Archives par mot-clé : 20e siècle

I. Davion, S. Jeannesson (éd.): Les traités de paix (1918-1923)

 

Isabelle Davion, Stanislas Jeannesson, Renaud Dorlhiac et Sorbonne Université Presses ont le plaisir de vous inviter à l’échange qui aura lieu autour du livre Les traités de paix (1918-1923), la paix les uns contre les autres.

Cet événement se tiendra dans l’amphithéâtre Georges Molinié de la Maison de la Recherche (28 rue Serpente, 75006 Paris) le mercredi 15 novembre 18 h 15.

Cet échange sera suivi par un temps de rencontre à la librairie de Sorbonne Université Presses. Détails et contact ici.

La Bibliothèque du CETOBaC: interview avec Andreas Guidi

La « Bibliothèque du CETOBaC » est une série d’entretiens vidéos présentant les publications récentes des membres du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (EHESS-CNRS-Collège de France, Paris) ou des chercheuses et chercheurs qui lui sont affiliés. Elle met ainsi en valeur des études et synthèses qui aident, dans une approche de sciences sociales, à la compréhension de l’histoire et du présent des sociétés d’un ensemble d’aires allant des Balkans à l’Asie centrale, en passant par la Turquie et le Proche Orient.

Andreas Guidi est maître de conférences à l’Inalco et membre associé au CETOBaC. Ses recherches portent sur les sociétés impériales et post-impériales en Europe du Sud-Est, à savoir les interactions entre l’Italie et les mondes ottoman et hambourgeois. Son projet de recherche actuel interroge la transformation territoriale de la Méditerranée au XXe siècle à travers le prisme des trafics illicites.

Dans le podcast, il présente son ouvrage: Generations of Empire. Youth from Ottoman to Italian Rule in the Mediterranean (2022).

Lea RASO DELLA VOLTA, Les paradoxes du nationalisme turc. La construction de l’identité de 1869 au néo-ottomanisme de Recep Erdogan, Paris, L’Harmattan, 2021, (494 p., 42 €)

Couverture Les paradoxes du nationalisme turc

Cent ans après la proclamation de la République turque et la naissance du nationalisme d’État, la Turquie peine à définir son identité. La disparition prématurée de Mustafa Kemal a mis un coup d’arrêt à la lente gestation de la nouvelle société. Après l’arrivée du multipartisme au pouvoir dans les années 1950, la Turquie a fait le choix ensuite de la synthèse turco-islamique censée faire consensus. Ces années 1960-70, dites « de plomb », ont été dominées par deux forces nationalistes : l’État-profond, garant de l’héritage de Mustafa Kemal et l’ultranationalisme des Loups gris. Dans les années 1990, on assiste à l’émergence du concept de Türkyeli (de Turquie) qui tend à faire du citoyen non plus un Turc mais un habitant de Turquie. Apparaît également la tendance néo-ottomaniste qui vise à permettre à la Turquie de renouer avec son passé ottoman.

Plus d’informations ici.