Archives par mot-clé : arts

Balkanologie vol. 18 n°2 /2023

Le Comité de rédaction de Balkanologie a le plaisir de vous annoncer la publication du vol. 18 n°2 Créer et interpréter en féministes. Femmes et engagement dans les littératures et les arts des Balkans (xxe et xxie siècles) dirigé par Naïma Berkane et Lola Sinoimeri.

Les contributions de Milica Trakilović, Barbara Halla, Ewa A. Kumelowski, Luka Bekavac, Etami Borjan, Petra Belc, Sonja Leboš et Slaven Crnić apportent des perspectives transdisciplinaires (études de genre, études postcoloniales, histoire culturelle, théorie de la littérature et études cinématographiques) sur des corpus (trans-)nationaux et « hors de la nation », monographiques, comparatistes et transmédiaux.

Ce numéro entièrement thématique -entretiens, articles, notes, recensions- comporte des traductions de textes littéraires : l’une, donnant la réplique à une contribution dédiée à l’écrivaine albanaise Musine Kokalari, l’autre, des nouvelles de Lejla Kalamujić, a été suscitée par la discussion engagée avec Jasmina Lukić publiée dans le numéro. Dans la rubrique Forum, Sarah Sajn s’entretient avec Bojan Bilić et le collectif Women* writes the Balkans. Anđela Radonjić, Héloïse Elisabeth Marie-Vincent Ghislaine Ducatteau, Naïma Berkane et Lola Sinoimeri ont également apporté leur concours aux recensions.
 
Jennifer Cash a accompagné la revue depuis sa relance en 2020 en assurant la relecture éditoriale des textes en langue anglaise. Nous la remercions très chaleureusement pour son professionnalisme et sa bienveillance

Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires a été fondée en 1997. Editée par l’AFEBalk – Association française d’études sur les Balkans, la revue de sciences humaines et sociales publie deux numéros par an, en accès libre sur la plateforme OpenEdition où sont aussi à disposition tous les numéros parus depuis 1997.  Par leur composition, le comité de rédaction et le comité scientifique reflètent la diversité des disciplines et celle des approches qui nourrissent la production sur les Balkans en sciences sociales. La revue publie des articles et des comptes rendus en français et en anglais.
Les propositions d’articles, de dossiers thématiques et de comptes rendus peuvent être envoyées à l’adresse balkanologie@gmail.com.

Vous souhaitant  une bonne lecture  !

Anne Madelain, Detelina Tocheva et le comité de rédaction de la revue

**

The editorial committee of Balkanologie is pleased to announce the publication of vol.18 n°2 Creating and Interpreting as feminists. Women and Commitment in the Literature and Arts of the Balkans (20 th – 21 st Centuries) edited by Naïma Berkane and Lola Sinoimeri.
The articles by Milica Trakilović, Barbara Halla, Ewa A. Kumelowski, Luka Bekavac, Etami Borjan, Petra Belc, Sonja Leboš and Slaven Crnić bring transdisciplinary perspectives (gender studies, postcolonial studies, cultural history, theory of literature and cinema studies) on bodies of monographic, comparative and transmedia works that are (trans)national and “beyond the nation”.
This fully thematic issue – interviews, articles, notes, book reviews – also comprises translations of literary texts. The first one is in a dialogue with a text written by Albanian writer Musine Kokalari, the second one, two short stories from Lejla Kalamujić, was mentionned by Jasmina Lukic in her interview published in this issue
In the Forum section, we publish Sarah Sajn’s interviews with Bojan Bilić and the collective Women* writes the Balkans. Book reviews by Anđela Radonjić, Héloïse Elisabeth Marie Vincent Ghislaine Ducatteau, Naïma Berkane and Lola Sinoimeri conclude this issue.
Jennifer Cash accompanied the journal since its re-establishment in 2020 by editing the articles in English. We thank her very warmly for her professionalism and kindness.

Balkanologie. Revue d’études pluridisciplinaires was founded in 1997. Published by the AFEBalk – Association française d’études sur les Balkans, this journal in the social sciences and humanities publishes two issues per year in free access on the platform OpenEdition where all the issues since 1997 are available. The composition of the editorial and scientific committees reflects the diversity of disciplines and approaches that feed into the scientific production on the Balkans. The journal publishes articles and book reviews in the French and English languages.
The propositions for articles, thematic dossiers et and book reviews can be sent here: balkanologie@gmail.com.

