Archives de catégorie : Science Politique

SOUTENANCE DE THÈSE DE LUCIE DRECHSELOVA

Titre de thèse: Femmes et pouvoir local : processus d’engagement et trajectoires politiques féminins en Turquie.

Jeudi 20 septembre 2018 à 9h

Adresse: École des Hautes Études en Sciences Sociales, salle 7 (105, boulevard Raspail, 75006, Paris)

Jury:

  • Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Jitka Maleckova (Directrice de thèse), Charles University (Prague)
  • Mme Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS/CERI
  • Jan Zouplna, Académie des sciences tchèques

Identités, croyances et pouvoirs à l’épreuve des « aires culturelles » Les espaces ottomans, turcs, balkaniques et centrasiatiques comme laboratoire

Paris, 15 février 2019 – CETOBAC / EHESS

Pour la version PDF cliquez sur AAC JD CETOBAC 15.02.2019

La journée doctorale portera sur les régions autrefois intégrées à l’Empire ottoman à savoir la Turquie, les Balkans et une partie du Moyen-Orient mais aussi le Caucase et l’Asie centrale. L’objectif de cette journée sera de questionner les liens existants entre les éléments au coeur de la formation des identités des individus et des groupes sociaux – faits de langue, faits de culture, faits de religion – et les formes de pouvoir. Elle a également pour but d’identifier des pistes de réflexion pour repenser les circulations entre les différents espaces étudiés.

Si la transdisciplinarité – notamment pertinente en ce qui concerne les questions identitaires – est aujourd’hui au coeur des discours et des agendas de la recherche scientifique, sa mise en oeuvre concrète semble bien plus complexe. Dans ce contexte, l’étude des aires culturelles, malgré le fait qu’elle ait subi de nombreuses critiques, se révèle être particulièrement propice aux approches trans-régionale et transnationale ainsi qu’à la transdisciplinarité. En établissant un lieu de rencontre entre historiens, sociologues, anthropologues et politologues qui travaillent sur les mêmes espaces, nous aspirons à dépasser les champs de spécialisation pour ouvrir le débat sur les questions d’identités, de croyances et de pouvoir. L’enjeu est « d’enjamber les cloisonnements institutionnels et intellectuels » (Chevrier, 2003) afin d’identifier des catégories d’analyse communes nécessaires à un penser-ensemble.

Nous invitons donc les doctorant.e.s travaillant sur les espaces concernés à explorer :

– la fabrication des identités, souvent encore perçues comme fixes et inamovibles,

– la frontière entre identité et croyance, souvent brouillée,

– la formation de groupes ou mouvement sociaux,

– et/ou les circulations entre les différents espaces.

Modalités de soumission

Les doctorant.e.s sont invité.e.s à présenter leur recherche en lien avec la thématique de la journée doctorale. Cela peut être une présentation des sources, de la méthodologie, d’un chapitre de la thèse ou de tout autre volet de leur travail en cours. Il s’agit d’une journée doctorale proposée par le CETOBaC mais ouverte à tout.e participant.e travaillant sur les espaces en question.

Les participant.e.s peuvent envoyer un texte de 500 mots incluant: une présentation de soi (le nom du directeur/directrice de recherche, l’année d’inscription en doctorat, la discipline et l’institution d’appartenance), une brève présentation de la recherche accompagnée par le titre de la thèse et le sujet qu’il/elle souhaite présenter à la journée doctorale. Les doctorant.e.s qui ont besoin d’un financement pour se déplacer sont invité.e.s à l’indiquer dans leur proposition et de préciser leur lieu de résidence.

