Archives par mot-clé : Balkans

Pascal M. Kitromilidès, Aux origines des nationalismes balkaniques. La révolution française et le sud-est de l’Europe, École Française d’Athènes, 2021 (109 p., 25,00 €)

En cette année de commémoration du bicentenaire de la révolution d’Indépendance grecque, cette étude de Pascal M. Kitromilidès consacrée à la réception et à l’influence de la Révolution française sur les nationalismes balkaniques se devait d’être mise à l’honneur. Ce travail, dans l’édition grecque de 1990, a accompagné les bouleversements récents de l’histoire européenne, depuis les commémorations de la Révolution française en 1989 jusqu’aux évolutions des années suivantes en Europe de l’Est et du Sud-Est. Son édition révisée, proposée ici en français, invite encore à relire ce passé récent en interrogeant les croisements entre idées révolutionnaires et construction des nationalismes, tant l’analyse de l’historien est aussi le reflet des interrogations de son époque.

Réinterroger ainsi la question des Lumières, c’est porter un regard différent, éclairé par d’autres contextes, décentrer le point de vue en prenant les Balkans pour point de départ. Il en ressort une image renouvelée de la réception des idées révolutionnaires françaises en Europe et des critiques dont elle fait l’objet dans la pensée libérale, mais aussi une vision approfondie de la place singulière de l’hellénisme dans ce nouveau paysage qui émerge entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle. Les idées, éminemment révolutionnaires, de nation et de libération nationale trouvent ainsi dans les Balkans et en Europe du Sud-Est un écho bien particulier.

Cinéma, Architecture et espace urbain dans les Balkans / Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans

Appel à propositions / Call for Papers

East European Film Bulletin -

East European Film Bulletin (Paris) – Special Issue on Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans”
Deadline for proposals (in English language): 15th of July 2022
Papers due: 1st of November 2022

Often unified by the concept of the “cinematic city”, different approaches in film studies tend to examine urban space through three main angles.
Films shot within the build environment may record – perhaps unwillingly its current dynamics, architecture and urban planning (city as
background), consciously use the representational value of specific places
for narrative purposes (as character) or directly comment on the
socio-political conditions and memories of a city (as subject). However, it
can be argued that most of these discussions eventually converge to a
double question: how does cinema reflect upon the past, present and
future of a city and how do films reinforce or contest narratives and myths and affect the collective urban experience.

Following our previous special issue on urban themes in Russian and
Soviet cinema, this year we turn our focus to the Balkans. Often described as the “other” of Europe, “insufficient European”, or a “specter haunting Western culture” (to use the Maria Todorova’s provocative description), the countries and people of the Balkan Peninsula more often than not are seen as a geographic and culturally unified unit of measurement, against which Europeans can prove their superiority. The fall of the Ottoman Empire and the subsequent Balkan wars as well as breakup of Yugoslavia, led the newly formed Balkan states to assert distinct national identities, mainly structured around religion and language. The collective amnesia of a multiethnic past is however negated in everyday practices where cultural footprints proliferate (linguistic and culinary p.e.), the result of a century-long multicultural blend and the Ottoman presence in the region.

The special issue is intended to discuss Balkan urban space and
architecture through a cinematic perspective, and further explore
elements linking urban studies with film studies. We are particularly
interested in contributions discussing fiction films or documentaries
focused on specific urban spaces of the Balkans, significant
constructions, major cities or lesser-known towns and villages. We are
also interested in itinerary films that map the peninsula through their
passage from different built environments.
Suggested topics (non-exhaustive list):

Continuer la lecture de Cinéma, Architecture et espace urbain dans les Balkans / Cinema, Architecture and Urban Space in the Balkans

Balkanologie, revue d’études pluridisciplinaire. Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Vol. 18 n° 2 | 2023 – Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Date limite de soumission des articles : 6 mai 2022

Les mouvements des femmes et l’histoire de l’engagement féministe dans les Balkans constituent désormais un champ de recherche établi dans les sciences sociales. De nombreux chercheurs et chercheuses ont contribué à éclairer, d’une part, la spécificité du contexte sud-est européen dans son ensemble au xxe siècle dans une approche comparatiste et, d’autre part, la chronologie différenciée de ces mouvements selon les situations des différents pays. Que ce soit dans les mouvements dits de « renaissance nationale » au xixe et début du xxe siècles, dans l’entre-deux guerres, après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1970 ou après la chute des différents régimes communistes et la dissolution de la Yougoslavie, les femmes se sont engagées et/ou se sont organisées autour de questions féministes.

