Archives de catégorie : Qui sommes-nous? / Who we are

MARIA KOKKINOU : SOUTENANCE DE THESE

« Instituer l’attente. La DOMÉ et les réfugiés politiques de la guerre civile grecque en Bulgarie (1949-2010) »

La soutenance se tiendra le Vendredi 22 mars 2019 à 14h00 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 54 bd Raspail (75006), en salle AS1-15 (1er sous-sol).

Composition du jury :

M. Jean-François Gossiaux (Directeur de thèse), EHESS

Mme Aliki Angelidou, Panteion University

Mme Michèle Baussant, CNRS

Mme Chantal Bordes-Benayoun, CNRS
M.Dejan Dimitrijevic, Université Lumière Lyon 2
M. Boris Petric, CNRS
Résumé de la thèse :
Comment les réfugiés de la Guerre civile grecque (1946-1949) vivent-ils la Guerre ? Quelles expériences la vie en exil en Bulgarie socialiste engendre-t-elle ? Ce travail, prenant pour point de départ ces questionnements, présente la vie des réfugiés hellénophones et slavophones  qui ont trouvé refuge en Bulgarie à l’époque de la Guerre Froide, pour plus de trois décennies. Basée sur les archives de l’Organisation Démocratique pour la Culture et l’Éducation, la DOMÉ, qui fut fondée en 1962 par les cadres du PCG présents sur place à Sofia, et sur un corpus ethnographique collecté de 2009 à 2011 en Grèce et en Bulgarie, cette recherche couvre une période de 1948 jusqu’à 2010, et elle examine la catégorie analytique du réfugié, à travers le matériau d’archives et les récits de vies des réfugiés eux-mêmes, afin d’apporter des réponses quant à la façon dont l’attente du retour détermine le présent de l’exil, comment l’institution sur place (re)produit, en conditions de privation de la citoyenneté, l’appartenance nationale, comment les expériences des sujets composent de nouvelles identités, tant durant l’exil qu’après celui-ci, quand l’état grec autorise enfin – sous certaines conditions – leur rapatriement ; pour finir, comment les sujets vivent la temporalité dans ces conditions de marginalité, et comment ils dépassent la marginalisation politique et sociale qu’ils se sont vu imposer par le non retour, quand ils repartent dans le pays d’origine. Ce travail de recherche montre comment la catégorie du réfugié, qui dans le cas de la Guerre civile grecque, a composé la figure de l’écart politique et social, constitue dans le même temps un champ de négociation entre les sujets et le pouvoir et où les champs du possible restent à explorer.