Archives de catégorie : 2023

Eric Pinzelli: Venetian and Ottoman Castles of the Peloponnese (13th – 19th centuries), 2023

VENETIAN AND OTTOMAN CASTLES OF THE PELOPONNESE: (13th - 19th centuries): PINZELLI, ERIC: 9798872740391: Amazon.com: Books

 

Richly illustrated monograph (250 figures, 12 maps) showcasing castles and fortified towns of the Peloponnese garrisoned up to period of the Greek War of Independence (1820s). These castles were captured and retaken by the Venetians and their arch-enemies the Ottoman Turks during their centuries-long epic struggle for the domination of the southern Balkans and the eastern Mediterranean. Several of these seemingly impregnable fortresses (such as Mount Palamede at Nauplia, Modon and the New Castle of the Morea), designed by some of the most brilliant military engineers of the Middle Ages and the Early Modern Era, were state-of-the-art and to this day remain as a testament to their superb technical expertise. These strategic strongholds commanded the lands, on occasions providing safe havens, in other times forcing the local populations into submission. Newly-discovered material from the Venetian archives, with the addition of a large array of recently-published contributions for the Ottoman periods, combined with an updated examination of each of these fortresses will vastly add to the public’s knowledge of Medieval and Early Modern southern Greece.

François Ruegg, Retour dans les Carpates – Un ethnologue au pays de Ceaușescu

La Roumanie, un pays suscitant des sentiments les plus ambigus. Si la presse en parle, c’est pour dévoiler un scandale. Aux touristes, à qui on vantait jadis les plages bon marché de la Mer Noire, on vante encore les monastères peints de Moldavie. Le Delta du Danube attire maintenant aussi les écologistes. C’est grâce aux nombreux intellectuels de réputation internationale que la carte de visite roumaine a meilleure presse : Istrati, Tzara, Ionesco, Gheorghiu, Eliade, Cioran, Brâncusi pour les plus fameux.

Le présent ouvrage donne une autre vision de ce pays, à travers les yeux d’un apprenti ethnologue dans les années 1970, puis d’un professeur invité dès les années 2000, fasciné avant tout par les habitants des campagnes, leur habitat et leur mode de vie. S’il a été parfois choqué par les interrogatoires que leur font subir les ethnographes officiels, l’auteur demeure toujours curieux d’observer la société roumaine sous ses multiples facettes.

François Ruegg est ethnologue, professeur émérite de l’Université de Fribourg (Suisse). Il a mené de nombreuses recherches en Europe du sud-est, particulièrement en Roumanie, ex-Yougoslavie et Bulgarie, portant principalement sur l’environnement construit et son histoire.

François Ruegg, Retour dans les Carpates – Un ethnologue au pays de Ceaușescu, Vienne, Kmet verlag, 2023 (250 p., 32,50 €)

 

Ernest de Renty, Loubna Lamrhari (ed.) Journal d’une mission à Constantinople 1912

Alors que la Première Guerre balkanique vient de débuter et que la menace d’un coup d’État plane dans les rues d’Istanbul, un observateur privilégié, le commandant de Renty, contemple un Empire ottoman à bout de souffle. Plongé au cœur des tourments politiques et militaires d’une Istanbul en ébullition, cet agent du Deuxième Bureau de l’État-major de l’armée française, chargé de renseignement, entier témoin de son temps, rédige avec minutie et passion son journal de mission. Véritable source historique inédite de cette période, ce journal de mission, retrouvé et enfin dévoilé par cet ouvrage, nous transporte dans les quartiers fascinants de l’ancienne Constantinople, révélant ses personnalités intrigantes et ses manigances politiques. Au-delà de sa vocation première de collecte de renseignements, ce témoignage offre une immersion captivante dans les impressions et les réflexions de son auteur. Se dévoile ainsi le tableau d’une histoire tempétueuse, récit si précieux d’un homme dans les arcanes du travail, mémoire exclusif d’un agent à l’aube de la Première Guerre mondiale.