Enjoy reading the new issue!
Anne Madelain, Detelina Tocheva and le comité de rédaction de la revue

Balkanologie, revue d’études pluridisciplinaire. Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Vol. 18 n° 2 | 2023 – Les arts et les littératures balkaniques (xixe-xxie siècles) au prisme de l’engagement féministe

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Date limite de soumission des articles : 6 mai 2022

Les mouvements des femmes et l’histoire de l’engagement féministe dans les Balkans constituent désormais un champ de recherche établi dans les sciences sociales. De nombreux chercheurs et chercheuses ont contribué à éclairer, d’une part, la spécificité du contexte sud-est européen dans son ensemble au xxe siècle dans une approche comparatiste et, d’autre part, la chronologie différenciée de ces mouvements selon les situations des différents pays. Que ce soit dans les mouvements dits de « renaissance nationale » au xixe et début du xxe siècles, dans l’entre-deux guerres, après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1970 ou après la chute des différents régimes communistes et la dissolution de la Yougoslavie, les femmes se sont engagées et/ou se sont organisées autour de questions féministes.

Des chercheuses de la région en littérature et études de genre se sont déjà penchées sur l’histoire littéraire et artistique des Balkans. Notamment, la littérature dite post-yougoslave a été abondamment étudiée dans une perspective féministe et/ou transnationale (Lukić, 2017 ; Matijević, 2020). D’autres ont travaillé à historiciser ces phénomènes artistiques et littéraires tout en proposant une théorie et une critique féministes (Zelenović, 2020 ; Blagojević, Kolozova, Slapšak, 2006 ; Petrović, 2018).

Ce dossier de la revue Balkanologie interrogera la spécificité d’un engagement féministe dans les arts et la littérature balkaniques. Qu’en est-il de l’engagement littéraire et artistique des femmes pour leurs droits et/ou dans le cadre de mouvements féministes ? Quelles sont les spécificités de ces formes d’engagement artistique dans les pays des Balkans ?

Ces interrogations invitent à se situer historiquement au croisement de deux sujets : premièrement, les contextes de la condition et des mouvements des femmes dans les pays concernés, d’un xixe siècle où émerge la question des femmes jusqu’aux transitions libérales qui redéfinissent leur place dans ces sociétés, en passant par les projets socialistes et kémaliste où le thème de l’émancipation des femmes devient un outil de « légitimation fondamentale » (Giomi, Zerman, 2018). Toutes ces transformations auront en effet un impact sur les stratégies d’apparition des femmes dans les champs littéraires et artistiques. Deuxièmement, ces engagements seront étudiés au prisme de l’histoire des liens entre arts, littérature et politique dans les pays concernés. L’histoire littéraire et artistique des pays du Sud-Est européen, souvent qualifiés de « périphéries » littéraires et artistiques (Casanova, 2008), est marquée par son rapport au politique : ainsi, au xixe et au début du xxe siècle, les arts et la littérature participent activement aux mouvements dits de « renaissance nationale » ou de « reconstruction nationale ». Puis, sous le socialisme, les régimes appellent les écrivain-e-s et les artistes à définir leurs travaux par leur engagement et une critique sociale, voire, pour certains d’entre eux, à subordonner leur art au politique. Dans ces contextes, nous ne pouvons pas seulement penser l’intellectuel·le engagé·e comme « outsider » (Saïd, 1996) ou comme dissident·e : les lieux de friction entre collaboration et subversion ou dissensus paraissent particulièrement pertinents pour cette étude. L’engagement peut même, dans des contextes ultra politisés, revêtir des formes antipolitiques (Kemp-Welch, 2017) ou « escapistes ».

Si de nombreux travaux sur les questions de représentations des femmes ont déjà été produits, nous souhaitons nous centrer sur la capacité d’agir des femmes artistes et autrices que ce soit dans leurs productions artistiques ou dans leurs modes d’organisation féministe dans les champs littéraires et artistiques. Ce numéro invite à penser l’engagement artistique dans les œuvres, ses implications esthétiques, mais également comme action et mode d’organisation des femmes dans les champs littéraires et artistiques : si des femmes s’engagent en tant que créatrices, c’est également le cas des femmes occupant d’autres fonctions dans ces champs – on pense notamment aux critiques d’arts, aux métiers techniques, aux traductrices, etc.

Nous invitons les contributeur·ices à appréhender le qualificatif « féministe » au sens large : certaines femmes artistes ou autrices ont pu ne pas le mobiliser pour elles-mêmes, voire le rejeter (Lóránd, 2018). Cependant, l’analyse peut aborder leur engagement, leur trajectoire et leurs productions artistiques comme féministes. Cette définition ouverte du terme « féministe » renvoie à tout engagement politique, artistique, littéraire qui met en lumière la spécificité des conditions de vie des femmes et des oppressions que subissent les femmes en tant que groupe social.

