Archives de catégorie : 2022

Agustín COSOVSCHI, Les Sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995), Paris, Karthala, 2022 (250 p. /25€)

Les sciences sociales face à la crise. Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995)

En puisant dans un large corpus de publications scientifiques, de documents de presse et d’archives, complété par des entretiens personnels avec des chercheurs et chercheuses en Serbie et en Croatie, cet ouvrage propose un examen critique de l’univers des sciences sociales yougoslaves pendant la période de crise qui va de la mort de Josip Broz Tito en 1980 à la fin de la guerre en Croatie et en Bosnie en 1995.

L’auteur montre que, malgré leur inéluctable position de faiblesse face aux grandes transformations politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, de nombreux chercheurs et chercheuses réussissent à préserver certains espaces d’autonomie pendant cette période de crise. Par ailleurs, il souligne que, malgré la rupture que signifie le début de la dissolution yougoslave en 1991, il existe de nombreuses continuités conceptuelles et théoriques entre les années 1980 et les années 1990.

En se servant du monde des sciences sociales comme d’un prisme pour analyser la dissolution de la Yougoslavie, cet ouvrage offre des pistes de réflexion sur la crise du projet socialiste yougoslave et donne un récit actualisé et rigoureux de la crise et de la désagrégation yougoslaves.

Agustín Cosovschi est historien, spécialiste de la guerre froide et du Sud-Est européen. Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et de l’Université nationale de General San Martin (Argentine), il est actuellement chercheur postdoctoral. Ses travaux portent sur la politique yougoslave de non-alignement et sur l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est.

Plus d’informations ici.

Lucile Arnoux-Farnoux (Dir.), Le double voyage : Paris‐Athènes (1945‐1975), l’École française d’Athènes, 2022, (456 p., 45,00 €)

Les années 1945-1975 représentent un sommet dans les échanges culturels franco-grecs, en dépit – ou peut-être justement à cause – des crises successives que connaît la Grèce durant cette période, depuis la guerre civile (1944-1949) jusqu’à la dictature militaire (1967-1974). Le Paris de l’après-guerre exerce encore un attrait incontesté sur les élites intellectuelles et artistiques grecques, qui y trouvent à la fois un refuge contre l’arbitraire qui règne dans leur pays et une ouverture sur la modernité. La Grèce est à Paris : des architectes grecs y font carrière, souvent en passant par l’atelier de Le Corbusier, une nouvelle génération d’artistes y expose, tandis que la traduction de la littérature grecque en français connaît un essor sans précédent. Mais le voyage se fait dans les deux sens, et la France est aussi en Grèce, à travers l’influence exercée par les idées, aussi bien dans le domaine artistique que dans celui des lettres et de la philosophie. Parmi les nombreux acteurs de ce double voyage, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, le lecteur rencontrera les noms de Candilis, Dubuisson, Xenakis, Restany, Kessanlis, Aragon, Ritsos, Éluard, Kazantzakis, Sartre, Vassilikos, Milliex et bien d’autres.

Continuer la lecture de Lucile Arnoux-Farnoux (Dir.), Le double voyage : Paris‐Athènes (1945‐1975), l’École française d’Athènes, 2022, (456 p., 45,00 €)

Nathalie CLAYER: Une histoire en travelling de l’Albanie (1920-1939). Avec, au-delà et en-deçà de l’État, Paris, Karthala, 2022 (492 p./33 €)

Une histoire en travelling de l'Albanie (1920-1939). Avec, au-delà et en-deçà de l'État

 

L’État-nation a nationalisé les historiographies. La construction étatique doit-elle pour autant être rejetée en tant qu’objet d’étude ? Non, bien sûr, mais il faut assurément l’aborder autrement. C’est ce que suggère déjà une nouvelle historiographie qui, avec le développement de l’histoire globale, s’attache à élargir la focale. Dans cet ouvrage, il s’agit aussi de prendre l’État-nation au sérieux, de l’appréhender comme un espace de sens, de circulations, de contraintes et de possibilités, qui se construit et se remodèle dans le temps, en interaction avec d’autres espaces sociaux et selon des temporalités multiples.

