Archives de catégorie : Sociologie

Rencontres du CETOBaC avec l’INaLCO

Vendredi 5 avril 2019, de 9h à 18h, Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris

9h : Accueil

9h15 : Introduction

Marc AYMES, CNRS / CETOBaC

Alexandre TOUMARKINE, INaLCO / CERMOM

9h30-11h : La littérature et le contemporain

Présidence : Timour MUHIDINE, INaLCO / CERMOM

Laurent MIGNON, Université d’Oxford, professeur invité de l’EHESS

Les haïkus de Kikaku entre Emile Steinhilber-Oberlin et Orhan Veli

Marie VRINAT-NIKOLOV, INaLCO / CREE

Les langues ignorées de l’espace littéraire bulgare

Madalina VARTEJANU-JOUBERT, INaLCO / CERMOM

Textes anciens et méthodes contemporaines

11h : Pause

11h30-13h00 : Le religieux et le laïc

Présidence : Chantal VERDEIL, INaLCO / CERMOM

Marcella RUBINO, Université Paris 1

Violence et religion dans l’œuvre de Yusuf Zaydan : projet sociétal, projet littéraire

Çiğdem OGUZ, Université de Naples Frédéric II, associée au CETOBaC

Rethinking the Late Ottoman Intellectual History from the Perspectives of Global History and histoire croisée : The Journey of “Morale Laïque” in the Late Ottoman Empire

Francesco CHIABOTTI, INaLCO / CERMOM

Comment être islamologue en France aujourd’hui ?

13h : Déjeuner

14h30-16h00 : Espaces des migrants

Présidence : Stéphane SAWAS, INaLCO / CERLOM

Ségolène DÉBARRE, Université Paris 1 / Géographie-Cités

Gaye PETEK, fondatrice de l’association ELELE – Migrations et cultures de Turquie

Écrire sur l’histoire des migrations turques en France

Sophie HOHMANN, INaLCO / CREE

Migrations des Suds (Asie centrale et Caucase Sud) vers les régions arctiques

Charlotte WATELET, EHESS / CETOBaC

Des Kurdes parmi les Kurdes. Ethnographie d’un camp de réfugiés

16h : Pause

16h30-18h00

En présence de Nawar BULBUL, auteur et metteur en scène de la pièce Safînat al-hubb

Projection du film Safînat al-hubb / Love Boat, écrit et réalisé par Ma’an Mouslli, 2016suivie d’une discussion avec la salle animée par Frédéric HITZEL, CNRS / CETOBaC

18h : Cocktail de clôture

Ségolène DÉBARRE & Gaye PETEK, Histoire des Turcs en France, Éditions du Détour, 2019 (224p., 18,5€)

La première histoire des Turcs en France. Une histoire méconnue, perçue à tort comme récente, et d’une grande diversité.

Si l’actualité politique récente de la Turquie a donné une certaine visibilité aux « Turcs de France », leur histoire migratoire longue de plus d’un demi-siècle reste, en général, assez méconnue. Enfants, petits-enfants des « travailleurs invités » des Trente Glorieuses, réfugiés politiques ou familles bénéficiaires du regroupement familial, ils sont aujourd’hui près de 600 000 en France.

Moins nombreux et moins visibles qu’en Allemagne, certains sont encore étrangers résidents quand d’autres sont binationaux. Les trajectoires de ces hommes et de ces femmes venus de Turquie et issus de religions, de sensibilités politiques et parfois de langues différentes, sont diverses.
Ségolène Débarre et Gaye Petek fournissent ici un panorama à destination de tout lecteur curieux de mieux connaître les Turcs ou de s’approprier une histoire, peut-être celle de ses origines.

Ségolène Débarre est géographe spécialiste de la Turquie contemporaine, enseignante-chercheure à l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire Géographie-Cités (UMR 8504).

Gaye Petek a travaillé dans le cadre du Service social d’aide aux émigrants (SSAÉ), auprès des immigrés turcs dès leur arrivée en nombre en France puis au Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR), avant de fonder l’association Elele-Migrations et cultures de Turquie, structure tremplin d’insertion, qu’elle a dirigé jusqu’à sa fermeture en 2010.

Contrats doctoraux fléchés 2019 – 2022

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI). Ce dispositif peut bénéficier à tout doctorant dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger : École française d’AthènesÉcole française de Rome, Institut français d’Archéologie orientaleÉcole française d’Extrême-Orient, Casa de Velazquez (École des hautes études hispaniques). (Pour en savoir plus)

 Les dossiers de candidatures doivent parvenir directement à chacune des EFE concernée, sous forme d’un document PDF unique comprenant:
 
– un projet de thèse de cinq pages au maximum;
– le CV du candidat pressenti pour entreprendre cette recherche;
– une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;
– l’avis du directeur de l’ED.
 