Des chercheuses de la région en littérature et études de genre se sont déjà penchées sur l’histoire littéraire et artistique des Balkans. Notamment, la littérature dite post-yougoslave a été abondamment étudiée dans une perspective féministe et/ou transnationale (Lukić, 2017 ; Matijević, 2020). D’autres ont travaillé à historiciser ces phénomènes artistiques et littéraires tout en proposant une théorie et une critique féministes (Zelenović, 2020 ; Blagojević, Kolozova, Slapšak, 2006 ; Petrović, 2018).

Ce dossier de la revue Balkanologie interrogera la spécificité d’un engagement féministe dans les arts et la littérature balkaniques. Qu’en est-il de l’engagement littéraire et artistique des femmes pour leurs droits et/ou dans le cadre de mouvements féministes ? Quelles sont les spécificités de ces formes d’engagement artistique dans les pays des Balkans ?

Ces interrogations invitent à se situer historiquement au croisement de deux sujets : premièrement, les contextes de la condition et des mouvements des femmes dans les pays concernés, d’un xixe siècle où émerge la question des femmes jusqu’aux transitions libérales qui redéfinissent leur place dans ces sociétés, en passant par les projets socialistes et kémaliste où le thème de l’émancipation des femmes devient un outil de « légitimation fondamentale » (Giomi, Zerman, 2018). Toutes ces transformations auront en effet un impact sur les stratégies d’apparition des femmes dans les champs littéraires et artistiques. Deuxièmement, ces engagements seront étudiés au prisme de l’histoire des liens entre arts, littérature et politique dans les pays concernés. L’histoire littéraire et artistique des pays du Sud-Est européen, souvent qualifiés de « périphéries » littéraires et artistiques (Casanova, 2008), est marquée par son rapport au politique : ainsi, au xixe et au début du xxe siècle, les arts et la littérature participent activement aux mouvements dits de « renaissance nationale » ou de « reconstruction nationale ». Puis, sous le socialisme, les régimes appellent les écrivain-e-s et les artistes à définir leurs travaux par leur engagement et une critique sociale, voire, pour certains d’entre eux, à subordonner leur art au politique. Dans ces contextes, nous ne pouvons pas seulement penser l’intellectuel·le engagé·e comme « outsider » (Saïd, 1996) ou comme dissident·e : les lieux de friction entre collaboration et subversion ou dissensus paraissent particulièrement pertinents pour cette étude. L’engagement peut même, dans des contextes ultra politisés, revêtir des formes antipolitiques (Kemp-Welch, 2017) ou « escapistes ».

Si de nombreux travaux sur les questions de représentations des femmes ont déjà été produits, nous souhaitons nous centrer sur la capacité d’agir des femmes artistes et autrices que ce soit dans leurs productions artistiques ou dans leurs modes d’organisation féministe dans les champs littéraires et artistiques. Ce numéro invite à penser l’engagement artistique dans les œuvres, ses implications esthétiques, mais également comme action et mode d’organisation des femmes dans les champs littéraires et artistiques : si des femmes s’engagent en tant que créatrices, c’est également le cas des femmes occupant d’autres fonctions dans ces champs – on pense notamment aux critiques d’arts, aux métiers techniques, aux traductrices, etc.

Nous invitons les contributeur·ices à appréhender le qualificatif « féministe » au sens large : certaines femmes artistes ou autrices ont pu ne pas le mobiliser pour elles-mêmes, voire le rejeter (Lóránd, 2018). Cependant, l’analyse peut aborder leur engagement, leur trajectoire et leurs productions artistiques comme féministes. Cette définition ouverte du terme « féministe » renvoie à tout engagement politique, artistique, littéraire qui met en lumière la spécificité des conditions de vie des femmes et des oppressions que subissent les femmes en tant que groupe social.

Ce numéro est ouvert à des contributions venant de différents champs des sciences humaines et sociales (littérature, histoire des arts, esthétique, philosophie, histoire, sociologie, géographie, anthropologie, science politique). Souhaitant contribuer à l’écriture d’une histoire intellectuelle féministe « imbriquée, transnationale et comparative » des Balkans (Daskalova, 2018), nous encourageons vivement les travaux qui proposent une perspective comparatiste et transdisciplinaire.

Soumission des propositions

Les propositions de contributions en langue française ou anglaise doivent être envoyées par courriel à Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) et Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr), les coordinatrices du dossier, le vendredi 6 mai 2022 au plus tard. Elles comporteront le titre, un résumé (500 mots maximum), cinq mots clés, une brève notice bio-bibliographique et les coordonnées de l’auteur·rice. Les auteur·rices seront informé·es de la sélection des propositions par les coordinatrices par courriel en juin 2022. Les auteur·rices dont les propositions seront retenues devront remettre leur article au 18 novembre 2022 dernier délai. Les articles seront ensuite soumis à une évaluation en double anonyme. Les auteur·rices auront alors un mois pour intégrer les commentaires, les critiques et les suggestions. La publication est prévue à l’automne 2023.

