Archives par mot-clé : bulgarie

Palabres centre-européennes – mardi 2 avril 2024 à 19h30

En présentiel  uniquement 

Mardi 2 avril à 19h30 au Centre d’études slaves
9, rue Michelet, Paris 6e
Salle de conférences

               

Le Centre d’études slaves vous invite à la séance animée par  Paul-Antoine Météier, historien, spécialiste des Pays tchèques médiévaux  

Programme :

Domaine yiddish :

Rokhl Brokhes, Faubourg, traduit du yiddish par Cécile Neeser Hever, Paris, Bibliothèque Medem,  2024. Présenté par la traductrice. 

Domaine bulgare :

Maria Kassimova-Moisset, Rhapsodie balkanique, roman traduit du bulgare par Marie Vrinat-Nikolov,  Genève, éd. des Syrtes, 2023. Présenté par la traductrice, professeur de langue et littérature bulgares  à l’Inalco.  

Domaine polonais :

Numéro spécial de la revue Histoire consacré à la « La Pologne. Mille ans d’une nation », Paris,  collections N°102 de janvier-mars 2024. Présenté par Ania Szczepanska, historienne du cinéma, et  Christine Lebeau, historienne, spécialiste de l’Allemagne et de l’Europe centrale à l’époque moderne.  Domaine roumain 

Domaine roumain :

Béla Borsi-Kálmán, L’ethnogenèse d’un État-nation. Du rêve inachevé de renaissance byzantine à la  création de la Grande Roumanie, traduction française d’Henri de Montety, Paris, EAC (Editions  Archives Contemporaines), 2023. Présenté par Matei Cazacu, spécialiste de la Roumanie et du monde  balkanique.  

– sous réserve de modification –  

sur l’initiative du CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherches centre-européennes)  de Sorbonne Université  

au sein de l’Unité Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane (UMR 8224 Eur’ORBEM)  

Programmation et coordination :  Malgorzata Smorag-Goldberg,  Sorbonne Université et CIRCE,  maougocha@gmail.com  

Organisation :  

Aurélie Rouget-Garma,  Sorbonne Université et CIRCE,  aurelie.rouget-garma@sorbonne-universite.fr 

Centre universitaire Malesherbes, 108 bd Malesherbes, 75017 Paris, tél : 01 43 18 41 93  

Un podcast-recherche sur la mémoire sonore du communisme en Bulgarie

Olivier Givre, co-auteur avec Raphaël Cordray de la série ethno-radiophonique “A la poursuite de radio totchka”, est l’invité de “Sous le capot”, l’émission de Radio Brume qui décortique la création sonore.

Une production Studio Vago. A lire sur le même sujet: « A la poursuite de Radiotočka. La mémoire sonore du communisme en Bulgarie au prisme de la recherche-création », dans Balkanologie, 18/1, 2023.

Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)

Présentation
Enquête historique profondément originale, cet ouvrage propose une réflexion critique sur les silences du passé et la mémoire de l’Holocauste.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie, pourtant alliée du Troisième Reich, n’a jamais déporté sa communauté juive. Jusqu’à récemment, cette image de la Bulgarie comme exception européenne a prévalu, mais à un certain prix. Elle ignorait en effet la rafle de la quasi-totalité des Juifs vivant dans les territoires yougoslaves et grecs sous occupation bulgare entre 1941 et 1944, qui furent en fait déportés vers la Pologne, où ils furent assassinés.

Dans cette nouvelle traduction anglaise de son ouvrage publié à l’origine en français, Nadège Ragaru présente une passionnante et vaste enquête archivistique couvrant 80 ans et six pays (Bulgarie, Allemagne, États-Unis, Israël, Macédoine du Nord et Serbie), explorant ainsi les origines et la perpétuation de ce récit héroïque du passé de la Bulgarie. Passant des sphères juridiques aux sphères politiques, des créations artistiques aux expositions muséales, de l’écriture de l’histoire aux controverses publiques transnationales, elle montre comment l’Holocauste au nord du Danube est devenu un “sauvetage” au sud du fleuve. Elle retrace la manière dont les mérites individuels ont été transformés en réalisations “nationales”, tandis que la responsabilité des déportations a été imputée à l’Allemagne nazie. Enfin, elle montre comment les discussions sur l’Holocauste en Bulgarie ont été prises en otage par les dynamiques de la guerre froide avant 1989, pour ensuite céder la place aux luttes politiques et mémorielles. Continuer la lecture de Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

17/10/2023, École française d’Athènes
Didotou 6, Athens, 10680
Suivre en ligne

Discussion autour du livre Rival Byzantiums. Empire and Identity in Southeastern Europe

Diana Mishkova Centre for Advanced Study, Sofia

Discussion : Agustin Cosovschi École française d’Athènes

A discussion with Diana Mishkova about her recent book Rival Byzantiums: Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). The book is a comparative exploration of the way the phenomenon of Byzantium has been treated by the historiographies of the polities that have emerged from its remains – Greece, Bulgaria, Serbia, Romania and Turkey – and the way these, often warring, interpretations have been shaping the national canons of history in these countries from the Enlightenment to the present day.

