Archives de catégorie : Science Politique

Mémoires divisées et imaginaires politico-culturels en Europe après la guerre froide

Appel à contributions pour le premier numéro de la revue EUrope : cultures, mémoires, identités, à paraître en 2025

Les soumissions sont attendues, en français ou en anglais, d’ici le 18 juin 2024. Pour plus de détails, voir ici.

Thèmes proposés:

We invite scholars based in multiple disciplinary domains – cultural memory studies, the political sociology of memory, cultural and literary studies, comparative political studies, geopolitics, historiography, mnemohistory, European studies, international relations etc. – to contribute with articles to the first issue of the journal Europe: cultures, mémoires, identités, in approaching, for example, the following topics (without limiting at them):

  • Legacies of Cold War and “regions of memory” in Central and Eastern Europe
  • Political memory games in the Central- and Eastern-European space after the end of Cold War
  • The Revolutions of 1989 and the fragmented memories (political, cultural, social, and autobiographical) of the former Eastern bloc
  • Lieux de mémoire, politics of history and cultural texts in the memory cultures of Central and Eastern Europe in the aftermath of 1989/ 1991
  • “Painful pasts”, contested histories, and nostalgic memories in Central and Eastern Europe during the democratic transitions
  • Competing traumatic memories in the context of European integration: Holocaust vs. Gulag
  • “Faces” and metamorphoses of nostalgia in the Europe of divided memories: from the 90s to the present days
  • Fragmented memories and mnemohistories of democratic transitions in the Central- and Eastern-European space
  • Nationalism and transnationalism in the political and cultural memories of “Europe’s Europes” in the aftermath of 1989/ 1991
  • Populism, neo-nationalism, and fragmented memories in the context of the enlargement of European Union
  • Conflicting cultural memories, “time maps”, and symbolic geographies in “Europe’s Europes” in the aftermath of 1989/ 1991
  • Memory wars after 1989/ 1991: national(ist) and transnational mobilizations
  • The memory wars in the post-Yugoslav space: from the 90s to present contexts. Competitive memory vs. multidirectional memory. The Yugonostalgic counter-memory. Damnatio memoriae Yugonostalgia. Restorative nostalgia vs. Yugonostalgia. Retrotopias vs. retrospective utopias.
  • “From EUphoria to EU-goslavia”
    Fragmented memories, forms of Euroscepticism, and perspectives on the European common heritage
  • The European integration and the geopolitics of memory
    Instances of the “memory diplomacy” in “Europe’s Europes” after the end of Cold War
  • Fragmented memories and social cohesion in national, regional, and European contexts etc.

Quatrièmes Rencontres d’Etudes Balkaniques (30 juin-2 juillet 2022, MUCEM)

 

Balkans connectés

30 juin – 2 juillet 2022

PROGRAMME

 MuCEM – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

 Ce colloque est organisé par l’Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk), avec le soutien de l’École française d’Athènes et des laboratoires de recherche Centre André Chastel (CNRS, Sorbonne Université, Ministère de la Culture), CETOBaC (CNRS, EHESS, Collège de France), IDEMEC (CNRS, AMU), MESOPOLHIS (CNRS, AMU, Sciences Po Aix) et TELEMMe (CNRS, AMU), de l’Institut français de géopolitique (Paris VIII), de l’Université de Lorraine, en collaboration avec le MuCEM.

 

Association française d’études sur les Balkans (AFEBalk): https://afebalk.hypotheses.org/

Pour devenir membre de l’AFEBalk: https://www.helloasso.com/associations/association-francaise-d-etudes-sur-les-balkans/adhesions/bulletin-d-adhesion

 

logos-financement

Julien Vercueil, Jean-Pierre Pagé (dir.), Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie, Presses de l’Inalco, 2019 (25€)

Ce Tableau de bord des pays d’Europe centrale et orientale et d’Eurasie propose une mise en perspective des évolutions économiques, sociales et politiques d’une région du monde qui s’étend de Prague à Vladivostok en passant par Tallin, Skopje, Bucarest ou Bichkek. Vingt-neuf pays sont ainsi passés en revue par douze spécialistes issus du monde universitaire, de la consultance ou des administrations publiques. Depuis 2014, date de la précédente édition de l’ouvrage, des évolutions majeures se sont manifestées : économiques (chute puis redressement des prix des hydrocarbures) ; socio-politiques (rejet croissant de la corruption et montée de l’euroscepticisme et de l’illibéralisme) ; géopolitique enfin, avec la cassure que constitue le conflit ukrainien. Structuré en deux parties, intitulées « Europe centrale et orientale » et « Eurasie », cet ouvrage entend éclairer ces changements et donner à comprendre les singularités et les similarités des trajectoires socio-économiques des pays de cette région du monde.

Gianfranco Bria, Aquile e dervisci. L’autorità sufi nell’Albania post-socialista, JOUVENCE, 2019 (140 P. 11,90€)

Préface de Nathalie Clayer,
“La religione degli albanesi è l’albanismo”: questa nota espressione risorgimentale ben incarna la concezione pubblica e istituzionale della religione nel Paese delle Aquile, soprattutto da quando, nel 1967, il regime comunista di Hoxha decise di vietare qualsiasi forma di culto. Il sufismo, componente storica del vario mosaico religioso del Paese, soffrì più di altri la secolarizzazione coatta socialista. La rinascita sufi, dopo anni di autarchia e isolazionismo, fu un processo complesso, influenzato dall’intervento di attori esteri (wahabiti, Gülen hareketi, turuq kosovare), dalle istanze laiche governamentali e dalla religiosità critica e individualizzata dei fedeli. Ne è seguito un costante riaggiornamento pratico e dottrinale delle turuq che, schiacciate dal peso della globalizzazione (pluralismo e umma virtuale) e dal monopolio Bektashi, hanno cercato nuovi spazi e pratiche di legittimazione (di)mostrando una straordinaria capacità adattiva rispetto all’ideologia di Stato e alle domande di santità delle popolazioni locali. Prefazione di Nathalie Clayer.

