Archives de catégorie : Science Politique

LES MONUMENTS DANS LA VILLE AUJOURD’HUI. IMAGE DU POUVOIR / REFLET DU SOCIAL (BALKANS-MÉDITERRANÉE)

23 avril 2018 – 10h-20h
Institut français Firenze, Italia
Palazzo Lenzi – Piazza Ognissanti 2 – 50123 Firenze

Organisée par: Angelo BERTONI (TELEMMe, AMU-CNRS), Rossana GALDINI (Sapienza Università di Roma, DiSSE), Alessandro GALLICHIO (INHA-Centre Pompidou, Labex CAP), Pierre SINTÈS (TELEMMe, AMU-CNRS)

Cette journée d’études a pour objectif d’interroger les notions de monumentalité et de monumentalisation à partir d’expériences artistiques et de recherches en sciences sociales afin de porter un regard original sur les espaces publics. Ce dialogue interdisciplinaire permettra de mettre en débat le rôle du monument et du contre-monument comme points d’observations privilégiés de la fabrique urbaine et, en particulier, des logiques de pouvoir qui y sont à l’œuvre.

Le programme de la JE Les monuments dans la ville aujourd’hui à télécharger

Continuer la lecture de LES MONUMENTS DANS LA VILLE AUJOURD’HUI. IMAGE DU POUVOIR / REFLET DU SOCIAL (BALKANS-MÉDITERRANÉE)

ISIL ERDINC, Syndicats et politique en Turquie. Les ressorts sociaux du pouvoir de l’AKP (2002-2015), Dalloz, (388p., 65€)

Cet ouvrage a pour objet les relations entre les syndicats, les partis politiques et l’Etat en Turquie sous le gouvernement AKP (2002-2015). Cette recherche soulève la question du rôle des institutions étatiques dans la production des champs (ce qui renvoie à la question, désormais classique en sociologie de l’action publique, des processus de sectorisation).

Continuer la lecture de ISIL ERDINC, Syndicats et politique en Turquie. Les ressorts sociaux du pouvoir de l’AKP (2002-2015), Dalloz, (388p., 65€)

contrats doctoraux fléchés aux écoles françaises à l’étranger

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) propose un dispositif de contrats doctoraux fléchés à l’international (ACI).

Ce dispositif peut bénéficier à tout doctorant dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des programmes scientifiques d’une des cinq Écoles françaises à l’étranger :

École française d’Athènes,
École française de Rome,
Institut français d’archéologie orientale,
École française d’Extrême-Orient,
Casa de Velázquez (École des hautes études hispaniques et ibériques).

Date limite de candidatures : vendredi 4 mai 2018, 15h (heure de Paris)

Pour en savoir plus.

Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

Les questions yougoslave, allemande et européenne sont comparables à des poupées russes emboîtées les unes dans les autres. Dans la destruction de la Yougoslavie de 1991-1992 à 1999, le rôle de l’Allemagne tout récemment unifiée en 1989-1990 et, sous son impulsion déjà hégémonique, de la CEE, devenue Union européenne (UE), fut souvent négatif. Le paradoxe de cette destruction, c’est que la Yougoslavie refondée par Tito en 1945 après la défaite hitlérienne, bien plus nettement que la première Yougoslavie unifiée en 1918 sous une dynastie serbe victorieuse et centralisatrice, était – avec son séduisant socialisme autogestionnaire – « européenne » avant la lettre, trop peut-être pour son malheur : multinationale, pluriculturelle, fédérale, voire confédérale, et soucieuse de modernisation économique et d’ouverture sur le monde. Sous prétexte d’une « crise » persistante, l’intégration à l’UE des États ex-yougoslaves est à présent interrompue. D’où une coupure potentiellement néfaste entre les États déjà intégrés – Croatie et Slovénie – et ceux en attente plus ou moins sceptique d’intégration – Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro et Serbie –, comme si perduraient les anciennes lignes de fracture entre Empires romains d’Occident et d’Orient, catholicisme et orthodoxie, Empire austro-hongrois et Empire ottoman ou encore capitalisme et socialisme ou communisme.

 

Continuer la lecture de Lucien Calvié, La question yougoslave et l’Europe, Editions de Cygne, 2018 (178p., 18 €)

GUILLAUME PERRIER, DANS LA TÊTE DE RECEP TAYYIP ERDOGAN, ACTES SUD, 2018 (240 P., 19€)

“Depuis le début de sa carrière, l’un des principaux traits de ca­ractère de monsieur Recep Tayyip Erdoğan, c’est qu’il a la langue proche du cœur. Il dit ce qu’il pense aussitôt qu’il le pense”, ana­lyse l’un de ses plus vieux compagnons de route. On pourrait donc le lire à livre ouvert ? “Il n’est pas très cultivé, ajoute un journaliste, il n’a jamais lu Sun Tzu ou Machiavel. Mais malgré cela, c’est l’un des leaders les plus forts du monde.”
Comment cet homme politique, proche du Turc de la rue, au pouvoir depuis 2003, porté par la réussite économique in­solente de son pays, est-il parvenu à vampiriser la vie politique sans jamais craindre d’institutionnaliser l’opportunisme comme méthode de gouvernance ?
On se souvient qu’il voulait adhérer à l’Union européenne, qu’il était le “frère” de Bachar el-Assad, l’allié d’Israël, qu’il négo­ciait avec les Kurdes du PKK, qu’il marchait main dans la main avec Fethullah Gülen, son ennemi juré d’aujourd’hui, et cætera…

Continuer la lecture de GUILLAUME PERRIER, DANS LA TÊTE DE RECEP TAYYIP ERDOGAN, ACTES SUD, 2018 (240 P., 19€)

Pierre Sintès, En présence du passé. Géopolitique de la mémoire aux frontières de la Grèce, Presses Universitaire du Provence (228p., 20 €)

La Grèce est depuis plusieurs années au cœur de l’actualité en raison de la crise qui touche ses finances publiques, ainsi que de sa position sur les routes migratoires méditerranéennes. Ces nouveaux phénomènes s’inscrivent pourtant dans la continuité des périodes précédentes, où tensions géopolitiques comme immigration soudaine ont contribué à donner de ce pays une image d’altérité manifeste en Europe, et à développer au sein de sa société un sentiment de marginalité voire d’exclusion. Par la présentation d’enquêtes menées ces dix dernières années en Grèce, cet ouvrage rend compte de ces transformations à partir du renforcement, généralement vu comme une réaction à la mondialisation, du recours au passé et à la mémoire dans le fonctionnement de ses territoires. Différents exemples, pris dans les régions frontalières du pays, permettent ainsi d’illustrer comment la mondialisation y est allée de pair avec le renforcement apparemment paradoxal d’une multitude de liens et de réseaux qui se fondent sur un passé particulier. Sans ramener inexorablement vers les questions de permanences sociales ou de tradition, qui ont contribué à réduire la Grèce, les Balkans comme la Méditerranée à des lieux d’ethnicisation, de conservatisme ou de pratiques anticiviques, cet ouvrage rappelle que le Sud-Est européen demeure un laboratoire pertinent pour mener une analyse des relations passé/présent dans l’Europe contemporaine.