Archives de catégorie : 2021

Paris – Athènes, Naissance de la Grèce moderne

Musée du Louvre, Paris

Du 30 septembre 2021 au 7 février 2022

Présentation

Organisée à l’occasion du bicentenaire de la Révolution grecque de 1821, l’exposition souhaite mettre en valeur les liens unissant la Grèce et la culture européenne, en  suivant notamment le fil des relations entre Paris et Athènes.

Aux 17e et 18e siècles, les ambassadeurs en route vers la Sublime Porte découvrent en Grèce une province ottomane, qui intéresse vivement les artistes et les  intellectuels. En 1821, la guerre d’Indépendance grecque, soutenue militairement et financièrement par certains pays européens, suscite un enthousiasme populaire. Libérée en 1829, la Grèce proclame Athènes comme capitale en 1834. Influencé par la présence allemande et française sur son territoire, le nouvel État grec construit son identité culturelle moderne en puisant aux sources du néoclassicisme français et allemand. La défense du patrimoine national et la collaboration européenne marquée par la création d’instituts archéologiques, comme l’École française d’Athènes en 1846, sont à l’origine d’un bouleversement des connaissances sur le passé matériel de la Grèce.

L’exposition entend pour la première fois croiser cette histoire de l’archéologie avec l’histoire du développement de l’État grec et des arts modernes. Les fouilles de Délos,  Delphes ou de l’Acropole sont à l’origine de la redécouverte d’une Grèce colorée très éloignée des canons du néoclassicisme. À la fin du 19e siècle, les grandes  expositions universelles donnent à voir un nouvel art grec moderne, marqué par la reconnaissance de l’identité byzantine et orthodoxe de la Grèce.

Commissaires

Anastasia Lazaridou, directrice des Musées archéologiques, des Expositions et des Programmes éducatifs au ministère hellénique de la Culture et des Sports, Marina Lambraki-Plaka, directrice de la Pinacothèque d’Athènes, et Jean-Luc Martinez, président-directeur honoraire du musée du Louvre, assistés de Débora Guillon.

Vidéos

Conférence

La présentation de l’exposition, Jean-Luc Martinez, à l’auditorium du Louvre, le 7 octobre 2021

Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches (HDR) de Isabelle DEPRET

Titre : Religion, politique, usages du passé en Grèce et dans les Balkans à l’époque contemporaine 

le 9 décembre 2021, à 9h30.

à l’Institut des Langues et civilisations orientales (INALCO, Paris), bâtiment PLC, salle 4.23, en hybride

 

Jury :

Méropi ANASTASSIADOU, professeur des Universités, INALCO/Université de Genève, qui parraine le dossier ;

Chantal VERDEIL, professeur des Universités, INALCO, rapporteur ;

Alberto Fabio AMBROSIO, professeur des Universités, Luxembourg School of Religion and Society, rapporteur ;

Kristina KOULOURI, professeur des Universités, Université Panteion, rapporteur ;

Vassilios MAKRIDES, professeur des Universités, Université d’Erfurt ;

Konstantinos TSITSELIKIS, professeur des Universités, Université de Macédoine.

Merci de confirmer votre présence par email : isdepret@gmail.com

Soutenance de thèse de Ozkan BARDAKCI

Titre de la thèse : Les hommes face à la guerre. Regards croisés sur les guerres austro-ottomanes au XVIIe siècle
 
Date de la soutenance
 
Université de Lorraine – Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH)
Salle A 104, Campus Lettres et sciences humaines à Nancy

Directeur de thèse : MAES Bruno
Membres du jury CRULH : BRIAN Isabelle
Membres du jury hors CRULH :
VATIN Nicolas
ISIKSEL Günes
SCHAUB Marie-Karine
TOTH Ferenc
GIRARD Aurélien

Continuer la lecture de Soutenance de thèse de Ozkan BARDAKCI

Samim Akgönül, Dictionnaire insolite de la Turquie, Cosmopole, Paris 2021 (160 P., 11€)

Plus qu’un pays de contrastes, la Turquie est un pays de contradictions. Ceci dit, elle offre une telle diversité de paysages, de populations, de saveurs, de mélodies qu’il est impossible de la définir et la décrire de manière monolithique. Au détour de cérémonies, de projets fous et de savoureuses expressions, Samim Akgönül donne à découvrir des poètes et des musiciens, de fortes personnalités contemporaines, la figure du bakkal, Hodja, Sinan, Adıvar et Loti. Allons voir les mots tavla, arabesk, commérage, börek, çiğ köfte ou encore kolonya… et, comme on dit en turc, haydi bakalım !