Pour plus d’information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3258 (français) 

***

Vol. 18 n° 2 | 2023- Balkan Arts and Literatures (19-21th centuries) Through the Lens of Feminist Engagement

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Deadline for submission of paper proposals: May 6th, 2022

Women’s movements and the history of feminist engagement in the Balkans are a well-established academic field in social sciences. Many researchers contributed to shed light on the specificity of the South-East European context at large in the 20th century using a comparative approach while distinguishing the different movements’ chronologies according to the situation of the different countries. Whether it was in the so-called “national revival” movements in the 19th and early 20th centuries, or during the interwar period, after World War Two, or in the 1970s, or after the fall of the various communist regimes and the dissolution of Yugoslavia, women committed themselves and/or organized themselves around feminist issues.

Scholars in the region in literature and gender studies have already focused their research on the literary and artistic history of the Balkans. The so-called post-Yugoslav literature, for example, has been extensively studied from a feminist and/or transnational perspective (Lukić 2017; Matijević 2020). Others have worked on historicizing these artistic and literary phenomena while offering feminist theory and critique (Zelenović 2020; Blagojević, Kolozova, Slapšak 2006; Petrović 2018).

This issue of the review Balkanologie aims to interrogate the specificity of feminist engagement in Balkan arts and literatures. What about the literary and artistic engagement of women for their rights and/or in the scope of feminist movements? What are the specificities of these forms of artistic engagement in the different Balkan countries?

These interrogations invite us to lie at the intersections of two historical topics. First, we will observe the different contexts in which women’s living conditions changed and political movements appeared: from the 19th century, when the women question emerged, through the socialist and Kemalist projects where the theme of women’s emancipation became a tool for “fundamental legitimization” (Giomi, Zerman 2018), to the liberal transitions that redefined their place in society. All these transformations have had an impact on the different strategies of women’s appearance in literary and artistic fields. Second, these commitments will be studied through the lens of the history of relations between arts, literature and politics in these countries. Literary and artistic history of the South-East European countries, often referred to as literary and artistic “peripheries” (Casanova 2008), is marked by its relationship to politics: thus, in the 19th and early 20th centuries, arts and literature were actively involved in the so-called “national revival” or “national reconstruction” movements. Then, under socialism, the regimes called writers and artists to define their work according to their commitment and social critique, and even, for some of them, to subordinate their art to politics. In these contexts, we cannot only think of the engaged intellectual as an “outsider” (Saïd, 1996) or as a dissident. Spaces of friction between collaboration and subversion or dissent seem therefore particularly relevant for this study. Engagement can even, in highly politicized contexts, take on anti-political (Kemp-Welch, 2017) or “escapist” forms.

While scholarship has already been produced on issues of women’s representation, here we wish to focus on the agency of women artists and writers, both in their artistic productions or in their feminist modes of organisation in the literary and artistic fields. This issue invites researchers to think about political engagement in artworks, its aesthetic implications, but also as action and mode of organisation for women in the literary and artistic fields: women can get involved as creators or writers, but also by occupying other functions in these fields – we think specifically of art critics, technical professions, translators, etc.

We invite contributors to understand the label “feminist” in a broad sense: some women artists or writers may not have used it for themselves, or may even have rejected it (Lóránd, 2018). However, the analysis can address their engagement, trajectory and artistic productions as feminist. This open definition of the term “feminist” refers to any political, artistic, literary engagement that highlights the specificity of women’s living conditions and the oppressions women face as a social group.

This issue is open to contributions from different fields in human and social sciences (literature, art history, aesthetics, philosophy, history, sociology, geography, anthropology, political science). Wishing to contribute to the writing of a “intertwined, transnational and comparative” feminist intellectual history of the Balkans (Daskalova, 2018), we strongly encourage works that propose a comparative and transdisciplinary perspective.

Proposal submission

Proposals for articles, in either French or English, will be sent by e-mail to the editors of the issue, Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) and Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr) on 6th May 2022 at the latest. They will include the title, an abstract (up to 500 words), five key-words, a bio-bibliographic note and the authors’ contact information. The authors will be informed by the editors about the selection of proposals by e-mail in June 2022. Authors will then be required to submit a first version of their papers before 18th December 2022 at the latest. The articles will be submitted to dual-anonymous peer reviewing, after which authors will have a month to modify their papers according to the remarks, critics and suggestions received. The issue should finally be published in autumn 2023.

