François Georgeon, Au pays du raki, Le vin et l’alcool de l’Empire ottoman à la Turquie d’Erdogan, Paris, CNRS éditions, 2021 (P. 368, 25,00€)

On croit souvent qu’en terre d’islam, l’alcool se serait heurté au mur infranchissable de l’interdit religieux. Comme si le Coran – qui prohibe le vin ici-bas, mais le promet dans l’au-delà – avait réglé la question une fois pour toutes.

Comment comprendre, alors, la promotion du raki, dont la production est attestée dès le XVIe siècle, au rang de « boisson nationale » dans la Turquie moderne ? Ou le goût parfois immodéré du sultan Mahmud II pour le champagne ?

En réalité, dans une longue durée rythmée par l’alternance de périodes de prohibition et de libéralisation, vins et autres boissons alcoolisées n’ont cessé d’être consommés dans l’immense espace multiconfessionnel de l’Empire ottoman. C’est cette histoire discrète, histoire des marges et de la transgression, mais aussi de véritables « cultures du boire », qui se trouve ici révélée.

Des tavernes interlopes d’Istanbul aux libations secrètes des en passant par les vignobles de Thrace ou d’Anatolie, des rituels soufis aux éclats de la poésie bachique, des indignations plus ou moins feintes des religieux aux hésitations du pouvoir – jusque dans la Turquie actuelle –, l’alcool devient le précipité d’une vaste histoire sociale, culturelle et politique.

Épilogue de Nicolas Elias et Jean-François Pérouse,

« Boire dans la Turquie d’Erdogan »

 

Erdal Kaynar, L’héroïsme de la vie moderne Ahmed Rıza (1858-1930) en son temps, Louvain, Peeters publishers, Collection Turcica 26, 2021 (p. 1018, 120,00€)

Un personnage clé de la fin de l’Empire ottoman, originaire d’une grande famille d’Istanbul, exilé pendant vingt ans à Paris, Ahmed Riza a été le principal idéologue et représentant du mouvement jeune-turc. Adepte du positivisme sous la IIIe République, membre fondateur du Comité Union et Progrès, président de la Chambre et du Sénat ottomans, il s’est trouvé au centre des événements historiques et des débats intellectuels et politiques entre Istanbul et Paris.

Ce livre propose de suivre pas à pas sa vie et sa pensée pour mieux saisir les développements majeurs qui ont marqué son temps: le processus d’occidentalisation, le sens de l’universalisme et de l’internationalisme, les défis de l’impérialisme et des nationalismes, les débats sur la réorganisation de l’État et de la société, la transition de l’ordre impérial à l’ordre national. Au-delà d’une simple biographie intellectuelle et politique, il met en lumière, à travers une expérience vécue, une «vie moderne», révélatrice du sens, des tensions et des limites de la modernité bourgeoise.

Les études sur l’Europe du Sud-Est : état des lieux en Allemagne, Italie et Croatie

La Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales (SFERES) vous invite au séminaire : Les études sur l’Europe du Sud-Est

mercredi 31 mars 2021, 15h- 17h 
avec
Ulf Brunnbauer, Université de Regensburg
Francesca Rolandi, Masaryk Institute et Archives de l’Académie tchèque des sciences
Igor Duda, Université Juraj Dobrila de Pula

Discussion animée par Nadège Ragaru (Sciences Po Paris)Milica Popović (Sciences Po Paris) et Anne Madelain (INALCO, Paris)

La langue de travail sera l’anglais –

Séance en visioconférence. lien de connexion : https://zoom.us/j/98684093674

Plus d’informations ICI 

Continuer la lecture de Les études sur l’Europe du Sud-Est : état des lieux en Allemagne, Italie et Croatie

Clotilde Scordia, Istanbul-Montparnasse – Les Peintres Turcs de l’Ecole de Paris, Decirte, Paris, 2021, (268 P., 49,00€)

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Paris est la ville des Arts qui voit converger des artistes venus du monde entier pour participer à la Nouvelle Ecole de Paris. Toutes les nationalités y sont représentées dont les Turcs. Paris les découvre grâce à 2 expositions, l’une est l’exposition internationale de l’Unesco et la seconde se tient au musée Cernuschi ou les critiques remarquent la « vitalité de l’art turc moderne ».
La présence de ces artistes à Paris et leur participation aux manifestations majeures de l’époque les ont fait rentrer dans l’Histoire de l’art.

Sophie Basch, Souvenir des Dardanelles. Les céramiques de Çanakkale, des fouilles de Schliemann au japonisme, Academie royale de Belgique, Bruxelles, 2020 (176 P., 15,00€)

Souvenir des DardanellesVoisine de Troie, la ville de Çanakkale, dans le détroit des Dardanelles, s’illustra depuis le XVIIIe siècle par ses céramiques qui s’exportaient dans tout le Levant. Sous l’influence des fouilles de Schliemann, certains voyageurs s’en entichèrent au point d’y voir les descendantes des poteries homériques. En France, l’engouement pour cet art de terre coïncide avec la revalorisation des faïences traditionnelles après la défaite de 1870, encouragée par le mouvement des Arts & Crafts et par le japonisme : ni Mallarmé, ni Proust n’y furent indifférents. En Grèce et en Turquie, l’artisanat ottoman qui émerveillait Hans Christian Andersen ou Gustave Flaubert symbolise le monde d’avant les événements tragiques de 1922. Lieu de mémoire et catalyseur des passions, cette modeste production rassemble ou divise encore sur les deux rives de la mer Égée, où elle est soumise à une idéologisation de la nostalgie. L’archéologie culturelle est l’objet de cette étude comparatiste qui revendique le mélange des genres, seul apte à appréhender les discours qui ont conditionné l’appropriation, la réception et l’exposition de ce patrimoine.

Docteur en philosophie et lettres de l’ULB, Sophie Basch est professeur de littérature française à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, membre senior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches sur l’orientalisme littéraire et artistique et sur la culture fin-de-siècle se situent à la croisée de l’histoire littéraire et de l’histoire de l’art.

 

Emanuela Costantini & Fabio Giomi, A Sud dell’Est Studi in onore di Armando Pitassio, MORLACCHI EDITORE, Perugia, 2021, (358 P., 16,00€)

Questo volume raccoglie dodici saggi dedicati ad Armando Pitassio, uno dei maggiori storici dell’Europa orientale e balcanica in Italia, per molti anni legato all’Università di Perugia. Essi offrono uno spaccato dei suoi principali temi di ricerca, che hanno spaziato dalla storia politica a quella culturale, dagli studi urbani a quelli sui movimenti sociali. Nella loro diversità, i contributi di questo libro permettono di esplorare la cangiante relazione fra religione, nazione e Stato, nonché il rapporto che lega i cambiamenti politici alla scrittura della storia in Europa dal XIX al XXI secolo. A tal fine, essi prestano una grande attenzione alle categorie del pensiero, tanto a quelle utilizzate dagli attori sociali del passato quanto a quelle forgiate dalla comunità degli storici in epoca contemporanea. L’Europa orientale e balcanica tratteggiata in questo volume risulta quindi essere una regione dinamica e aperta, attraversata incessantemente da flussi di persone, idee e beni, parte integrante e motore della modernità europea.

Le carnet de l'Association française d'études sur les Balkans / The Blog of the French Association of Balkan Studies

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search