Archives par mot-clé : bulgarie

Nadège Ragaru et Andreas Guidi, “A History of Knowledge about the Holocaust in Bulgaria”, The Southeast Passage

Marco Behar: “Their Last Way” (from the Series “Past”, detail, 1958), Courtesy of the Bulgarian National Gallery, Sofia.

Depuis le lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale, un récit concernant le sauvetage des Juifs bulgares de la déportation et du génocide a alimenté l’autoreprésentation des gouvernements à Sofia et le discours public dans le pays. Entre les décennies de régime socialiste et les transformations politiques de l’après-1989 qui ont conduit à l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne, le cadre international de la mémoire de l’Holocauste ainsi que certaines références dans ce discours ont changé, mais l’essentiel du récit du sauvetage, qui considère les Juifs comme une entité passive, persiste. Cet épisode discute de la manière dont l’historiographie peut s’engager de manière critique dans la connaissance complexe et fragmentée de l’Holocauste en Europe du Sud-Est à travers un voyage à travers différentes voix et différentes sources, des attestations de procès aux films de fiction populaires en passant par le matériel visuel.

Accès au podcast : http://thesoutheastpassage.com/podcast/

 

Nadège ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… », Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2020, (382 P. 29€)

Exception en Europe, un État allié du Reich a refusé de déporter sa communauté juive. Cette image de la Bulgarie pendant la seconde guerre mondiale a prévalu jusque récemment, quitte à omettre que, dans les territoires de la Yougoslavie et de la Grèce occupés par ce pays entre 1941 et 1944, la quasi-totalité des Juifs ont été raflés, convoyés vers la Pologne et exterminés.

Au terme d’une vaste enquête documentaire et archivistique, Nadège Ragaru reconstitue l’origine de ce qui a longtemps été tenu pour un socle de faits vrais parce que largement crus. Elle explique pourquoi une seule facette d’un passé complexe et contradictoire a fait l’objet d’une transmission prioritaire ; comment les déportations, sans être oblitérées, sont devenues secondaires dans les discours publics, les musées, les livres d’histoire et les arts ; comment la mise en écriture des persécutions contre les Juifs en Bulgarie s’est retrouvée l’otage de la guerre froide puis des luttes politiques et mémorielles de l’après-communisme dans les Balkans et le reste du monde.

Profondément originale dans sa conception comme dans son écriture, cette enquête historique est une réflexion exemplaire sur les silences du passé.

Alexander Manuiloff, L’État, éditions l’Espace d’un instant, 2019 (84 P. 11€)

Traduit de l’anglais par Nathalie Bassand, Préface de Tim Etchells

Début 2013, Plamen Goranov, photographe et alpiniste bulgare, est l’un des chefs de file des manifestations qui se déroulent en Bulgarie, en protestation contre la pauvreté, la corruption et la faillite de l’État. Le 19 février, à Varna, il déclare publiquement qu’il s’immolera le lendemain à 17 heures si l’administration locale refuse de démissionner. Le lendemain, il met ses menaces à exécution, avec plusieurs heures d’avance, sans laisser aucune lettre. Plus d’une douzaine d’immolations dans l’espace public suivront. Son destin évoque naturellement ceux de Jan Palach, après l’écrasement du printemps de Prague, ou du Tunisien Mohamed Bouazizi, déclencheur des printemps arabes.
L’État parle de Plamen Goranov, le premier à s’être immolé en Bulgarie, mais parle de nous aussi, des États que nous créons et de l’état dans lequel nous sommes aujourd’hui..

Alexander Manuiloff est un auteur, dramaturge, scénariste et journaliste bulgare, qui vit actuellement à Sofia. Ses œuvres pour le théâtre et le cinéma ont été programmées à Cannes, Carthage, Istanbul, Moscou, Prague, ainsi qu’à Berlin, au Theatertreffen Festival, à New York, où il a collaboré avec le collectif allemand Rimini Protokoll, et à Paris, où L’État a été présenté au festival L’Europe des théâtres en 2017.

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.