Conformément à ses statuts, l’École française d’Athènes « développe en Grèce et à Chypre, où elle dispose de missions permanentes, ainsi que dans les Balkans, des recherches dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours. ». Elle peut donc accueillir en septembre 2019 et pour une durée de trois ans un doctorant travaillant dans ces champs géographiques et chronologiques.
 
Les documents devront être envoyés sous format électronique (PDF unique) à l’adresse candidatures@efa.gravant le 30 avril 2019 à 15h00 (heure de Paris). Les résultats seront transmis au cours du mois de juin, avant la réunion des conseils des Écoles doctorales pour l’attribution des contrats ministériels.

Veuillez prendre note que cette allocation vient s’ajouter au contingent d’allocations dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs et un soutien à la recherche française à l’étranger. Pour l’EFA c’est aussi l’occasion de renforcer le partenariat avec les universités françaises.

Dorina Rosca, Le grand tournant de la société Moldave – “Intellectuels” et capital social dans la transformation post-socialiste, Presses de l’inalco, 2019 (359p., 30€)

Ce livre analyse le changement systémique post-socialiste en République de Moldavie. Il mobilise la problématique du capital social au sens de Pierre Bourdieu afin d’analyser la diversité de stratégies et de trajectoires des « intellectuels » – définis au sein de la société moldave de type soviétique par la possession d’un diplôme d’études supérieures ou supérieures incomplètes et par l’accomplissement d’un travail non manuel – dans le post-socialisme. Appuyant les résultats de deux enquêtes de terrain, par questionnaire et par entretien semi-directif, ce travail met en avant l’idée que cette diversité peut dégager les traits caractéristiques du type de capitalisme post-socialiste moldave. Il rompt ainsi avec une vision téléologique et universaliste d’un système pour le penser selon ses propres particularités institutionnelles, historiques, politiques, culturelles, etc. S’inscrivant dans une démarche socio-historique et conjuguant différents champs des sciences sociales, cette recherche apporte une lecture comparative entre la trajectoire de ces « intellectuels », de 1980 à 2000, période couvrant trois régimes spécifiques d’accumulation : un propre à la fin du système socialiste de type traditionnel, un autre propre au système socialiste réformateur et un troisième relevant du système post-socialiste moldave. Elle montre que les tensions engendrées par les différents régimes d’allocation et de distribution des ressources peuvent être régulées par le volume du capital social accumulé par les individus. La problématique du capital social apparaît ainsi centrale, permettant de voir comment s’articulent la dynamique institutionnelle et l’action sociale.

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des aires culturelles

15 février 2019 (8h45 – 17h30) en salle 13 au 105 Boulevard Raspail, Paris.

La Journée doctorale est soutenue financièrement par le Campus Condorcet. Elle bénéficie également du soutien du CETOBaC, du GRSL et du Projet POLTUR du laboratoire IRISSO à l’Université Paris Dauphine, financé par le programme Emergence(s) de la Mairie de Paris.

La journée doctorale portera sur les espaces étudiés au CETOBaC (Centre d’Études Turques, Ottomanes, Balkaniques et Centrasiatiques) : les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. Elle a pour but de questionner les liens existants entre les éléments au cœur de la formation des identités – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. La journée est conçue comme un lieu d’échange transdisciplinaire. Les disctutant.e.s sont invité.e.s à proposer des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les espaces étudiés, où les identités peuvent encore être perçues comme fixes et inamovibles.

Programme:

08h45-09h : Accueil café 

09h-09h15 : Introduction et présentation de la Journée doctorale par le comité des organisatrices et Marc Aymes (directeur du CETOBaC / CNRS)

09h15-10h30 : Identité et circulation des personnes

Léo Maillet : « De Xi’an à Tachkent : antagonismes quotidiens et imaginaires du territoire sur un faisceau de routes chinoises en Asie
centrale »

Juliette Ronsin : « “C’est Peugeot qui nous a amenés ici.” Les ouvriers (post-)yougoslaves des usines Peugeot à Sochaux-Montbéliard de 1965 à nos jours »

Modératrice : Julia Nietsch (CETOBaC, EHESS)
Discutants : Hayri Gökşin Özkoray (CETOBaC / Collège de France) et Işıl Erdinç (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

10h30-10h45 : Pause café

10h45-12h : Construction identitaire et frontière des communautés au niveau local