Ernest de Renty, préface et présentation de Loubna Lamrhari, Journal d’une mission à Constantinople 1912, Istanbul, Libra Kitap, 2023. (253 p., 120,00$)

Nicolas Dufetel et Sarga Moussa (dir.), VOYAGES CROISÉS ENTRE L’EUROPE ET L’EMPIRE OTTOMAN AU XIXe SIÈCLE

http://www.theisispress.org/assets/img/upload/tanzimatKapak-1699347936124.jpg

La proclamation du décret de Gülhane en 1839, au début du règne du sultan Abdülmecid, ouvre officiellement la période des Tanzimat, réformes à l’européenne amorcées au cours des décennies précédentes, notamment sous le règne de son père Mahmoud II, qui avait commencé à réformer l’armée et le costume turc. Ce livre, qui regroupe les contributions issues d’un colloque international tenu à Istanbul au Lycée Notre-Dame de Sion, avec le soutien du CNRS (Iremus, Thalim, Ifea), propose pour la première fois d’étudier les Tanzimat de façon interdisciplinaire sous l’angle des rapports littéraires, artistiques et culturels entre la Turquie ottomane et l’Europe. 
Les onze contributions, dues à des auteurs français, turcs et hongrois, ottomanistes, historiens, historiens de la littérature, de l’art, de l’architecture et de la musique, portent sur différents sujets : les notes et la correspondance d’Orient de Flaubert, les écrits de la princesse Belgiojoso et de Moustapha Fazıl Pacha, le nouveau roman turc, les peintres orientalistes, le renouveau de l’architecture dans les provinces ottomanes, Giuseppe Donizetti (maître de musique du sultan), les Chanteurs pyrénéens d’Alfred Roland, Liszt et son élève turc le Levantin Francesco Della Sudda.
En réunissant des études générales et des études de cas, en associant le point de vue des acteurs à celui des observateurs des réformes, qu’ils soient positifs ou négatifs, ce livre propose une approche transversale. Il interroge ainsi la possibilité d’une vision globale et partagée, entre la Turquie et l’Europe, des phénomènes culturels liés aux Tanzimat au cours du long XIXe siècle.

Nicolas Dufetel et Sarga Moussa (dir.), Voyages croisés entre l’Europe et l’Empire ottoman au XIXe siècle. Écrivains, artistes et musiciens à l’époque des Tanzimat, Istanbul, Éditions Isis, 2023, (267 p., 25,00$)

 

Jovan Sterija Popović, L’avare ou Kir Janja, traduit du serbe et annoté par Aleksandar Stefanović et Paul Louis Thomas

Présentation livre L’Avare ou Kir Janja, traduit du serbe et annoté par Aleksandar Stefanović et Paul Louis Thomas,

avec une préface sur Jovan Sterija par Sava Andjelkovic.

Le lundi 18 décembre à 17h à l’Institut d’études slaves,

en présence d’Hélène Mélat, Aleksandar Stefanovic, Paul-Louis Thomas, Sava Andjelkovic et Livija Ekmecic.

Jovan Sterija Popovic, L’avare ou Kir Janja, Paris, Insitut d’études slaves ( 170 p., 15,17€)

Plus d’informations sur le site de l’Institut d’études slaves.

Jelena Novaković, Le Surréalisme de Belgrade

Le Surréalisme de Belgrade

Le surréalisme de Belgrade s’épanouit entre 1922 et 1932. Il se développe en même temps que le surréalisme français, mais, en tant que mouvement organisé, il se forme un peu plus tard que celui de Paris et sa durée est plus courte. La constitution du mouvement est précédée d’une période pré-surréaliste, qui commence en 1922 par la publication de la revue Putevi [Chemins], à laquelle s’ajoute bientôt la revue Svedočanstva [Témoignages], et elle dure jusqu’à la parution de l’almanach bilingue Nemoguće-L’impossible (1930) . Il est à noter que la période 1927-1930 est marquée par la parution de quelques publications surréalistes capitales de Milan Dedinac, de Marko Ristić, ou d’Aleksandar Vučo.