La date limite pour la soumission des candidatures est fixée au 30 octobre 2018.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse : journeedoctorale.2019@gmail.com

Comité d’organisation :

Kristina Kovalskaya GSRL/EPHE-PSL, CETOBaC/EHESS

Julia Nietsch, CETOBaC/EHESS

Sarah Sajn, CHERPA/Sciences Po Aix

Meriç Tanık, CETOBaC/EHESS

GROUPES ARMÉS, VIOLENCE ORGANISÉE ET ESPACES EURO-MÉDITERRANÉENS (1870-1914)

Appel à participation Journée d’étude internationale 

23 janvier 2019, Rome (École Française de Rome)

Date limite pour l’envoi des propositions: 10 septembre 2018

Envoyer à l’adresse: romain.bonnet@unipd.it

Télécharger l’appel

Introduction

Dans le cadre du projet du Conseil Européen de la Recherche (ERC) « Le côté obscur de la belle époque. Violence politique et association armée en Europe avant la Première Guerre Mondiale » (http://www.dissgea.unipd.it/erc-prewaras, resp. prof. Matteo Millan), l’Università degli Studi di Padova et l’École Française de Rome (EFR) organisent une journée d’étude internationale qui se déroulera le 23 janvier 2019 à Rome (EFR). Cette manifestation scientifique vise à créer un dialogue original, à la fois comparatif et transnational, autour d’un objet d’étude relativement neuf pour la période 1870-1914 : les groupes armés. Cet objet sera envisagé en lien avec la violence politique et dans le cadre d’une géographie relativement souple : celle des espaces euro-méditerranéens entendus au sens large. Autour des groupes armés, à travers leurs formes d’organisations, de légitimations et d’actions, l’étude de la violence politique permet d’approfondir empiriquement notre connaissance de ce que l’on nomme le « monopole de la violence légale ». Ces groupes armés revendiquaient des formes de légitimité qui n’étaient pas sans accointances avec la puissance étatique. Par ailleurs, ils n’étaient pas ou pas directement intégrés aux armées nationales. Notre problématique est celle-ci : comment l’usage du monopole de la violence était-il légitimé autour de ces groupes armés, à travers quelles ressemblances et quelles différences, selon quelles influences et quelles références plus ou moins larges au monde social (clan, association, nation, etc.), de part et d’autre des espaces euro-méditerranéens de1870 à 1914 ?

Continuer la lecture de GROUPES ARMÉS, VIOLENCE ORGANISÉE ET ESPACES EURO-MÉDITERRANÉENS (1870-1914)

« Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? »

L’enregistrement audio de la conférence  « Post-Post-Kemalism? Why Is Studying the Turkish Far Right More Relevant Now Than Ever? » d’İlker Aytürk (Bilkent University), Professeur invité de l’EHESS, Chaire sécable de l’IISMM.  L’intervention est en anglais. 

https://soundcloud.com/iismm/post-post-kemalism-why-is-studying-the-turkish-far-right-more-relevant-now-than-ever-i-ayturk

Conférence qui s’est tenue le 16 mai dernier dans le cadre du Séminaire Itinéraires et de débats en études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques, EHESS.

Résumé [en anglais]:

Since the 1980s, the field of modern Turkish studies (including historiography, sociology, anthropology, political science, cultural studies, and gender studies) is dominated by what I call the post-Kemalist paradigm. Post-Kemalists blamed the CUP and the Kemalists for many of Turkey’s contemporary problems and initiated a process of catharsis to overcome the residues of the policies of the 1913-1950 period. This lecture is not a neo-Kemalist critique of post-Kemalists. However, it does argue that post-Kemalists, with their overemphasis on Kemalism, have blinded us to the rise of the far right in Turkey and authoritarian tendencies in the AKP. It will conclude with an invitation to shift the temporal focus of modern Turkish studies from 1913-1950 to the Cold War years, where we have better chances of discovering root causes what is happening in contemporary Turkey.

CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

Appel à contributions pour Slavica occitania, revue semestrielle interdisciplinaire publiée par le laboratoire LLA-CREATIS (univ. Toulouse Jean-Jaurès), dirigée par Dany Savelli (dir. éditoriale) pour un numéro coordonné par Marie Vrinat-Nikolov (INALCO/CREEE et CETOBaC), consacré à : Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle).