For further information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3259 (English)

Appel à communication : “Les lieux du politique en Europe centrale, orientale et balkanique, 1790-1990”, 20 mai 2022

Appel à communication pour une première journée d’études, le 20 mai 2022, avec d’autres journées d’études envisagées sur trois années, jusqu’en 2024.

  • Lieu de la journée d’études : Auditorium Dumézil, maison de la recherche, Inalco, 2 rue de Lille (Paris, 7e).
  • Les personnes intéressées à proposer une communication devront le faire avant le 14/02/2022. Pour plus de détails, merci de voir ici.

Les angles essentiels retenus et proposés à la discussion pour la première journée d’étude concernent les lieux institutionnels :

  • La dimension spatiale de l’expression des cultures et sociabilités des assemblées délibérantes et de leurs animateurs : la configuration des sièges des parlements et des assemblées provinciales locales, les permanences et bureaux des élus et de leurs secrétaires ou collaborateurs, les commissions d’enquête, les buvettes, brasseries, banquets…
  • Les organisations : les sièges, les implantations et permanences des partis politiques, des syndicats, des ligues ; la configuration de leurs congrès, meetings et rassemblements…
  • Les conférences nationales ou internationales, qu’elles soient strictement politiques, diplomatiques ou techniques.

L’importance du périmètre géographique considéré se double ici d’une extension maximale du champ chronologique, étendu à l’ensemble de la période contemporaine. L’objectif est de permettre une large appropriation du thème et d’offrir l’opportunité d’analyses comparatistes, entre les pays et les époques. Les sources et archives mobilisées à l’appui peuvent naturellement être de toutes natures (textuelles, visuelles, graphiques…).

Pour plus d’explications sur la journée d’étude et la soumission de propositions de communications, merci de voir ici.

Organisateurs : la Société française d’histoire politique (SFHPo), le Centre interuniversitaire d’études hongroises et finlandaises (CIEH-CIEFI), l’EA 2291 de Paris 3 Sorbonne Nouvelle « Intégration et coopération dans l’espace européen » (ICEE), le Centre de recherche Europes-Eurasie (CREE) de l’Inalco et la Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales (SFERES).

Vladimir Cretulescu, Ethnicité aroumaine, nationalité roumaine: La construction discursive d’une identité nationale (1770-1878), l’Harmattan, Paris, 2021 (254 P., 25 €)

Monograph published in French by our member Vladimir Cretulescu

Couverture Ethnicité aroumaine, nationalité roumaine

Vers la moitié du XIXe siècle, les Aroumains sont une population de bergers, marchands et dirigeants de caravanes, éparpillée dans toute la région des Balkans. Suite au bourgeonnement des idées nationales modernes dans le sud-est de l’Europe, ce groupe ethnique, parleur d’un idiome néolatin, est revendiqué par deux discours identitaires rivaux : l’un faisant d’eux des membres de la nation grecque, l’autre, leur attribuant la nationalité roumaine. Notre ouvrage se propose de tracer le développement du discours identitaire aroumain-roumain, qui construit les Aroumains comme des membres du peuple roumain, dès ses origines balkaniques jusqu’en 1878, l’année où le mouvement aroumain-roumain persuade les Ottomans de reconnaître le droit des Aroumains à bénéficier d’enseignement dans leur supposée langue nationale : le roumain. En mobilisant le modèle de Paul Brass, nous suivrons le processus de construction discursive qui rend l’ethnicité aroumaine assimilable à la nationalité roumaine.

Pour plus d’informations:

https://www.editions-harmattan.fr/livre-ethnicite_aroumaine_nationalite_roumaine_la_construction_discursive_d_une_identite_nationale_1770_1878_vladimir_cretulescu-9782343240749-71964.html

Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches (HDR) de Isabelle DEPRET

Titre : Religion, politique, usages du passé en Grèce et dans les Balkans à l’époque contemporaine 

le 9 décembre 2021, à 9h30.

à l’Institut des Langues et civilisations orientales (INALCO, Paris), bâtiment PLC, salle 4.23, en hybride

 

Jury :

Méropi ANASTASSIADOU, professeur des Universités, INALCO/Université de Genève, qui parraine le dossier ;

Chantal VERDEIL, professeur des Universités, INALCO, rapporteur ;

Alberto Fabio AMBROSIO, professeur des Universités, Luxembourg School of Religion and Society, rapporteur ;

Kristina KOULOURI, professeur des Universités, Université Panteion, rapporteur ;

Vassilios MAKRIDES, professeur des Universités, Université d’Erfurt ;

Konstantinos TSITSELIKIS, professeur des Universités, Université de Macédoine.

Merci de confirmer votre présence par email : isdepret@gmail.com