**

Une discussion avec Diana Mishkova sur son récent livre Rival Byzantiums : Empire and Identity in Southeastern Europe (Cambridge University Press, 2022). Ce livre est une exploration comparative de la manière dont le phénomène de Byzance a été traité par les historiographies des pays qui ont émergé de ses vestiges – Grèce, Bulgarie, Serbie, Roumanie et Turquie – et de la manière dont ces interprétations, souvent contradictoires, ont façonné les canons nationaux de l’histoire dans ces pays depuis le siècle des Lumières jusqu’à aujourd’hui.

-> Pour plus d’information 

« Searching for radiotočka ». A research-creation on the sonic memories of communism in Bulgaria

Jeudi 18 mai 2023 – 18:00 (EEST)
Thursday 18 May 2023 – 6 p.m. (EEST)

Olivier Givre Université Lyon 2 / EFA
Discussion : Galia Vâltchinova Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, LISST (UMR 5193)

Séminaire hybride / Υβριδικό σεμινάριο  / Hybrid seminar
=> Salle des conférences de l’EFA, Didotou 6  /
Αίθουσα διαλέξεων της ΓΣΑ, Διδότου 6 / EFA Conference room, Didotou 6
=>
Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar

This talk presents a research-creation project on the sonic memories of communism in Bulgaria, through the example of the radiobroadcasting device radiotočka (literally “radio point”). Largely spread after WW2 under the influence of the Soviet Union, this dispositive of monochannel cabled radios illustrates at once the impact and ambivalence of media productions in the context of a totalitarian regime, between propaganda, cultural education and intimate reception. As radiotočka disappears progressively in the 2000s, due to different transformations in technology, societal expectations and mediascape, this research addresses the relationships between ideology and soundscapes, as well as ordinary sonic memories. It takes notably the shape of an audio documentary questioning the alternative ways of scientific writing and the potentialities of research-creation in terms of diffusion and valorization of knowledge.
Listen to the pilot episode of the audio doc « Searching for radiotočka »

Anthropologist, assistant professor at the University Lumière-Lyon2, member of the UMR EVS (CNRS 5600) and fellow at the École française d’Athènes, Olivier Givre has conducted most of his researches in Bulgaria and northern Greece on the following topics : ritual and religious changes, memory and heritage processes, border and territory dynamics, human-non human relationships and ecological perspectives. His current works concern the fields of sensory anthropology and research-creation, with a focus on partnership research open to the dialogue between science and society.

 

Séminaire Histoire, politique et culture en Europe médiane : Ecrire l’histoire de la Shoah en Bulgarie

Mardi 4 avril de 17h15 à 19h00 à l’INALCO,

65 rue des Grands Moulins (Paris 13e), en salle 3.12 .

Intervention de :

Nadège Ragaru (CERI, CNRS)  

Voir ce qui ne fut pas vu. Écrire l’histoire de la Shoah en Bulgarie à partir de sources visuelles”

Possibilité de participer en visioconférence en suivant ce lien : https://zoom.us/j/91369244236

Continuer la lecture de Séminaire Histoire, politique et culture en Europe médiane : Ecrire l’histoire de la Shoah en Bulgarie

Documentaire radiophonique « A la poursuite de radio totchka »

J’ai le plaisir de vous adresser au lien suivant l’épisode pilote du documentaire radiophonique « A la poursuite de radio totchka » qui s’inscrit dans le cadre de la recherche anthropologique que je conduis actuellement sur la mémoire sonore du communisme en Bulgarie, avec le soutien de l’EfA et de la Fabrique des écritures.

https://bul.univ-lyon2.fr/index.php/s/pscVz3Gu5V28vPU

Se voulant complémentaire à des formes d’écriture scientifique plus classiques (articles, ouvrages…), cette réalisation constitue un exemple de la démarche de recherche-création et de médiation scientifique que je développe actuellement.

Olivier Givre
PhD in Social and Cultural Anthropology

Maître de Conférences / Assistant Professor
Université Lumière-Lyon 2
UMR EVS 5600

Nadège Ragaru et Andreas Guidi, “A History of Knowledge about the Holocaust in Bulgaria”, The Southeast Passage

Marco Behar: “Their Last Way” (from the Series “Past”, detail, 1958), Courtesy of the Bulgarian National Gallery, Sofia.

Depuis le lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale, un récit concernant le sauvetage des Juifs bulgares de la déportation et du génocide a alimenté l’autoreprésentation des gouvernements à Sofia et le discours public dans le pays. Entre les décennies de régime socialiste et les transformations politiques de l’après-1989 qui ont conduit à l’entrée de la Bulgarie dans l’Union européenne, le cadre international de la mémoire de l’Holocauste ainsi que certaines références dans ce discours ont changé, mais l’essentiel du récit du sauvetage, qui considère les Juifs comme une entité passive, persiste. Cet épisode discute de la manière dont l’historiographie peut s’engager de manière critique dans la connaissance complexe et fragmentée de l’Holocauste en Europe du Sud-Est à travers un voyage à travers différentes voix et différentes sources, des attestations de procès aux films de fiction populaires en passant par le matériel visuel.

Accès au podcast : http://thesoutheastpassage.com/podcast/