Archives par mot-clé : 20e siècle

La bibliothèque du CETOBaC – Interview avec Catherine Horel

La « Bibliothèque du CETOBaC » est une série d’entretiens vidéos présentant les publications récentes des membres du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (EHESS-CNRS-Collège de France, Paris) ou des chercheuses et chercheurs qui lui sont affiliés. Elle met ainsi en valeur des études et synthèses qui aident, dans une approche de sciences sociales, à la compréhension de l’histoire et du présent des sociétés d’un ensemble d’aires allant des Balkans à l’Asie centrale, en passant par la Turquie et le Proche Orient.

Découvrez le dernier épisode de la série (en cliquant ici), avec l’interview de Catherine Horel, membre du CETOBaC, à propos de son ouvrage Multicultural Cities of the Habsburg Empire. 1880–1914 : Imagined communities and conflictual encounters (Central European University Press, 2023).

Une archéologie des hellénismes sud-slaves (XVIIIe-XXIe siècles)

 

06/06/2024- 18.00 EEST

conférence hybride de Daniel Baric – Sorbonne Université – à l’EFA à Athènes ou bien en ligne: enregistrement ici

L’enjeu d’une science archéologique austro-hongroise fondée non plus seulement sur le passé romain, mais sur le passé grec, apparaît dans les dernières décennies du XIXe siècle. Ce tournant a pour conséquence un investissement accru dans l’infrastructure scientifique développée dans les Balkans, avec la fondation d’un musée d’histoire à Sarajevo et la création en son sein d’un Institut d’études balkaniques par Carl Patsch. Cette institutionnalisation de la recherche austro-hongroise dans le domaine balkanique, tout particulièrement archéologique, pose la question de l’histoire de la médiation des savoirs sur la Grèce et de leur diffusion dans l’espace sud-slave. Dans le cadre du séminaire, seront présentés les résultats d’une recherche en cours sur la réception des antiquités balkaniques dans le cadre impérial austro-hongrois, qui envisage dans un projet qui en est le prolongement une séquence chronologique plus longue, intégrant en particulier l’histoire des traductions et la présence de l’Antiquité dans la production scientifique, mais aussi littéraire et cinématographique.

I. Davion, S. Jeannesson (éd.): Les traités de paix (1918-1923)

 

Isabelle Davion, Stanislas Jeannesson, Renaud Dorlhiac et Sorbonne Université Presses ont le plaisir de vous inviter à l’échange qui aura lieu autour du livre Les traités de paix (1918-1923), la paix les uns contre les autres.

Cet événement se tiendra dans l’amphithéâtre Georges Molinié de la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris) le mercredi 15 novembre 18 h 15.

Cet échange sera suivi par un temps de rencontre à la librairie de Sorbonne Université Presses. Détails et contact ici.

La Bibliothèque du CETOBaC: interview avec Andreas Guidi

La « Bibliothèque du CETOBaC » est une série d’entretiens vidéos présentant les publications récentes des membres du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (EHESS-CNRS-Collège de France, Paris) ou des chercheuses et chercheurs qui lui sont affiliés. Elle met ainsi en valeur des études et synthèses qui aident, dans une approche de sciences sociales, à la compréhension de l’histoire et du présent des sociétés d’un ensemble d’aires allant des Balkans à l’Asie centrale, en passant par la Turquie et le Proche Orient.

Andreas Guidi est maître de conférences à l’Inalco et membre associé au CETOBaC. Ses recherches portent sur les sociétés impériales et post-impériales en Europe du Sud-Est, à savoir les interactions entre l’Italie et les mondes ottoman et hambourgeois. Son projet de recherche actuel interroge la transformation territoriale de la Méditerranée au XXe siècle à travers le prisme des trafics illicites.

Dans le podcast, il présente son ouvrage: Generations of Empire. Youth from Ottoman to Italian Rule in the Mediterranean (2022).

Lea RASO DELLA VOLTA, Les paradoxes du nationalisme turc. La construction de l’identité de 1869 au néo-ottomanisme de Recep Erdogan, Paris, L’Harmattan, 2021, (494 p., 42 €)

Couverture Les paradoxes du nationalisme turc

Cent ans après la proclamation de la République turque et la naissance du nationalisme d’État, la Turquie peine à définir son identité. La disparition prématurée de Mustafa Kemal a mis un coup d’arrêt à la lente gestation de la nouvelle société. Après l’arrivée du multipartisme au pouvoir dans les années 1950, la Turquie a fait le choix ensuite de la synthèse turco-islamique censée faire consensus. Ces années 1960-70, dites « de plomb », ont été dominées par deux forces nationalistes : l’État-profond, garant de l’héritage de Mustafa Kemal et l’ultranationalisme des Loups gris. Dans les années 1990, on assiste à l’émergence du concept de Türkyeli (de Turquie) qui tend à faire du citoyen non plus un Turc mais un habitant de Turquie. Apparaît également la tendance néo-ottomaniste qui vise à permettre à la Turquie de renouer avec son passé ottoman.

Plus d’informations ici.