Nathalie Clayer saisit ainsi la formation de l’État albanais dans l’entre-deux-guerres et la transformation de ses espaces sociaux dans un mouvement de travelling. Son objectif n’est pas fixé sur les institutions telles qu’on les observe habituellement, ni sur des trajectoires d’individus qui donneraient à voir l’importance des dynamiques infra- ou transnationales. Sa « caméra » bouge constamment de façon à mieux saisir la complexité des dynamiques.

Une contribution majeure à la question de l’État-nation, un apport érudit à l’histoire albanaise et une proposition audacieuse sur les méthodes narratives de l’histoire.

Jovan Nikolić & Ruždija Russo Sejdović, Carrousel pour les Tsiganes, Traduit du rromani et préfacé par Marcel Courthiades, L’espace d’un instant, 2022, (120 pp., 13€)

Dans un café tenu par Yashar, Rrom de Prizren, se déroulent des événements du quotidien en période de conflit serbo-albanais, apportant de plus en plus de violence, de corruption, de haine absurde entre ennemis jurés, hier encore amis. La pièce illustre la souffrance morale des Yougoslaves écartelés entre nostalgie, compassion, haine(s), nationalisme(s), mensonges et manipulations. Si les personnages principaux sont rroms, symbolisant le peuple simple sans orientation nationaliste, les autres protagonistes apparaissent avec toutes leurs ambiguïtés.

Mais les auteurs traitent d’une destruction intérieure, qui n’épargne personne, et ne font pas le procès de l’une ou l’autre des forces en présence. « Quand les taureaux se battent, c’est l’herbe qui souffre le plus. »

Le texte a été créé en Allemagne en 2000 par Rahim Burhan et le théâtre Phralipe, principal théâtre rrom en Europe, et édité en 2004 à l’Espace d’un instant, sous le titre Kosovo mon amour.

Jovan Nikolić, né en 1955, et Ruždija Russo Sejdović, né en 1966, sont tous deux issus de la communauté rrom de Yougoslavie. Auteurs reconnus à travers l’Europe, ils ont participé à de nombreux projets, dont un film de Kusturica, et reçu de nombreux prix, notamment en Serbie, au Monténégro, en Italie et en Allemagne, où ils sont exilés depuis quelques années.

Présentation d’ouvrage : Les monastères grecs sous domination latine (XIIIe-XVIe siècles)

Mercredi 09 mars- 18:00 (EET)
Τετάρτη 09 Μαρτίου – 6 μ.μ. (EET)

Inscription au webinaire / Εγγραφή στο webinar

Avec les interventions de / Θα μιλήσουν
Ludivine Voisin 
et / και
Evelien Chayes Brepols
Gilles Grivaud Université de Rouen-Normandie
Marina Koumanoudi Institut de recherches historiques de la Fondation nationale de la recherche (Athènes)
Tassos Papacostas King’s College (Londres)

***

À propos de l’ouvrage :
Les monastères grecs sous domination latine (XIIIe-XVIe siècles)

Comme un loup poursuivant un mouton…, est une enquête sur l’institution monastique grecque dans les anciens territoires byzantins conquis par les Latins à partir de 1191/1204 et jusqu’au XVIe siècle, siècle marqué par la conquête ottomane de Chypre. Cette étude entend combler un vide historiographique en proposant une synthèse historique construite à partir des sources rédigées en grec, latin, italien et français. L’enquête épouse les contours d’un large horizon temporel et géographique puisqu’elle considère l’ensemble de la Méditerranée orientale conquise par les Latins, Francs et Vénitiens, de Corfou à Chypre et de Constantinople à la Crète. Elle s’articule autour d’un questionnement, en apparence simple : comment évoluent les monastères grecs dans des cadres politiques, sociaux, économiques et culturels qui se transforment sous l’effet des conquêtes latines ? À travers plusieurs questionnements autour des formes de vie monastique, des statuts juridiques ou encore des rapports entre les monastères et les laïcs, il s’agit non seulement de comprendre quelles sont les continuités et les ruptures du monachisme par-delà la conquête latine mais aussi de faire progresser notre connaissance de la latinocratie à travers un acteur collectif majeur et pourtant moins visible dans les sources que son corolaire latin.

