Archives par mot-clé : bulgarie

Alexander Manuiloff, L’État, éditions l’Espace d’un instant, 2019 (84 P. 11€)

Traduit de l’anglais par Nathalie Bassand, Préface de Tim Etchells

Début 2013, Plamen Goranov, photographe et alpiniste bulgare, est l’un des chefs de file des manifestations qui se déroulent en Bulgarie, en protestation contre la pauvreté, la corruption et la faillite de l’État. Le 19 février, à Varna, il déclare publiquement qu’il s’immolera le lendemain à 17 heures si l’administration locale refuse de démissionner. Le lendemain, il met ses menaces à exécution, avec plusieurs heures d’avance, sans laisser aucune lettre. Plus d’une douzaine d’immolations dans l’espace public suivront. Son destin évoque naturellement ceux de Jan Palach, après l’écrasement du printemps de Prague, ou du Tunisien Mohamed Bouazizi, déclencheur des printemps arabes.
L’État parle de Plamen Goranov, le premier à s’être immolé en Bulgarie, mais parle de nous aussi, des États que nous créons et de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui..

Alexander Manuiloff est un auteur, dramaturge, scénariste et journaliste bulgare, qui vit actuellement à Sofia. Ses œuvres pour le théâtre et le cinéma ont été programmées à Cannes, Carthage, Istanbul, Moscou, Prague, ainsi qu’à Berlin, au Theatertreffen Festival, à New York, où il a collaboré avec le collectif allemand Rimini Protokoll, et à Paris, où L’État a été présenté au festival L’Europe des théâtres en 2017.

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.

Nadège Ragaru – soutenance d’HDR

Jeudi le 6 décembre 2018 à l’EHESS, à partir de 14h en salle M. & D. Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Le jury d’habilitation est composé de :

Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS (CETOBaC)

Nathalie Clayer, Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) (rapporteure)

Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, IHTP (rapporteur)

Frédérique Matonti, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Patrick Michel, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS (CMH) (garant)

Paul-André Rosental, Professeur des universités, Sciences Po Paris (rapporteur)

Le dossier d’habilitation comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 3), un mémoire inédit (volume 2) intitulé: 

« Et ils furent sauvés… » : productions et circulations internationales des savoirs sur les destinées juives dans l’“ancien” et le “nouveau” Royaumes de Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale (1944-2018)

Résumé 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 48 000 Juifs du « vieux » Royaume de Bulgarie (frontières d’octobre 1940), quoique soumis à un large éventail de mesures anti-juives, ne furent pas déportés et survécurent à la guerre. Dans les territoires yougoslaves et grecs occupés entre 1941 et 1944, en revanche, 11 343 Juifs furent arrêtés, convoyés en Pologne et exterminés. Dans les écrits historiens et amateurs, comme dans les discours publics et les productions culturelles, une lecture dominante des expériences juives s’est imposée en Bulgarie et au-delà, qui repose sur trois piliers : une association de la Shoah en Europe au « sauvetage des Juifs bulgares » en Bulgarie ; une énonciation de cette non-déportation en termes de trajectoire historique exceptionnelle ; enfin, une indexation de ce « sauvetage » sur une  tradition de « tolérance nationale » envers les minorités. Les controverses publiques autour de l’interprétation des faits observées – durant et après la guerre froide – aux échelles nationales, régionales et internationales ont été principalement centrées sur l’établissement d’une hiérarchie des mérites dans le « sauvetage des Juifs bulgares ». Comment comprendre que, d’un passé complexe et contradictoire, une unique facette ait fait l’objet d’une narration et d’une transmission prioritaires? Que les déportations, sans être oblitérées, soient apparues comme faiblement pertinentes dans la reconstitution de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

L’objectif de ce manuscrit inédit est de répondre à ces questions en retraçant la genèse et les circulations internationales des savoirs et représentations de la Shoah. Située à la croisée entre sociologie des savoirs et sociologie du communisme et de la guerre froide, l’enquête embrasse, au-delà des seuls écrits historiens, la production de savoirs judiciaires, les recréations documentaires et fictionnelles des événements et l’étude de controverses spécifiques. Le dépouillement d’une documentation principalement en langues bulgare, macédonienne, serbe et allemande y éclaire les configurations changeantes d’acteurs aux trajectoires et logiques d’intéressement contrastées qui ont produit ces modes de saisissement du passé ; il met aussi en évidence leurs modulations spatiales et temporelles (en Bulgarie, dans les Balkans comme à l’échelle globale). La recherche s’inscrit ainsi dans le sillage d’une historiographie récente sur l’écriture des persécutions anti-juives en Europe de l’Est ayant invité à nuancer la représentation conventionnelle d’une élision constante des souffrances juives sous le communisme. Qu’observons-nous en effet en lieu et place d’un silence continu ? Une présence à éclipses et ellipses, des dynamiques circulatoires irréductibles aux seuls effets de compétition géopolitique et une exposition des faits dont l’accentuation a été tributaire de son arrimage à des enjeux identitaires et politiques discutés sur le terrain de l’élucidation des destinées juives. Les opérations de nationalisation du récit historique, soutenues par les acteurs publics bulgares, y ont été indissociables d’un mouvement de transnationalisation des représentations scripturaires et visuelles de la Shoah auquel les communautés juives (établies aux États-Unis et en Israël notamment) et les diasporas balkaniques non juives ont apporté une contribution majeure. La transnationalisation a constitué une modalité, sinon une condition, de la nationalisation des écritures savantes et profanes traitant des expériences juives de la guerre dans ces territoires. – Nadège Ragaru