En tant que mouvement organisé le surréalisme de Belgrade commence en 1930, au début de la période d’absolutisme en Serbie, qui va durer jusqu’à la Seconde Guerre mondiale (Dictature du 6 janvier 1929 et Constitution octroyée du 3 septembre 1931) et où l’esprit surréaliste d’opposition et de révolte prend un caractère social et politique, en accord avec l’esprit révolutionnaire du surréalisme français. Quand on parle du surréalisme de Belgrade, trois questions se posent : sur quel terrain intellectuel, politique et littéraire ce mouvement s’est-il greffé en Serbie ? Comment a-t-il enrichi la production surréaliste ? Comment ses fleurons ont-ils été occultés, pour reparaître, d’une manière différente, plus discrète, après la Seconde Guerre mondiale, au cours des années 1950 ?

Continuer la lecture de Jelena Novaković, Le Surréalisme de Belgrade

Xavier Bougarel, Chez les partisans de Tito, Editions Non Lieu, 2023 ( 254 p., 18 €)

Qui se souvient encore des partisans yougoslaves de Tito, le plus important mouvement de résistance armée dans l’Europe occupée ? Adulé hier par les uns, dénigré aujourd’hui par les autres (ou par les mêmes), il reste largement inconnu du public français. Cet ouvrage permet au lecteur de découvrir ce mouvement au plus près, non pas par le récit de batailles épiques, mais par la reconstitution minutieuse de la vie dans les territoires libérés. Comment les partisans ont-ils restauré la communauté des peuples yougoslaves ? Comment organisaient-ils la participation politique de la paysannerie, de la jeunesse, des femmes ? Quel était le rôle du Parti communiste ? Sur quelles bases reposait l’économie de territoires libérés ? Quelle conception les partisans avaient-ils de la justice, de la vengeance et du pardon ? Telles sont quelques unes des questions auxquelles l’auteur entreprend de répondre.

Xavier Bougarel est chercheur au CNRS au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBAC). Il a déjà écrit ou co-écrit plusieurs ouvrages dont La division Handschar – Watten-SS de Bosnie, 1943-1945 et Les musulmans de l’Europe du Sud-Est – Des Empires aux Etats balkaniques.

Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)

Présentation
Enquête historique profondément originale, cet ouvrage propose une réflexion critique sur les silences du passé et la mémoire de l’Holocauste.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bulgarie, pourtant alliée du Troisième Reich, n’a jamais déporté sa communauté juive. Jusqu’à récemment, cette image de la Bulgarie comme exception européenne a prévalu, mais à un certain prix. Elle ignorait en effet la rafle de la quasi-totalité des Juifs vivant dans les territoires yougoslaves et grecs sous occupation bulgare entre 1941 et 1944, qui furent en fait déportés vers la Pologne, où ils furent assassinés.

Dans cette nouvelle traduction anglaise de son ouvrage publié à l’origine en français, Nadège Ragaru présente une passionnante et vaste enquête archivistique couvrant 80 ans et six pays (Bulgarie, Allemagne, États-Unis, Israël, Macédoine du Nord et Serbie), explorant ainsi les origines et la perpétuation de ce récit héroïque du passé de la Bulgarie. Passant des sphères juridiques aux sphères politiques, des créations artistiques aux expositions muséales, de l’écriture de l’histoire aux controverses publiques transnationales, elle montre comment l’Holocauste au nord du Danube est devenu un “sauvetage” au sud du fleuve. Elle retrace la manière dont les mérites individuels ont été transformés en réalisations “nationales”, tandis que la responsabilité des déportations a été imputée à l’Allemagne nazie. Enfin, elle montre comment les discussions sur l’Holocauste en Bulgarie ont été prises en otage par les dynamiques de la guerre froide avant 1989, pour ensuite céder la place aux luttes politiques et mémorielles. Continuer la lecture de Nadège Ragaru, Bulgaria, the Jews and the Holocaust. On the Origins of a Heroic Narrative, Rochester Studies in East and Central Europe Series, 2023 (406 P., $39.95 / £29.99)