Archives de catégorie : Soutenances de thèse et d’HDR / PhD and HDR Defences

Soutenance de HDR de Gilles DE RAPPER

L’ALBANIE EN PERSPECTIVES. ANTHROPOLOGIE DES FRONTIÈRES ET ÉCRITURES DE LA DIFFÉRENCE.

vendredi 29 novembre 2019 à 14h en

M. Gilles DE RAPPER soutient son Habilitation à diriger des recherches en salle D29 de la Maison de la recherche, Université Toulouse Jean Jaurès.

Devant un jury composé de :

Mme Galia VALTCHINOVA, Professeur des Universités, garante ; M. Dionigi ALBERA, Directeur de recherche au CNRS ; Mme Nathalie
CLAYER, Directrice de recherche au CNRS ; M. Olivier PLIEZ, Directeur de recherche au CNRS ; Mme Nadège RAGARU, Chargée de recherche au CNRS, HDR ; M. Paul SANT CASSIA, Professeur à l’Université de Malte.

La soutenance est publique.

Soutenance de Thèse de Morgane DUJMOVIC

Une géographie sociale critique du contrôle migratoire en Croatie.

Ancrages et mirages d’un dispositif.

le jeudi 28 novembre 2019 à 14h00

Lieu/ Location :   Maison méditerranéenne des sciences de l’homme 5, rue du Château de l’horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence, France
Salle/ Room : DUBY
Membres du jury

Anne-Laure AMILHAT-SZARY, Géographe, Professeure, Université Grenoble AlpesMarc BERNARDOT, Sociologue, Professeur, Aix-Marseille Université

Jasna ČAPO-ŽMEGAČ, Anthropologue, Professeure, Université de Zagreb (Rapporteure)

Camille SCHMOLL, Géographe, Maîtresse de Conférences HDR, Université Paris VII Denis Diderot (Rapporteure)

Pierre SINTÈS,Géographe, Maître de Conférences HDR, Aix-Marseille Université (Directeur)

Les débats seront suivis d’un pot méditerranéen “de la Croatie à la Provence”, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s.
Pour en faciliter la préparation, je vous remercie de confirmer votre éventuelle présence à l’adresse morgana.dujmovic@gmail.com.

SOUTENANCE DE THESE – Dimitri KOSMOPOULOS

La reconfiguration politique en Grèce, 2010-2014.

La soutenance aura lieu le mercredi 19 juin à 13h30 dans la salle des thèses (D520) de l’Université Paris-Dauphine PSL (Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris), devant un jury composé de :

M. Eric AGRIKOLIANSKY, Professeur, Université Paris-Dauphine PSL, Examinateur

M. Christophe ROUX, Professeur, Université de Montpellier, Rapporteur

M. Frédéric SAWICKI, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, Rapporteur

Mme Florence HAEGEL, Directrice de Recherches, Science Po Paris, Examinatrice

M. Jérôme HEURTAUX, Maître de Conférences, Université Paris-Dauphine, Examinateur

M. Nikos MARANTZIDIS, Professeur, Université de Macédoine, Examinateur

M. Dominique DAMAMME, Professeur Emérite, Université Paris-Dauphine, Directeur de thèse

Raphael Gourrada : Soutenance de thèse

AGIR EN SYSTÈME POUR CONSERVER L’ORDRE SOCIAL : LE POSITIONNEMENT POLITIQUE DES ÉLITES RELIGIEUSES AU LIBAN

Jeudi 13 décembre 2018 à 14h00 à l’EHESS (salle AS1_23), 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Jury:

Hamit BOZARSLAN, EHESS (directeur de thèse) 

Ahmad BEYDOUN, Université Libanaise 

Bernard HEYBERGER, EHESS

 Eberhard KIENLE, CNRS 

Henry LAURENS, Collège de France 

Elizabeth PICARD, CNRS

Il s’agit tout au long de ce travail d’approcher le politique au Liban, dans sa praxis, en interrogeant les actions d’une catégorie spécifique d’acteurs, les élites religieuses libanaises institutionnalisées. En se penchant sur leurs positionnements politiques, il s’agit d’observer dans quelle mesure la barrière confessionnelle entre ces chefs communautaires est transcendée au profit d’un objectif commun : conserver l’ordre social en vigueur. Pour cela, il convient de se pencher tout d’abord sur les ressources dont disposent ces acteurs pour asseoir et légitimer leur investissement dans le champ politique. Ces ressources sont à la fois d’ordre historique, fruits d’un héritage divergeant certes d’une communauté à l’autre, mais s’inscrivent également dans un cadre structurel et juridique spécifique qui tend à uniformiser les pratiques positionnelles, et qui confère à chacune des instances institutionnalisées les moyens d’un encadrement sociétal. Les ressources d’ordre charismatique et propres à chaque leader ne sont bien évidemment pas à négliger. L’étude des pratiques du positionnement implique de se pencher sur les vecteurs véhiculant la prise de parole, mais également la temporalité et la fréquence dans laquelle cette parole s’insère. Le discours politique se caractérise également par une uniformité flagrante de la rhétorique et du vocabulaire utilisés par ces dominants. La défense d’une cause, à laquelle est liée l’identité du groupe communautaire, le calibrage des stratégies de communication, ainsi que la préservation d’un équilibre nécessaire à entretenir avec le champ politique en terme de distance, sont autant de règles conditionnant la légitimité du discours produit. Ces positionnements n’étant pas sans défis, les acteurs religieux institutionnalisés se doivent également de gérer à la fois la concurrence d’outsiders proposant un discours moins uniforme et donc plus attractif, mais également les potentielles dissensions caractérisant les acteurs du champ religieux, ainsi que leurs relations avec ceux du champ politique. Gérer ces concurrences potentielles implique d’œuvrer en commun, en système, conjointement ou concomitamment, pour produire un discours des élites pour les élites, promouvant la sauvegarde d’un ordre social. En s’affranchissant des grilles de lecture communautaires ou clientélaires, à travers l’observation des positionnements d’acteurs disposant principalement d’un capital symbolique, nous sommes amenés à caractériser la formation d’un nouveau champ des élites de la conservation regroupant les acteurs religieux, mais également une partie du personnel politique œuvrant en vue de cette conservation de l’ordre social.