Ce numéro est ouvert à des contributions venant de différents champs des sciences humaines et sociales (littérature, histoire des arts, esthétique, philosophie, histoire, sociologie, géographie, anthropologie, science politique). Souhaitant contribuer à l’écriture d’une histoire intellectuelle féministe « imbriquée, transnationale et comparative » des Balkans (Daskalova, 2018), nous encourageons vivement les travaux qui proposent une perspective comparatiste et transdisciplinaire.

Soumission des propositions

Les propositions de contributions en langue française ou anglaise doivent être envoyées par courriel à Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) et Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr), les coordinatrices du dossier, le vendredi 6 mai 2022 au plus tard. Elles comporteront le titre, un résumé (500 mots maximum), cinq mots clés, une brève notice bio-bibliographique et les coordonnées de l’auteur·rice. Les auteur·rices seront informé·es de la sélection des propositions par les coordinatrices par courriel en juin 2022. Les auteur·rices dont les propositions seront retenues devront remettre leur article au 18 novembre 2022 dernier délai. Les articles seront ensuite soumis à une évaluation en double anonyme. Les auteur·rices auront alors un mois pour intégrer les commentaires, les critiques et les suggestions. La publication est prévue à l’automne 2023.

Pour plus d’information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3258 (français) 

***

Vol. 18 n° 2 | 2023- Balkan Arts and Literatures (19-21th centuries) Through the Lens of Feminist Engagement

Coordination: Naïma Berkane and Lola Sinoimeri

Deadline for submission of paper proposals: May 6th, 2022

Women’s movements and the history of feminist engagement in the Balkans are a well-established academic field in social sciences. Many researchers contributed to shed light on the specificity of the South-East European context at large in the 20th century using a comparative approach while distinguishing the different movements’ chronologies according to the situation of the different countries. Whether it was in the so-called “national revival” movements in the 19th and early 20th centuries, or during the interwar period, after World War Two, or in the 1970s, or after the fall of the various communist regimes and the dissolution of Yugoslavia, women committed themselves and/or organized themselves around feminist issues.

Scholars in the region in literature and gender studies have already focused their research on the literary and artistic history of the Balkans. The so-called post-Yugoslav literature, for example, has been extensively studied from a feminist and/or transnational perspective (Lukić 2017; Matijević 2020). Others have worked on historicizing these artistic and literary phenomena while offering feminist theory and critique (Zelenović 2020; Blagojević, Kolozova, Slapšak 2006; Petrović 2018).

This issue of the review Balkanologie aims to interrogate the specificity of feminist engagement in Balkan arts and literatures. What about the literary and artistic engagement of women for their rights and/or in the scope of feminist movements? What are the specificities of these forms of artistic engagement in the different Balkan countries?

These interrogations invite us to lie at the intersections of two historical topics. First, we will observe the different contexts in which women’s living conditions changed and political movements appeared: from the 19th century, when the women question emerged, through the socialist and Kemalist projects where the theme of women’s emancipation became a tool for “fundamental legitimization” (Giomi, Zerman 2018), to the liberal transitions that redefined their place in society. All these transformations have had an impact on the different strategies of women’s appearance in literary and artistic fields. Second, these commitments will be studied through the lens of the history of relations between arts, literature and politics in these countries. Literary and artistic history of the South-East European countries, often referred to as literary and artistic “peripheries” (Casanova 2008), is marked by its relationship to politics: thus, in the 19th and early 20th centuries, arts and literature were actively involved in the so-called “national revival” or “national reconstruction” movements. Then, under socialism, the regimes called writers and artists to define their work according to their commitment and social critique, and even, for some of them, to subordinate their art to politics. In these contexts, we cannot only think of the engaged intellectual as an “outsider” (Saïd, 1996) or as a dissident. Spaces of friction between collaboration and subversion or dissent seem therefore particularly relevant for this study. Engagement can even, in highly politicized contexts, take on anti-political (Kemp-Welch, 2017) or “escapist” forms.

While scholarship has already been produced on issues of women’s representation, here we wish to focus on the agency of women artists and writers, both in their artistic productions or in their feminist modes of organisation in the literary and artistic fields. This issue invites researchers to think about political engagement in artworks, its aesthetic implications, but also as action and mode of organisation for women in the literary and artistic fields: women can get involved as creators or writers, but also by occupying other functions in these fields – we think specifically of art critics, technical professions, translators, etc.

We invite contributors to understand the label “feminist” in a broad sense: some women artists or writers may not have used it for themselves, or may even have rejected it (Lóránd, 2018). However, the analysis can address their engagement, trajectory and artistic productions as feminist. This open definition of the term “feminist” refers to any political, artistic, literary engagement that highlights the specificity of women’s living conditions and the oppressions women face as a social group.

