé : CETOBaC

Journées doctorales du Cetobac et du Cercec

EHESS, Paris,

21-22 Mai 2024 

“Modernités en débat. Perspectives croisées dans les espaces 
(post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans : Europe centrale et orientale, Balkans, Méditerranée orientale, Caucase et Asie Centrale”

Alexander Deineka, Qui gagne ?, 1932. Collection Alex Lachmann, Londres. Sous l’autorisation de Alex Lachmann© 

(English version below) 
 
Comité d’organisation :
Samir Abdelli (CETOBaC), Melvin Bernard (CETOBaC), Vera Guseynova (CESSP/CERCEC), Reda Merida (CETOBaC), Niya Metodieva (CERCEC), Guillaume Minea-Pic (CERCEC/EUI)
Propos général 
Notion polysémique et critiquée, la modernité demeure un concept incontournable des sciences sociales pour décrire les processus économiques, politiques, sociaux et culturels du XIXe siècle à nos jours. Un temps mobilisée dans une perspective évolutionniste, la modernité était mesurée à l’aune des processus de construction d’États-nations, de démocraties parlementaires et des économies industrialisées. La conception occidentalo-centrée de la modernité est depuis fortement critiquée. Les études post-coloniales appellent à provincialiser la trajectoire européenne et les perspectives transnationales remettent en cause les modèles diffusionnistes dans la modernité occidentale. Ces récents développements épistémiques ont le mérite d’avoir rejeté les approches réifiantes de la modernité, sans pour autant permettre de saisir les conflits qui se cristallisent autour de l’usage de cette notion dans les espaces (post-)impériaux russes, soviétiques et ottomans. 
Invoquée par des dirigeants, administrations, partis politiques, ou élites savantes, la modernité constitue un cadre discursif servant de légitimation politique pour des transformations, y compris les plus radicales. Ainsi, les Tanzimat ottomanes du milieu du XIXe siècle ont ouvert un large débat historiographique sur la nature et la postérité de la modernité promue par l’Empire dans le contexte du vaste plan de réforme de sa structure administrative, de son système juridique et de son économie. Par ailleurs, l’idée de modernité a aussi été particulièrement interrogée à l’aune du projet soviétique qui s’en réclamait, et dont les tenants ont mené au nom d’une modernité socialiste des politiques extrêmes d’industrialisation à marche forcée et porté un projet d’ingénierie sociale qui justifiait toutes les violences commises. Il semble en ce sens primordial de porter un intérêt à la plasticité des usages de la modernité, en accordant un intérêt à la manière dont ses mobilisations récurrentes et protéiformes transforment les enjeux qui lui sont rattachés. 
Cette journée d’étude souhaite ainsi partir des acteurs passés et présents qui portent l’idée de modernité dans les espaces étudiés, afin d’interroger la production située de cette notion. En resserrant la focale sur la manière dont les dynamiques internes aux espaces géographiques et sociaux considérés produisent la modernité, cette journée d’étude souhaite s’inscrire dans la continuité de la réflexion engagée par les études aréales sur la conceptualisation de cette notion.

Continuer la lecture de Journées doctorales du Cetobac et du Cercec

Concours chercheurs CNRS 2024 : avis du CETOBaC aux candidates et candidats

Le concours chercheurs du CNRS est ouvert depuis ce 10 janvier 2024. La date-limite de dépôt des candidatures est fixée au 9 février prochain.
L’ensemble des postes ouverts au concours sont indiqués ici :
Les candidates et candidats qui souhaiteraient solliciter le soutien du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC) au titre des sections 32, 33, 35, 36, 38, 39, 40 ou CID 53 du Comité national, sont invités à prendre contact avec l’équipe de direction du laboratoire, en adressant à <dir.cetobac [at] ehess [point] fr> d’ici au 24 janvier 2024 :