Nadège Ragaru – soutenance d’HDR

Jeudi le 6 décembre 2018 à l’EHESS, à partir de 14h en salle M. & D. Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris.

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Le jury d’habilitation est composé de :

Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS (CETOBaC)

Nathalie Clayer, Directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS (CETOBaC) (rapporteure)

Christian Ingrao, Directeur de recherche au CNRS, IHTP (rapporteur)

Frédérique Matonti, Professeure des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Patrick Michel, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS (CMH) (garant)

Paul-André Rosental, Professeur des universités, Sciences Po Paris (rapporteur)

Le dossier d’habilitation comprend, outre une synthèse du parcours de recherche (volume 1) et un choix de publications (volume 3), un mémoire inédit (volume 2) intitulé: 

« Et ils furent sauvés… » : productions et circulations internationales des savoirs sur les destinées juives dans l’“ancien” et le “nouveau” Royaumes de Bulgarie pendant la Seconde Guerre mondiale (1944-2018)

Résumé 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quelque 48 000 Juifs du « vieux » Royaume de Bulgarie (frontières d’octobre 1940), quoique soumis à un large éventail de mesures anti-juives, ne furent pas déportés et survécurent à la guerre. Dans les territoires yougoslaves et grecs occupés entre 1941 et 1944, en revanche, 11 343 Juifs furent arrêtés, convoyés en Pologne et exterminés. Dans les écrits historiens et amateurs, comme dans les discours publics et les productions culturelles, une lecture dominante des expériences juives s’est imposée en Bulgarie et au-delà, qui repose sur trois piliers : une association de la Shoah en Europe au « sauvetage des Juifs bulgares » en Bulgarie ; une énonciation de cette non-déportation en termes de trajectoire historique exceptionnelle ; enfin, une indexation de ce « sauvetage » sur une  tradition de « tolérance nationale » envers les minorités. Les controverses publiques autour de l’interprétation des faits observées – durant et après la guerre froide – aux échelles nationales, régionales et internationales ont été principalement centrées sur l’établissement d’une hiérarchie des mérites dans le « sauvetage des Juifs bulgares ». Comment comprendre que, d’un passé complexe et contradictoire, une unique facette ait fait l’objet d’une narration et d’une transmission prioritaires? Que les déportations, sans être oblitérées, soient apparues comme faiblement pertinentes dans la reconstitution de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

L’objectif de ce manuscrit inédit est de répondre à ces questions en retraçant la genèse et les circulations internationales des savoirs et représentations de la Shoah. Située à la croisée entre sociologie des savoirs et sociologie du communisme et de la guerre froide, l’enquête embrasse, au-delà des seuls écrits historiens, la production de savoirs judiciaires, les recréations documentaires et fictionnelles des événements et l’étude de controverses spécifiques. Le dépouillement d’une documentation principalement en langues bulgare, macédonienne, serbe et allemande y éclaire les configurations changeantes d’acteurs aux trajectoires et logiques d’intéressement contrastées qui ont produit ces modes de saisissement du passé ; il met aussi en évidence leurs modulations spatiales et temporelles (en Bulgarie, dans les Balkans comme à l’échelle globale). La recherche s’inscrit ainsi dans le sillage d’une historiographie récente sur l’écriture des persécutions anti-juives en Europe de l’Est ayant invité à nuancer la représentation conventionnelle d’une élision constante des souffrances juives sous le communisme. Qu’observons-nous en effet en lieu et place d’un silence continu ? Une présence à éclipses et ellipses, des dynamiques circulatoires irréductibles aux seuls effets de compétition géopolitique et une exposition des faits dont l’accentuation a été tributaire de son arrimage à des enjeux identitaires et politiques discutés sur le terrain de l’élucidation des destinées juives. Les opérations de nationalisation du récit historique, soutenues par les acteurs publics bulgares, y ont été indissociables d’un mouvement de transnationalisation des représentations scripturaires et visuelles de la Shoah auquel les communautés juives (établies aux États-Unis et en Israël notamment) et les diasporas balkaniques non juives ont apporté une contribution majeure. La transnationalisation a constitué une modalité, sinon une condition, de la nationalisation des écritures savantes et profanes traitant des expériences juives de la guerre dans ces territoires. – Nadège Ragaru

SOUTENANCE DE THÈSE DE LUCIE DRECHSELOVA

Titre de thèse: Femmes et pouvoir local : processus d’engagement et trajectoires politiques féminins en Turquie.

Jeudi 20 septembre 2018 à 9h

Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales, salle 7 (105, boulevard Raspail, 75006, Paris)

Jury:

  • Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Jitka Maleckova (Directrice de thèse), Charles University (Prague)
  • Mme Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS/CERI
  • Jan Zouplna, Académie des sciences tchèques