Archives par mot-clé : Albanie

colloque : Les études sur les Albanais en France

L’Académie des Sciences et des Arts de Kosova (Section de Linguistique et de Littérature) organise la dernière semaine d’octobre 2020 le colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France ».

Date limite pour l’envoi des résumés des communications : 1er juin 2020.

La Section de Linguistique et de Littérature de l’Académie des Sciences et des Arts de Kosova a jusqu’à présent tenu deux colloques internationaux où ont été examinés les développements dans le domaine des études albanistiques, en 2015 « Les études albanistiques en Amérique », dont les actes ont été publiés par l’Académie en 2016, 665 p. ; en 2017 « Les études albanaises dans les pays où on parle allemand », les actes en ont été publiés en 2018 par l’ASAK. Un grand intérêt a été porté aux deux colloques qui ont connu une large participation. En octobre 2019 le troisième colloque de cette série s’est tenu sur le thème « Les études albanistiques en Italie », avec une large participation et ses actes devraient être publiés cette année.

A la suite de cette expérience la Section de Linguistique et de Littérature de l’ASAK a décidé d’organiser un colloque sur le thème « Les études sur les Albanais en France», où nous avons ici aussi une tradition ancienne d’intérêts pour le monde albanais.            Continuer la lecture de colloque : Les études sur les Albanais en France

Soutenance de HDR de Gilles DE RAPPER

L’ALBANIE EN PERSPECTIVES. ANTHROPOLOGIE DES FRONTIÈRES ET ÉCRITURES DE LA DIFFÉRENCE.

vendredi 29 novembre 2019 à 14h en

M. Gilles DE RAPPER soutient son Habilitation à diriger des recherches en salle D29 de la Maison de la recherche, Université Toulouse Jean Jaurès.

Devant un jury composé de :

Mme Galia VALTCHINOVA, Professeur des Universités, garante ; M. Dionigi ALBERA, Directeur de recherche au CNRS ; Mme Nathalie
CLAYER, Directrice de recherche au CNRS ; M. Olivier PLIEZ, Directeur de recherche au CNRS ; Mme Nadège RAGARU, Chargée de recherche au CNRS, HDR ; M. Paul SANT CASSIA, Professeur à l’Université de Malte.

La soutenance est publique.

Nathalie Clayer, Gianfranco Bria (dir.), « Power, Authority and Body. Islam’s transformations in South-East Europe between XX and XXI centuries » in OCCHIALÌ, N°5, 2019

*Présentation du numéro*

SEZIONE – VIAGGIO NELL’ISLAM ITALIANO / ON ITALIAN ISLAM

Ettore Marino – Albanità e Albania: travagli identitari nei Balcani e in Italia

SEZIONE – STUDI E RICERCHE / ANALYSES AND RESEARCHES

Nathalie Clayer – Espaces et corps d’une modernisation alternative: L’« anormalité » de Hafëz Abdullah Zëmblaku

Adem Ferizaj – Othering Albanian Muslim Masculinities: A Case Study of Albanian Football Players

Cecilie Endresen – Body, Mind and Spirit: A Therapeutic Turn in Muslim-majority Kosovo

Gianfranco Bria – The Burhan Between Embodiment, Disciplines and Techniques of Self

SEZIONE – CONTRIBUTI / ARTICLES

Arolda Elbasani e Murat Somer – Muslim Secularism in Europe: The Making, Unmaking and Remaking of Laïcité in Albania and Turkey

Valentina Fedele e Sabrina Garofalo – Il Mediterraneo e le sue frontiere: la rotta balcanica

SEZIONE – RECENSIONI /BOOK REVIEWS

Giacomo Maria Arrigo – Dario Tomasello, “Luci sull’Islam. 66 voci per un lessico” ( Jouvence, 2018)

Valentina Zecca – Alberto Ventura, “Lo Yoga dell’Islam” (Edizioni Mediterranee, 2019)

Gianfranco Bria, Aquile e dervisci. L’autorità sufi nell’Albania post-socialista, JOUVENCE, 2019 (140 P. 11,90€)

Préface de Nathalie Clayer,
“La religione degli albanesi è l’albanismo”: questa nota espressione risorgimentale ben incarna la concezione pubblica e istituzionale della religione nel Paese delle Aquile, soprattutto da quando, nel 1967, il regime comunista di Hoxha decise di vietare qualsiasi forma di culto. Il sufismo, componente storica del vario mosaico religioso del Paese, soffrì più di altri la secolarizzazione coatta socialista. La rinascita sufi, dopo anni di autarchia e isolazionismo, fu un processo complesso, influenzato dall’intervento di attori esteri (wahabiti, Gülen hareketi, turuq kosovare), dalle istanze laiche governamentali e dalla religiosità critica e individualizzata dei fedeli. Ne è seguito un costante riaggiornamento pratico e dottrinale delle turuq che, schiacciate dal peso della globalizzazione (pluralismo e umma virtuale) e dal monopolio Bektashi, hanno cercato nuovi spazi e pratiche di legittimazione (di)mostrando una straordinaria capacità adattiva rispetto all’ideologia di Stato e alle domande di santità delle popolazioni locali. Prefazione di Nathalie Clayer.

GAZMEND KAPLLANI, LE PAYS DES PAS PERDUS, PARIS, ÉDITIONS INTERVALLES, 2019 (192 p. 17€)

KTraduit du grec par Françoise Bienfait

LE LIVRE
Karl et Frederick, deux frères que tout oppose nés dans une mêmeville d’Albanie, se retrouvent à la mort de leur père après plus de deux
décennies de séparation. Brutalement confrontés à leurs différences,
le nationaliste enraciné et l’écrivain cosmopolite vont devoir faire
face au passé de leur famille et de cet étrange territoire, cristallisant à
travers leur confrontation l’histoire chaotique des Balkans et de
l’Europe des XXe et XXIe siècles.
Gazmend Kapllani a composé avec Le Pays des pas perdus un
roman à couper le souffle qui illustre brillamment les dilemmes
individuels et collectifs traversant l’Europe d’aujourd’hui.

L’AUTEUR
Gazmend Kapllani est né en 1967 en Albanie et a vécu en Grèce de
1991 à 2012. Romancier, dramaturge, poète et éditorialiste reconnu, il
est traduit dans de nombreuses langues. Ses ouvrages Petit journal de
bord des frontières (Intervalles, 2012), Je m’appelle Europe (Intervalles,
2013), et La Dernière Page (Intervalles, 2015) font résonner les thèmes
des frontières et de la migration, des totalitarismes et de l’histoire
complexe des Balkans. Ardent défenseur des droits de l’homme, de la
justice et des minorités, il s’installe aux États-Unis en 2012 et réside
actuellement à Boston, où il enseigne l’écriture créative et l’histoire
européenne.