– un projet de recherches, au moins à l’état d’ébauche ;
– une lettre de motivation détaillant les liens entre ce projet et les recherches du CETOBaC ;
– un CV incluant liste de publications et résumé de la thèse ;
– le rapport de soutenance (si disponible) ;
– une publication significative (format pdf).
Les dossiers seront examinés par le conseil de laboratoire. La réponse de celui-ci sera communiquée aux candidat.e.s d’ici au 2 février prochain.
Des auditions blanches pourront être organisées par la suite en cas de convocation aux oraux.
Le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC, UMR 8032, CNRS / Collège de France / EHESS) organise, enseigne et valorise les recherches concernant un vaste domaine d’études, portant sur les passés et présents de la Turquie, de l’ensemble des régions autrefois incluses dans l’Empire ottoman (Balkans et Proche-Orient), et de l’Asie centrale. Il est en Europe le seul laboratoire de ce format. Sa composition est pluridisciplinaire : son effectif réunit historiens, sociologues, anthropologues et politistes. Le CETOBaC est évalué par les sections 32, 33 et 40 du Comité national de la recherche scientifique.
Pour des précisions sur les recherches encouragées par le programme scientifique du laboratoire, merci de consulter : https://cetobac.ehess.fr/recherches
Liens utiles sur le concours :

Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Séminaire proposé par

Marc Aymes [référent·e] directeur d’études, EHESS – directeur de recherche, CNRS / Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Lucie Drechselová maîtresse de conférences, EHESS / Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC)

Kahina Guillard (doctorante à l’INaLCO, CERMOM / CESSMA)

Théo Malçok (doctorant à l’EHESS, CETOBaC)

Lieu: EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers, Salle A602
annuel / bimensuel (2e/4e/5e), jeudi 14:30-16:30
du 26 octobre 2023 au 23 mai 2024
Lien: https://enseignements.ehess.fr/2023-2024/ue/49

Argument :

Les « études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques », ça existe ? L’objectif de ce séminaire est de se familiariser avec cet insaisissable domaine d’études, tout en explorant les répertoires disciplinaires (anthropologie et ethnologie, histoire, science politique, sociologie) mis en œuvre par les recherches qui s’en réclament.

Le postulat de départ est que ni la fréquentation d’une collectivité linguistique ou d’un corpus documentaire, ni la délimitation d’un groupe ethnique ou d’une cité nationale, ne doivent circonscrire notre champ d’expérience scientifique. Il faut toujours s’efforcer de combiner les savoirs situés (constitués à titre emic ou etic) à des opérateurs de généralisation.

Autrement dit, le séminaire vise à s’interroger sur les articulations entre la topique des études aréales et les dispositifs optiques des sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture de Séminaire d’itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques

Atelier doctoral travaux en cours CETOBAC et CERCEC

Nous assurons cette année l’organisation d’un atelier travaux en cours des doctorant·e·s. L’atelier est un espace d’échange bienveillant et critique pour discuter des travaux en cours des masterant·e·s, des doctorant·e·s et des jeunes docteur·e·s qui travaillent sur l’Europe centrale et orientale, les Balkans, la Turquie, la Russie, l’Asie centrale et le Caucase, ainsi que l’Empire ottoman et l’URSS.

Notre atelier mensuel se tiendra chaque troisième mardi du mois (16h30-18h30) du mois de novembre au mois de mai au campus Condorcet à Aubervilliers en salle 515 (5e étage du bâtiment EHESS).
L’atelier accueille une ou deux présentations de travaux (articles, chapitres, communications, projets de thèse) par séance. L’intervenant·e envoie environ deux semaines avant un texte écrit de 10 à 20 pages, pour que chaque personne puisse le lire. L’intervenant·e propose une courte présentation le jour de l’atelier de 10 à 15 minutes, et l’essentiel du temps est ensuite consacré à une discussion bienveillante sur le contenu du texte, la présentation, les méthodes de recherche.
Si vous êtes intéressé·e·s pour présenter votre travail, signalez-vous auprès de nous, même si vous n’avez pas encore une idée nette du texte que vous voudriez présentez. Continuer la lecture de Atelier doctoral travaux en cours CETOBAC et CERCEC

The Futures Past of the Ottomans

The Futures Past of the Ottomans
Workshop organisé par Olivier Bouquet
Jeudi 12 octobre 2023 (9:00 – 18:30) 

Université Paris Cité
Bâtiment Olympe de Gouges – salle 830
8 Place Paul Ricœur – 75013 PARIS

Session 1: “New Turkey”: What Kind of State?
Chair: Élise Massicard (CERI, Paris)

9:30 – Samuele Abrami (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milan; Sabancı University, Istanbul)
Nostalgia for the Past in the “New Turkey”. Between Kemalist Utopia and Islamist Dystopia              