L’Europe du Sud-Est au prisme spatial. Chantiers de recherche

Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS ( CETOBaC ), Fabio Giomi, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC )

Les 4e jeudi du mois de 15 h à 19 h à l’EHESS salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 28 novembre 2019 au 28 mai 2020

Le séminaire aura pour but de présenter et de discuter des recherches en cours sur le Sud-Est européen (Turquie comprise) entre le XIXe et le XXIe siècle, c’est-à-dire de l’époque tardo-impériale au post-communisme. Dans une approche pluridisciplinaire, il s’agira d’aborder des objets variés (mouvements sociaux, fait religieux, développements économiques, relations de genre, etc.) en insistant sur leurs dimensions spatiales. On se concentrera donc sur l’imbrication des lieux et des rapports sociaux qui leur sont associés, c’est-à-dire sur les modalités à travers lesquelles les interactions sociales sont spatialisées. Le programme sera défini en fonction des intérêts scientifiques des participants qui prendront une part active dans l’organisation et l’animation des séances. Celles-ci pourront avoir différents formats : atelier de lecture, présentation des travaux en cours, intervention de collègues extérieurs, etc.

pour plus d’informations : https://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/2126/

Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Xavier Bougarel, chargé de recherche au CNRS (CETOBaC), Nathalie Clayer, directrice d’études de l’EHESS, directrice de recherche au CNRS (CETOBaC ) et Bernard Lory, professeur à l’INaLCO

Les 1er et 3e lundis du mois de 17 h à 19 h à l’EHESS, salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 4 novembre 2019 au 18 mai 2020.

Dans quelle mesure l’approche biographique et l’analyse des trajectoires individuelles nous permettent-elle de reconsidérer le passage de l’Empire aux États-nations dans le Sud-Est européen et plus largement l’évolution des sociétés sud-est européennes (Turquie comprise) aux XIXe et XXe siècles ? Ces questionnements guideront, comme l’année précédente, le séminaire et mèneront à s’interroger également sur les questions de généalogie, de générations, de trajectoires multiples et complexes, mais aussi de rapport entre expérience, socialisation et engagement. Ils nous conduiront aussi à considérer de façon critique le traitement biographique et le rapport entre études de trajectoires individuelles et analyses historiques et sociales. Dans cette perspective, nous nous interrogerons plus particulièrement dans certaines séances sur la question du travail.

Continuer la lecture de Les sociétés sud-est européennes des XIXe-XXIe siècles au prisme des trajectoires individuelles

Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

 
En retraçant sur le temps long, du xixe au xxie siècle, l’histoire des populismes en Europe centrale et orientale, Roman Krakovsky éclaire d’une façon inédite les violences et politiques à l’œuvre aujourd’hui dans cette partie de l’Europe, foyer de dérives qui menacent de s’étendre au reste du continent.
 
En 1989, la chute du communisme est saluée comme une victoire de la démocratie sur l’autoritarisme. Trente ans plus tard, c’est dans cette partie du continent qu’agissent les plus virulents mouvements du populisme européen.

Comment comprendre un tel paradoxe  ? Une manière d’y répondre est de replonger dans l’histoire. Cette perspective de longue durée est d’autant plus nécessaire que le populisme n’est pas un phénomène nouveau dans cette partie de l’Europe. Au xixe siècle, les narodniki russes promettent de sortir la paysannerie de son «  arriération  » et de la doter d’un droit de cité. Par la suite, les mouvements agraires semblent apporter des réponses au sous-développement et à la difficile construction, dans cet espace, de communautés politiques fortes, et les régimes communistes mobilisent certaines stratégies populistes. Aujourd’hui, les démocraties illibérales remettent en question le mode d’organisation de nos sociétés, issu des Lumières.

En redonnant leur épaisseur historique aux dérives populistes à l’œuvre en Europe centrale et orientale en ce début de xxie  siècle, Roman Krakovsky rappelle combien leur récente poussée peut servir d’avertissement pour le reste du continent.

Roman Krakovsky est historien, maître de conférences à l’université de Genève. Spécialiste de l’Europe centrale et orientale, il a notamment publié Réinventer le monde. Le temps et l’espace en Tchécoslovaquie communiste (Publications de la Sorbonne, 2014) et L’Europe centrale et orientale de 1918 à la chute du mur de Berlin (Armand Colin, 2017).

Continuer la lecture de Roman Krakovsky, Le populisme en Europe centrale et orientale. Un avertissement pour le monde ?, Paris, Fayard, 2019, (350 p. 22€)

TROISIÈMES RENCONTRES D’ÉTUDES BALKANIQUES – VILLES DES BALKANS / THIRD BALKAN STUDIES CONFERENCE – CITIES OF THE BALKANS

 

Troisièmes Rencontres d’Études Balkaniques / Third Balkan Studies: Villes des Balkans : Échelles locale, nationale, globale / Cities of the Balkans: Local, National, Global Scales

12 – 14 septembre 2019, Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) – Entrée I2MP, Marseille

Programme/Program

Inscription au Colloque: veuillez envoyer un mail à i2mp@mucem.org

Conference registration: please send a mail to i2mp@mucem.org