Au-delà des guides touristiques, les dictionnaires insolites vous font voyager par les mots et aident à briser les idées reçues.

Études Balkaniques 2021/1 (n° 25), Mémoire et identité nationales : 1821-2021

Table des Matières

Kostas Théologou, Introduction, La nation est-elle un principe spirituel ? Réflexions sur la mémoire collective et l’identité nationale

Gordana Blagojević,  La Première Guerre mondiale et l’identité nationale serbe à travers le prisme des lieux de sépultures militaires serbes en Grèce.

Una Popović, Entre les deux mondes : la création en cours de l’identité personnelle et nationale.

Kostas Théologou, Mémoire collective, rituels et performances dans la Grèce moderne : les danses traditionnelles du sacrifice

Ivana Jevtić, L’Héritage artistique des Paléologues et l’art orthodoxe pendant l’époque ottomane : les portraits des sages grecs.

Amir Muzur et Iva Rinčić, La relation à Ivo Andrić et à son héritage littéraire comme reflet des tensions entre trois nations balkaniques.

Georgios Arabatzis, Le spectre de Byzance chez Markos Renieris : orientalisme et sciences humaines.

Boris B. Brajovic, Anthropos polytropos et hypermnésie

Angeliki Konstantakopoulou, La formation et la mémoire de l’État bulgare revisitées.

Ivica Kelam et Ivana Ivančić Medved, Traumatisme et nostalgie pendant la transition démocratique. L’exemple de la République de Croatie.

Iordanis Koumasidis, La mémoire nationale du xixe siècle dans les romans grecs contemporains : Aris Sfakianakis et Vangelis Bekas.

Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)

 
La Réforme orthodoxe est la première analyse sociohistorique complète du processus centenaire de rénovation conservatrice de l’Église orthodoxe grecque, un processus qui a vu le passage à une religion « moderne », l’innovation religieuse et l’activisme social rimer avec l’affirmation de l’intolérance sur les plans religieux et politique. S’appuyant sur des recherches approfondies dans les archives publiques et religieuses de Grèce, de France et du Vatican, ainsi que sur un éventail impressionnant de pamphlets et de périodiques publiés tout autour de la Méditerranée orientale, l’ouvrage brosse un tableau sans précédent de ce que l’on peut appeler la composante grecque-orthodoxe de la confessionnalisation ottomane tardive. Remettant en question les récits d’un lien ininterrompu entre une Église orthodoxe immuable ancrée dans la tradition et un État national grec pratiquant l’intolérance religieuse depuis sa fondation, ce livre soutient que la configuration politico-religieuse actuelle de la Grèce est le produit des transformations majeures survenues pendant l’entre-deux-guerres, lorsque le zèle des activistes orthodoxes de Grèce et de l’Empire ottoman a profité de la crise sociale et nationale dramatique qui a suivi la Katastrophi de 1922 pour finalement donner l’impulsion à ce que l’on peut appeler à juste titre la version orthodoxe de la réforme et inaugurer une modernité grecque-orthodoxe.

Ancien membre et directeur des études de l’École française d’Athènes, Anastassios (Tassos) Anastassiadis est actuellement associate professor au Département d’Histoire et d’études classiques de l’université McGill à Montréal où il occupe aussi la chaire Phrixos Papachristidis d’études grecques et gréco-canadiennes. Ses travaux portent sur la dialectique entre inertie et militantisme dans les processus de rénovation institutionnelle en Grèce et en Méditerranée orientale au long xixe siècle avec une prédilection pour les domaines de la religion et de l’éducation.


Continuer la lecture de Anastassios Anastassiadis, La réforme orthodoxe Église, État et société en Grèce à l’époque de la confessionnalisation post-ottomane (1833-1940), Athènes, École française d’Athènes, (569 P. 60 €)