Cléa Pineau : « La fabrication et la fluidité des identités dans la ville de Mersin en Turquie au prisme de la question spatiale, politique et socio- économique »

James Rouse : « La construction identitaire chez les nomades en Anatolie médiévale à travers l’exemple des Germiyān (XIIe – XIIIe siècles) »

Modératrice : Sarah Sajn (CHERPA, Sciences Po Aix)

Discutants : Nathalie Clayer (CETOBaC, EHESS / CNRS) et Yann Borjon- Privé (GSRL, EPHE)

12h-13h30 : Buffet déjeunatoire 

13h30-14h45 : Construction identitaire et frontières des communautés au niveau international

Yéléna Mac-Glandières : « La Caspienne de frontière à interface : comment penser l’ouverture sur une mer fermée ? Travaux d’étalonnage»

Sophie Gueudet : « Le rôle de la Représentation de la Republika Srpska à Belgrade comme l’un des porteurs du concept d’ “espace spirituel commun” entre Serbie et Republika Srpska »

Modératrice : Kristina Kovalskaya (CETOBaC / GSRL, EPHE)

Discutants : Isabelle Ohayon (CERCEC / CNRS) et Loïc Trégourès (CERAPS, Université de Lille / CNRS)

14h45-15h : Pause café 

15h-16h15 : Identité et circulation des savoirs

Ömer Köksal : « Les médiations multiples à travers la traduction : l’étude de cas sur l’ouvrage de Max Nordau dans l’Empire ottoman tardif »

Monika Mousavi : « L’identité tiraillée, impact sur la vie politique en Iran»

Modératrice : Meriç Tanık (CETOBaC, EHESS / ENS)

Discutants : Marc Toutant (CETOBaC / CNRS) et Dilek Sarmış (CETOBaC, EHESS)

16h15-17h30 : Construction identitaire et interaction entre acteurs gouvernementaux et acteurs associatifs

Léa Delmaire : « Le rôle de la lutte contre la tuberculose dans la construction d’une identité turque idéale »

Julia Nietsch : « L’Institut kosovar pour le droit des ONG : une création américaine ? Les associations kosovares dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales après 1999 »

Modératrice : Pelin Ünsal (CETOBaC / IRISSO, Université Paris Dauphine)

Discutants : Morgane Labbé (CRH, EHESS) et Fabio Giomi (CETOBaC / CNRS)

Comité organisateur

Kristina KOVALSKAYA, GSRL / EPHE-PSL, CETOBaC / EHESS

Julia NIETSCH, CETOBaC / EHESS

Sarah SAJN, CHERPA / Sciences Po Aix

Meriç TANIK, CETOBaC / EHESS

Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

de 17h à 19h à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 5

Renseignements :clayer@ehess.fr

Dans la continuité des années précédentes, le cycle de séminaires portera sur les mouvements sociaux qui se sont développés dans l’Europe du Sud-Est de l’ère des empires aux États-nations. À partir des acquis sociologiques les plus récents, on se concentrera en particulier sur les associations – philanthropiques, religieuses, nationalistes, féministes mais aussi diasporiques, sportives ou de loisirs – qui se sont développées dans la région au moins à partir du XIXesiècle, et qui ont amplement contribué à en bâtir l’espace public. Dans la mesure où ils réunissent et confrontent des individus très dissemblables autour d’une large gamme d’activités et de différents modes de mobilisation, les associations seront notamment étudiés comme des lieux fondamentaux d’apprentissage du politique et comme une arène où détecter le renouvellement des formes de sociabilité. On s’intéressera également à leur rapport à l’État, à la famille, au temps et à l’espace, au genre, à la violence, ou encore aux médias. Cette année, nous voulons nous concentrer sur l’articulation entre fait associatif et fait religieux. Plus précisément, nous voulons analyser les usages que les acteurs religieux – catholiques, orthodoxes, juifs, musulmans en particulier – on fait des associations dans un moment de profonde transformation. Travailler sur cette articulation nous permettra de cerner certaines transformations de la relation entre acteurs religieux et espace public. Les séances, de deux heures, seront bâties autour de présentations d’études de cas. Une partie des séances seront plus particulièrement consacrées à la présentation et commentaire d’ouvrages récents concernant l’histoire du fait associatif et des mouvements sociaux dans la région. 