This issue is open to contributions from different fields in human and social sciences (literature, art history, aesthetics, philosophy, history, sociology, geography, anthropology, political science). Wishing to contribute to the writing of a “intertwined, transnational and comparative” feminist intellectual history of the Balkans (Daskalova, 2018), we strongly encourage works that propose a comparative and transdisciplinary perspective.

Proposal submission

Proposals for articles, in either French or English, will be sent by e-mail to the editors of the issue, Lola Sinoimeri (lola-sinoimeri@riseup.net) and Naïma Berkane (naimaberkane@outlook.fr) on 6th May 2022 at the latest. They will include the title, an abstract (up to 500 words), five key-words, a bio-bibliographic note and the authors’ contact information. The authors will be informed by the editors about the selection of proposals by e-mail in June 2022. Authors will then be required to submit a first version of their papers before 18th December 2022 at the latest. The articles will be submitted to dual-anonymous peer reviewing, after which authors will have a month to modify their papers according to the remarks, critics and suggestions received. The issue should finally be published in autumn 2023.

For further information : https://journals.openedition.org/balkanologie/3259 (English)

Art contemporain et Bicentenaire de la Révolution grecque (1821-2021) / Contemporary Art and Bicentenary of the Greek Revolution (1821-2021)

https://www.efa.gr/images/manifestations/2021/observateurs/2021-12-16-GALLICHIO.jpg

 

Jeudi 16 décembre – 18.00 (EET)

Ecole francaise d’Athènes – salle des conférences – Didotou 6, Athènes => inscription obligatore: registration / inscription

ou bien par webinaire => Webinar / Webinaire

Alessandro Gallicchio, Université de la Sorbonne : Art contemporain et Bicentenaire de la Révolution grecque. Une histoire de représentations

Discutante : Polina Kosmadaki – Musée Benaki

Pour plus d’informations sur le cycle de conférences, svp cliquez ici.


Dans le sillage des travaux sur la « biennalisation » de l’espace public balkanique, cette recherche vise à questionner les relations que l’art contemporain entretient avec les mythes de la
« Renaissance de la culture grecque » ou de la « continuité historique ininterrompue », véhiculés par certains discours sur la Révolution de 1821. Ces « mythes », qui font appel à une forme séduisante de narration historique sur le passé, proposent un assemblage de mémoires, de monuments et d’idées dans un ordre chronologique qui se veut cohérent. Il s’agit alors de questionner la nature des oeuvres et des expositions d’art contemporain montrées dans le cadre du Bicentenaire de la Révolution grecque pour comprendre le positionnement des auteurs et des artistes vis-à-vis de la notion de « grécité » et des discours portés par les célébrations de 2021.

Paris – Athènes, Naissance de la Grèce moderne

Musée du Louvre, Paris

Du 30 septembre 2021 au 7 février 2022

Présentation

Organisée à l’occasion du bicentenaire de la Révolution grecque de 1821, l’exposition souhaite mettre en valeur les liens unissant la Grèce et la culture européenne, en  suivant notamment le fil des relations entre Paris et Athènes.

Aux 17e et 18e siècles, les ambassadeurs en route vers la Sublime Porte découvrent en Grèce une province ottomane, qui intéresse vivement les artistes et les  intellectuels. En 1821, la guerre d’Indépendance grecque, soutenue militairement et financièrement par certains pays européens, suscite un enthousiasme populaire. Libérée en 1829, la Grèce proclame Athènes comme capitale en 1834. Influencé par la présence allemande et française sur son territoire, le nouvel État grec construit son identité culturelle moderne en puisant aux sources du néoclassicisme français et allemand. La défense du patrimoine national et la collaboration européenne marquée par la création d’instituts archéologiques, comme l’École française d’Athènes en 1846, sont à l’origine d’un bouleversement des connaissances sur le passé matériel de la Grèce.

L’exposition entend pour la première fois croiser cette histoire de l’archéologie avec l’histoire du développement de l’État grec et des arts modernes. Les fouilles de Délos,  Delphes ou de l’Acropole sont à l’origine de la redécouverte d’une Grèce colorée très éloignée des canons du néoclassicisme. À la fin du 19e siècle, les grandes  expositions universelles donnent à voir un nouvel art grec moderne, marqué par la reconnaissance de l’identité byzantine et orthodoxe de la Grèce.

Commissaires

Anastasia Lazaridou, directrice des Musées archéologiques, des Expositions et des Programmes éducatifs au ministère hellénique de la Culture et des Sports, Marina Lambraki-Plaka, directrice de la Pinacothèque d’Athènes, et Jean-Luc Martinez, président-directeur honoraire du musée du Louvre, assistés de Débora Guillon.

Vidéos

Conférence

La présentation de l’exposition, Jean-Luc Martinez, à l’auditorium du Louvre, le 7 octobre 2021