10:00 – Nikos Moudouros (University of Cyprus, Nicosia)
“We are not a Tribal State”: The Multiple Uses of Ottoman History for a “Strong State”            

10:30 –Tamás Dudlák (ELTE University, Budapest)
The Rise of Civilisational States: Civilisational Discourse in Turkey         

Session 2: Erdoganism’s Futures Past/Pasts Future
Chair: Fatma Müge Göçek (University of Michigan, Ann Arbor)

11:20 – Ayşe Bozkurt (Eberhard Karls Universität Tübingen)
Frames of Erdoğanism: The Pasts Future of “Payitaht: Abdülhamid”       

11:50 – Olivier Bouquet (Université Paris Cité, CESSMA, IUF)
“Dieses west noch”: Erdoğan, Being and Time 

Session 3: Unpacking neo-Ottomanism
Chair: Ahmet İnsel (Galatasaray University, Istanbul)

14:30 – Barış Zeren (CETOBaC, EHESS, Paris)
Hamidism Beyond the Myth: The Fragile Sovereign and the April 2017 Regime          

15:00 – Fatma Müge Göçek (University of Michigan, Ann Arbor)
Weaponization of neo-Ottomanism as Soft Power: Sultan Abdülhamid, President Erdoğan and Women’s National Volleyball Team           

15:30 – İrvin Cemil Schick (CETOBaC, EHESS, Paris)
Occult Practices in Erdoğan’s Turkey, in Historical Context       

Session 4: After the Ottomans
Chair: M’hamed Oualdi (Sciences Po, Paris) 

16:30 – Aline Schlaepfer (University of Basel)
History-writing in Iraq after the Ottomans. Between Hamidianism, Constitutionalism, and Kemalism    

17:00 – Emmanuel Szurek (CETOBAC, EHESS, Paris)
Onomastic Proofs: The non-Muslims and Their Names

-> Voir suite sur le site du CESSMA

Séminaire Controverses balkaniques. L’Europe du Sud-Est au prisme des débats en sciences sociales (XIXe-XXIe siècle)

animé par Nathalie Clayer (CNRS-EHESS, CETOBaC) et Fabio Giomi (CNRS, CETOBaC)
Bâtiment EHESS-Condorcet
EHESS, 2 cours des humanités 93300 Aubervilliers
Salle A602
annuel / bimensuel (2e/4e), mardi 14:30-16:30
du 24 octobre 2023 au 28 mai 2024

Depuis leur graduelle institutionnalisation, les études balkaniques ont été traversées, comme tout champ d’étude, par des discussions savantes, parfois virulentes.  Relevant de disciplines fort différentes – histoire, géographie, ethnologie, sociologie, anthropologie pour ne citer que les principales – les études s’intéressant à l’Europe du Sud-Est ont été une arène dans laquelle les chercheur·e·s se sont livré·e·s, entre eux et parfois avec les autres professionnel·le·s de la production symbolique (journalistes, politicien·ne·s, figures religieuses notamment), à des controverses, faisant souvent appel à différentes visions du monde social. Dans ce séminaire, nous reviendrons sur ces débats qui ont pu porter sur la question des origines et des limites des groupes humains (nation, communauté religieuse, classe sociale), de la façon dont les configurations politiques et institutionnelles (empires/Etats-nations, autoritarismes, socialisme réel) doivent être interprétées et jugées, ou encore sur la pertinence de certains concepts et catégories (« arriération », « empire », « orientalisme », « agentivité », « race », « société civile », « colonialisme », « bourgeoisie », etc.) dans le cas balkanique.

Les séances seront structurées autour de la lecture et l’analyse de textes, deux ou plus, qui soutiennent publiquement des arguments contradictoires dans l’interprétation d’un phénomène donné, tant au sein de l’arène des sciences sociales que dans leurs débordements éventuels dans l’arène politique. On s’intéressera aux contextes de production, aux stratégies argumentatives, ainsi qu’au destin de ces controverses, jusqu’à leur résolution, clôture, abandon ou transformation. Le postulat de cette réflexion collective est qu’une anatomie fine des moments de dissensus en sciences sociales possède un pouvoir heuristique pour comprendre non seulement l’organisation de la communauté scientifique, mais aussi du monde social plus en général.