Titre et proposition (env. 20 lignes) en français: pour le 15 juillet 2018

Texte en français, résumés et mots clés en français et en anglais, notice bio/bibliographique : pour le 1er mars 2019

Envoyer à l’adresse : marie.vrinatnikolov@gmail.com

Dans Les lieux de mémoire, Pierre Nora liait intimement la notion de génération aux périodes de crise : « Il n’y a pas de génération sans conflit ni sans autoproclamation de la conscience d’elle-même, qui font de la politique et de la littérature les champs privilégiés de l’apparition générationnelle1 » Se référant, notamment, à Nora, ainsi qu’au concept de génération « effective2 », entendue comme émergeant « au cours des grandes ruptures historiques », François Georgeon s’est intéressé au cas de l’Empire ottoman et de la Turquie, dans son article sur « Les Jeunes Turcs étaient-ils jeunes3 ? », et à l’émergence, à l’époque de la révolution jeune-turque, d’une génération effective résultant des transformations à l’œuvre dans l’Empire ottoman depuis les Tanzimat.

En élargissant le propos aux Balkans et à la Turquie au XXe siècle, on s’interrogera sur les premières générations – acteurs, observateurs, ceux qui ont profité et ceux qui ont subi – des ruptures et des périodes de transition, nombreuses dans cet espace au cours du XXe siècle : révolution des Jeunes Turcs de 1908, guerres balkaniques, création d’un État albanais, guerres mondiales, création de la république turque en 1923, avènement et chute des régimes communistes (et régimes autoritaires), dislocation de l’ex-Yougoslavie et guerre…

Le terme de génération sera considéré dans un sens large, celui des sociologues, comme celui des historiens : en tant que cohorte ou génération biologique, mais aussi en tant que groupe lié horizontalement par « un fort un sentiment de communauté intellectuelle que leur a procuré une expérience historique partagée4 ». On ne considérera pas seulement, comment cela a souvent été fait, contre qui et quoi les générations de la rupture se sont élevées, mais aussi pour qui et pour quoi elles ont œuvré.

La perspective sera transdisciplinaire, convoquant histoire, anthropologie, arts et littérature, sociologie, sociolinguistique, sciences politiques, permettant ainsi de contribuer à la réflexion sur la notion de génération.

On questionnera notamment les points suivants :

Continuer la lecture de CfP: Générations de la rupture dans les Balkans et en Turquie (XXe siècle), Slavica occitan

JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»

Date: Vendredi 18 mai de 9h à 16h 

Adresse: Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris

Programme

9h00-10h15 Panel 1. La construction des identités collectives et individuelles

Discutants : Marie-Elisabeth Ducreux et Antoine Marès

  • Ekaterina Vinogradova (Université Grenoble-Alpes): Imaginaire national en (re)construction. L’art post-soviétique à la Biennale de Venise.
  • Marlena Wilczak (Paris IV / Varsovie) : Les archives personnelles d’Olga Boznańska (1865-1940) : analyse du processus de création.

10h15-10h30 Pause

10h30-12h45 Panel 2. Les relations internationales 

Discutants : Etienne Boisserie et Justine Faure

  • Mathieu Gotteland (Paris I) : La Présence impériale austro-hongroise en Chine de la guerre des Boxers à la Première Guerre mondiale.
  • Julia Nietsch (EHESS) : Les associations kosovares dans les années 1990 et 2000 dans un contexte de multiplicité des instances gouvernementales.
  • Florence Vychytil (EHESS/CEFRES) : Construire la diaspora : circulations franco- américaines au sein de l’émigration polonaise pendant la Guerre froide.
  • Jana Kasikova (univ. Charles à Prague) : La problématique des personnes déplacées après la Seconde Guerre mondiale du point de vue tchécoslovaque.

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES DOCTORALES 2018 DU GDR «CONNAISSANCE DE L’EUROPE MÉDIANE»