À propos de l’auteur :

Ludivine Voisin est docteure en histoire médiévale. Allocataire de recherches doctorales de l’École française d’Athènes, elle a mené une thèse à l’université de Rouen, sous la direction de Gilles Grivaud, qu’elle a soutenue en 2011. Ce travail de recherches, présenté aujourd’hui, a été publié en 2021 chez Brepols dans la collection Mediterranean Nexus. Ludivine Voisin enseigne dans le secondaire tout en poursuivant ses recherches au sein de collaborations en France, en Grèce et à Chypre.

Nathalie Clayer, Fabio Giomi, Emmanuel Szurek (der). Kemalizm. Osmanlı Sonrası Dünyada Ulusaşırı Siyaset, İletişim, İstanbul 2022 (381 p. 56,25₺)

Kemalizm

Modern Türkiye’nin kurucu ideolojisi Kemalizmin ancak ulusaşırı bir olgu olarak analiz edildiğinde anlaşılabileceğini öne süren Kemalizm – Osmanlı Sonrası Dünyada Ulusaşırı Siyaset, Kemalizmin iki savaş arası dönemde Türkiye, Arnavutluk, Bulgaristan, Kıbrıs, Mısır ve Yugoslavya’daki çok yönlü etkileşim ve alışverişlerle inşa edildiğini ortaya koyuyor.

Modern Türkiye’nin kurucu ideolojisi Kemalizmin ancak ulusaşırı bir olgu olarak analiz edildiğinde anlaşılabileceğini öne süren Kemalizm – Osmanlı Sonrası Dünyada Ulusaşırı Siyaset, Kemalizmin iki savaş arası dönemde Türkiye, Arnavutluk, Bulgaristan, Kıbrıs, Mısır ve Yugoslavya’daki çok yönlü etkileşim ve alışverişlerle inşa edildiğini ortaya koyuyor. Bir parti mensubiyetinden bir dizi kültürel sembole, bir siyasi doktrinden belirli bir yönetim tarzına birçok farklı anlamda kullanabilen ve Türkiye toplumunun kolektif bilincini etkilemeye devam eden Kemalizm teriminin alternatif bir tarihsel tanımını yapıyor.

Bu kavramın eski Osmanlı coğrafyasına ait farklı ülkelerdeki çeşitli kültürel ve siyasal pratiklerin analizi için ortak bir platform teşkil ettiğini gösteriyor. Kemalizmin doğuşu ve evrimini kapsamlı bir ulusaşırı perspektife yerleştirmesi ve geniş bir coğrafyayı taramasıyla alanında bir ilk olma özelliği taşıyor.

“Bu kolektif kitapta göstermeye çalıştığımız üzere, Kemalizm Türk entelektüelleri tarafından yeniden sahiplenilmeden çok önce, ilk olarak Türk siyaset sahnesinin dışındaki aktörler tarafından şekillendirilmiştir. Ve Türkiye dışında, eski Osmanlı topraklarındaki (Müslüman dünya ve ötesindeki) gözlemciler, ama aynı zamanda aktörler tarafından da şekillendirilmeye ve kullanılmaya devam etmiştir. Dolayısıyla Kemalizmi totolojik bir biçimde Türkiye (Türkiye = Kemalizm = Türkiye) üzerinden açıklamak yerine, kavramın birçok farklı görüş açısından ve özgül uzamsal konfigürasyonlarda neyi temsil ettiğini göstermeyi umuyoruz.”