Programme du séminaire:

11 mars 2019 : Fabio GIOMI (CNRS, CETOBAC)

Au-delà de la nation. Anatomie des réseaux associatifs catholiques dans la première Yougoslavie   

Quand il s’agit des historiographies sur la première Yougoslavie (1918-1941), la question religieuse est généralement considérée comme une simple rubrique de l’omniprésente question nationale. Les rares études sur la culture associative catholique, bâties à partir de sources yougoslaves, ne font guère exception : ainsi, les puissants réseaux associatifs tels que Orlovi(Aigles) et Križari(Croisés) sont essentiellement interprétés comme une réactionaux politiques de l’élite gouvernementale et a son dessin supposé de « serbiser » la société yougoslave, et en particulier la jeunesse. Le domaine associatif ne serait donc qu’une arène parmi d’autres où observer le conflit inévitable entre élites serbes et croates, qui saperait tout projet d’unité yougoslave et qui, à la fin du XXe siècle, serait la cause de son échec. A travers une analyse croisée des sources des Archives Secrètes du Vatican et de celles de l’Archive de Yougoslavie, il s’agira de restituer une autre histoire des réseaux associatifs catholiques, une histoire qui tienne compte d’une multiplicité de clivages : entre clergé et laïques, hommes et femmes, générations, classes sociales, comme entre porteurs de différents projets politiques et nationaux. L’objectif est ainsi de cerner les spécificités d’une culture associative catholique en Yougoslavie, entre les contextes locaux et les transformations en cours à l’échelle européenne. Continuer la lecture de Le fait associatif à l’épreuve des acteurs religieux/du religieux. Réseaux, circulations et échanges en Europe du Sud-Est aux XIXe et XXIe siècles

EJTS n° 26 : L’engagement des supporters de football dans l’espace public

Le nouveau numéro d’European Journal of Turkish Studies est désormais en ligne !

Jean-François Polo
 
Gökçe Tuncel
Les groupes de supporters Beleştepe et Çarşı
 
Suzan Gibril
An analysis of the Ultras’ mobilization in Revolutionary Egypt
 
Ekaterina Gloriozova
Une passion subversive ?
 

Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

Deadline prolongée 1 mars 2019 / Deadline extended: 1st March 2019

Marseille, MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 12 et 13 septembre 2019/ September 12th & 13th 2019

[English below]
 
Ce colloque s’inscrit dans la continuité des Deuxièmes rencontres d’études balkaniques « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? » tenues en juin 2016 à Marseille (Mucem et Villa Méditerranée). Il vise à valoriser la reprise depuis cette date des activités de l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk) et à accroître le rayonnement de la recherche francophone sur cette région en favorisant les synergies entre chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Europe du Sud-Est et basées en France ou dans d’autres pays. Les rencontres de 2019 s’intéresseront aux espaces urbains, un objet se prêtant naturellement à la pluridisciplinarité, comme le reflète l’essor des études urbaines en histoire ou dans les sciences sociales du contemporain.

 

Dans les Balkans comme ailleurs, les transformations sociales, économiques et politiques ont modelé avec force les paysages urbains. Ainsi, ces espaces s’affirment comme des terrains d’observation féconds pour comprendre les processus à l’œuvre dans les sociétés balkaniques. Dans le même temps, ces villes sont le théâtre manifeste d’(en)jeux de pouvoir locaux, nationaux et/ou globaux et permettent en cela d’aborder des questions qui les dépassent. 

 

Si les plus anciennes villes de cette région sont des centres de commerce, souvent littoraux, qui répondent au modèle répandu en Méditerranée de villes-comptoirs, l’avènement des empires ottoman et habsbourgeois y a contribué à l’émergence d’un autre type urbain, notamment caractérisé par la prédominance de l’administration et du contrôle militaire. Avec l’affirmation des État-nations au XIXe siècle, les relations entre société et territoire y ont été profondément modifiées, consacrant les villes, et en particulier les capitales, comme les principaux lieux de l’activité économique et politique, et installant, plus que dans toutes les autres régions d’Europe, la macrocéphalie à cette nouvelle échelle.

 

Dans les villes les plus importantes comme dans les centres mineurs, les paysages urbains y sont le reflet des dynamiques économiques, politiques, culturelles comme des recompositions identitaires complexes, souvent contradictoires, qui traversent la péninsule. Longtemps analysées plutôt comme le résultat de décisions prises d’en haut par les décideurs politiques, ces villes paraissent avoir été sans cesse remodelées par des événements majeurs – guerres, incendies, révolutions – autant que par les pratiques quotidiennes de leurs habitants. Les nombreux mouvements politiques et sociaux – nationalisme, socialisme, féminisme etc. – et leurs promesses d’émancipation ne se sont ainsi pas limités à voir la ville comme un décor, mais ils l’ont sans cesse façonnée et transformée.

Continuer la lecture de Troisièmes rencontres d’études balkaniques – Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Third Balkan Studies Conference – Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales